Accueil Politique Les chiffres de l’inflation bidons ? Avec l’INSEE, les chiffres de l’inflation à la tête du client

Les chiffres de l’inflation bidons ? Avec l’INSEE, les chiffres de l’inflation à la tête du client

14
0
763

La baisse soudaine du taux du livret A est justifiée par le gouvernement au nom de la baisse de l’inflation, argument auguste et indiscutable s’il en était jusque là. Mais il se trouve que l’INSEE a mis à disposition sur son site un très intéressant outil permettant d’individualiser l’inflation en fonction de ce que l’on dépense vraiment. Où l’on découvre une fois encore que les chiffres que l’on devait prendre jusque là pour argent comptant sont éminemment discutables.

Votre indice des prix personnalisé (source INSEE)
On peut y voir par exemple que le pourcentage du loyer pris en compte comme moyenne par l’INSEE est de 6% du revenu ! Les locataires apprécieront cette estimation qui se rapproche plus dans la réalité des 20 ou 30% du revenu pour tous ceux qui habitent dans les grandes agglomérations. Cet indice ne tient pas compte non plus des remboursements d’emprunts au titre de l’accession à la propriété, pour la raison qu’il s’agit d’un investissement. Cette vision des choses permet de passer à la trappe la récente augmentation des taux d’intérêt des prêts immobiliers, alors que les ménages les plus touchés par la crise en sont souvent réduits à revendre leur bien immobilier au bout de quelques années seulement, avant d’avoir fini de le rembourser, et le plus souvent à perte, quand ils ne sont pas tout simplement saisis. D’autres parts, on constate dans ce budget moyen que chacun aimerait avoir, qu’après avoir effectué toutes ses dépenses mensuelles il reste encore 38,9% du budget pour épargner et s’amuser, une fois les impôts et charges payés ! Quel bonheur la crise !

Les chiffres de l'inflation bidons  ? Avec l'INSEE, les chiffres de l'inflation à la tête du client dans Politique pourcentages  (source INSEE)

Mais sur quelle planète les prix et les achats se répartissent de cette façon ? On ne peut les obtenir qu’en mariant la carpe de la jeune employée de maison et le lapin du cadre retraité, qui, réunis, forment ce budget harmonieux. Calculez donc vous-même, grâce à l’outil de l’INSEE, votre propre inflation personnalisée. Ainsi, compte tenu de ces nouveaux chiffres, vous pourrez calculer combien va vous rapporter vraiment votre livret A !
En suivant le simulateur de l’INSEE, on découvre que si votre loyer représente 25% de votre revenu (déduction faite des impôts) et que par malheur vous n’avez pas acheté de « biens durables de loisirs » car vous n’en avez visiblement pas les moyens, votre inflation personnalisée est de 2%, votre livret A vous fera donc perdre 0,25% par an compte-tenu de votre inflation. Cochon de pauvre ! vous feriez mieux de dépenser le peu d’argent qui vous reste dans des babioles technologiques inutiles !

Si par contre votre loyer représente 0% de vos dépenses car vous êtes propriétaire et que vous décidez de consacrer 10% de votre revenu aux « biens durables de loisirs », – quand on a de l’argent il faut bien en profiter – votre inflation ne représentera plus que 1,3%, vous gagnerez donc en réalité O,5% sur votre livret A par rapport à votre inflation personnalisée ! Ce n’est pas terrible, mais c’est défiscalisé, toujours ça de gagné sur la tranche supplémentaire d’impôts !
Voilà un outil dont la France avait besoin : calculez vous-même votre inflation personnalisée à cette adresse : http://www.insee.fr/fr/indicateurs/indic_cons/sip/sip.htm

rezo.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe Certain
Charger d'autres écrits dans Politique

14 Commentaires

  1. b.mode

    14 avril, 2009 à 14:22

    J’avoue humblement ne plus y rien y comprendre. C’est grave, docteur ? :oops:

    Répondre

  2. minotor

    14 avril, 2009 à 17:09

    Bah oui en fait car en sous-estimant très largement la part des loyers dans le calcul de l’inflation alors que c’est le premier poste de dépenses pour les ménages, on pénalise les locataires car la véritable hausse du coût de la vie pour eux sera bien supérieure au chiffre retenu officiellement. Or c’est ce chiffre qui sera utilisé notamment pour la revalorisation des pensions, du SMIC et du livret A. En supposant donc l’existence de locataires gagnant le SMIC, (et il y en a beaucoup) chaque année ils sont sûrs que leur salaire augmentera moins vite que leur loyer, donc s’ils restent au SMIC, leur niveau de vie baissera un peu chaque année. Il en est de même pour la nourriture avec la moyenne retenue de 16% : pour une personne vivant seule et gagnant 1000€ par mois net, il paraît difficile d’arriver à se nourrir pour 160€ par mois, soit 5€ par jour (c’est à peine le prix d’un « repas » chez macdo), a fortiori s’il y a un ou des enfants. Or les prix de la nourriture ont considérablement augmenté ces dernières années. Là encore, les plus pénalisés sont les plus pauvres. CQFD

    Répondre

  3. h16

    14 avril, 2009 à 18:36

    Analyse intéressante. Et qui montre à quel point le gouvernement (et les hommes de l’état, en général) manipulent sans vergogne la monnaie pour lui faire faire ce qu’ils veulent. Et baisser les taux du livret A, lorsqu’on est l’état et qu’on doit le rémunérer, qu’on crée de la dette et qu’on emprunte, c’est bien pratique, non ?

    Répondre

  4. le coucou

    14 avril, 2009 à 18:40

    Un peu compliqué, mais particulièrement intéressant tout de même! Merci de l’info.

    Répondre

  5. lediazec

    14 avril, 2009 à 18:48

    Comme je suis totalement nul en chiffres, je dirais que tu es un chef. Mieux : non seulement tu es un chef, mais tu es un chef ! Si j’avais des smyleis, je t’en aurai mis un milliers tout une inflation, pour ce gros boulot. Merci !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. clarky

    14 avril, 2009 à 22:33

    pour les initiés, l’insee est à la statistique ce que davenport est au tennis.

    Répondre

  7. minotor

    15 avril, 2009 à 9:05

    en fait ce que je n’ai pas assez explicité, c’est que le loyer grimpait jusque là (apparemment ça se stabilise en ce moment) beaucoup plus vite que le reste. Donc sous-estimer la part réelle du loyer dans l’ensemble des dépenses revient à sous-estimer l’inflation c’est aussi simple que ça. D’où un clivage entre les personnes qui paient un loyer et qui pâtissent plein pot d’une baisse de leur niveau de vie, et ceux qui n’en paient pas, qui s’en trouvent bien. Devinez dans quelle case sont les électeurs de Sarkozy ?

    Répondre

  8. b.mode

    15 avril, 2009 à 9:16

    Heu…

    Répondre

  9. minotor

    15 avril, 2009 à 11:38

    Pour résumer la première partie de l’article c’est juste pour mettre en évidence que l’état n’a pas pris en compte ces dernières années l’augmentation des loyers dans le calcul de l’inflation, ce qui pénalise ceux qui paient un loyer car leur niveau de vie a baissé, notamment si leur salaire est basé sur le calcul de l’inflation

    La deuxième partie de l’article c’était pour rire avec le fait que le taux du livret A est indexé sur l’inflation. Grâce au simulateur de l’INSEE tu peux calculer ton inflation réelle (ou approchée en tout cas, car il resterait à discuter de ce qu’ils mettent dans la bouffe par exemple mais bon).
    Si ton inflation réelle est plus élevée que celle retenue pour la hausse du livret A tu perds des tunes en laissant ton argent sur ton livret (c’est le cas si le loyer augmente plus vite que le livret A, dans ce cas tu aurais intérêt à placer de la tune en loyers d’avance si c’était possible plutôt que sur le livret, un concept à inventer !)
    Si ton inflation réelle est plus basse que celle retenue pour le livret A tu gagnes donc de l’argent en laissant ton argent sur ton livret. Et comme ceux qui sont avantagés sont ceux qui n’ont pas de loyer à payer (c-a-d généralement les vieux et les riches) et qu’en plus les livrets A sont entièrement défiscalisés (encore une bonne aubaine pour les riches ) le livret A est une bonne affaire pour la clientèle de Sarko…

    Répondre

  10. Olivier

    15 avril, 2009 à 12:19

    Passionnant… Merci

    Répondre

  11. hm

    16 avril, 2009 à 0:21

    A priori le loyer ne peut être égal à 0 pour un propriétaire de son logement, parce que l’Insee comptabilise les loyers fictifs des propriétaires de leurs logements ds les revenus et ds les dépenses, donc ds ce calcul de budget là aussi normalement.

    Répondre

  12. totolezheros

    16 avril, 2009 à 18:49

    « La deuxième partie de l’article c’était pour rire…  »

    hihihi, je me marre !!!!

    mon porte-feuille, moins !

    Répondre

  13. minotor

    16 avril, 2009 à 18:53

    oui, rire, le rire est la politesse du désespoir comme on dit.

    Répondre

  14. Cracos

    26 juillet, 2009 à 10:11

    Bonne remarque. Juste une chose, depuis début 2009, l’insee a changé sa façon de présenter les chiffres. Si vous lisez la dernière publication (sur leur site insee.fr), vous verrez que l’inflation sous-jacente (donc la vraie inflation, et pas l’indice des prix à la consommation) est de +1.50% sur le dernier mois. Alors que tous les médias nous pipotent avec la variation de l’indice des prix, qui elle est négative en l’appelant inflation… Tout le monde croit alors que les prix baissent, ce qui est bien évidemment faux… puisqu’ils augmentent juste moins vite !!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Si vis pacem… para pacem

Si nous étions les amis d’Israël – de vrais amis – nous leur conseilleri…