Accueil Politique A Monsieur le Président de la République de Russie

A Monsieur le Président de la République de Russie

12
0
459

aigle01.jpg Babelouest, de l’excellent site Dazibaoueb, nous propose de débattre sur sa lettre ouverte à Medvedev. Nous la publions ci-dessous. Merci pour sa contribution.

Cher Dmitri Anatolievitch, aidez-nous à nous protéger des ambitions de Washington. Votre grand pays, traditionnellement très proche du nôtre, a bien repris ses marques depuis la chute du régime soviétique. Ensemble, et avec l’aide d’autres pays européens, nous pouvons faire pièce à la politique constamment hégémonique du pygargue à tête blanche qui s’est niché à Washington. Cependant, dans notre propre entourage, il sera nécessaire d’écarter un président qui ne jure que par son ami George Walker, même si celui-ci n’est plus à la Maison Blanche.

alone.jpgOn le sait, certains gouvernements à l’est de l’Europe officielle ont eux aussi un faible depuis longtemps pour ce pouvoir d’outre-Atlantique, dont ils attendent beaucoup – à tort, j’en suis persuadé – et pour lequel ils sont prêts à bien des compromissions. La partie est donc loin d’être gagnée, de créer un simple rééquilibrage des influences. Le passé l’a montré, particulièrement en Amérique du Sud : certains organismes US n’hésitent pas à aller jusqu’à l’assassinat pour conserver une mainmise sur un Monde, dont ils ne doutent aucunement qu’il leur appartient.

Il ne s’agit pas du tout de s’attaquer aux Etats-Unis, bien entendu, mais de les empêcher de s’attaquer aux autres nations. Une guerre est actuellement en plein développement ; mais comme il s’agit essentiellement d’une guerre économique, les journaux n’en font guère état. Les événements du Honduras sont cependant là pour nous rappeler que la plus petite tentative de sortir de leurs griffes est punie. La propagande montrant Manuel Zelaya comme un dictateur bat son plein, malheureusement largement relayée par la presse européenne. On peut d’ailleurs rapprocher ce coup d’Etat et sa représentation médiatique du conflit entre Mikheïl Saakachvili et vous-même, où il fut bien difficile de contrer ceux qui vous présentaient comme l’agresseur. Ou des difficultés que connaissent les Chinois avec une propagande musclée pour l’indépendance du Tibet ou du Xinjiang.

Pour résumer, il serait bon de ressortir un vieux slogan, dont l’avantage est de dire en peu de mots ce qui plombe les relations mondiales :  » US go Home « .
Respectueuses amitiés

Babelouest 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par babelouest
Charger d'autres écrits dans Politique

12 Commentaires

  1. lediazec

    10 août, 2009 à 10:14

    Très belle initiative. Bravo. J’ai survolé le texte, là, je suis pressé. Tout à l’heure, après lecture attentive, donnerai mon avis…
    A toute.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. b.mode

    10 août, 2009 à 10:42

  3. babelouest

    10 août, 2009 à 11:27

    A l’instant je reçois d’une amie, qui tient plusieurs blogs à la fois, un lien intéressant, je m’empresse de l’ajouter au dossier. A bientôt !
    http://r-sistons.over-blog.com/article-34750018.html

    Répondre

  4. Mancioday

    10 août, 2009 à 11:48

    Je vais essayer d’écrire un billet sur le sujet dans la journée. Pas loin de penser comme Babelouest en tout cas

    Répondre

  5. b.mode

    10 août, 2009 à 11:53

    @mancioday Bienvenue au club ! ;)

    Répondre

  6. mancioday

    10 août, 2009 à 12:06

    Thanks ;)

    Sur la Russie, il faut voir cette très bonne séquence de Ripostes avec Védrine, Todd…

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/conflit+georgie+sarkozy/video/x7ofm9_emmanuel-todd-afghanistangeorgie-ri_news

    Répondre

  7. lediazec

    10 août, 2009 à 12:21

    Me revoici. Comme promis, mon point de vue de poète insoumis :
    « Nous allons vous faire le pire des cadeaux, déclarait aux américains il y a vingt ans (déjà !) Gueorgui Arbatov, alors le plus proche collaborateur de Gorbatchev, nous allons vous priver d’ennemi. »
    Vingt ans pendant lesquelles les États-Unis, malgré une hégémonie sans conteste mais contestée s’est retrouvée orpheline d’un adversaire à sa mesure. Ni la montée des intégrismes, ni les attaques répétées de son bras armé, ne pouvaient empêcher la nostalgie. Il manquait le sulfure de la belle époque, l’ambiance guerre froide, avec invasion, torture, menaces, assassinats politiques, qui tenait les blocs sans disjoindre l’épaisseur des murailles. Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées, avec, de temps à autre, des cris et des propos comminatoires de chaque côté du mur. Heureusement, Poutine, formé à l’école du chaud et du froid, avec son porte-flingue Medvedev, disciple et futur maître ès manipulation, mettent au goût du jour une histoire qu’on pensait appartenir au passé…
    On fait quoi quand chômage, misère, haine et autres grandes et petites arnaques empêchent le monde de vivre correctement ? On propose des remakes !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. babelouest

    10 août, 2009 à 14:44

    Les Etats-Unis ont une particularité liée à leur formation. Sur leur sol cohabitent tant bien que mal des gens venus de partout trouver une sorte d’eldorado, comme si tous pouvaient faire fortune en même temps : funeste espoir ! S’y ajoutent les descendants des anciens esclaves, qui n’ont pas demandé à venir. Les moins scrupuleux ont pris l’ascendant sur les autres, ont fait régner leur loi. Seule façon pour rendre la situation pas trop intenable : donner à tous un adversaire commun, un ennemi à combattre. Le maccarthysme procède de cette instrumentalisation, car l’ennemi peut être intérieur, quoique lié au grand ennemi extérieur.
    Voilà pourquoi les enfants des écoles font le salut au drapeau chaque matin. Un peu léger comme valeur à défendre ! S’y ajoute la Constitution, qui n’est pourtant pas sans manques, en particulier au niveau sociétal. C’est en somme un principe en deux points :
    - chacun pour soi
    - si le drapeau et/ou la Constitution sont attaqués, tous doivent les défendre.
    Pour le reste, rien. Rien que les religions, sous-religions, sectes et croyances pour faire « passer la pilule » à ceux qui n’ont pas eu la chance de gagner en écrasant quelques pieds. La liberté existe, mais elle est bien seule et n’est absolument pas soutenue par un principe d’égalité. Des libertés contradictoires, et rien d’autre pour calmer le jeu.
    Un tel système ne peut être qu’explosif.

    Répondre

  9. le coucou

    10 août, 2009 à 18:46

    Pour le coup, mes chers Ruminances et Babelouest, vous me laissez sans voix! J’avoue ne pas voir quelles perspectives pourrait ouvrir un tel retour en arrière…

    Répondre

  10. b.mode

    10 août, 2009 à 19:48

    @coucou La désinformation façon US n’est quand même pas nouvelle. L’Amsud (entre autres) souffre depuis l’instauration de l’empire ricain d’un tripatouillage politique de la part des States… M’enfin !

    Répondre

  11. clarky

    10 août, 2009 à 23:49

    tiens pour le coup ça me donnerait presque envie (si j’avais encore un tourne-disque) de réécouter le triple album vynil « sandinista » des clash que j’ai gardé même quand pour me faire quatre ronds fallait que je dilapide ma collection de galettes plastoques.

    la cia voit rouge et ça c’est pas nouveau!!!

    la tour de babel ça a du bon ;)

    Répondre

  12. mancioday

    11 août, 2009 à 17:09

    @ Coucou

    Regarde cette vidéo issue d’une conférence sur La Russie et l’Europe, tu comprendras peut être mieux cet appel

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/russie/video/x99sbo_la-russie-et-leurope-helene-carrere_news

    La Russie est la seule alternative de l’Europe pour exister sur la scène internationale.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Identité nationale : une piste pour aujourd’hui

L’ami Babelouest, du site Dazibaoueb nous livre ici sa version toute personnelle de …