Accueil Politique Conseils d’experts, suivez le guide.

Conseils d’experts, suivez le guide.

16
0
156

robinson.jpgJe me suis levé, bon pied, bon oeil. Aussi futile que cela puisse paraître, je suis heureux de vivre, de sentir mon fluide communier avec cette journée qui m’ouvre les bras pour des bonnes surprises, je l’espère. J’allume la bouzine, laisse sortir les bestioles (chats, chiens, j’entends au loin le chant du coq), regarde le ciel, mets le café en mouvement. Tout ça est exécuté de manière mécanique, pareil que quand on conduit une voiture. On passe les vitesses sans même en avoir conscience. Le ciel est couvert mais la température, elle, est on ne peut plus clémente. Comme si une touche équatorienne avait déposé un petit reste de sa moiteur dans mon jardin. De la mer monte une brume matinale qui ajoute un peu d’épaisseur au silence. Tout à l’heure, tout cela va disparaîtra et la vie dansera sur le son d’un nouveau single. C’est le tube de la vie. Envie de me mettre torse nu. Qu’est-ce qui m’en empêche ? Mon nombril. Il est très moche. Même moi, j’ai du mal à supporter sa tête de pet ! Cela dure depuis des années. J’ouvre la téloche, j’aime prendre mon café en suivant les nouvelles sportives de la veille qu’on diffuse en boucle, les rumeurs de transferts dans le foot, les sommes astronomiques dépensées pour un bipède jongleur de ballon. A peine éveillé déjà souillé.

Comme rien de neuf ne semble bouger la ligne d’horizon, je vais à l’ordi, café en main, et consulte mon horoscope. Important, l’horoscope ! Quand on n’attend plus rien de nulle part, les astres sont les auxiliaires de l’espoir. Ils sont l’aliment d’un bon démarrage… Qui croire ?… Ça commence bien pour moi. Je lis : « Aujourd’hui, vous pourriez vivre dans un tourbillon de rencontres sous le signe du plaisir. » Ça tombe bien je n’avais rien prévu. Je kiffe la perspective. Une petite gorgée de café et je file plus loin. Si je dois faire des rencontres, il n’y a que sur Twitter que la chose peut s’amorcer. J’imagine mal ce « tourbillon » s’organisant près de chez moi, dans le trou perdu où je vis. Je continue : « Une personne dans votre vie active pourrait vous empêcher de réaliser vos objectifs, aujourd’hui. » Aujourd’hui précisément ! C’est foutu ! Je n’ai pas de vie active, je suis chômeur… Quant à la personne dans mon entourage pouvant m’empêcher de… Plus j’avance dans la lecture des prophéties et plus la brume matinale s’épaissit. Je vous laisse juge : « Si vous espérez vous éloigner de son influence, la seule manière sera de rentrer dans son jeu… » Aie, aie, aie ! Là, franchement, il y a des cloches qui sonnent. Multiplicité des rencontres, plaisir… Jusque là, rien à dire. C’est ensuite que je m’interroge, au moment où entre en scène la personne de mon entourage (ma femme ?) cherchant à empêcher mes désirs de se réaliser avec cependant la possibilité de trouver un arrangement à l’amiable avec elle. Ça, s’il s’agit de ma femme, j’ai comme un doute!

Comme pour définitivement me saper le moral et m’ôter toute espérance, après m’être laissé séduire par l’idée d’entrer dans son jeu (celui de ma femme, qui d’autre sinon ?) je me dois de persévérer « afin d’élever le niveau et de proposer, ensuite, autre chose en terme de relation. » Si quelqu’un a envie de me représenter auprès de ma femme… N’importe quoi ! Hier c’était pire. Ça commence toujours avec de l’espoir… Du coup, quand vous êtes déçu le pire peut arriver. Alors comprenez-moi, une fois atteint ce degré de scepticisme,sinon de dépit, apprendre la mort du putschiste grec Nicolas Makarezos, membre de la junte militaire qui imposa la dictature à la Grèce en 1967, ne peut que me réjouir. Ma joie n’est ternie que par l’âge avancé (90 ans) de cet immonde salopard ! Évidemment, l’esprit turbine. Coup de manivelle et remontent à la surface les bobines de Montand et de Trintignant dans Z de Costa-Gavras. Z et l’Aveu sont des films qui m’ont obligé à garder bien présent à l’esprit une certaine idée de la liberté et le souci de ne jamais laisser quiconque raconter des balivernes à propos de son amour de la démocratie. Restons vigilants, la dictature n’est pas morte parce que des pourris comme Pinochet ou Makarezos sont morts !

A ce stade, je me dis, calme-toi, calme-toi… Pour ce faire, je continue mon tour de lecture Web et sur quoi je tombe ? D’abord je prépare un autre café. Franchement, ils n’ont pas honte ! Voici à présent qu’enfle la polémique sur la rémunération des traders. Libération, le figaro.fr et tout ce qui bouge dans la presse, le net et la blogosphère n’ont pas hésité à annoncer ou à reprendre l’information : BNP Paribas le confirme : près d’un milliard pour rémunérer ses traders au titre de 2009. C’est une excellente nouvelle pour les gens qui bossent, qui sont à leur compte et qui pour sauver leurs entreprises de la faillite, pour pouvoir honorer leurs charges ou pour simplement se nourrir se voient régulièrement envoyer péter par leurs banquiers quand ils vont solliciter un découvert plus important ou un peu de patience afin de pouvoir tenir. Ne soyons pas étonnés, messieurs les ministres et autres responsables de la politique et de la finance si, à force de tirer sur la corde elle finit par rompre. Gare alors à l’humeur, aux débordements et aux effets dévastateurs pouvant en découler. Finalement, c’est peut-être ça qu’ils veulent en haut. Que tout se casse la gueule ! Pandore avait une boîte…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

16 Commentaires

  1. clarky

    6 août, 2009 à 1:25

    réel plaisir de lecture breton, ça m’a un peu calmé c’est dire !!! (en plus y’a des passages qui m’ont arraché des rires, et c’était pas gagné d’avance).

    putain je devrais lire plus souvent le mien d’horoscope, ça m’éviterait peut-être des nervousses brekdaounes!

    Répondre

  2. Harakiri

    6 août, 2009 à 2:46

    Tiens, pour moi aussi « Z » est un film qui a marqué ma mémoire et pour Makarezos, comme quoi les salauds meurent en paix et en plus vieux. Ba si après ça y’a un bon dieu, ba il aime bien les salauds apparemment.

    Répondre

  3. Mancioday

    6 août, 2009 à 13:20

    Clarky a raison, c’est vraiment un plaisir de te lire mon bon Lediazec.

    Vu la sinistre actualité estivale, on resterait bien tapis dans son lit toute la journée. Pour vivre heureux, vivons couchés.

    Quand à ta référence à Costa-Gavras. Sa trilogie politique avec l’Aveu et Etat de siège, reste un de mes plus beaux moments de cinéma. Yves Montand était divin. Là encore, comment ne pas devenir passéiste…

    Répondre

  4. RPH

    6 août, 2009 à 13:27

    Du coup j’ai lu mon horoscope. Je suis en transition: « Cette période marque une transition soudaine et importante de votre existence privée, intime, ainsi qu’une rupture avec les habitudes du passé, au moins en ce qui concerne votre attitude personnelle. » Bien. Quand le transit va, tout va….

    Répondre

  5. lediazec

    6 août, 2009 à 13:39

    Bonjour à tous. Puisque nous y sommes, dans l’horoscope, le mien n’est pas piqué de hannetons. Voici l’entame : « Parfois, il est nécessaire de prendre de la hauteur afin d’observer avec tendresse et humilité, la vie que l’on se construit au jour le jour…
    Je kiffe mon putain de karma sur ce coup !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. BA

    6 août, 2009 à 16:07

    Aujourd’hui, je lis dans l’horoscope :  » TRAVAIL : si vous êtes ouvrier chez Molex, les mois qui viennent seront violents.  »

    Molex : les salariés remontés comme des « bêtes sauvages ».

    La fermeture de l’usine Molex est prévue pour fin octobre, mais le personnel espère une réindustrialisation du site, à condition que Molex cède l’outil de production, ce que refuse le groupe américain qui a construit une usine identique aux Etats-Unis pour y délocaliser sa production.

    http://aliceadsl.lci.fr/infos/economie/social/0,,4507586-VU5WX0lEIDUzNg==,00-les-salaries-remontes-comme-des-betes-sauvages-.html

    Répondre

  7. lediazec

    6 août, 2009 à 16:13

    @BA Si à 50 ans t’as une Mollex c’est que t’as tout raté !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. des pas perdus

    6 août, 2009 à 18:13

    Hélas, tout est calme… avant la tempête ?

    Répondre

  9. BA

    7 août, 2009 à 12:27

    Le gouvernement «a pris acte» de «l’engagement formel des banques françaises à se conformer strictement» aux règles du G20 en matière de rémunération des opérateurs de marché, a indiqué Matignon, ce vendredi, à l’issue d’une réunion avec des responsables du secteur bancaire.

    http://www.20minutes.fr/article/341125/Economie-Les-banquiers-vont-respecter-les-regles-du-G20.php

    J’éclate de rire !

    « L’engagement formel des banques françaises » !

    Qui croit encore aux promesses des banques françaises ?

    Qui ?

    Répondre

  10. Trublyonne

    7 août, 2009 à 13:18

    Je ne lis plus l’horoscope depuis belle lurette. Je devrais peut être parce que je suis un peu cliente à la BNP et que j’ai comme qui dirait les boules en ce moment…
    Bises à la maisonnée, je pars en congés ce soir dans un trou de Normandie où je ne suis pas sûre que l’internet passe.

    Répondre

  11. b.mode

    7 août, 2009 à 13:29

    Un Rodo au top ! Dis moi le moi d’aout ça te sied ! come back demain ! Bises !

    Répondre

  12. BA

    7 août, 2009 à 14:03

    La même semaine, deux informations concernant les banques françaises.

    1- Première information :

    Surendettement : le nombre de dossiers explose en France.

    La crise continue de mettre les emprunteurs en difficulté. Les dernières statistiques publiées par l’ASF (Association française des Sociétés Financières) sont pour le moins alarmantes.
    Rien qu’au moins de juin 2009, 19.236 dossiers de surendettement ont été déposés par des emprunteurs ne parvenant plus à rembourser leurs crédits. Soit une hausse de 18,5 % par rapport au mois précédent et de 17,5 % sur un an.
    Parmi ces dossiers, 18.039 ont été jugés recevable, ce qui représente cette fois une augmentation d’un tiers par rapport au mois de mai, et de 21,4 % sur un an.

    http://www.latribune.fr/patrimoine/banque-assurance/20090806trib000407881/surendettement-le-nombre-de-dossiers-explose-en-france.html

    2- Deuxième information :

    Un milliard d’euros de plus provisionné pour les traders de BNP Paribas en 2009.

    http://cordonsbourse.blogs.liberation.fr/cori/2009/08/un-milliard-deuros-provisionn%C3%A9-pour-les-traders-de-bnp-paribas.html

    Répondre

  13. clarky

    8 août, 2009 à 0:11

    m’excuserez de parler d’autre chose que de la bourse, des traders à la con qui méritent qu’on leur apprenne la vie la vraie, et tout le bataclan…

    voilà, juste pour dire ma tristesse de voir clamser un musicos comme willy deville.
    y’a tant de baltringues qui prétendent faire de la musique et qui se portent à merveille que ça en devient indécent!!!

    ses compositions à la gratte et sa voix vont me manquer putain, life stinks comme dirait ce bon mel brooks.

    voilà, vous pouvez reprendre une activité normale, je m’en vais dans los sueños de esta vida de mierda…

    Répondre

  14. lediazec

    8 août, 2009 à 9:01

    @clarky. 55 ans c’est jeune pour mourir, même si comme on le dit souvent : nous vinons dans un monde de merde. Monde de merde qui donne parfois des gens et des artistes comme Willy De Ville. J’aimais beaucoup son côté shaker musical avec son penchant très marqué pour les sons latins, salsa, mambo, etc…
    A toute, l’artiste !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. b.mode

    9 août, 2009 à 10:26

    Ah Mink, toute ma jeunesse ! :(

    Répondre

  16. lediazec

    10 août, 2009 à 12:42

    Cela n’a peut-être rien à voir avec le sujet (si ! beaucoup même) mais j’adore les crobards avec lesquels ont été illustrées mes bafouilles. Merci Erby pour l’humour, l’humeur, le contre-pied et le sens achevé des illustrations.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sale temps, sales affaires

Pas un jour ne passe sans que l’écho d’une « sale affaire » ne succède à une a…