Accueil Politique L’hydre à douze têtes

L’hydre à douze têtes

17
0
136

hydre2.jpgEn Sarkozie, ce ne sont pas les ministres, et encore moins le premier d’entre eux qui gouvernent, mais un aréopage de douze conseillers élyséens particulièrement influents qui se réunit chaque matin à 8h30 autour du monarque dans le salon Vert et qui prend toutes les décisions importantes pour le pays. Les ministres ne sont que la face immergée de l’iceberg, marionnettes juste bonnes à affronter le cirque médiatique, juste utiles à tenter de faire passer la pilule amère des « réformes » auprès de la population et à les faire voter par le parti godillot.

Hors les dites réformes ont été concoctées par les dits conseillers qui restent confortablement tapis dans l’ombre. Les ministres et les parlementaires n’aiment pas cette situation pour le moins alambiquée mais mangent leur chapeau. Faut bien nourrir les gosses. Jean-François Copé lui même déclarait en début d’année dans les colonnes du Monde : « Les conseillers sont infiniment plus importants que les ministres. » Il confiait même à propos de la désormais piètre fonction de ministre que l’un d’entre eux lui avait dit : « si tu revenais au gouvernement, tu ne reconnaîtrais pas le job. » En revanche, l’hyper-président adore ce machiavélique dispositif. Cette gouvernance à deux niveaux lui permet en permanence de jongler entre ministres et conseillers, de surfer sur leurs conflits internes, d’arbitrer leurs différents, de modérer l’ego des uns et des autres et en fin de compte, de décider de tout unilatéralement.

Qui sont donc ces conseillers de moins en moins occultes qui tirent ainsi les ficelles de la Sarkozie rampante ? Le premier d’entre eux, Claude Guéant, l’Homme qui murmure à l’oreille de Sarkozy, est officiellement Secrétaire Général de l’Elysée mais en vérité, il fait office d’authentique premier ministre. Jean-David Lévitte, sherpa du président au G8, est le conseiller diplomatique du président. Très respecté à l’étranger, Diplomator, c’est son surnom, oriente largement la politique étrangère française. La pleine réintégration dans l’OTAN par exemple, ça vient de lui. Il laisse trop peu de miettes à Bernard Kouchner qui ne peut pas le voir en peinture. Ainsi quand le French Doctor parle de Lévitte, il l’appelle « le machin« , excusez du peu…

Le conseiller aux affaires judiciaires s’appelle Patrick Ouart. C’est lui qui a piloté les principales réformes judiciaires. C’est lui aussi qui a en projet la suppression du poste de juge d’instruction. Il ne supportait pas Rachida Dati qui le lui rendait bien. Xavier Musca, lui occupe la fonction de secrétaire général adjoint de la Présidence de la République, attaché aux affaires économiques en remplacement de François Pérol, parti pantoufler à la tête de la Caisse d’Epargne et des Banques Populaires réunies. C’était lui et non pas Christine Lagarde, « le grand architecte du programme économique de Nicolas Sarkozy. »

Raymond Soubie est l’éminence grise préposée aux affaires sociales. Il a jadis conseillé Chirac, Barre, Balladur et autres Raffarin. Que du gratin ! Henri Guaino, pour sa part, est conseiller (très) spécial de Sarkozy. Il joue entre autres les nègres pour les discours présidentiels (remember Dakar 2007). Pour la petite histoire, il concocte ses fulgurances à l’Elysée dans l’ancien bureau de VGE lui-même.

A la réunion quotidienne du salon Vert, on trouve encore Catherine Pégard (conseiller et responsable du pôle politique), Emmanuelle Mignon (conseillère à l’Elysée), Cédric Goubet (chef du cabinet), Jérôme Peyrat (conseiller parlementaire) et Franck Louvrier (responsable du pôle communication). Reste un petit dernier qui n’était pas au départ prévu au programme, un nommé Pierre Charon. Sarkozyste bon teint, il avait été écarté du premier cercle par Cécilia qui le trouvait trop intriguant. Grand communicant devant l’éternel, il avait pourtant joué les rabatteurs de people pendant la campagne de son mentor. Mais Carla l’avait connu dans le show-biz, l’adore et la remit en selle au point qu’il est devenu incontournable. Si un plumitif veut avoir un rencart avec la dame, il doit impérativement passer par lui. Deux journalistes ont même prétendu que c’est lui qui écrivait, avec la bénédiction de la belle ritale, certains dialogues de son faux journal intime, Le journal de Carla.B., feuilleton hebdomadaire du Canard Enchaîné.

Ce même Canard a affirmé récemment qu’en compagnie de l’inénarrable Frédéric Lefebvre, de Laurent Solly recasé à TF1 et du nouveau pensionnaire de la place Beauvau Brice Hortefeux, tous victimes peu ou prou de madame Attias, il intriguait désormais contre les anciens favoris de cette dernière. Sous le sobriquet de la Firme, la bande des quatre avec l’aval de la Bruni, viserait à se débarrasser de tous ceux qui étaient en cour sous l’ex. Ainsi Rachida Dati, envoyée à l’insu de son plein gré à Bruxelles, ainsi Roger Karoutchi jadis intime désormais en disgrâce, ainsi David Martinon désormais en exil à Los Angeles. Leur prochaine proie serait un très gros poisson, Claude Guéant en personne. « Pit-bull » Lefebvre et lui ne se supporteraient pas. Plus que jamais, les intrigues de palais pullulent sous Nicolas 1er. Elle est pas belle la vie en Sarkozie?

logoyahooactualite.gif

agora.gif

betapolitique01.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

17 Commentaires

  1. lediazec

    18 août, 2009 à 13:14

    Merci Bernard pour ce petit dictionnaire de noms propres dont le commun ignore tout ou presque. L’État fonctionnaire et le grand chef de réseau, cela me fait penser à quelque chose de tentaculaire, mais vous dire quoi…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. b.mode

    18 août, 2009 à 13:55

    Noms propres, Rodo ? Pas tant que ça, mon ami…. ;)

    Répondre

  3. lediazec

    18 août, 2009 à 14:18

    Oui, pardon, tout est si sale, que j’en perds mon latin ! On ne sait plus où donner de la tête !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. b.mode

    18 août, 2009 à 14:19

    A défaut d’hydre, ça ressemble quand même à un panier de crabes ;)

    Répondre

  5. babelouest

    18 août, 2009 à 14:32

    Nous sommes bien face à une satrapie vénale, où un homme seul décide de tout. Les conseillers et les amis pleins aux as sont son seul contact réel avec l’extérieur, isolé qu’il est du vrai peuple grâce à une nuée de gardes du corps. Entre les citoyens et lui, c’est l’incompréhension totale, le clash. Quand il voit des gens, ce sont des personnes totalement admiratives de toutes ses actions (pas ses actes, puisqu’il ne prévoit pas, il réagit au coup par coup).

    Chaque instant qui passe l’éloigne davantage des Français, qu’il déteste, et dont une majorité le déteste. En est-il conscient ? Etudiant médiocre, il n’a pour lui qu’un sens du parler qu’il estime populaire quand il n’est que ridicule. Quelques-uns s’y laissent prendre. Et puis il sait très bien manipuler pour casser les ententes, le tissu social, le consensus entre les forces de la nation. Construire ? Non, là, ce serait trop lui demander. Il n’est que destructeur et fatal.

    Répondre

  6. Mancioday

    18 août, 2009 à 14:41

    Excellent décryptage de ce gouvernement de l’ombre. Beau boulot

    Au sujet de Lévitte, je me rappelle avoir lu dans Marianne, un coup de rage de Kouchner qui n’avait une nouvelle pas été prévenu d’une opération diplomatique, dire : « Merde, je suis encore ministre des Affaires Etrangères jusqu’à preuve du contraire… »

    Pour moi Guéant est indétrônable, la « Firme » peut s’y essayer, il s’y cassera les dents. C’est l’âme damnée de Sarkozy, le véritable patron de l’exécutif comme tu l’as bien démontré.

    Répondre

  7. clarky

    18 août, 2009 à 15:09

    très intéressant tout ça ;)

    tiens en parlant banque populaire dans ton billet, je voudrais juste vous faire part de leurs méthodes puisque toute la sagrada familia y est pris en otage!!
    bref, tout à l’heure juste après le kawa, bigo qui hurle…au bout une connasse qui exige que mon frangin, dont elle n’a pas son nouveau numéro, se rende impérativement dans son agence martégale.
    chaud comme la braise et vu la chaleur y’a pas à trop se forcer, je lui demande pour quel motif que je sais être à la con.
    « Monsieur je n’ai pas à me justifier, il doit répondre à ma sollicitation et venir au plus vite rencontrer son conseiller local!! »

    « pourquoi madame, je vous repose la question parce que vous semblez ne pas l’entendre »

    « je n’ai pas à vous répondre, je ne suis pas son conseiller, mais ça fait maintenant plus d’un an qu’il n’a pas vu votre frère… »

    elle a pas pu finir sa putain de phrase que je me suis mis sur la fréquence « ferme ta gueule grosse pouf et arrête de me réciter ton cantique commercial ».

    bref en termes moins clarkiesques ça a donné « madame, je connais très bien Mr G conseiller populaire de toute la marmaille familiale, on a fait une partie de notre scolarité ensemble, vous venez presque me menacer pour obtenir le nouveau numéro de tel de mon frangin et vous n’êtes pas foutue de me donner le moindre motif qui motive votre démarche ??!!?? »

    s’ensuit la séquence tension sur la fréquence, quand on me courre un peu trop sur le haricot ben je ne réponds plus vraiment de moi, elle n’a finalement rien obtenu si ce n’est ses quatre vérités et que ses techniques commerciales déguisées en menaces étaient dignes des bonimenteurs estivaux.

    la banque populaire depuis la crise a changé, foi de clarky, des frais bancaires en plus, une sorte de harcèlement téléphonique pour te pomper un peu plus de thune, j’aimais déjà pas avant mais là c’est le bouquet comme dirait michel.

    foutre, à la BPPC ils ont du choper la petite pérol!!!

    système bancaire de merde, on les engraisse et si tu les laisses faire ils te pompent jusqu’à la moelle.

    Répondre

  8. babelouest

    18 août, 2009 à 15:36

    La Banque Pop ?Et justement eux me pompent tous les trois mois des frais indus de recherche d’adresse sur le compte de Dazibaoueb. La jeune dame qui est mon contact a bien du mal à chaque fois à faire rétrocéder ces sommes. Bizarre, non ? D’autant que ce n’est pas donné.

    Répondre

  9. clarky

    18 août, 2009 à 15:49

    celle là même babel, elle en a croqué pourtant la garce avec l’impôt révolutionnaire gentiment octroyé par notre grand manie tout.

    rien n’est donné de nos jours mon bon babelouest, enfin si mais c’est pas du côté des banques qu’il faut chercher, eux te donnent juste le droit d’y déposer ton artiche pour le faire travailler .

    bon courage amigo, même si je sais qu’ailleurs l’herbe n’est pas pour autant plus verte, putain sans citer de marque de crèmerie, y’a des établissements concurrents qui eux te foutent à poil dès que t’as franchi le sas de sécurité!!!

    Répondre

  10. babelouest

    18 août, 2009 à 16:09

    Comme les choses ont changé ! Ancien employé de banque, j’avais des amis dans la plupart des banques concurrentes. Les relations étaient très bonnes. Aujourd’hui, entre collègues de la même unité, c’est devenu très difficile, avec des objectifs individuels. Une horreur. Je plains les plus jeunes !

    Répondre

  11. clarky

    18 août, 2009 à 16:21

    la force de vente tranquille en somme, objectifs individuels dis-tu, une sorte de prime à la crasse entre collègues de travail, bonjour tristesse et surtout l’ambiance!!

    Répondre

  12. b.mode

    18 août, 2009 à 16:46

    @babel Une monocratie somme toute
    @Mancioday Tu as sans doute raison pour Guéant car Sarko en a trop besoin et il a l’avantage suprême ( de volaille) de supporter les colères du gnome sans broncher. Même quand elles sont dirigées contre lui…
    @Babel et Clarky Moi je suis à Lcl ex Crédit Lyonnais, c’est pas mieux. j’ai payé pendant des années des services inutiles. Au prix fort ! Vive la nationalisation des banques !

    Répondre

  13. lediazec

    18 août, 2009 à 17:02

    Moi, je suis Banque Pop. Une merde. Des voleurs. Des pourris de l’agio !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  14. babelouest

    18 août, 2009 à 17:15

    Et moi, je suis un ancien du CA, toujours client, autrefois notre patron régional nous connaissait tous, ou presque. Quand je suis parti (bien avant la retraite, vu la santé chancelante à la maison), le nouveau patron affectait de ne connaître personne. Pour le bénéfice de qui ? Il était bien temps que je parte !

    Répondre

  15. h16

    18 août, 2009 à 17:32

    Merci pour cet article fort intéressant. Pratique à ressortir lorsque l’un de ces noms ressortira, chuchoté dans un petit article à droite ou à gauche, en toute discrétion…

    Répondre

  16. b.mode

    18 août, 2009 à 22:43

    @h16 L’occulte sur ma commode en quelque sorte ! ;)

    Répondre

  17. BA

    19 août, 2009 à 8:47

    Des nouvelles de la Polynésie française :

    La dépêche de Tahiti, mardi 18 août 2009 :

    « Grippe A : 61 classes fermées. »

    Cliquez sur la une dans la colonne de droite :

    http://www.ladepeche.pf/

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Méluche se paie Duhamel et de Sarnez

http://www.dailymotion.com/video/xaphnd Remonté comme une pendule suisse, le Méluche, depu…