Accueil Politique Jégo face au tout à l’ego

Jégo face au tout à l’ego

13
0
150

jego05.jpg

Jégo mérite la diatribe. Sa gestion du conflit en Guadeloupe restera inscrite black sur white dans les mémoires de tout un chacun comme une pantalonnade hors norme. A la mesure de la vénération qu’il portait jadis au roitelet. On se souvient qu’avant sa nomination au sous-ministère de l’Outre-Mer, il s’affichait péremptoire vis à vis de tout ce qui pouvait s’avérer comme un bémol au Sarkozisme bondissant. Une version bis d’un Lefebvre, d’une Morano voire d’un Karoutchi…

Qu’importe, comme la plupart de ses collègues des ministères amers, force est de constater que, confronté au réel, il a accouché d’un fiasco. Voire plus si affinités. Une tentation (de révolte) des îles qui peut péter à la fiole de l’omnipotent lui-même. Le moins qu’on puisse dire est que ce dernier n’a pas apprécié la chose. Ni une ni deux,  l’Yves s’est fait désavouer puis manipuler en public par le Prince et son second. Rappeler à Paname en plein exercice de négociation puis renvoyer dans la fosse aux lions accompagnés de deux médiateurs (la nouvelle arme fatale)  sortis du diable vauvert. Résultat of course. Pas de déclic mais des claques pour sézigue…

Il est instructif de voir les thuriféraires du monarque se planter les uns après les autres quand, sortis de leur représentation médiatique, ils doivent faire face aux vrais problèmes sociétaux. La liste des bannis s’allonge désespérément. Dati, Darcos, Pécresse, désormais Jégo sans oublier Lagarde, Kouchner, Boutin voire Albanel. Dans cette triste optique, on souhaite ardemment que le Travolta de l’UMP hérite d’un strapontin au plus tôt. Juste pour qu’il stoppe son insupportable logorrhée quasi-quotidienne…

On sent bien que le guru de la réforme a du mal à ramer sur les flots hostiles. Tel un marin de petit temps. Tel un joueur de poker qui a perdu la main. Le bluff ne passe plus. Les sondages sont cruels pour l’ex-idole des fulls si peu sentimentaux. Une grande dépression (aussi économique que morale) envahit le pays en ce début d’année. Le tout-à-l’égo ne fonctionne-t-il désormais plus qu’au cap Nègre chez belle-maman ?

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

13 Commentaires

  1. clarky

    16 février, 2009 à 17:12

    ça me fait penser à une allégorie ton billet, pas forcément de la caverne même si ici on est dans une grotte, et les ombres sont partout.

    Répondre

  2. clarky

    16 février, 2009 à 17:27

    j’aurais bien fait une brève là dessus mais je ne vais pas en avoir le temps.

    le chantage à l’emploi.
    http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/02/16/face-a-la-crise-des-entreprises-reduisent-les-salaires_1155973_3234.html#xtor=RSS-3208

    Répondre

  3. b.mode

    16 février, 2009 à 17:37

    allez Gori !!! :)

    Répondre

  4. clarky

    16 février, 2009 à 18:07

    je suis plutôt béotien que géorgien :)
    ossétes et match, c’est caucaz’ou.
    sinon, je peux te faire la version simiesque ou fossey, gori dans la brume, rien à voir avec le petit grégory…

    Répondre

  5. rimbus

    16 février, 2009 à 22:01

    je viens d’en pondre un court et bien senti sur Jégo… mais à paraitre vendredi dans Vendredi (avec un portrait a ma façon) :-)
    ceci dit, fais gaffe à toi :
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2008/11/18/01011-20081118FILWWW00480-yves-jego-perd-son-proces-en-diffamation.php

    Répondre

  6. b.mode

    17 février, 2009 à 7:32

    Arf ! merci du conseil !!! ;) Le monsieur est prodécurier…

    Répondre

  7. minotor

    17 février, 2009 à 16:09

    chantage à l’emploi : arf, en Chine aussi on réduit les salaires face à la crise ! Il va donc falloir travailler encore plus pour gagner encore moins si on veut les suivre. Mais à force de tendre l’élastique il finit par casser…

    Répondre

  8. b.mode

    17 février, 2009 à 16:51

    Ah minotor, ça fait plaisir ! En tout cas rendez-vous le 19 mars place du commerce ! ou avant !!! ;)

    Répondre

  9. clarky

    17 février, 2009 à 19:19

    @minotor

    le travail c’est la santé aurait pu te dire marchiani…

    Répondre

  10. minotor

    17 février, 2009 à 22:02

    Pas de problème b.mode, on en profitera pour aller boire une bière à la santé du … comment peut-on l’appeler après le Conducador ? Le triporteur ?

    Répondre

  11. minotor

    17 février, 2009 à 22:21

    oui clarky, mais « rien faire c’est la conserver ». Je crois d’ailleurs que c’est le parti-pris du gouvernement : « on ne fait rien et on attend que ça se passe, et on ne lâche rien ».
    Y a-t-il encore un pilote dans l’avion ?
    A moins que, et c’était le propos d’un de mes derniers articles, ils attendent la castagne pour passer à l’étape suivante. Dans une vidéo que j’ai vu sur you tube ici : http://www.youtube.com/watch?v=BpCeNnYTYGU
    on peut entendre un type fracassé par les CRS dire : « Ils nous ont dit sale chien, sale nègre on est venus pour vous mater »
    je n’invente rien allez voir. Donc la voie de résolution du conflit choisie par le gouvernement est bien celle de la violence, comme on pouvait s’y attendre. Et ce sera sans doute la même à laquelle nous allons avoir droit à partir de la mi-mars, si par hasard une grève générale devait bloquer le pays.
    Mais la différence c’est que les CRS ne peuvent pas couvrir des émeutes dans tout le pays en même temps. Pour y faire face le triporteur devra franchir un barreau de plus sur l’échelle de la conduite.

    Répondre

  12. b.mode

    18 février, 2009 à 7:02

  13. b.mode

    18 février, 2009 à 11:02

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La taille du Bonsaï, le soir, au fond, déçoit…

Il devait être l’arbre qui cacherait la forêt de profits des nantis. A la fois, le baobab …