Accueil Politique Echec et (diplo) mat

Echec et (diplo) mat

9
0
341

kozycocorico.jpgLoin du bronzage programmé au cap Nègre, la diplomatie hexagonale tient plutôt le cap aigre pendant les congés payés. Encore une fois, l’omnipotent eut mieux fait de rester se dorer la couenne sur les plages privées du palace doré des Bruni-Tedeschi ou de s’adonner aux joies du jet ski avec Carlita dans les criques alentour. Encore une fois, il eut évité de passer aux yeux du monde entier pour un faux-dur à cuire, un vrai cireur de pompes et un authentique médaillé d’or de la courbette. Encore une fois, la France se serait passée de ces nouvelles humiliations internationales.

Ça commence par Pékin. Un inutile voyage express avec en guise de mascotte, p’tit Louis ressorti des oubliettes de l’histoire tandis que les collègues européens, Angela, Gordon et Silvio, sont restés at home, plus ou moins droits dans leurs tongs. On a voulu faire plaisir aux chinois pour tenter de gagner quelques yuans de plus. De pathétiques atermoiements sur le Tibet, un reniement sur la possible rencontre avec le Dalaï-lama, des déclarations flagorneuses envers la Chine. Curieux comme le petit homme aime à flatter les puissants. On l’avait constaté à Washington en novembre lors de son intervention au congrès américain. Il avait remis ça à Rome en janvier lors de sa visite au pape. Là, il s’aplatit une fois de plus devant l’empire du milieu. Curieuse osmose. C’est lui qui courbe sans cesse l’échine et c’est Fillon qui a mal au dos…

Ça continue avec l’Ossétie du Sud. Ephémère président d’une Europe divisée sur la chose, lui et ses sbires concoctent à la va-vite un traité mal ficelé. On oublie d’y associer l’Allemagne pourtant très au fait des affaires russes. Sous l’influence de Poutine, on brade dans les négociations l’intégrité du territoire georgien. On s’affiche alors à Moscou avec Medvedev, on fait le beau à Tbilissi avec Saakachvili et on roule des mécaniques en se voyant déjà futur prix Nobel de la Paix.

Une semaine plus tard, les troupes russes sont toujours en Géorgie. Sarkozy tente de hausser le ton en affirmant qu’il convoquera un Conseil européen extraordinaire si l’accord de cessez-le-feu n’est pas appliqué rapidement. Dans l’ombre, Poutine doit être mort de trouille devant pareille menace. Après avoir vidé de leur population les villages géorgiens d’Ossétie du Sud, il va tranquillement retirer ses troupes tout en ayant obtenu ce qu’il voulait. Grâce au traité Sarko, et ce malgré les mises en garde américano-allemandes, l’Ossétie du sud et l’Abkhazie ne feront vraisemblablement plus partie de la Géorgie.

islamburka.jpgEt Kouchner dans tout ça, me direz-vous ? A force de manger son chapeau, il doit avoir la tête près du bonnet. Est-ce pour cette raison qu’il s’énerve à tout va contre les journalistes qu’il accuse de ne poser que des questions agressives sur la médiation française ? Quoiqu’il en soit, sa stratégie dite de l’autruche atteint ici des sommets. En guise de couvre-chef, on ne saurait que lui conseiller la burqa, idéale pour se voiler la face…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

9 Commentaires

  1. ruminances

    19 août, 2008 à 6:55

    Tout eddy (extrait du monde) :)

    Exaspérés par le jeu de dupe auquel se livre Moscou sur le terrain, la Maison blanche et l’Elysée ont tout deux appelé les forces russes à se retirer « sans délai ».

    Plus prudent, le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner refuse pour sa part de menacer Moscou et espère un retrait prochain des troupes russes : « Il me semble, mais je peux me tromper complètement, que nous assisterons à cette amorce de retrait de troupes aujourd’hui (lundi) et dans la nuit ». Selon lui, l’heure n’est pas encore aux ultimatum : « Nous ne voulons pas menacer » Moscou, a-t-il insisté. Mais « nous sommes sérieux, il y a une ligne rouge qui est le retrait des troupes » russes en Géorgie, a-t-il ajouté.

    Répondre

  2. lediazec

    19 août, 2008 à 9:58

    Le problème du Guignol élyséen est grave. Il engage les fondements de la Vème république dans une dérive désastreuse. Avec Giscard, Mitterrand, Chichi, quand les choses allaient mal dans la politique intérieure, ils avaient au moins un comportement extérieur cohérent.
    Avec Sarko, l’indigence frise le grotesque avec un allant jamais atteint : nul à la maison, lamentable à l’extérieur !
    Bravo !

    Répondre

  3. ruminances

    19 août, 2008 à 10:03

    Clair ! Le goal-avérage du FC SARKO est nettement négatif tant à l’extérieur qu’à domicile. On va tomber en ligue 2, moi je vous le dis !!! :(

    Répondre

  4. lediazec

    19 août, 2008 à 10:17

    Et comme pour bien enfoncer le clou dans la nullité, c’est décidé : Bernard Kouchner, le pope de la suffisance, pas très chaud au départ, rencontrera finalement le dalaï lama, en compagnie de dame nunuche, la première de son état.

    Répondre

  5. ruminances

    19 août, 2008 à 10:31

    ça va faire jamais que quatre fois qu’il change d’avis. Ce gars-là, soit il est téléguidé par qui on sait, soit on devrait le mettre sur un toit. Au moins, là il serait utile… :)

    Répondre

  6. clarky

    19 août, 2008 à 19:16

    gare au gori, c’est le temps des coquins, envoyez vos dons au kremlin, cccp « j’emmerde le reste du monde » libellés à l’ordre de la fondation nationaliste pour l’annexion de la géorgie…

    Répondre

  7. ruminances

    20 août, 2008 à 5:40

    Ban public pour Poutine, l’amoureux nostalgique. Quand il pense à la Géorgie, il bande aussi ! Sézigue il s’en cague d’avoir… mauvaise réputation !

    Répondre

  8. clarky

    20 août, 2008 à 12:23

    quand poutine a des gaz ça sent la merde noire en géorgie.
    elle est à toi cette exaction, toi le milicien qui sans façon, m’a donné 4 coups de poignard quand en la vie je voulais croire….

    Répondre

  9. ruminances

    20 août, 2008 à 15:30

    Pauvres rois pharaons, pauvre Napoléon,
    Pauvres grands disparus gisant au Panthéon,
    Pauvres cendres de conséquence,
    Vous envierez un peu l’éternel estivant,
    Qui fait du pédalo sur la vague en rêvant,
    Qui passe sa mort en vacances.

    Comme dirait ke vieux Jo…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Hongrois rêver !

Vous savez quoi ? Bah, j’ai regardé France-Chine d’un derrière distrait. Et le…