Accueil Politique Coq en stock

Coq en stock

20
0
928

coq04.jpg

Il était une fois un tout petit coq dont le chant quotidien avait fini par lasser presque tous les autres animaux alentour. Il faut dire que depuis trop longtemps déjà, il squattait en permanence leur petite lucarne, leur infligeant des cocoricos à répétition aussi ridicules que stériles. Il y avait bien encore un roquet à poil long qui aboyait de plaisir après chacune des interventions du gallinacé mais à force de montrer les crocs envers quiconque oserait critiquer les agissements du roi du poulailler, le vilain clébard avait perdu toute crédibilité.

ruminancecoq.jpgMais il y avait pire. Chaque déplacement du coquelet en France et en Navarre était désormais chose ardue. Pour éviter qu’il subît huées et quolibets de la part des locataires des basses-cours, des hordes de poulets quadrillaient désormais chaque ferme où il se présentait. Récemment, lors de sa visite à la plus grande d’entre elles, on avait même soigneusement écarté de sa trajectoire, les vilains petits canards qui auraient pu troubler la fête. Des faisans malicieux avaient même poussé le cynisme jusqu’à convoquer dindes et paons fanatiques du volatile afin qu’ils lui glougloutent et lui braillent tout leur amour pour son auguste plumage.

Le petit peuple était décidément très injuste avec son altesse à crête. Lui qui avait pourtant épousé la plus belle poule du monde. Lui qui portait sous l’ergot une bague de grand luxe. Une bague dont un faucon (un vrai ?) ami et entremetteur à ses heures réclame (ça ne s’invente pas) et huit à qui veut bien l’entendre que si l’on n’en possède pas après cinquante ans, c’est qu‘on a raté sa vie.

La vie était bien cruelle pour notre volaille incomprise. Lui, qui pour noyer le poisson, sortait chaque jour de sous ses plumes une idée nouvelle pour l’avenir de l’élevage. Il avait même chargé un vieux dindon goitreux de re-découper les régions de l’hexagone. C’était vraiment la priorité des priorités au moment où la majorité des bêtes ruminaient contre lui à force d’être à la diète depuis son arrivée au trône.

Il avait tant promis avant son accession. Telle la Perrette de monsieur de La Fontaine, il avait tiré des plans sur la comète pendant sa tournée de campagne. Il s’était vu beau, efficace, adulé. La réalité était manifestement tout autre. Son chant désespéré n’était pas des plus beaux. Telle la jeune laitière, il ne lui restait plus qu’à coqueliner dans son coin Adieu veau, vache, cochon, couvée…

PS : toute ressemblance avec un coquelet ayant déjà existé serait purement fortuite

flu26.jpgVotez pour ce billet sur Coq en stock dans Politique wikio5

Article relayé par

agora.gif

betapolitique01.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

20 Commentaires

  1. Nicolas J

    1 mars, 2009 à 9:17

    Ca me rappelle pourtant quelque chose.

    Répondre

  2. lediazec

    1 mars, 2009 à 9:28

    Que c’est étrange ! Une fiction dont le personnage central me fait penser à quelqu’un de réel. Mais qui ?…
    Décidément, je me fais vieux !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. Alcibiade

    1 mars, 2009 à 10:03

    Très bien vu! L’effet de style permet de bien beaux jeux : « La plus belle poule », « les faucons », « les faisans malicieux » ;-)

    Répondre

  4. clarky

    1 mars, 2009 à 11:22

    il suffira d’un cygne, un matin
    un matin tous tranquilles et sereins
    quelque chose d’infirme c’est certain.
    déchirées nos guenilles, de vauriens
    l’enfer à nos chevilles, plus très loin
    il rit mais est tranquille un matin
    il aura tout ce qui brille dans ses mains.
    donne son avis que veux tu qu’on y fasse
    nous n’avons plus que ça au bout de notre impasse
    mais le moment viendra, tout changera de place.
    et tu verras que les filles, ouais tu verras bien
    n’auront plus les yeux qui brillent pour ce clampin
    plus de faim de fatigues, moins de festins
    langue de fiel et vanille, et le vain.
    Dassier qui nous mutile, oh oh oh, du pantin
    des blessures si utiles pour certains.
    nous ferons de nos grilles, des lendemains
    nous changerons nos vils en nains de jardin.
    il aura suffi d’un cygne, d’un malin
    triste poisson d’avril ce matin…

    punaise du goldman revisité un dimanche matin, je suis dans un état de délabrement cérébral plus que citrique…

    Répondre

  5. peuples

    1 mars, 2009 à 11:33

    joli le coq. Gaulois non ?

    Répondre

  6. b.mode

    1 mars, 2009 à 11:48

    Gaulois oui et si peu comestible ! ;)

    Répondre

  7. clarky

    1 mars, 2009 à 11:59

    gauloises personnellement, et blondes de préférence…le tour de poitrine important peu.

    Répondre

  8. mancioday

    1 mars, 2009 à 12:31

    Belle fable.

    Pour la réorganisation territoriale, c’est une bonne chose. Elle tombe au mauvais moment, c’est tout…

    Répondre

  9. lediazec

    1 mars, 2009 à 13:47

    Coq doré alias Gallus gallus
    Classification classique
    Ordre Galliformes
    Famille Phasianidae
    Genre Gallus
    Nom binominal
    Gallus gallus
    (Linnaeus, 1758)
    Parcourez la biologie sur Wikipédia :

    Le coq doré ou coq bankiva (espèce Gallus gallus) est un oiseau de la famille des Phasianidae originaire du sud-est asiatique. L’espèce a été domestiquée et est à l’origine de toutes les races de poule domestique.

    La forme sauvage de l’espèce est couramment appelée « coq bankiva », dénomination qui peut prêter à confusion étant donné que « bankiva » est le nom de la sous-espèce originaire de Java.
    Pour avoir possédé quelques spécimens de cette race particulièrement belliqueuse, je peux vous certifier que cela s’est toujours très mal terminé entre nous.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. b.mode

    1 mars, 2009 à 13:48

    Prise de bec, breton ? ;)

    Répondre

  11. lediazec

    1 mars, 2009 à 13:56

    On peut dire ça comme ça. Je n’ai pas apprécié cette façon obscène qu’ils avaient à tout vouloir mater qui m’a particulièrement excédé.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  12. clarky

    1 mars, 2009 à 14:24

    quid du staphylocoque doré alors ??!!??

    ce qui est assez marrant rital, c’est que tout ce qu’entreprend cette nouvelle vague qui nous fait son cinoche, tombe immanquablement au mauvais moment…mais pas forcément pour tout le monde.

    Répondre

  13. b.mode

    2 mars, 2009 à 1:38

    Merci à tous et bienvenue à Alcibiade, un p’tit nouveau ! ;)

    Répondre

  14. joaqin

    2 mars, 2009 à 22:16

    cependant,il est des automnes après des étés chauds et brûlants,
    où l’on se retrouve « one night » comme une ombre
    à se demander: moi qui voulait être soleil,
    qu’ai-je fait pour ressembler à la lune?

    bonsoir Alcibiade

    Répondre

  15. joaqin

    2 mars, 2009 à 22:18

    ‘tain clarky ton poême i’ déchire

    Répondre

  16. clarky

    2 mars, 2009 à 22:50

    tu crois pas si bien dire jo…

    aujourd’hui j’ai déchiré le portail d’une voisine…journée de merde, monde de merde, vie de merde, politique de merde etc etc.

    en fait je crois que je devrais me déchirer la tête une bonne fois pour toute, me refaire une bonne vieille biture à l’ancienne, évacuer tout ce trop plein qui te fait perdre sournoisement les pédales et te pompe insidieusement le peu d’énergie qui te fait encore tenir à peu près d’équerre…

    l’expression « en avoir plein le cul » n’a jamais aussi bien pris tout son sens qu’en ce moment!!!

    Répondre

  17. minotor

    5 mars, 2009 à 19:36

    comme prophétisait Nougaro :

    Pour imaginer son trépas
    Point n’est besoin d’être devin
    La pendule sonne l’heure du repas
    Coq au vin

    Répondre

  18. les amis du négatif

    2 juin, 2010 à 18:43

    Restera-t-il des cuisses et des frites à la cantine?

    EDUCASTRATION NATIONALE: SE SERRER LES NOUILLES DANS LES GLACES!

    Tenez, dans la série « keskonsmar »:

    Le Sinistre de l’Educastration Nazionale vient de nous dégotter une lumineuse idée comme il ne s’en trouve qu’une fois tous les quinquenats.

    Le profs n’enseignant jamais que des petites connaissances abîmées garantissant une égalité des chiances dans la volonté universellement partagée de finir à Sciences-Po ou à l’ENA, ne seront par un incroyable coup de bol pas renouvellés, tout au plus secondés par quelques auxilliaires du GIGN en cas d’arrêts maladie ou d’absentéisme…

    En conséquence du type « vases communiquants », les classes de 50 mètres carrés accueilleront d’avantage d’élèves, (une quarantaine aujourd’hui, pour une soixantaine demain!)….

    Vous imaginez déjà assez bien et sans difficulté, les fulgurantes dispositions en matière d’oxygène propices à l’assimilation de la chose enseignée en saignant!

    Bref on s’en tape!

    Mais pas nos mômes, grands glandeurs devant les ministres, bien entendu! lesquels Sinistres se succédant à ces postes délicats et stratégiques sont quant à eux et comme chacun sait « des Glands grandeurs » de la pire espèce; Passons!

    Ce n’est certes pas encore « la mixité sociale », mais c’est déjà un grand progrès dans la proximité des sujets.

    Bref, revenons à la situation de nos « petites blouses » traitées comme de vulgaires bouses.

    Si l’on considère que la surface de dégagement nécessaire à la sécurité du Corps Enseignant et à l’exercice de ses démonstrations pédagogiques (environ 20 Mètres carrés) devant un parterre d’élèves sauvages le couteau entre les dents, il ne reste plus aux élèves (60) que 30 mètres carrés à se disputer et partager au milieu du « mobilier d’étude »…

    Pour ce qui en est du « mobilier d’études » faut pas charrier, on ne va pas se mettre en frais,( économies-économies-restrictions du train de vie de l’Etat obligent) tout le monde pourra se culter coolos assis à même le sol dans une surface équivalente à 2+1/2 élèves au carré. Chic, chic!!!

    Il y a grand risque de favoriser l’absentéisme scolaire rien qu’à l’examen de cette situation….

    Sauf….sauf…comme nous le préconisons si les élèves déjà interdits de cagoule, de foulards, de « signes distinctifs et politiques » concédaient à venir à l’école à poils!!!

    Quittes à se serrer les uns/unes contre les autres; il s’agirait de savoir entreprendre de grandes mesures conviviales et lubriques en plus de celles touchant à « jeunesse et sports » récement intronisées par le même Sinistère et soutenues par Rama Yade!!!

    (D’ailleurs les profs seront le plus souvent remplacés par des vidéos pornos au rabais! voir des retransmissions groupées des longs ébats et émois parlementaires )

    BORDEL!!!

    S.

    Répondre

  19. b.mode

    2 juin, 2010 à 19:21

    @les amis du négatifs pas mieux !

    Répondre

  20. babelouest

    2 juin, 2010 à 19:31

    Ah que cela était dit bien !

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Ici, on gaze gratis…

Le 12 mai dernier, Sarkozy débarquait à Nancy avec son cortège habituel de policiers et de…