Accueil Politique Ici l’ombre

Ici l’ombre

21
0
708

ombre.jpgSix plombes. S’échappent du Tivoli local, quelques ondes improbables. Un débat sur l’actu. Un de plus. Un invité dont j’ai oublié jusqu’à la fonction dit qu’il vaut mieux faire copain-copine avec le chef suprême plutôt que de lui tirer dans les pattes. La Palice vient de se retourner dans sa tombe mais ne peut qu’opiner du bonnet. Regardez Ségo par exemple. Quand on lui braque son appart, elle a juste droit à une volée de bois vert de la part de la classe politique courroucée et moqueuse. Pas à la démission du préfet de police de Paname. Quand Jean sans Peur se fait chaparder son Vespa, on lance illico des recherches ADN. Deux poids, deux mesures. Y’a pas, on a les relations qu’on peut. Amitiés particulières pour partenaires particuliers. Promotion canapé, pédalo, scooter, tout est bon dans le cochon…

kozyombre.jpgHors donc, le gars qui cause dans le poste ose faire un rapprochement entre deux interventions ubuesques au plus haut niveau. Celle qui fait suite à l’occupation de la villa de Jacouille la Fripouille et celle qui a entraîné la nomination de la blonde du vingt heures. Ni une ni deux, la plumitive vedette de la station, proche du pouvoir, s’indigne de cette association ô combien malvenue. Que veut insinuer ce petit paltoquet ? Comment ce malotru ose-t-il suggérer une pareille infamie ? On les a vus ensemble à Marrakech, insiste le grossier personnage. Il n’y a pas de photo donc il n’y a pas de preuve lui répond tout de go l’éditorialiste péremptoire. Donc on n’en parle pas. Fermez le ban. Comme si les clichés authentifiaient les actes. Regardez en Afghanistan, à défaut de top-models, on fait poser des talibans…

On nous cache tout, on nous dit rien écrivait Lanzmann au milieu de sixties. C’était au temps du grand Charles et de l’ORTF. Y’avait même un ministre de l’information. La voix de la France, point barre. Là, c’est plus insidieux mais tout aussi redoutable. Voire plus si affinités. Sous couvert d’une prétendue diversité de l’offre médiatique, on manipule l’opinion, on uniformise le point de vue, on place les proches, les complaisants et les flatteurs aux endroits stratégiques.

Sans vergogne, on nomme PDG d’une radio historique, un ancien conseiller de l’actuel premier ministre. Dans la foulée, on place un ex-candidat UMP à la direction de l’information de la chaîne de télé dominante. Et ensuite, on décline à tous les étages. Un ancien journaliste du Nouvel Obs, dénonciateur de caricaturiste à ses heures, passe dans le giron d’un groupe de médias appartenant à un des « frères » de l’omnipotent. Sans coup férir, le gars retourne sa veste et est intronisé à la fois rédacteur en chef d’un hebdo dominical et éditorialiste number one de la radio précédemment évoquée. Dans ses deux tribunes, il tape sur la gauche comme un forcené tandis qu’il ne tarit pas d’éloges sur l’action du chef de l’état. Bonjour le pluralisme. Quand bourrage de crâne rime avec Doliprane…

On ne reviendra pas sur la prochaine mise sous contrôle du service public audiovisuel. Pour faire passer la pilule, on y glissera à sa tête un ex-homme de gauche repenti. Ce sont les plus serviles car ils ont tout à se faire pardonner. A ce propos, on observera juste qu’un ministre des affaires étrangères, ancien chouchou des médias, ne supporte plus la moindre critique à son encontre. Coup de sang sur un plateau d’une télévision dirigée par son épouse suite à un reportage grinçant, boycottage d’une journaliste d’un quotidien du soir, unanimement reconnue pour sa compétence mais coupable d’avoir osé posé des questions qui fâchent au sémillant french doctor.

L’exemple vient d’en haut. Quand on passe la brosse à reluire, on est protégé, promu, propulsé vers les hautes sphères. Quand on rue dans les brancards, qu’on émet un avis contraire, on est vilipendé, humilié, renvoyé à ses chères études. A défaut de l’arme à gauche, on passe à la trappe. On rejoint les forces obscures. Ici l’ombre…

PS : toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Article relayé par

betapolitique01.jpg

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

21 Commentaires

  1. Dav_

    7 septembre, 2008 à 10:25

    Beau texte. C’est vrai que Sarkozy a transformé l’Elysée en société de cour.

    Répondre

  2. lediazec

    7 septembre, 2008 à 10:27

    Excellente lecture matinale. Il ne faut pas avoir peur de ressasser les choses, ni de dire jusqu’à satiété cette dérive fasciste que s’installe à l’intérieur même du corps institutionnel. Ne pas avoir peur de dénoncer les traîtres, les vendus, les frustrés et autres apprentis sorciers qui, a défaut d’avoir du talent, ont de la lèche l’art consommé.
    Je crains cependant, cher boeuf, que le doliprane ne soit hélas insuffisant pour ce genre de migraine.
    Va falloir travailler à un nouveau vaccin !

    Répondre

  3. Dav_

    7 septembre, 2008 à 10:38

    Personnellement, je pense que sur le plan de la politique intérieur du pays, il a fait des réformes nécessaires et importantes. Malheureusement, il a une fâcheuse tendance à se rapprocher du modèle berlusconien sur le plan diplomatique et dans sa démonstration du pouvoir. Le jadis expert de la communication a fait voler en éclats, la statue de grand homme d’Etat qu’il s’était lui-même construit.

    Je suis extrêmement déçu de la tournure des événements et quand je vois Villepin à la télévision, lui le poète lyrique admirateur de Napoléon, j’ai comme un sentiment de vague à l’âme.

    Répondre

  4. boeuf mode

    7 septembre, 2008 à 10:50

    Vrai breton qu’on ressasse à foison mais il faut dire que rien n’évolue dans les sphères influentes. Chassez le naturiste, il revient au bungalow comme dirait l’humoriste. David, si l’envie te dit sache que cette modeste tribune t’est bien évidemment ouverte ! :)

    Répondre

  5. lediazec

    7 septembre, 2008 à 12:05

    Et que faire d’autre boeuf ? Au regard du spectacle que nous donne la gauche, c’est à se demander si elle a vraiment envie de devenir autre chose que pourvoyeuse de renegats pour le compte de Sarko…
    Rien à l’ouest de l’espoir !

    Répondre

  6. boeuf mode

    7 septembre, 2008 à 12:10

    La fuite des cervelets a déjà commencé… Besson avait donné le ton. suivi bien vite par Kouchner and co. A croire que l’omnipotent les fascine… :(

    Répondre

  7. clarky

    7 septembre, 2008 à 12:35

    oh pute vierge que c’est beau, je parle de la refonte du site et pas du texte :)

    et n’oubliez pas que si vous avez des problèmes de fausses sceptiques, sarko intervient séance tenante en 24 leurres chrono, siphonne et remue la merde, comme quoi, vaut mieux être au cap nègre que nègre au Cap.

    Répondre

  8. lediazec

    7 septembre, 2008 à 12:42

    Chut ! Faut pas citer Kouchner. Risque de faire une apoplexie pour traîtrise avérée, mais point démontrée ! Là, s’il te lit, il appelle sa femme. Au mieux, il la débarque dans une île du Pacifique, avec Yves Montand dans le rôle du « sauvage ». Au pire, il lui interdit l’accès à la prochaine Garden party de l’Elysée. Et si, par scrupule déontologique, elle continue à se montrer intransigeante, il compose le n° de Montgolfier pour un dépôt de plainte à ton encontre. T’imagine le koh lanta ? Toi et sa femme !… Là-bas…
    En fait, tous ces mecs (les « renégats ») n’ont de la conviction politique, de la philosophie, de la sociologie, que l’idée confuse d’un peuple et de citoyens qu’ils n’imaginent pas autrement que comme une longue chaîne de volailles destinée à la consommation courante.
    Après tout, le poulet c’est aussi les plumes, non ?

    Répondre

  9. boeuf mode

    7 septembre, 2008 à 13:58

    Le sauvage !!! Deneuve et pas d’occasion. :) Sa femme, bien sûr mais pas dans l’état de pamoison pseudo-naïve dans laquelle il l’a mise. Il en a fait en deux coulées gros une potiche, sézigue… Et pire, on dirait qu’elle en redemande… ça interpelle au niveau du v-cul…

    Répondre

  10. lediazec

    7 septembre, 2008 à 18:25

    Là, c’est la classe ! J’adore ce ruminant illustrant. Magnifique ! Merci Erby, je t’embrasse, pour ça et pour des tas d’autres bonnes impressions que tu dégages !

    Répondre

  11. Erby

    7 septembre, 2008 à 19:48

    Si j’aurais su je me serais rasé !……… Merci d’apprécier

    Répondre

  12. boeuf mode

    7 septembre, 2008 à 20:05

    Superbe ! On sent vraiment un ruminant excédé… :)

    Répondre

  13. Canette S'ensuque

    8 septembre, 2008 à 3:08

    Il est fort le Nic’ pour tirer dans la lucarne. Sur qu’en jouant tout seul avec les adversaires sur le banc c’est plus facile.

    Merci pour l’édito, la couleur ainsi que la devise;)

    Répondre

  14. boeuf mode

    8 septembre, 2008 à 3:49

    C’est vrai que c’est beaucoup mieux comme ça !!! ;)

    Répondre

  15. lediazec

    9 septembre, 2008 à 16:26

    Dans ce monde délétère où les bonnes nouvelles se font rares,j’ai hâte de découvrir le premier numéro de « Siné Hebdo »…
    En revanche, j’ignore la date de parution dans les kiosques. Ca va grincer des dents quelque part !

    Répondre

  16. boeuf mode

    9 septembre, 2008 à 19:50

  17. Erby

    9 septembre, 2008 à 20:15

    « En revanche, j’ignore la date de parution dans les kiosques. ça va grincer des dents quelque part ! »

    En principe demain en kiosque. J’en attends beaucoup moi aussi car Charlie est devenu de la daube dure à aVALer !… les 2 euros d’économie sur Charlie vont passer sur Siné ! ….. Que dire de plus. Que je suis extrèmement déçu par les comportements de Charb, Cabu et Cavanna….. et que je vais regretter Wolinsky !

    Répondre

  18. Erby

    9 septembre, 2008 à 20:24

    Je viens de lire que Jean Sarkozy – le fils de l’autre, à cause duquel Siné a été viré de Charlie – se marie demain, jour de sortie du 1er Siné Hebdo !…..

    Je trouve le contexte cocasse ! Voulu !?……

    Répondre

  19. lediazec

    9 septembre, 2008 à 20:42

    Comme de bien entendu ! Le fils se marie. Edward 16 le pape romain arrive. Finkielkraut nous file une spéciale sur France Culture, Adler lui emboîte le pas et Gogol 1er gerbe un algorithme que même Finke en est pantois.
    La rubrique pipol bat son plein ! Et la rentrée dans tout ça ?

    Répondre

  20. boeuf mode

    10 septembre, 2008 à 0:16

    Arf c’était donc ça… l’entrefilet http://ruminances.unblog.fr/2008/06/18/darty-convole-en-sarkozie/ a eu plus de 150 visites hier, j’ai pas compris pourquoi… ;)

    Répondre

  21. gonzague

    29 septembre, 2008 à 14:54

Répondre à boeuf mode Annuler la réponse.

Consulter aussi

Du mouron à la cour

An 09. La galaxie Sarkozy est en train inéluctablement de partir en vrille. Une sorte de m…