Accueil Politique Val, de grâce !

Val, de grâce !

11
0
423

val2.jpg Il était un petit canard qui avait bien bien rigolé au milieu d’une presse terne et frileuse. Inventif, irrévérencieux, iconoclaste, le journal bête et méchant regorgeait de talent. Fondé en 1960 par le professeur Choron et François Cavanna, on pouvait y croiser avec délectation de bien belles signatures tels que Topor, Reiser, Delfeil de Ton, Cabu, Gébé ou encore Wolinski. Des couvertures aussi impertinentes qu’hilarantes bravaient la censure avec brio. Sous de Gaulle, des interdictions de parution frappaient régulièrement le mensuel mais à chaque fois, le baveux bavard renaissait de ses cendres encore tièdes et continuait son œuvre salvatrice. Il s’appelait Harakiri.

Suite à la mort du grand Charles, une manchette jugée déplacée engendrait une nouvelle interdiction et obligeait le désormais hebdomadaire à changer de nom pour continuer à exister. Ainsi naissait Charlie Hebdo. Il allait nous faire rire jusqu’en 81. Suite à des problèmes financiers et à son refus de bénéficier de revenus publicitaires, le journal s’arrêtait. En 92, pas mal d’anciennes signatures historiques plus un certain Philippe Val reprenaient le journal. En 2004, après le décès de Gébé, Val, déjà rédacteur en chef, devenait en outre directeur de la publication. Doté des pleins pouvoirs, il allait sensiblement transformé Charlie Hebdo. L’attitude autoritaire et les prises de position de l’ancien gauchiste devenu réactionnaire provoquaient démissions et licenciements au sein de la rédaction. Friand de plateaux télé et de stations de radios, il inondait désormais nos ondes de sa pensée un brin néo-libérale et un tantinet islamophobe.

kozypresse1.jpgLe vieux Siné, anar patenté et anticlérical notoire, faisait figure de dinosaure au sein de la nouvelle équipe. De nombreux conflits l’opposaient déjà à l’ambitieux Philou. Sa dernière saillie allait provoquer sa perte. Le 2 juillet, il écrivait : « Jean Sarkozy, digne fils de son paternel et déjà conseiller général de l’UMP, est sorti presque sous les applaudissements de son procès en correctionnelle pour délit de fuite en scooter. Le Parquet a même demandé sa relaxe ! Il faut dire que le plaignant est arabe ! Ce n’est pas tout : il vient de déclarer vouloir se convertir au judaïsme avant d’épouser sa fiancée, juive, et héritière des fondateurs de Darty. Il fera du chemin dans la vie, ce petit !  » On peut trouver ça déplacé, pas drôle, acide… Mais est-ce qu’au sein d’un journal satirique, la rédaction d’un tel paragraphe doit aboutir au licenciement de son auteur pour antisémitisme ?

Le mois dernier, le même Siné avait lancé dans la même tribune:  » j’avoue que, de plus en plus, les musulmans m’insupportent et que, plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j’ai envie de leur botter violemment le cul ! J’ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterai mieux ces patates à la silhouette affligeante et véritables épouvantails contre la séduction ! » On peut trouver ça déplacé, pas drôle, acide… Mais personne à l’époque, surtout pas Val n’avait trouvé à redire. Pourtant, dans le même esprit, les propos du dessinateur auraient pu être aisément qualifiés d’anti-islamiques.

kozypresse2.jpgY’avait-t-il deux poids deux mesures chez Val ? Qu’était donc devenu l’apôtre de la liberté d’expression de l’affaire des caricatures de Mahomet ? Les religions n’étaient-elles pas toutes traitées à la même enseigne sous le crâne dégarni du fossoyeur de Charlie ? Etait-ce la crainte du procès envisagé par la famille de Jean Sarkozy qui avait provoqué cette décision ubuesque ? En mémoire du formidable brûlot qu’avait été ce fleuron de la presse libertaire, on avait juste envie de dire : Val, de grâce, quittez vite ce journal, vous lui ôtez son âme…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

11 Commentaires

  1. XXC

    18 juillet, 2008 à 9:16

    Val… à l’âme !?
    Encore une couillonade des adeptes de bondieuserie…

    Répondre

  2. ruminances

    18 juillet, 2008 à 9:33

    Val tragique à Charlie : 1 mort, le journal

    Répondre

  3. Hantécrise

    18 juillet, 2008 à 10:33

    Une histoire de citation s’interprète à Sion. Une cabale bien pratique pour licencier le licencieux en évitant le prude dogme, au Font qu’à Val liait. Après tout, un directeur de la publication qui n’assume pas la relecture par susceptibilité aux réponses habilitées se doit de plaider coupable.
    De l’opportunisme à la conversion, la réplique est cavalière d’exiger soit de publiques excuses, soit l’arrêt public : mais le gauchisme imbécile, l’exécrait.
    A rat qui rit, les sourds y dansent, Charlie tangue haut !
    Pour faire d’un art schisme : nous sommes tous des Siné !

    Répondre

  4. Léon Camé

    18 juillet, 2008 à 16:36

    Val aigri, briscard déteind comme dirait l’antécrise…

    Je ne ris plus de charlie. Siné, c’était le papy que tu prenais plaisir à entendre gueuler quand il te racontes comment la jeunesse se larve.

    Répondre

  5. lediazec

    18 juillet, 2008 à 18:43

    Ce Val a déjà une tronche qui ne me reviens pas. C’est à cause de lui que j’ai cessé d’acheter Charlie Hebdo. C’est le genre de gars qui n’aime la lumière que pour s’éclairer en plan américain.
    Merci pour cet éclairage particulier à Ruminances. Dans les années 70, je lisais Charlie, bien sûr, Hara, évidemment, et, aussi, la gueule ouverte, journal d’écologie politique qui a vécu quelques années après le décès de son fondateur, Pïerre Fournier.
    J’aimais beaucoup les articles d’Isabelle Soulié et Isabelle en particulier.
    Mais de cela monsieur Val n’a pas envie de se souvenir. Beaucoup trop libre et authentique pour cet intégriste de l’ego !

    Répondre

  6. ruminances

    18 juillet, 2008 à 19:29

    Arf j’ai lu aussi la Gueule ouverte à l’époque… ma mère a peut être encore les numéros chez elle… Un grand format tout fouillis mais tellement prémonitoire !

    Répondre

  7. Bonzo

    19 juillet, 2008 à 2:26

    Ah Vichy, tu l’as Val !

    Répondre

  8. Bonzo

    19 juillet, 2008 à 2:35

    Non mais des fois je nous trouve injuste. Ce type aurait pu travailler pour le Figaro, RTL, Voici ou le Nouvel Obs tout de même. Soyons reconnaissants m’enfin

    Répondre

  9. Canette S'ensuque

    19 juillet, 2008 à 3:09

    Polie tic ment correct dit t’il d’un haussement d’épaule le Nic’ tout.

    Pas fonky avec la famille, l’homme nie.

    La décision vient dans Marcel amont, la cool oeuvre avale le voeu nain.

    Bleu, bleu le ciel…

    Répondre

  10. ruminances

    20 juillet, 2008 à 6:15

    Blanc, blanc les goélands, les bateaux blancs…

    Répondre

  11. b.mode

    23 juin, 2009 à 6:41

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Quand Lellouche pète les plombs en direct…

Est-ce le fait d’être devenu l’émissaire de Sarkozy en Afghanistan et au Pakis…