• Accueil
  • > Archives pour octobre 2009
( 21 octobre, 2009 )

Deuxième tour des élections en Afghanistan : la France renvoie un charter d’électeurs à Hamid Karzaï

besson100.jpgRenvoyer chez eux de force des civils qui fuient leur pays en guerre, c’est contraire à tous les principes élémentaires d’humanité. Mais renvoyer ces gens chez eux contre leur gré alors que nous sommes partie prenante de la guerre dont ils subissent les conséquences, c’est tout simplement dégueulasse.

Lire la suite…

( 21 octobre, 2009 )

Un bon croc de boucher pour la démocratie

soutine2.jpgDepuis le début du procès Clearstream, on parle (beaucoup) de gens montrant patte (pas trop) blanche ou des mains sales dans des gants blancs. On parle de l’implication de gens célèbres à des degrés plus ou moins élevés, ne se trouvant pas à l’endroit où ces gens le doivent. On parle de la haine du président pour ce procès et pour Dominique de Villepin en particulier. Il est vrai que détruire de Villepin c’est se donner une chance de réélection en 2012. A moins qu’entre temps l’affaire Karachi ne vienne à lui exploser entre les mains. On parle aussi du peu de trouble éprouvé par la justice française pour son allégeance au chef de l’état, alors qu’elle est sensée être indépendante. En tout état de cause, tout cela a l’air fort reptilien.

Cette histoire est une affaire de degrés. Comme un grand et interminable escalier, avec des parties qui gémissent dès que l’on pose le pied dessus ou que l’on s’accroche à la rambarde. A chaque pression nous avons la sensation que le bloc va s’écrouler. Plus qu’un procès, Clearstream est une émission de télé-réalité produite par… Par qui ?…
N’oublions pas qu’il s’agit d’une affaire où il est question de pognon. Beaucoup de pognon. Qui dit pognon, dit économie, dit politique, dit arnaque, dit secrets, dit coups de poignards et corruption. Nous avons là les ingrédients d’un univers impitoyable. Pinçons-nous le nez pour éviter l’incommodité.

De la déclaration fracassante à la spéculation chacun voit dans ce procès ce qu’il a envie de voir. C’est un peu comme une conversation de salon : tout le monde s’agite, tente une phrase, mais nul n’écoute. Pendant ce temps, dans l’ombre, on redouble d’efforts pour sauver quelque précieux meuble. Dans cette affaire Clearstream, Denis Robert est l’homme par qui le scandale est arrivé. Celui qui ayant mis un pied dans la forêt on accuserait aujourd’hui d’être l’auteur de sa dévastation. Il joue le rôle du chiffon qu’on agite. Et comme il n’a pas les moyens de tout le reste, il meurt par asphyxie.

Certains professionnels ne l’aiment pas et c’est à peine s’ils cachent leurs plaisirs à le voir embarqué dans cette galère. Ils n’aiment pas la manière dont Denis Robert exerce son métier et ils ne bougeront pas leurs petits doigts pour lui venir en aide, même si le fait de le voir sur le banc des accusés est une aberration. Tout aussi aberrant est le ricanement de certains professionnels à son encontre. Tout ça parce que, outre le fait d’avoir levé un gros lièvre, Denis Robert n’est pas quelqu’un d’orthodoxe dans le métier. Or nous le savons : dans cet univers un peu marlou du journalisme et de l’enquête, en dehors de quelques anecdotes people, rien ne doit dépasser du cadre. Un bon chien est un chien assis. Tout le contraire de Denis Robert.

Même si la façon de procéder de Denis Robert est maladroite ou naïve, on pouvait éviter de faire comme monsieur Edwy Plenel, d’aller le dénoncer auprès des juges d’Huy et Pons, l’accusant d’être le corbeau. Toujours très sanguin le bon Edwy ! Réaction très exagérée de la part de l’ex-directeur de la rédaction du « Monde ». Une erreur s’étant glissée dans le livre de Robert, le nom d’Edwy apparaissait sur les listings truqués, sa colère peut dès lors se comprendre. Elle est même légitime. Erreur sur laquelle l’ex-directeur de rédaction du « Monde » s’est d’ailleurs lourdement remboursé en publiant une série de quatre articles électro-négatifs à la sortie du livre.

Ostracisé par la profession, pauvre gars pour certains, telle madame Élisabeth Lévy qui sur son blog le qualifie (aimablement sans doute) « d’idiot utile », Denis Robert, a qui on a retiré la carte de presse, organise son quotidien comme il le peut, peignant des toiles, signant des romans, créant des bandes dessinées, exposant ses oeuvres.
Cela dit, Denis Robert a quand même des appuis dans la profession. Tout les confrères ne sont pas des chiens assis. C’est ainsi que plus de 500 journalistes ont envoyé leur carte de presse en signe de solidarité et le syndicat national des journalistes lui renouvelle son soutien. Au-delà, des journalistes indépendants célèbrent chez Denis Robert l’exercice artisanal d’un métier respectable. Tout le contraire d’un tricheur, d’un manipulateur, d’un corbeau.

Lire la suite…

( 20 octobre, 2009 )

Coup d’état en Sarkofrance

coup02.jpgLa nouvelle réforme des collectivités territoriales que souhaite mettre en place Nicolas Sarkozy telle qu’elle a été présentée ce midi ressemble fort à un putsch.
La première étape préalable a été de supprimer sans aucune concertation la taxe professionnelle, sans proposer de compensation financière pour les collectivités qui en bénéficiaient jusque là, et qui était pour elles une très importante source de revenus, la seule versée par les entreprises. Il se trouve – mais c’est certainement un hasard – que les régions et les départements sont tenus majoritairement par la gauche aujourd’hui.

Quand on veut liquider une institution, la première chose à faire est de lui couper les vivres. Au bout d’un certain temps on ne peut que constater que ça ne marche plus, et la voie est tracée pour le démantèlement. C’est ce qui risque fort de se produire. Pour conserver leurs marges de manoeuvres, les collectivités n’auront plus comme solution que d’augmenter très fortement les impôts sur les particuliers (puisque les entreprises sont sanctuarisées) ou de supprimer les services sociaux, ce qui est rarement bien vu par les électeurs. La droite aura alors beau jeu de critiquer cette gauche qui ne fait qu’augmenter les impôts pendant que la droite les baisse ! Mais la droite ne baisse évidemment pas les impôts de tout le monde : elle baisse les impôts des riches et des grosses entreprises et augmente de facto ceux des pauvres, les « esclaves de la dette » que nous sommes.

Lire la suite…

( 19 octobre, 2009 )

Une certaine idée de la reconversion

horte20.jpgIl n’y a pas longtemps, le Pas-très-haut-gesticulant, en pleine campagne, affirmait : « si je suis élu, je m’en vais te karcheriser tout ça, que ça ne va pas traîner. » Il parlait racaille. A peine parvenu à la mi-mandat, outre avoir versé des milliards aux banques pour qu’elles récupèrent le bénéfice qu’elles n’ont jamais perdu, suite à la crise qu’on connaît, les banlieusards dorment toujours au rythme d’un quotidien identique à celui qui était le leur avant les menaces de Nicolas S.

Lors de sa prise de fonction, emporté par sa logorrhée, il avait menacé ses ministres d’un système de notation semblable à celui que nous avons dans les établissement scolaires. Idée vite abandonné compte-tenu de la qualité de son corps ministériel. Quelle note pour Frédéric Lefebvre ? En fonction de quel critère ? Et Luc Chatel, combien ? J’ai le sentiment d’être soudain transporté sur le trottoir d’une rue chaude de la capitale !

Si le ridicule ne tue pas, par bonheur il fait ricaner. A défaut d’avoir du travail, il nous reste un assez grand stock de sarcasmes, dans lequel viennent puiser les pays voisins si nécessaire. Les français ont toujours su faire preuve d’imagination. De ce point de vue nous ne manquons pas de ressources. Un homme, seul, un quasi malvoyant, ridiculise la police et le chef des armées, Nicolas Sarkozy en personne. Cet homme, embastillé aujourd’hui en goguette, ayant réussi à s’évader de prison dans des conditions rocambolesques, au lieu de se terrer quelque part en attendant l’accalmie, de se chercher une autre identité, il a l’audace de se balader dans le pays se faisant passer pour Brice Hortefeux. Cet homme, Jean-Pierre Treiber, s’est révélé excellent épistolier et pas trop mauvais photographe. Des magazines tels Marianne, Paris-Match ou le Figaro-Magazine s’arrachent ses missives ainsi que les clichés. L’homme se disant innocent, il est évident que si d’aventure la justice venait à le déclarer tel, il n’aurait aucun problème de reconversion.

Selon des sources proches du dossier certains policiers, saisis par une variante du syndrome de Stockholm, éprouveraient pour ce citoyen une sympathie dépassant le cadre de leur fonction. Ces policiers anonymes, cagoulés, donneront prochainement une conférence de presse pour expliquer leur geste. Selon cette même source, ces policiers seraient particulièrement agacés par l’irresponsabilité du ministre de tutelle ainsi que par l’attitude un peu cosaque du Président à l’égard des institutions de la France. On leur avait promis du karcher dans les cités, rien. On leur avait dit qu’ils allaient être les bien aimés, rien non plus. On leur avait promis des budgets supplémentaires, niet !

Du coup, non seulement ils trainent les pieds, mais pour passer le temps sans trop s’ennuyer et pour se venger un peu aussi, certains fournissent à la presse des clichés où l’on voit Jean-Pierre Treiber, au crépuscule, du côté de Bréau, un petit bled de Seine-et-Marne, marchant avec une canne, un sac à la main. La bonne femme du Jean-Pierre à qui on a montré les images de la vidéo-surveillance aurait authentifié le gars sur la photo comme étant le J.-P. dont elle ne veut plus voir la tronche dans son cocon.

Aux dernières nouvelles, on aurait vu monsieur Treiber à la préfecture de Saint-Brieuc dans le cadre du déplacement du ministre de l’intérieur dans les Côtes d’Armor pour évoquer la sécurité dans les kermesses. Comme monsieur le ministre n’a pas trop d’atomes crochus avec les armoricains, toujours prompts à ferrailler, c’est Jean-Pierre Treiber qui l’a remplacé en tant que sosie pour cette mission délicate. Il s’en est acquitté remarquablement. Seul bémol, son mutisme. Interrogé à ce propos par l’Écho de l’Argoat, hebdomadaire de la région de Guingamp, J.-P., cravate à pois et chemise rose, a ainsi expliqué son silence : « Mes récents propos sur les auvergnats ayant provoqué la polémique que l’on sait, j’ai préféré me taire. » Laconique, mais efficace. Cela a permis à Jean-Pierre de bénéficier d’une protection rapprochée, ainsi que le bénéfice du gite et du couvert durant ce séjour de 24 h. C’est toujours ça de gagné.

Lire la suite…

( 19 octobre, 2009 )

Tatami aussi

douillet01.jpg L’ancien combattant David Douillet a été  élu député UMP dans les Yvelines avec 52% des suffrages. On n’est pas loin de penser que cette nouvelle est une kata-strophe.  Une fois de plus, la Sarkozie a mélangé joyeusement peopolisation et politocratie. Comme l’a dit aujourd’hui Arnaud Montebourg à propos du prince Jean, un jour, on élira des chèvres ! Que le bouc-émissaire du 78 se rassure, sa prise en force augure bien de lendemains qui déchantent…

 

doudou02.jpg

12345...7
« Page Précédente  Page Suivante »
|