Accueil Politique Arche ou crève

Arche ou crève

10
0
99

jean1001.jpgIl est bien connu que la meilleure défense c’est l’attaque. Pour Jean, fils de Nicolas, c’est surtout l’arche. Or, depuis quelques jours, des averses diluviennes s’abattent en Sarkozie, faire la pluie et le beau temps n’est point chose aisée, même du haut de la splendeur de ses 53%. L’homme qui battait la campagne électorale et le fer, pendant qu’il était bien chaud, proclamait du haut des scènes populaires son populisme à peine voilé. Il convainquait le gueux et le manant que ceux qui seraient les plus méritants devraient en récolter les fruits, certainement de la croissance.

Il exaltait les foules avec des délires sectaires, la France aux François, et fustigeait le piston comme seul ascenseur social. La victoire en chantant du Barbelivien fut l’avènement d’un ordre nouveau, basé sur la rupture et la dénonciation des insanités de Mai 68. Cette nouvelle ère serait celle du renouveau politique. Quelques années plus loin et une crise financière prise sur le coin de la tronche, ceux que l’on a essayés de semer reviennent tempêter leur colère. Peine perdue mais pas pour tout le monde puisque le roi avait un fils

Dans le jeu de cette famille, on en avait presque oublié que l’un des rejetons était entré en politique pour le meilleur et pour l’empire Sarkozy.  Papa avait été un traître sublime, le fils en serait un tout aussi prodigieux. Tuer ses pairs pour mieux s’émanciper tel fut le credo régulier de Messire Nicolas. Inscrit au patrimoine de l’inhumanité, le paternel transmit à son fils Jean, le fameux code génétique lui permettant de marcher dans l’EPAD de son père. Camorra au poing, Sarkozy père avait assujetti l’UMP à une seule idéologie, la terre des siennes.  Jean, son fils prodigue, n’avait plus qu’à se pencher tout en faisant en sorte que Frédéric Mitterrand resta à bonne distance de lui, pour ramasser le royaume de Neuilly. Berceau de la civilisation moderne nationale, Neuilly était de ces villes où la vie semblait d’une rudesse insoutenable, les logements sociaux foisonnaient et sortaient de terre avec des relents indécents de mixité sociale. En Sarkozie point de pauvres, s’attacher à la richesse sonnante et trébuchante plutôt qu’à celle dite humaine ou intellectuelle. Fort de cette expérience Neuilléenne, Jean suivra à la lettre, loin d’être Persane, les recommandations de son seul maître et dieu de père qui êtes odieux.

Faire croire que l’on s’occupe de vous quand in fine on ne s’occupe véritablement que de soi, servir une cause qui se prénomme ambition personnelle sous couvert de prédispositions autoproclamées pour des fonctions savamment préparées et mises à disposition, furent les alibis politiciens avancés lors du terrible procès d’intentions, forcément malveillantes puisque à charge contre un système quasi monarchique, de l’an 2009 du mois « je suis Jean et je vous emmerde tous autant que vous êtes« .

L’ascension, par la farce sud de Neuilly, se fit crescendo. Le creuset de la tombe des rois maudits en Sarkozy se mérite de façon réfléchie. Dans cette bande de garçons dans le vent, Martinon aurait dû se méfier de l’appui prétendument inconditionnel de Jean, et lorsqu’on conjugue l’inconditionnel à l’impératif, on obtient le premier fait d’armes marqué du sceau Sarkozien, la traîtrise comme étendard.  Le pacs romana Neuilléen implosa. A pacte de velours, Jean le puceau politique mit un terme à la solidarité affichée envers un Martinon prié de mettre les voiles le plus loin possible de cette annexe du pouvoir elyséen, l’ombre du père se confondant désormais avec celle du fils: fidélité tu ne jureras point, trahir tu devras si tu veux conquérir le pouvoir, mentir devra être ta première langue vivante.

« Prendre son enfant par la main, pour l’emmener vers demain, pour lui donner la confiance en son pas, prendre son enfant pour un roi » résonnait dès lors dans les ruelles miséreuses de Neuilly la rebelle. Une fois les « allô papa tango charlie » évacués et l’élection de Fromantin officialisée avec la bienveillance de saint Nicolas, Noël pointa sa gueule pour Jean de bonne famille. Un poste de conseiller régional en poche, obtenu avec mention « félicitations du jury de Neuilly sud« , le jeune poussin va se sentir pousser du zèle. Son père l’ayant élevé avec un grain, lui n’aura même plus à le moudre tant tout est cuisine locale pour élevage intensif. Jean sait désormais marcher sans mâcher ses mots, il apprend vite et il la prend vite selon des sources anonymes du SAV de Darty, mais cela ne nous regarde pas.

Papa est plein d’ambition pour son fils, il lui réserve donc un cadeau royal. L’homme qui tombe à pic pour ce roi de carreau sur place, bien mal acquise, se nomme Hervé Marseille. L’histoire ne dit pas s’il s’est pris un savon mais toujours est-il qu’il va devoir laisser sa planche, devenue glissante, à l’héritier du roi dont l’appétit semble grandir, bien manger sur le dos des autres est une nécessité vitale en Sarkozie.

L’affaire des collets ayant été vite expédiée, Jean devient donc « président » du groupe ump-nouveau centre-divers droite du conseil général des Hauts de Seine au détriment du candidat soutenu par Devedjian, déjà. La petite monarchie en liberté inconditionnelle est en marche, papa veille aux gains, la basse-cour jacasse mais ne se mouille surtout pas et le gentleman farmer Jean obtient sa première ferme intention de mener à bien un projet personnel, soutenu en cela par les hommes de main du président qui du haut de sa foire du trône assemble le manège politicien de sa progéniture comme il gouverne la France…

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

http://www.dailymotion.com/video/xase4v

Par politistution

Charger d'autres articles liés
  • Alerte prélèvements

    L’ouverture du courrier relève parfois de la crise de nerfs. En ce Mercredi 17 Novem…
  • Travail d’arabe.

    En ces périodes à gîter, où le badaud ivre se chope le spleen en moins de mauvais temps qu…
  • Police partout, justice nulle part !

    La France serait-elle devenue un état policier ? On peut aisément  se poser la question qu…
Charger d'autres écrits par clarky
Charger d'autres écrits dans Politique

10 Commentaires

  1. b.mode

    16 octobre, 2009 à 4:59

    Belle saillie Lolo ! ;) Quand on pense que le prince Jean, quand il était tout gamin, récitait par coeur des discours d’Edouard Balladur, premier sinistre de l’époque (véridique)

    Répondre

  2. babelouest

    16 octobre, 2009 à 7:05

    Un billet pareil, c’est du lourd ! Au moins l’équivalent de la dette US en coupures de $5 usagées. La succession du monarque électif est assurée aux AGF (Arnaques Garanties sans Facture). A moins que le raccourcissement des cheveux à l’héritier présomptif ne lui aient ôté une partie de son allant.

    Répondre

  3. gauchedecombat

    16 octobre, 2009 à 8:48

    prodigieux ! quelle écriture, quelles trouvailles et jeux de maux succulents. je savoure…

    Répondre

  4. lediazec

    16 octobre, 2009 à 8:49

    Merci Laurent pour ce magnifique et indispensable rappel contre l’oubli. De la belle ouvrage. Maille à l’endroit, maille à l’envers, tu as tricoté à la Sarkozy de quoi passer l’hiver sans se soucier du froid. Elle est bienvenue cette affaire Martinon avec laquelle fiston Jean affuta la lame des trahisons, personnalisant ainsi le sceau familial.
    Vrai qu’en Sarkozy la trahison est un fait inaliénable et quasi légitime.
    En réalité il y a malentendu. Nous n’avons pas le même dictionnaire de synonymes. En Sarkozy le synonyme de TRAHISON est LÉGITIMITÉ. Voilà pourquoi la chose ne scandalise personne au sein de la famille.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. Mancioday

    16 octobre, 2009 à 10:11

    « Entré en politique pour le meilleur et pour l’empire Sarkozy. Papa avait été un traître sublime, le fils en serait un tout aussi prodigieux. »

    Très joli texte, j’applaudis des deux mains. On a trouvé un nouveau chroniqueur des faits d’armes du 9-2 ;)

    Répondre

  6. b.mode

    16 octobre, 2009 à 12:05

  7. alain

    16 octobre, 2009 à 15:00

    Comme disait Lincoln: on peut tromper tout le monde pendant un certain temps, un certain nombre tout le temps mais pas tout le monde tout le temps.

    Répondre

  8. des pas perdus

    16 octobre, 2009 à 17:08

    Bien torché !

    Répondre

  9. Rem*

    16 octobre, 2009 à 20:26

    bien torché ! oui, re. bien torché. Comme dirait Dupont à Dupond.
    Bon. Il ne suffit peut-être de bien torcher, mais de ne plus torcher, jamais, ces peignes-culs qui nous emmerdent, voilà !

    Répondre

  10. clarky

    17 octobre, 2009 à 11:11

    merci à vous tous.

    si le fils pouvait tuer le père , politiquement s’entend!

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Alerte prélèvements

L’ouverture du courrier relève parfois de la crise de nerfs. En ce Mercredi 17 Novem…