Accueil Politique Sarkozy taclé à la gorge par Obama

Sarkozy taclé à la gorge par Obama

6
0
66

6juin.jpg

On le subodorait. Le môme aux tics est un monomaniaque. Un ingrat. Un pour qui le devoir de mémoire est un travail de cancre. Son truc à lui, ce n’est pas l’histoire avec un grand H, c’est un story-telling de feuilleton à deux balles consacré à sa pomme et scribouillé en sus à la va-vite par des scénaristes bas de gamme façon conseillers élyséens. Sa seule vocation à sézigue ? Se vautrer avec sa moitié dans le strass et les paillettes pour faire rêver le pékin lambda. Se faire mousser dans un bain parfumé au people quitte à éclabousser les autres alentours. Quitte à faire passer l’hexagone pour un pays d’amnésiques et de mal-polis.

Dernière bourde en date. Tout entier dans l’euphorie de la préparation de sa rencontre avec Obama, le dernier icône à la mode de la planète, il oublie de convier la reine mère aux festivités du 65e anniversaire du débarquement du 6 juin 1944. Vrai que les buveurs de thé ont fait figure de pipi de chat dans la libération de notre douce France. Vrai que le grand Charles, lui, il s’était réfugié à Londres. C’est où déjà ?

Chez le garçon, la diplomatie se tient dans le froc. Faire bander le téléphage de base, tel est son unique objectif. En s’affichant en duo avec Barack sur le sable fin des plages de Normandie. En batifolant avec son sourire niais et crispé au bras d’un top-model au visage à jamais figé par les effets de la science. En se précipitant sur n’importe quel fait divers pour tenter d’en récupérer les miettes. Ou les débris, c’est selon. En s’agitant avant de se servir. De tout et de n’importe quoi pour entretenir l’illusion. Capable de faire passer Houdini ou Mandrake pour des branquignols de salle de patronage.

Manque de bol, en face, y’a un semblant d’éthique. Du répondant. Il est président des States et en bon amateur de jazz, il a l’air d’apprécier les tristes concertos de notre fat mineur autant que faire ce peut. Sa zique à lui, ce n’est ni Barbelivien ni Montagné. Le bal musette ringard entre quatre yeux, encore moins sa tasse de kawa. Lui, il veut du lourd pour les flonflons commémoratifs. Babette, elle a le droit au pas de deux, elle aussi. Ça fait quand même 57 ans qu’elle officie à la tête d’un pays qui a sauvé la France de l’opprobre. De la roupie de sansonnet ?

Ce n’est pas tout. A croire que cette visite quasi-providentielle va se transformer en cauchemar pour notre illusionniste préféré. Le grand black, il a décidé de lui bousculer son programme à l’agité du bulbe. Dixit le JDD, on jouxte même l’humiliation : « A quatre jours de l’événement, les services de l’Elysée, sollicités par les journalistes et les responsables politiques normands, sont toujours incapables de fournir un programme officiel complet du déroulé des commémorations. En outre, et contrairement à ce qu’on pouvait imaginer, le président américain ne devrait pas s’attarder auprès de son homologue français. Au mieux, des échanges informels entre les deux hommes se dérouleront à Caen avant le début des festivités. Et si, samedi soir, avant de repartir pour Washington, Barack Obama doit faire un saut à Paris, ce sera dans le cadre d’une visite privée. A ce jour, aucun crochet par l’Elysée n’est en effet au programme. A la veille des élections européennes, le détour n’aurait pourtant pas été pour déplaire à Nicolas Sarkozy. »

Ça fait quand même plaisir qu’au delà de nos frontières, d’aucuns ne soient pas dupes des fourberies de ceusses qui nous gouvernent. Cette visite prestigieuse et mondaine, savamment programmée pour éblouir le petit peuple juste avant les Européennes, risque bien de se transformer en épiphénomène pour plumitifs en quête de sensations simili-fortes. Que la mascarade soit révélée au grand jour par ses propres acteurs n’est pas chose si fréquente…

Sarkozy taclé à la gorge par Obama dans Politique wikio5

agora.gif
betapolitique011.jpg

http://www.dailymotion.com/video/x1stzr

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

6 Commentaires

  1. Mancioday

    3 juin, 2009 à 3:01

    Au-delà de la personnalité égotique et provocatrice de Sarkozy, c’est quand même navrant de voir avec quel mépris, les Etats-Unis continuent de nous traiter.

    Dire qu’il aimait se faire appeler, Sarkozy « The American », il doit tomber de haut, l’atlantiste…

    Répondre

  2. b.mode

    3 juin, 2009 à 3:03

    Ecoute, c’est bien fait pour sa pomme. Quand on veut jouer la champion’s league, on met pas comme coach une demi-portion ! Lui son truc, c’est les matchs de corpo le dimanche matin. Faut pas confondre les torchons avé les serviettes ! ;)

    Répondre

  3. romain blachier

    3 juin, 2009 à 8:14

    en fait normalement l’Angleterre ne fête pas les anniversaire tous les 5 ans…là c’est Brown qui a fait exception à la régle en venant pour s’afficher devant Obama…d’où le bordel.

    Répondre

  4. b.mode

    3 juin, 2009 à 8:16

    Finalement, c’est Charles qui s’y colle !

    Répondre

  5. clarky

    4 juin, 2009 à 14:26

    très bon billet canari, je te sens de plus en plus serin ;)

    comme quoi, quand un nantais se fait un nanti ça le fait, et puis j’adore ta façon toute nuancée de dépeindre carlita qui a fait don de son corps à la science, parce qu’être la fiancée de frankenstein s’est pas donné à tout le monde :)

    quant à ton passage sur les musiciens, vrai que même sous les tonnelles (surtout la mienne en fait), je ne boirai jamais les paroles du petit devin blanc !!!

    « fat mineur » pour big bill bronzé ouais.

    Répondre

  6. b.mode

    4 juin, 2009 à 15:33

    Merci à toi Lolo ! Venant d’une plume acérée, ça ne peut que faire plaisir ! ;) et j’ai pas dit DTC

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le petit monde de Don Aphatie

A première vue, on lui donnerait le bon dieu sans confession. Sa bouille avenante rappelle…