Accueil Politique De l’anonymat narcissique du blogueur

De l’anonymat narcissique du blogueur

19
0
157

tags03.jpg

« Bon, Mesdames, Messieurs, chers compatriotes, on parle beaucoup de l’anonymat dans les blogs mais au fond de nous-mêmes est-ce qu’on ne devrait pas s’en foutre royalement dans la mesure où la plupart des gens ne savent même pas ce qu’est un blog ? Ne serait-on pas un peu trop centrés sur nous-mêmes ? ». Ça, c’est la question du jour à laquelle je dois répondre ayant été tagué par surprise par un coucou du sud sur une idée initiale d’un buveur de bière breton.

Chacun lit son blog peut-on lire sur un dessin trouvé sur celui d’une quadra engagée. Cela ne résume pas la question mais cela introduit assez bien le débat. Après une intense cogitation et une sévère agitation des neurones, le blogueur arrive péniblement à pondre un papier. Il en est fier, c’est le petit dernier. Il le lit et le relit, traquant la moindre erreur de syntaxe, la plus petite faute d’orthographe, ajoutant çà et là, une idée nouvelle au hasard des tribulations de sa pensée fumeuse. Ce même blogueur lira en diagonale (voire pas du tout) un article jugé trop long ou pas assez accrocheur sur le blog du voisin qui cause pourtant d’un sujet similaire. Ça, c’est pour la partie narcissique.

L’anonymat sur la toile est très relatif. Il n’y a pas besoin d’être Sherlock Holmes ni même d’être sorti de Saint-Cyr pour retrouver la véritable identité d’un blogueur. Les traces laissées sur le Net par le scribouillard en herbe sont si diverses et nombreuses qu’on peut même souvent tomber sur sa photo voire sur celle de sa famille. Personnellement, j’ai longtemps écrit sur le web sous le pseudonyme d’un plat de cuisine traditionnelle française. Lassé par ce nom d’emprunt peu flatteur, j’écris désormais sous une identité un tantinet capillo-tractée. L’initiale de mon véritable prénom suivi des restes du plat de cuisine précédemment évoqué.

Parenthèse : l’idée de ruminances m’est venue après avoir subi avec douleur un an de sarkozysme débridé. Il me fallait évacuer quelque part mon dégoût pour la politique de ce gouvernement. Pour ce faire, je choisis l’angle de la moquerie et de la satire. Au bout d’un mois, je me suis rendu compte que je m’ennuyais tout seul sur ce blog. Il fallait absolument d’autres points de vue, d’autres angles d’attaque. Ayant jadis participé à un site collectif, je connaissais les joies (et aussi les peines) de la vie virtuelle en communauté. Aussi ai-je demandé à quelques vrais amis de venir enrichir de leur plume cet espace solitaire. Fin de la parenthèse.

Etre lu par le plus grand nombre est le fantasme à peine voilé du blogueur. C’est aussi sa plus grande frustration car, comme énoncé dans la question, personne ne fréquente les blogs excepté un petit cercle de malades compulsifs qui pensent réinventer le monde derrière leur computeur. A l’aune de cette réalité, l’anonymat du blogueur apparaît effectivement comme bien dérisoire. Il permet néanmoins de préserver un relatif espace intime face au monde extérieur, celui du travail en particulier.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

19 Commentaires

  1. skalpa

    23 mai, 2009 à 8:07

    Ah… No… ni…ma…
    Lui
    Nous?

    Répondre

  2. Nicolas J

    23 mai, 2009 à 11:33

    Tiens ! J’avais jamais fait le rapprochement entre ton pseudo et le nom de ton blog.

    J’aime beaucoup ton deuxième paragraphe sur le blog satisfait de son billet et qui lit en diagonale les billets des copains (c’est chiant, quand on lance une chaîne, on est obligés de lire les réponses… Smiley !). C’est très vrai… Jusqu’au moment où tu assimiles vraiment bien les rouages de la blogosphère. J’ai mis près de deux ans avant de réduire drastiquement la taille de mes billets politiques et de comprendre qu’avec une dizaine de lignes, on est beaucoup plus percutants !

    Et il a fallu que j’arrive premier du classement machin (« bon Dieu ! Mais c’est géant, je n’y croyais vraiment pas ! Comment est-ce possible ? ») avant d’analyser mon propre comportement ! Comme je lis les autres blogs en diagonale assez souvent (pas toujours) car j’en ai trop à lire dans mon reader (trois ans et demi de relations, ça s’entasse !), je ne vois pas pourquoi les autres se fatigueraient à lire mes billets ! D’ailleurs je reçois souvent des commentaires hors sujet car les lecteurs n’ont pas pris le temps de lire tout le texte et donc de rentrer dans le fond de ma démonstration).

    Depuis, je n’ai plus le « Il en est fier, c’est le petit dernier. » Je m’en fous. Réellement. Par contre, je reviens toujours, a posteriori, voir si je n’ai pas écrit une connerie qui n’aurait rien à foutre sur le blog politique number one du machin et s’il ne faut pas que je fasse un nouveau billet pour faire disparaitre le dernier. Un exemple : mon dernier billet porte sur l’anonymat. Ca n’est pas de la politique or ce billet va rester en une jusqu’à lundi matin si je ne fais rien d’ici là…

    J’espère que mon com n’est pas trop long et hors sujet : tu es obligé de le lire !

    Répondre

  3. b.mode

    23 mai, 2009 à 13:14

    Nicolas, je vois en tout cas que tu n’as pas lu en diagonale ce présent billet. ça fait plaisir.
    Il m’a permis en tout cas de raconter des
    petites choses que je n’avais jamais dit là.
    Pour l’histoire du pseudo, je précise que je préfère de loin une bonne côte de boeuf saignante à cette viande mijotée qui me servait de pseudo.

    Pour le reste, c’est vrai que chemin faisant, on s’habitue à écrire des brêves plutôt que des longues diatribes sachant que pas grand monde ne lira jusqu’à la fin.
    Et si paradoxalement la blogosphère ne nous obligeait pas à plus d’humilité ?

    Répondre

  4. RPH

    23 mai, 2009 à 14:29

    Bon… J’ai installé un compteur que chacun peut consulter: pour ce qui est de la fréquentation je ne fantasme pas. Pour ma véritable identité, j’espère être étanche. Reste à savoir si je veux réinventer le monde. Non, mais apporter mon point de vue en espérant le partager avec certains. Pouvoir l’ouvrir c’est vraiment un bonheur que nous donne le net et il serait stupide de ne pas en profiter…

    Répondre

  5. b.mode

    23 mai, 2009 à 14:41

    RPH, ce n’est pas péjoratif, je me place également dans cette catégorie mais il ne faut pas être dupe de notre influence… égale entre zéro et (-) l’infini comme dirait Koestler… Mais partager son point de vue avec vous est un réél plaisir. Le café du Commerce en était un aussi quand on n’avait encore le droit de fumer ! ;)

    Répondre

  6. clarky

    23 mai, 2009 à 15:44

    oh punaise bernard, y’a des passages je me suis reconnu :)

    Répondre

  7. b.mode

    23 mai, 2009 à 16:23

    Tu peux amigo, tu es dedans ! et comment ! et pas dans les peines !!! ;)

    Répondre

  8. BiBi

    23 mai, 2009 à 17:35

    1. Bibi a posé un billet sur le blog au Coucou et il vient ruminer sur le tien. C’est quand même drôle que tu ne dises pas un mot sur la Jouissance d’écrire (pas le plaisir, la jouissance). Peu de bloggeurs parlent de cette pulsion… BiBi se demande bien pourquoi. Qu’est-ce donc qui nous pousse à écrire sinon cette rage d’écrire ?
    2. Pourquoi généraliser en disant que le blogueur arrive péniblement à écrire ? Ne prends pas ton cas pour une généralité. Serat-ce ton passage dans le Système scolaire, ses contraintes et ses contrats qui te font écrire ça ?
    3. Quant à être « un peu trop centrés sur nous-mêmes », BiBi voit très bien qui peut avoir écrit ça… Il doit parler pour lui. L’attrait du blog, c’est justement la Singularité, jamais la masse, le nombre etc. Quant au « narcissisme « , il peut être un puissant et bénéfique signe de santé à condition d’aller vers le Nouveau et « aller au charbon »( dans ses écrits bloggesques et ne pas en rester à « la moquerie et à la satire »).
    4. Le nombre de Lecteurs ( le classement Wikio comme fil rouge) semble tétaniser un certain nombre de blogueurs et semble agir comme Censure (Cette loi de combien lisent mon blog? fabrique des Blogueurs aux pieds enflés et aux idées rances- c’est l’avis de BiBi).
    5. Quelques citations d’auteurs qui font référence pour BiBi. A toi d’être d’accord ou pas :

    « Je crois qu’écrire est à peu près cela pour ceux de mon espèce : le cri et l’appel, inutiles, de l’enfant que nous sommes restés et qui a peur de la nuit. » José CABANIS.

    « Il me plaît de comparer mes petites proses à de petites danseuses qui dansent jusqu’à ce qu’elles soient totalement usées et s’écroulent de fatigue. »
    Robert WALSER.

    « Je suis de l’acabit des Chameaux qu’on ne peut ni arrêter lorsqu’ils marchent, ni faire partir quand ils se reposent. »Gustave FLAUBERT.

    « Contre l’état présent s’insurger
    et devenir les gardes vigilants des vivants et des morts. » Héraclite.

    « On n’écrit pas avec son cœur, mais avec sa tête, encore une fois, et si bien doué que l’on soit, il faut toujours cette vieille concentration qui donne vigueur à la pensée et relief au mot. »
    Gustave FLAUBERT.

    « J’écris parce que je ne peux pas ne pas écrire. »
    Marina TSVETAEVA.

    « Les mots ne sont pas trop vieux, ce sont seulement les hommes qui le sont et qui se servent trop fréquemment des mêmes. » Georges Haldas

    A bibientot.

    Répondre

  9. b.mode

    23 mai, 2009 à 17:49

    1/Désolé bibi, le sujet du jour n’était pas le plaisir d’écrire. Sinon bien évidemment que j’en éprouve un sinon j’irai planter des navets dans mon pré.
    2/Ce qui n’exclue nullement la notion de pénibilité. Point de flash-back scolaire, mais des doutes, des interrogations, des tracas sur la pertinence, le style, le rythme des phrases, le choix des mots, la syntaxe adéquate etc… Heureux bibi qui ne semble pas en avoir ! ;)
    4/Le classement Wikio n’est pas vraiment ma préoccupation, je n’en ai jamais du reste parlé ici. Par contre être lu par le plus grand nombre est évidemment un souhait que bibi doit partager aussi… si c’est pour être lu seulement par sa femme au dessus de son épaule, ça fait un peu juste comme public. Le wikio ne me tétanise aucunement cependant. Bibi ne doit pas confondre le wikio et le nombre de lecteurs.
    5/Sur les citations de bibi, j’en choisirais une parmi les autresforts respectables au demeurant.
    « J’écris parce que je ne peux pas ne pas écrire. »
    Marina TSVETAEVA.

    Répondre

  10. Nicolas J

    23 mai, 2009 à 18:03

    Tiens ! L’autre prétentieux de Bibi débarque ici en n’ayant visiblement rien compris à nos propos puisqu’il persiste à nous faire croire qu’il faut le lire. Amusant.

    « Et si paradoxalement la blogosphère ne nous obligeait pas à , plus d’humilité ? » : tu donnes dans le mille, c’est pour ça que je voulais commenter ! Explique le à l’enflure ci-dessus.

    Répondre

  11. BiBi

    23 mai, 2009 à 19:16

    Pour N. : »Enflure, casse-couille, connard etc ». BiBi en a choisi une parmi les 7 citations :
    « Les mots ne sont pas trop vieux, ce sont seulement les hommes qui le sont et qui se servent trop fréquemment des mêmes. » Georges Haldas
    Pour Ruminances : merci pour ta réponse.

    Répondre

  12. b.mode

    23 mai, 2009 à 20:25

    Allez, sachons raison garder. Embrassons nous et oublions nos querelles ancestrales eut pu dire Corneille en ayant abusé d’une barrique de vin vieux… L’insulte n’apporte rien mais fragilise les propos disait jadis un penseur alcoolique ! ;)

    Répondre

  13. mancioday

    24 mai, 2009 à 1:04

    Première fois que je lis du B.mode dépourvu de son style si particulier ;)

    Répondre

  14. b.mode

    24 mai, 2009 à 6:07

    C’esr vrai david ! mais l’exercice me semblait plus lisible ainsi. Au fait j’ai oublié de te taguer. je vais réparer la chose !!!

    Répondre

  15. lediazec

    24 mai, 2009 à 10:00

    Bonjour à tous. Je débarque. Tu fais bien Bernard de taguer le David. Je viens juste d’y laisser un commentaire sur Max Gallo. Excellente idée sinon ce tague sur « l’anonymat narcissique ». Il soulève des questions intéressantes. Il concentre quelques vérités à ne pas oublier. Pour soi et pour autrui.
    J’aime beaucoup ceci : « Être lu par le plus grand nombre est le fantasme à peine voilé du blogueur. C’est aussi sa plus grande frustration car, comme énoncé dans la question, personne ne fréquente les blogs excepté un petit cercle de malades compulsifs qui pensent réinventer le monde derrière leur computeur… »

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  16. b.mode

    24 mai, 2009 à 10:06

    si ça te dit d’écrire ici une bafouille sur la chose, ce serait un grand plaisir Rodolphe.

    Répondre

  17. lediazec

    24 mai, 2009 à 10:12

    Je mets la chose de côté Bernard. Ca m’intéresse bien sûr. Pour l’instant je me concentre sur ma chronique littéraire…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  18. clarky

    24 mai, 2009 à 14:33

    tiens breton, on s’est loupé ce matin…à cause de ces merdes de bambous qui me font autant chier que les bordelais, pardon, mais la chaleur me rend peu aimable :)

    Répondre

  19. zqlgyy

    28 juillet, 2009 à 9:08

    mMO8Cr delmyzzqfhgl, [url=http://ebkjxiemfzwv.com/]ebkjxiemfzwv[/url], [link=http://gmrvzonysqhy.com/]gmrvzonysqhy[/link], http://eboyhzghcadl.com/

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Voix sans issue

Assurément, il est plus facile d’être barbante que d’être Barbara. C’est…