Accueil Politique Une souris nommée Edvige

Une souris nommée Edvige

7
0
282

brother.jpgEdvige est une étrange créature qu’il est sage de ne pas fréquenter de trop près. Elle sait tout sur tout, tout de vous même vos secrets les plus intimes. Et la discrétion n’est pas sa qualité première. Edvige, acronyme pour « Exploitation documentaire et valorisation de l’information générale » est en fait un fichier informatique policier officiellement  mis en service le 1er juillet dernier. Grâce à la charmante Edvige, vous êtes susceptibles d’être fichés et ce à partir de 13 ans. Sont consignés dans ces registres, données à caractère personnel tels qu’état civil, adresses diverses et variées, téléphone, plaque d’immatriculation mais aussi « signes physiques particuliers et objectifs, photographies et comportement, données relatives à l’environnement de la personne, notamment à celles entretenant ou ayant entretenu des relations directes ou fortuites avec elle. » 

 Ce fichier a pour but de « centraliser et d’analyser les informations relatives aux personnes physiques ou morales ayant sollicité ou exercé ou exerçant un mandat politique, syndical ou économique ou qui jouent un rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif…  », « de centraliser et d’analyser les informations relatives aux individus, groupes, organisations et personnes morales qui, en raison de leur activité individuelle ou collective, sont susceptibles de porter atteinte à l’ordre public ; de permettre aux services de police d’exécuter les enquêtes administratives qui leur sont confiées en vertu des lois et règlements, pour déterminer si le comportement des personnes physiques ou morales intéressées est compatible avec l’exercice des fonctions ou des missions envisagées.  » 

On se savait évoluer dans une société de surveillance mais là c’est le pompon. Car dans ce fourre-tout policier, fusion des données des RG et de la DST, on peut y mettre tout un chacun. Les associations de tout poil sont montées logiquement au créneau pour s’opposer à l’exploitation d’un tel fichier. Ainsi l’Association des Paralysés de France dénonce « ce fichage qui ne dit pas son nom et qui met de fait en cause toutes les personnes qui aujourd’hui sont investies pour défendre des idées, des droits, des personnes ». Elle souligne que « tous les acteurs de l’association quels qu’ils soient – élus, bénévoles, salariés ou adhérents – peuvent tomber sous le coup de ce fichier, de par leur fonction ou leurs actions ». Elle déclare que ce fichier « s’attaque aux fondements même de la démocratie et de la citoyenneté et constitue une régression des libertés individuelles et publiques ». 

Une fois de plus, les libertés individuelles sont bafouées au nom de la sacro-sainte sécurité et de l’ordre public. Chaque jour, l’état policier gagne un peu plus de terrain. Orwell avait tout d’un visionnaire. Little Brother is watching you…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

7 Commentaires

  1. Canette S'ensuque

    25 juillet, 2008 à 15:07

    Agnès Stasi et Grichka gébé déjà parents du célèbre Elliot Nessa ont l’immense joie de vous apprendre la naissance de la petite Edwige Hippirate.

    A trés bientôt pour le baptéme.

    Souriez, vous étres fichés.

    Kikou Edwige, déja de belles quenottes, dis donc ! J’ai l’impression de t’avoir déja vu. T’as pas une grande soeur né sous X ?

    Passe le bonjour à Parrain !

    Répondre

  2. ruminances

    25 juillet, 2008 à 16:10

    C’est bon de vivre dans une société totalitaire… On se sent en sécurité…

    Répondre

  3. lediazec

    25 juillet, 2008 à 18:33

    Comment voulez-vous rester tranquille avec de telles infos.
    Tout ça n’est pas nouveau, puisque le Big Brother d’Orwel date de 1948. Malgré une dénonciation en règle des systèmes totalitaires et de l’oeil averti des caméras policières jusque dans les foetus, à l’époque tout le monde pensait (guerre froide oblige) que cela s’adressait uniquement au système soviétique, sauf Orwell, évidemment. Même si cela date, cela n’empêche pas le coup de froidure dans le dos.
    Plus près de chez nous, un certain Alain Peyrefitte, féru de chinoiseries, qui avait les oreilles d’un espion, défendait bec et ongles, via le Figaro, la loi informatique et libertés d’un certain Poniatowski. Pas étonant, dès lors, que l’omnipotent, pourvu des mêmes feuilles que le Peyrefitte Alain, appartenant de surcroît à la même famille politique, ait envie d’enfoncer des navigateurs espions dans l’utérus des femmes fécondables, histoire de connaître le lait préféré du futur nouveau-né, pour savoir quel type de matraque sera le plus adapté à son éducation et à son avenir.
    Bref, demain, je file à la pêche. En priant pour qu’un sous-marin n’enfonce pas son périscope espion dans le cul du zodiac de mon pote le Pat !

    Répondre

  4. ruminances

    25 juillet, 2008 à 19:00

    Fais gaffe ami breton… Si tu ferres une carpe… Assure toi qu’elle est muette !!!

    Répondre

  5. clarky

    26 juillet, 2008 à 0:32

    la ferme des animaux en 45 du siècle dernier y allait déjà de sa dénonciation du totalitarisme.

    verrouillage à tous les étages, purges diverses et avariées, organe de presse propagandiste et sous contrôle, police secrète…filio de poutine, l’idéal sert quasi toujours des fêlés qui ne risquent pas de laisser passer la lumière mon cher audiard.

    on y est plus que jamet, tain je vais me refaire une fiche d’edwige feuillère avec un petit cocteau d’aix en provence histoire de voir un aigle à deux têtes.

    pis je ne résiste point, citation du cheval de trait… »travailler plus dur » et « napoléon ne se trompe jamais »…toute ressemblance avec des personnes connues n’est pas fortuite.

    bon allez, la france qui se lève tôt pour toucher certains jours de merde la coquette somme de 60 euros/jour (byzance quoi en somme) est sur le point de dérailler sévère donc basta pour ce soir…

    Répondre

  6. ruminances

    26 juillet, 2008 à 9:32

    Elle a pas que des belles quenottes, l’Edvige ! Elle a de beaux yeux tu sais et des grandes oreilles. Plus une redoutable mémoire. Mais t’amuses pas à la défeuiller, elle mord…

    Répondre

  7. boeuf mode

    1 septembre, 2008 à 13:04

    Tiens depuis que l’ex-bègue a remis ça à l’ordre du jour, les medias ne parlent plus que de ça… Le décret date juste du 1er juillet… :)

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Plus dur sera le parachute !

Servir la soupe, tel est plus que jamais le mot d’ordre dans les rédactions de France et d…