Accueil Politique Buisson ardent

Buisson ardent

17
0
230

opinionway.jpgNous nous réservons enfin le droit d’engager des procédures à l’encontre de tous ceux qui exprimeraient des propos à caractère diffamatoire sur OpinionWay. Ainsi se termine le dernier communiqué d’OpinionWay suite à l’affaire du moment. Un conseil à ce très objectif institut de sondages : attaquez en justice la docte Cour des Comptes et son président, le pointilleux monsieur Seguin qui vous ont mis en cause. Attaquez également la société des rédacteurs du Figaro qui veut mettre « immédiatement un terme » à la collaboration entre son journal et OpinionWay.

Tous ces sondages présidentiels étaient selon toute vraisemblance commandités par Patrick Buisson, conseiller influent du chef de l’état et spécialiste des études d’opinion. Ils ont coûté aux contribuables près de 400 000 euros. Comme le fait remarquer justement l’observateur Rébus, Patrick Buisson a dirigé dans les années 80, le journal d’extrême droite Minute. « Je lui dois d’avoir été élu… » dit de lui Sarkozy himself. C’est grâce à sa connaissance approfondie des classes populaires que l’ancien maire de Neuilly a réussi à siphonner les voix du Front National et de de Villiers. Le Pen en personne affirmait à l’Express: « Il a donné à Nicolas Sarkozy le code, les mots qu’il faut employer pour séduire les électeurs du FN« .

Les rapports entre cet homme-là et le président sont si privilégiés qu’ils engendrent des jalousies au plus haut niveau. Fillon bien sûr dont les relations avec le bonhomme ne sont pas au beau fixe. Et même Claude Guéant, le pourtant puissant Secrétaire Général de L’Elysée qui voit en lui un concurrent en matière d’influence auprès du monarque. Qu’on se le dise, ceux qui pensaient benoîtement que le Sarkozysme avait pris un virage à gauche, se fourrent le doigt dans l’œil. Dans l’ombre, veille un homme comme Patrick Buisson, tenant inflexible de la droite extrême…

betapolitique01.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

17 Commentaires

  1. lediazec

    19 juillet, 2009 à 10:05

    Ah ! Ce bon monsieur Buisson. Consacrons-lui une Minute d’attention. Il la mérite. Ne le perdons de vue, monsieur Buisson… Tout un programme, monsieur Buisson, n’est-il pas monsieur le Président ?…
    Dites merci à monsieur Buisson, monsieur le Président.
    Merci ! Monsieur Buisson. Les amis de mes amis… Minute ! Il y a quelqu’un qui m’a dit.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. babelouest

    19 juillet, 2009 à 10:40

    Il y a des Buissons qui prêtèrent serment en tant que Présidents : celui-ci l’est par personne interposée. Ce n’en est pas moins dangereux. Avec l’Affolé du Bocage (buissonneux, touffu et arboré à souhait), et celui qui faillit nous mettre en Pen, voilà une belle Trinité (sur Mer ?)

    Qu’en dirait le Ragondin Furieux ?

    Répondre

  3. cpolitic

    19 juillet, 2009 à 13:14

    Nicolas a su s’entourer d’hommes d’exceptions proche de l’extrême droite ou ayant milités dans des associations d’extrême-droite. Encore plus fort qu’un simple conseiller, le ministre Dejedvian, le secrétaire d’Etat Hervé Novelli ont été membre du groupuscule l’Occident.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Occident_%28mouvement_politique%29

    En république, où de simples fonctionnaires doivent avoir un casier vierge vide, comment des énergumènes de cette trempe peuvent occuper des postes aussi prestigieux voire stratégiques?

    Répondre

  4. b.mode

    19 juillet, 2009 à 13:24

    @cpolitic Il est curieux dans cette optique que Madelin ait disparu des feux de la rampe.
    @Babel Il paraît que Sarko le voit tous les jours, le Buisson.
    @Rodo A suivre en effet, le Buisson ardent. En Sarkozie, il y a le gouvernement fantôche, les vrais décideurs, conseillers de l’Elysée, et cerise sur le gâteux, des éminences grises comme Buisson qui bénéficie de l’oreille privilégiée du roy.
    C’est compliqué la Sarkozie mais ça a un but simple. Un seul être décide à la finale et ce, pour son seul intérêt…

    Répondre

  5. BA

    19 juillet, 2009 à 14:05

    Un article hilarant ! A pleurer de rire ! Lisez cet article :

    « Regardez Carla Bruni-Sarkozy, belle de scène.

    Vidéo : à New-York, la première dame était dans l’angoisse et dans le vent.

    Happy Birthday, Mister Mandela… Carla Bruni-Sarkozy a exceptionnellement quitté samedi son habit de First Lady pour revêtir sa panoplie de rock star lors d’un concert caritatif en plein cœur de Manhattan.

    Oublié l’épouse top-model en retrait, la parfaite hôtesse de l’Elysée, c’est la chanteuse traqueuse qu’on a vu faire son show aux Etats-Unis. Contre toute attente, et devant de centaines de milliers de personnes, notre belle «ambassadrice mondiale pour la protection des mères et des enfants contre le Sida» a pu gratter sa guitare.

    Récit de sa première prestation en public depuis que Carla l’artiste a épousé Nicolas Sarkozy.

    No Promises. Carla Bruni-Sarkozy avait annoncé après son union au chef de l’Etat, en février 2008, renoncer aux tournées. «Je pourrai faire des télévisions», mais pas «de scène parce que je ne peux pas me permettre d’entraîner une infrastructure de sécurité qui, dans mon esprit, est choquante», confiait-elle à Libération.

    «Je recommencerai à faire des concerts lorsque mon mari ne sera plus président de la République», assurait la belle Méditerranéenne. Nicolas est toujours là, et Carla s’est produite le 18 juillet devant un parterre de stars, dont son cher époux, à l’occasion du Mandela Day.
    ________________________________________
    Notre First Lady avait renoncé au public «pour des raisons évidentes de logistiques». Mais lorsque son ami, Dave Stewart, ancien membre du groupe Eurythmics, l’a sollicitée pour un duo lors de la Journée Mandela, c’est son cœur de rockeuse, et pas sa raison de «femme de», qui a parlé. Carla l’inspirée s’est (re)prise à rêver de fantaisie en sous-sol, de nuits blanches à composer, et de bœufs entre potes…
    ________________________________________
    Hier, une heure après le début du concert dans la mythique salle art déco du Radio City Music Hall, ouvert par un retentissant I Will Survive interprété par Gloria Gaynor, c’était au tour de Carla Bruni et de son comparse Dave Stewart de monter sur scène. Le duo, annoncé par l’acteur Forest Whitaker, qui a introduit « la première dame de France», a été applaudi chaleureusement par une salle comble.

    Pantalon, débardeur et veste cintrée noirs, très sobre, l’ancien mannequin a interprété le succès qui l’a révélée, « Quelqu’un M’a Dit ». S’exprimant à merveille en anglais, notre crooneuse de charme a présenté sa ballade comme «une petite chanson française, très bien pour danser, et très bien pour rêver».

    Carla Bruni-Sarkozy a ensuite entonné un classique de Bob Dylan : « Blowin in the Wind ». Et je peux vous dire, mes amis, qu’avec son timbre plus grave et rauque qu’à l’habitude, la ravissante First Lady essayait de cacher son trac et les trémolos de sa voix.

    Son compagnon de scène, Dave Stewart, avait d’ailleurs affirmé la veille au Telegraph que Carla était très «excitée» et «nerveuse». «Elle pense que cela va être formidable et il lui tarde d’y être», avait ajouté l’ex-moitié d’Annie Lennox, pour se rattraper.

    Ses cheveux dans le vent, Carla n’en menait pas large. Mais ses mélodies interprétées avec humilité et émotion ont conquis la salle, surtout un certain Nicolas Sarkozy, installait dans les premiers rangs. Le Président était en admiration devant son épouse. Il a suivi sa prestation avec une joie non dissimulées et l’a applaudie à tout rompre.
    ________________________________________
    Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari… Mais Nicolas Sarkozy n’a pas résisté longtemps aux velléités humanitaires de sa dulcinée. Quel bonheur pour notre showgirl retirée de faire se rencontrer son éternelle passion pour la musique et son nouvel engagement socio-politique.
    ________________________________________
    Plus qu’un concert, c’était un hommage et une œuvre en faveur de la mémoire collective auxquels il s’agissait de participer. 46664 fut le numéro d’immatriculation du prisonnier Nelson Mandela (incarcéré 27 ans pour s’être opposé au régime ségrégationniste) et c’est aujourd’hui une œuvre de charité mise sur pied pour lutter contre le SIDA, le cheval de bataille de Carla.

    Le temps d’une soirée, notre belle engagée a côtoyé des personnalités comme Susan Sarandon et Matt Damon, partagé l’affiche avec une kyrielle de vedettes américaines et africaines comme Aretha Franklin, Queen Latifah, Cyndi Lauper (grande fan de notre rockeuse de l’Elysée), Jesse McCartney, Josh Groban et Wyclef Jean, Alicia Keys ou encore Will.i.am des Black Eyed Peas. Elle a rejoint Stevie Wonder, pour le Happy Birthday repris en chœur.
    ________________________________________
    Carla la militante a retrouvé la joie des répét’, la chaleur des backstages et le son des basses qui la faisait vibrer… Et si son élégance et sa distinction force la comparaison avec Jackie Kennedy, c’est à Madonna et à Angelina Jolie, qu’on a pensé, cette fois ci.

    http://www.gala.fr/l_actu/on_ne_parle_que_de_ca/regardez_carla_bruni-sarkozy_belle_de_scene_183998#

    La phrase que je préfère dans cet article culte :

    « Evidemment, Carlita avait dû convaincre son petit mari… »

    Je pleure de rire !

    Répondre

  6. b.mode

    19 juillet, 2009 à 14:11

    @Ba si tu as bien écouté le second morceau, force est de constater qu’elle a massacré le Blowin in the wind du grand Dylan ! A voir là http://tv.lepost.fr/2009/07/19/1625590_la-prestation-de-carla-bruni-sarkozy-avec-dave-steward-au-mandela-day.html ;)

    Répondre

  7. babelouest

    19 juillet, 2009 à 14:30

    Je disais bien que le Ragondin Furieux l’était….
    Son p’tit Dico dérange un peu…. voir ici :
    http://le-ragondin-furieux.blog4ever.com/blog/lirarticle-261457-1363803.html

    Comme quoi le sud de la Vendée n’est pas exactement comme le nord du même département..

    Répondre

  8. b.mode

    19 juillet, 2009 à 14:53

    @babel De Villiers quand tu nous tiens ! Quand est ce qu’on interdira le Puy du Fou pour pollution visuelle et sonore ?

    Répondre

  9. babelouest

    19 juillet, 2009 à 15:55

    @b.mode Bah ! Suffit de jeter le Fou dans le Puy, et de tirer La Chasse Gallery (référence à une légende locale)

    Ah çui-là, quand je le voyais jouer dans la cour des « Grands » alors qu’il était en Première, et moi en Term’, j’aurais dû lui faire un croc-en-jambe, tiens !

    Répondre

  10. RPH

    19 juillet, 2009 à 21:27

    J’appelle buissons ardents les buissons où il se passe des choses inavouables dans les endroits de drague homo… Heu..? c’est peut-être pas de cela qu’il s’agit là ?… Me trompè-je?

    Répondre

  11. b.mode

    19 juillet, 2009 à 23:43

    Là ce n’était qu’une référence à la Bible et à ce bon Moïse… ;) http://fr.wikipedia.org/wiki/Buisson_ardent

    Répondre

  12. b.mode

    20 juillet, 2009 à 8:50

  13. Mancioday

    20 juillet, 2009 à 23:11

    On assiste à une affaire d’Etat et encore une fois, la presse est sous silence. C’est consternant !

    Bon billet sur ce Buisson que l’on découvre au grand jour. Décidément, Sarkozy n’a pas fait que flirter avec l’extrême droite, il l’a tout simplement assimilé.

    Répondre

  14. Redlion

    22 juillet, 2009 à 10:16

    La presse est autant complice des silences que des tapages qu’on lui connait. Soyons vigilants, gardons les yeux grands ouverts, la presse n’est pas une camarade! Pendant qu’on garde les yeux rivés sur sarko ou sur novelli, on oublie les vrais ennemis de la liberté, à savoir le FN qu’on entend peu ou pas et qui prépare son retour en force. L’extrême droite n’est pas morte, à côté le passé des ministres c’est de la gnognotte. Les vieux bien en place sont inoffensifs, ils se retrouvent tous rassemblés dans le même gvt, dans une politique d’ouverture, ce qui leur enlève toute force et tt pouvoir de décision. Je le répète, soyons attentifs à ceux qui sortent du sérail et dont on parle peu… ce sont eux les plus dangeureux

    Répondre

  15. nicocerise

    22 juillet, 2009 à 12:03

    Bien sur on pourra souligner la production de sondages par IPSOS (Jean-Marc Lech) et Mitterrand.

    http://www.lexpress.fr/informations/le-mysterieux-m-pilhan_645870.html

    Répondre

  16. b.mode

    22 juillet, 2009 à 12:38

    @nicocerise Clair ça sonne bonnet blanc et blanc benêt ! Benêts que nous sommes de toujours nous faire empapaouter pour ne pas dire plus dans la joie et la bonne humeur…
    @Redlion Certes, on l’a vu à Hénin, l’extrême droite n’est pas morte mais sa version light actuellement au pouvoir ne vaut guère mieux…

    Répondre

  17. GELTYKEKDER

    27 juillet, 2009 à 20:20

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lefebvre utile… à Sarkozy

Chaque jour, l’inénarrable Frédéric Lefebvre vérifie avec talent le vieil adage : &l…