Accueil Politique Au-delà des ruines, il y a un panneau

Au-delà des ruines, il y a un panneau

39
0
1,267

segodijon01.jpg Après le grand amour, les gondoles à Venise, les diners aux chandelles, les week-end au bord de mer, rien ne va plus entre Ségolène et Vincent. Samedi, à Dijon, Vincent se donnait un mal fou pour faire propre lors des premières rencontres du rassemblement « social, écologique et démocrate » dans le cadre d’une future « bonne entente » entre gens de bien, socialistes, écologistes et centristes (dieu reconnaîtra les siens), ayant pour mission de ne pas laisser trop de plumes aux prochaines régionales et plus si affinité… Consciente que sans elle, la star du prêt-à-porter, sorte de lady gaga de l’indigent, la gauche n’est qu’une loqueteuse abandonnée à son propre sort, subissant les assaut d’une mer qui petit à petit la corrode, sans qu’aucune digue ne puisse résister au laminage, Ségolène Royal s’est « auto-invitée » à ces rencontres, au grand déplaisir de Vince, son ex bras droit.

Pas content, c’est sur l’antenne d’Europe 1 qu’il a donné son sentiment, net et sans équivoque : « Je n’ai pas invité Ségolène Royal, et je m’étonne d’apprendre par voie de presse d’ailleurs qu’elle s’auto-invite. Je ne voudrais pas que ce que nous avons à faire comme travail fondamental pour notre pays soit gâché par cette manière de faire. » En réalité, Vince n’a pas tort de montrer, de manière certes maladroite, mais ô combien humaine, jusqu’à quel point l’amour peut être cruel. Comment ne pas être en colère quand on a le droit pour soi ? Songez-y un instant : après avoir oeuvré pour créer ce courant, s’être décarcassé sur le fond depuis le mois de janvier, sans Ségolène qui jugeait la chose pas assez à son goût, la voilà qui déboule avec l’intention de s’inviter à déjeuner et de régler l’addition avec un « chèque contraception ». C’est déroyal ! Songeons à ces milliers d’impulsifs qui croupissent dans les prisons surpeuplées de France pour avoir proprement commis l’irréparable suite à de semblables agissements…

Cela se passait la veille à l’antenne. N’oublions pas que devant le micro nous sommes comme devant la chair : faibles. Flatté par la lumière soudaine. Par l’importance de l’événement. Contrarié par la couverture nuageuse qui soudain s’abat sur son colloque, emporté par son ressentiment, Peillon ajoute une pelletée : « Je vais lui faire savoir qu’il n’y a pas de raison à ce qu’elle vienne. On m’annonce qu’elle viendrait pour déjeuner. C’est un débat d’idées. Qu’est-ce ça veut dire venir déjeuner ? » C’est vrai, enfin ! Sous prétexte que le sous-commandant Darcos se bat pour la féminisation des cadres dans les grandes entreprises, avant même le satisfecit national, voilà qu’elle vient papoter avec tous les arrière-bans de ce sous-empire, poussant sur l’accotement celui avec qui récemment encore elle faisait des gros câlins dans une grange du Poitou-Charentes, à la faveur d’un week-end pastoral. Allez comprendre quelque chose au jeu de l’amour après ça. Le lendemain à l’heure dite, se croisant dans l’enceinte, Vincent rangeait ses vieux restes de dépit dans un coin de sa tête, pour plus tard, et offrait à Ségolène un bonbon, corrigeant le tir sur ses déclarations de la veille sur Europe 1 : « J’ai dit qu’il n’était pas souhaitable, à ce stade, que des présidentiables viennent dans cette réunion de Dijon».

Le juge des affaires matrimoniales étant seul compétent en la matière saura quelle décision prendre. Évidemment, le magistrat ne tiendra pas compte des déclarations du voisin de palier. Tout de rouge vêtu, venu pour la circonstance apporter son témoignage, le PCF ne peut que déplorer les raisons d’un désastre prévisible et d’un échec à venir. A la question : « Quelles sont les recettes de la réussite ? », il  n’a pas hésité un seul instant : « la bataille des égos et des ambitions personnelles », après une tentative de réconciliation infructueuse et la « recomposition politique pour une alliance d’une partie de la gauche avec une partie de la droite », constituent « la meilleure des recettes pour un échec en 2012 et une démobilisation de l’électorat populaire pour les prochaines élections de mars ».

Ce constat brutal prouve, si besoin est, que ce couple n’a plus rien à se dire et pourtant tant de choses à raconter.

cliquez sur ce lien pour visionner la vidéo

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

39 Commentaires

  1. b.mode

    16 novembre, 2009 à 6:42

    Le PS ou l’art de se tirer une balle dans le pied à la moindre « embellie »…

    Répondre

  2. Didier Goux

    16 novembre, 2009 à 9:06

    En fait, et sans faire de parallèle abusif avec Épinay-1971, le PS semble dans une telle déréliction que mûr pour une OPA. Sauf qu’on ne voit personne assez doué et déterminé pour la mener à bien, cette OPA…

    Répondre

  3. babelouest

    16 novembre, 2009 à 9:16

    Pourquoi une OPA ? Un parti, ce ne sont pas des actions au porteur, ce sont des militants. A eux de s’auto-déterminer, et de décider de changer de manière de faire. Si des sections déterminées , voire des fédérations, s’invitent au complet chez Mélanchon avec des propositions de changements politiques crédibles, on saura que quelque chose bouge. Pour le moment, rien. Pourquoi faire une OPA sur rien ?

    Répondre

  4. Didier Goux

    16 novembre, 2009 à 10:59

    Babelouest : pensez-vous qu’en 1971 François Mitterrand se soit soucié de ce que pensaient les militants socialistes (s’il en restait alors) ? Il a mis la main sur une coquille à peu près vide et, avec cette armature, il a reconstruit un parti neuf. C’est, je crois, ce qui pourrait arriver de mieux au PS aujourd’hui. Les militants suivront, comme il est dans leur nature et leur rôle de le faire.

    On peut aussi tuer un parti à coup d’angélisme démocratique, vous savez.

    Répondre

  5. babelouest

    16 novembre, 2009 à 11:19

    @ Didier Goiux
    Ouaimmmm… Justement, ce que l’on (et moi surtout) reproche à François Mitterrand, c’est d’avoir créé un Parti à son seul usage. Lui parti, la formation n’avait plus lieu d’être. Chacun sait que Mitterrand n’était peut-être pas de droite (quoique), mais sûrement pas de gauche. Il était partisan de lui-même.

    Pour le suivisme des militants, je doute que des gens honnêtes fassent ce qu’on veut qu’ils fassent sans réagir. On est militant pour des idées, pas pour un parti. Ou alors, ce n’est plus que du clientélisme.

    L’angélisme démocratique, c’est bien plus essentiel que toutes les magouilles, même accomplies « pour bien faire ». Il se peut que, là-dessus, nous ne soyons vraiment pas d’accord. C’est pourquoi je ne suis pas au PS.

    Répondre

  6. clarky

    16 novembre, 2009 à 11:56

    donc, peillon éructe qu’il s’est fait épinay, royal s’invite à the party juste pour casser la croute, tu parles d’un dîner de cons :)

    ça s’annonce coolos 2012 au ps, je vais voter juste le blanc à ce rythme las.

    sinon, en passant, tonton était de gauche comme moi je suis de villiers…il a fait carrière à gauche et c’est déjà pas si mal quand on voit la gueule du ps depuis !!!

    Répondre

  7. rem*

    16 novembre, 2009 à 11:59

    ‘C’est lamenta…’, mon ordi a bugé sur le propos de Vincent, j’ai cru deviner la dernière syllabe, mais je m’abstiens de revoir cette vidéo, aussi ‘lamenta…’ que la pseudo-affaire.
    Cependant que, Lediazec l’écrit, la vraie affaire est celle des tôles surpeuplées… entre autres; à ne pas suivre, donc ces pseudo!

    Répondre

  8. Didier Goux

    16 novembre, 2009 à 13:14

    Babelouest : je suis encore moins au PS que vous, très certainement ! Cela dit, le problème n’est pas tellement d’être d’accord ou non avec ce que DEVRAIT être la politique : pour avoir une chance de l’emporter, il faut raisonner et agir en fonction des réalités, de ce qui EST. L’angélisme et la pureté font peut-être beaucoup de bien à ceux qui s’en parent, mais tabler là-dessus pour emporter une élection, quelle qu’elle soit, c’est courir droit vers le mur la tête en avant.

    Sans exagérer dans le cynisme, je dirais que peu importait le fait que Mitterrand soit de gauche ou non (je rappelle que j’ai voté pour lui en 1981…) : l’essentiel (si l’on est de gauche) est qu’il ait fait gagner le PS.

    Répondre

  9. nicocerise

    16 novembre, 2009 à 14:04

    Il est écrit que l’on ne peut pas empêcher un ex-candidat de retourner au combat. Je souhaite bien du courage à ceux qui voudront se mettre en travers de leurs chemins. La candidate sait que les traitres seront nombreux et elle montre qu’elle le sait. Sacré combat et vive l’anarchie.

    Répondre

  10. clarky

    16 novembre, 2009 à 14:24

    faire gagner le ps certes, mais pour faire quoi…
    royal aussi devait faire gagner le ps, je ne parle même pas de jospin qui n’avait déjà plus le cul entre 2 chaises mais bel et bien à l’élysée…

    parfois vaut peut être mieux se résoudre à passer pour un con empêtré dans ses certitudes et idéaux, quitte à se bouffer un mur, que de se vendre au plus offrant dans le seul but de se voir président(e)!!!

    alors la gauche, du modem à ee, ce n’est déjà plus vraiment la gauche, en maçonnerie on appellerait ça un bâtard, c’est un super liant mais ça ne cimentera pas une victoire future.

    Répondre

  11. babelouest

    16 novembre, 2009 à 14:37

    Clarky, je t’approuve !
    D’autant que, si c’était un lendemain qui chante (on peut rêver), il ne serait plus nécessaire d’avoir des présidents. Et quand il serait nécessaire de mandater un délégué à l’occasion de causes rares, vastes et impliquant beaucoup de monde, celui-ci n’aurait que ce mandat précis : un billet de train aller-retour, un ticket de cantine, et basta. La fois suivante, c’est un autre qui aurait cette charge. Vivent les cercles de pouvoir ! Vive la démocratie horizontale, et non plus pyramidale.

    Répondre

  12. Didier Goux

    16 novembre, 2009 à 14:46

    Bon, je vous laisse rêver, je retourne bosser…

    Répondre

  13. clarky

    16 novembre, 2009 à 14:50

    merci babel ;)

    Répondre

  14. clarky

    16 novembre, 2009 à 14:56

    @didier
    n’oubliez pas d’éteindre la lumière en partant, les rêves n’en seront que plus doux.

    parfois je me demande effectivement qui rêve…

    Répondre

  15. des pas perdus

    16 novembre, 2009 à 17:21

    comme il est lui-même présidentiable le Peillon… Beau foutage de gueule !

    Répondre

  16. BA

    17 novembre, 2009 à 1:00

  17. lediazec

    17 novembre, 2009 à 10:37

    Édifiant. L’avenir dure longtemps. Ce n’est pas Antonin Arthaud qui avait dit ça ? http://www.lalettrevolee.net/article-fran-ois-hollande-en-piste-pour-matignon-39519959.html

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  18. LA GRIGNETTE

    20 novembre, 2009 à 4:40

    @ leziadec
    ce n’est pas taper au dessous de la ceinture çà ? vous me dédevez.

    Ségolène était invitée à Dijon comme tous les membres et sympathisants du courant..y compris ceux de DA. Je ne vois pas pourquoi elle ne serait pas venue discuter avec tous les présents de tous les courants de gauche des problèmes de l’éducation, sujet qu’elle traite ma foi fort bien dans sa règion, et qui est sa spécialité d’origine.

    Pourquoi Peillon ne parle que des « syndicalistes, responsables du PC, des Verts, soit sa petite élite à lui et non des centaines de militants de base qui étaient là et qu’il prend pour quantité négligeable ? Il nous prend pour quoi ?

    Pourquoi porter cela, non en face à face, mais au moyen des médias ? et dans des termes outrageants, faisant douter non pas de la raison de son adversaire mais de la sienne, on aurait dit un chien à qui on vient d’enlever son os.

    Espoir à gauche est la résultante de la motion E du congrés, motion présentée et défendue par Ségolène Royal, avec Peillon en deuxième couteau. C’est tout.

    Quand à vos allusions oiseuses sur les relations Royal-Peillon…permettez moi de vous dire qu’elle sont du plus parfait mauvais goût, mais fort sarkosiennes au demeurant, çà déteint déjà !

    Que dire aussi du présidentiable Valls qui était membre d’un cercle de discussions ?

    J’ai dit déjà et je le répète que cette manoeuvre est propice à l’obtention d’un poste lors du prochain cabinet minestériel, cela s’est déjà fait et avec autant de bruit …

    A suivre…

    Répondre

  19. lediazec

    20 novembre, 2009 à 9:46

    @ La grignette. Que mon humour vous échappe, cela je peux le concevoir. Qu’il tape en dessous de la ceinture ou qu’il soit vulgaire, en aucun cas.
    Si le commentaire se décante de la sorte, vous ne pouvez vous en prendre qu’aux responsables de la gauche eux-mêmes. Il est quand même assez triste de constater qu’au moment même où l’on veut faire voter un loi contre la fessée, le PS et la gauche fournissent le bâton pour se faire battre.
    Quant à que madame Royal était invitée, etc, il faut avoir écouté monsieur Peillon sur Europe 1 affirmer qu’elle n’était ni invitée ni bienvenue dans un débat d’idées. Sous-entendu : « t’as rien dans le coco, ma poule ! »
    Pour finir, je vous suggère d’aller mettre de l’ordre chez vous, avant d’insister pour passer l’aspirateur chez le voisin.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  20. clarky

    20 novembre, 2009 à 10:07

    bon, la vulgarité c’est mon registre rodo ;) , j’assume et j’emmerde les ceusses qui prétendent ne point l’être, voilà ça c’est fait !

    maintenant pour la follasse drapée de fraternité et de délires identitaires plutôt gauches, mais qu’elle disparaisse du paysage politique.
    quand je lis plus haut que royal avait le droit de se pointer à dijon, dame sûr qu’elle en avait le droit, d’ailleurs elle le prend quand ça l’arrange bien le droit, de façon autocratique et irrespectueuse.

    grignette, vous semblez aduler royal, c’est respectable, mais putain avouez qu’on puisse ne plus supporter de la voir, que ce soit sur dijon ou en photo !!!
    elle ne sera jamais présidente, on le sait tous, y’a qu’elle pour s’obstiner à croire en sa bonne étoile qui semble bien morte pourtant…

    Répondre

  21. LA GRIGNETTE

    20 novembre, 2009 à 14:50

    Ce matin, en allumant ma télé, qu’est-ce que je vois ? Sarko ! A longueur de journée, mentant et démentant comme une tricoteuse qui ne sait pas lire les explications de son modèle.

    Je ne peux que remarquer que votre ostracisme envers SR ressemble plus à du machisme qu’à des sentiments politiques, cela me laisse froide, j’en ai l’habitude.

    Clarky, votre terme follasse associé à fraternité et délires identitaires… vous vous mélangez les pinceaux mon petit. Surtout quand j’entend le chancre présidentiel répèter à tout bout de champs ce mot « fraternité ». Quand à votre registre « vulgarité » rassurez-vous, ce n’est pas une particularité uniquement masculine, ni virile d’ailleurs.

    Je ne suis pas dingue de SR, mais dans ma règion je suis quand même les actions du Conseil Régional, ses initiatives et ses actions, je crois que c’est là dessus que l’on doit se baser pour apprécier un chef. Ce ne sont pas les centaines de jeunes (j’en connais quelques uns) qui pourront dire le contraire, qui une formation complémentaire, qui un permis de conduire indispensable quand on habite la campagne, qui une aide au démarrage d’une activité… Je me base sur des faits tout simplement. Que, comme dans toute administration sclérosée, çà grippe parfois, souvent par susceptibilité mal placée ou divergences d’idées…c’est normal, quand on change de direction, on ne change pas les clampins subalternes qui font quand même l’essentiel du boulot et là il peut y avoir des grippages.

    Pour revenir à Peillon, je suis membre de DA (la motion E m’est apparue la meilleure par la suite) et d’Espoir à Gauche, jai reçu une invitation pour Marseille, comme pour Dijon et je ne suis qu’une simple militante, pourquoi exclure SR ? Qu’est-ce qui pousse Peillon à détruire ce qu’il a contribué à construire ? Ce courant, c’est sur le nom de SR qu’il s’est monté et au début Monsieur Peillon n’était pas si flambart que cela, je dirais même timoré. Que cherche-t-il ? A faire rire les militants des autres gauches ? Il y a des cirques pour cela, mais il n’aura pas le rôle de Monsieur Loyal, c’est sûr.

    Ce qui est certain, c’est que SR a amené un souffle nouveau au PS, une formule de communication avec tous qui est reprise maintenant par Martine Aubry (tour de france…) et que ses idées ont influencé les totems dirigeants. A part cela, elle est jolie femme, elle parle « en direct » (les risques des engagés militaires…), elle a compris qu’en France il y avait d’un côté des intellectuels ou pseudo qui aiment à regarder leur nombril et se disent chef de parti et tous les autres, les humbles, les petits qui ne s’expriment pas dans le jargon polico-psycho-médical (Peillon entre autres) mais, qui, dans le secret de l’isoloir VOTENT !
    Et çà c’est la finalité du problème. Et c’est vers ceux-là qu’elle va.

    Je ne fais pas partie de votre coterie et doute d’en faire jamais partie, votre forme d’humour me ferait même douter du mien, j’ai connu plusieurs guerres, je sais ce qu’identité veux dire, je sais ce que fraternité veux dire, je sais ce que ostracisme, machisme, racisme, fascisme veulent dire, tous ces mots en isme je les ai vècus et pourtant je garde en moi cette étincelle d’espoir qui me fait toujours croire en la sincérité des autres.

    Répondre

  22. lediazec

    20 novembre, 2009 à 15:09

    @LA GRIGNETTE. Avec cette seconde intervention de votre part, il est avéré qu’avec une telle attitude la gauche a atteint sa rigor mortis ou rigidité cadavérique, enraidissement progressif de la musculature causé par des transformations biochimiques irréversibles.
    Avec des militants de votre calibre, Sarkozy a de l’avenir. Lignée militaire, vous aussi ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  23. clarky

    20 novembre, 2009 à 15:40

    grignette je vais vous répondre mais pas tout de suite, révision titine à 16h00 donc faut que je file…

    la réponse risque de ne pas vous plaire mais qu’importe, le petit que je suis va se faire un énorme plaisir de remettre la grandeur d’âme que vous affichez à l’heure ;)

    a tantôt !

    Répondre

  24. LA GRIGNETTE

    20 novembre, 2009 à 23:19

    @ Leziadec. Sûr que je ne suis pas rigide, pour preuve, je lis toujours avec beaucoup de plaisir vos articles et commentaires. Je vous remercie d’ailleurs d’avoir si bien explicité les termes « rigor mortis », mes connaissances s’en sont considérablement accrues, ne fréquentant pas volontiers les lieux propices à cet enseignement, je n’ai pu avoir que des expériences de « terrain ». Ce qui, je vous l’avoue, m’a offert une jeunesse toute particulière.

    Mon père, s’il était encore de ce monde, rigolerait doucement à votre question : lignée militaire ? Anar, un peu ; libre penseur, beaucoup ; socialiste toujours. Mais, vous ne vous êtes pas trop trompé, sur cinq enfants la vie a fait de nous trois militaires et deux rèveurs.

    Je n’ai jamais pu admettre le chapitre I- article 1 du règlement militaire : « il importe que …et n’admette la réclamation qu’une fois le service effectué », j’ai vraiment eu des problèmes avec la dernière phrase.

    Vous critiquez les militants de mon calibre, c’est beaucoup vous avancer, ou m’honorer, je ne sais, mais soyez certain que je supporte pas les hommes et femmes politiques qui mentent, travestissent la vérité et se comportent comme de vrais voyous. Vous voyez que Toup’tit et ses accolytes n’auront jamais grâce à mes yeux et en cela je suis semblable à des millions de français. Ne nous reprochez pas de chercher à comprendre quelle sera la meilleure solution pour chasser cette chienlit. Nous ne sommes peut-être pas des gens très intelligents (ni si cultivés que vous) mais de bonne volonté qui veulent que l’on se rassemble pour faire une force. C’est tout.

    @ Clarky Vu mon âge et ma taille, le pélot risque de passer bien haut, à vous de bien calculer l’azimut mon grand.

    Répondre

  25. lediazec

    20 novembre, 2009 à 23:26

    @ La grignette. Vous commencez à me plaire, m’dame ! J’accepte vos remarques et même si nos avis divergent sur certains points, je ne retiendrai que ce qui nous réunit.
    Fraternellement.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  26. clarky

    21 novembre, 2009 à 0:41

    allez grignette à nous deux, asseyez vous, prenez quelques petits gâteaux secs et délectez vous de mon machisme primaire ;)

    je suis d’humeur excessivement taquine ce soir et votre commentaire est une perche extraordinairement tendue à la démence qui m’habite.

    bon, tout d’abord je vous conseille fortement de ne plus allumer votre foutu téléviseur en matinée, cela produit chez vous, semble-t-il, des bouffées de chaleur incontrôlables.
    machisme dîtes-vous ??!!?? user du terme de « folasse » pour qualifier votre pouliche n’est certainement pas du machisme mais bel et bien une triste réalité politique, cette remarquable carriériste n’est qu’un pathétique calque du roitelet.
    tantôt à gauche toute, tantôt centre droit, à faire le grand écart elle va y laisser ses lèvres sur le carreau, parait que ça fait ventouse et ça doit être assez cosmique une telle descente d’orgasme socialiste…

    maintenant que le chancre soit libre ou mou, libre à vous d’en faire bon usage !

    assez étonnant de se faire traiter de machiste :) , finalement ça ne me déplait pas et quand je vois les « coincés du cul » s’interdire tout écart de langage au nom d’une bienséance ridicule répondant à des critères de courtoisie à la con!
    ça me rappelle royal, toujours elle, qui demandait du respect lors de la dernière campagne.
    c’est tout simplement se foutre de la gueule du monde, mais de quel respect parle-t-on ??!!?? celui de prendre les gens pour des cons comme elle le fait assez souvent!
    chacun son truc, personnellement quand je dois me faire enculer je préfère, et de loin, le savoir à l’avance histoire de cicatriser plus vite (tiens maintenant vous allez me traiter d’homophobe parce que j’ai dit enculer et patin couffin).

    royal c’est quoi au juste, un simple délire militant monté en boucle par une frénésie médiatique, rien de plus que du vent soufflant dans les couloirs désespérément vides d’un parti en phase quasi terminale.
    alors pitié, ne venez pas me souffler dans la trompette en claironnant que je me mélange les pinceaux.

    je vous retourne le compliment, n’est ce pas vous qui mélangez un peu tout. je ne nie pas qu’elle fasse ce pour quoi elle a été élue en région (et encore heureux qu’elle applique quelques mesures de son programme!), mais une région n’est pas la france.

    est-ce moi qui lui ai proposée de se tourner vers bayrou lors de l’entre deux tours ??!!???, de renier fissa le smic à 1500, de se produire de façon ridicule sur la scène d’un zénith, de crier au complot alors que la triche elle connait aussi, de s’autoproclamer seule candidate crédible et légitime pouvant mener la gauche (enfin plutôt « sa » gauche parce que la gauche, « l’autre », ne la suivra jamais plus croyez moi)à la victoire en 2012, et ça continue encore et encore…

    bon, se fait tard et vous répondre m’amuse moins que ce que je ne l’aurais imaginé, honnêtement ça me gave même, puisque j’en oublie d’aller m’en griller une, et mon cancer des poumons n’attend pas !!!

    par contre et après basta, quand vous récitez ça : « Je ne fais pas partie de votre coterie et doute d’en faire jamais partie, votre forme d’humour me ferait même douter du mien, j’ai connu plusieurs guerres, je sais ce qu’identité veux dire, je sais ce que fraternité veux dire, je sais ce que ostracisme, machisme, racisme, fascisme veulent dire, tous ces mots en isme je les ai vécus et pourtant je garde en moi cette étincelle d’espoir qui me fait toujours croire en la sincérité des autres. » vous me rappelez étrangement ces politicards dont la bouche est emplie de « je ceci, je cela », je pourrais aisément vous dire la même chose et qui sait, peut-être ai-je connu des faits de vie bien plus éprouvants que les vôtres, mais on n’est pas là pour mesurer la longueur de mon sexe, d’autant que vous l’avez déjà suffisamment cerné, petit mais travailleur !

    bon, c’est pas que je m’emmerde mais presque, votre condescendance à mon égard m’en touche une sans faire vibrer l’autre, que vous donniez dans « mon petit », « mon grand » voire « mon con » si ça vous chante ne me met pas en furie, loin de là.
    j’ai appris à avoir une putain de distance avec les commentaires sur la toile.
    clavier, ecran, aucun risque de bourre-pif soudain, bref, chacun y joue un rôle à sa démesure et ça donne des échanges aussi chiants que le vôtre et le mien désormais.

    ne vous excitez pas trop tout de même, votre grand âge ne le permettant peut être pas ;)

    Répondre

  27. LA GRIGNETTE

    21 novembre, 2009 à 3:43

    @ Clarky
    Je viens de déguster avec délices votre délivre, n’ayant plus le temps de vous répondre sur le même ton puisqu’il faut quand même que je dorme un peu, je m’y mettrai à un autre moment.

    Jamais à sec, malheureux, toujours avec du « Proctolog » (il en existe d’autres, il faudra que je regarde mon bréviaire pour vous les indiquer le cas échéant). En ce qui concerne le chancre, c’est vous le meilleur spécialiste, non ? Pour moi ce serait difficile. Quant à l’usage, faut d’abord savoir où on le met, le mieux serait dans sa poche et le mouchoir par dessus.

    Sur ce, bonne nuit, faites de beaux rèves…

    Répondre

  28. b.mode

    21 novembre, 2009 à 4:25

    Oserais je m’inviter au débat tant la chaleur torride de cette rencontre impromptue ne mérite d’être refroidie par des considérations bassement politiciennes. Sincèrement et sans condescendance aucune, j’ai une pensée émue pour tous ces militants ségolistes séduits à raison par la notion de démocratie participative. Mais, force est de reconnaître est que, depuis que la dame du Haut-Poitou a perdu la main (je situe cela fin 2006 eh oui), quand les sondages (bidonnés par Giaco and co pour qu’elle gagne la primaire ?) la donnaient encore vainqueur de l’élection présidentielle, la vérité sur madame R éclate au grand air un peu plus chaque jour. Un peu comme sur le portrait de Dorian Gray…

    Son ambition crasse l’a dévore et son égocentrisme forcené me rappellent étrangement quelqu’un. Son rapport « direct » avec les militants n’a pour but que de légitimer sa présence au sein d’un parti qui l’exècre. Mais sa fibre militante s’arrête à l’aune de ses intérêts particuliers. On l’a vu par exemple dans l’affaire de son site raté où, au lieu de faire appel à des compétences réelles (qui existent au PS), elle a voulu faire payer au vieux Bergé un site bidon concocté par son nouveau Jules. Vue de l’extérieur, elle fait figure de boulet pour le PS. Jamais elle ne gagnera les élections, le peuple n’en veut pas. Il faudrait qu’elle commence à faire son deuil élyséen… sinon, on en reprend illico pour 5 ans …

    Répondre

  29. lediazec

    21 novembre, 2009 à 8:47

    Il y a ici, chaleur et effet de combustion. Idéal pour un débat. Je laisse La Grignette récupérer des forces dont elle va certainement avoir besoin pour poursuivre cet échange épistolaire qui s’annonce palpitant.
    L’ami Clarky tient une forme de tonnerre de Brest ! Et une sacrée mémoire avec ça !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  30. clarky

    21 novembre, 2009 à 9:41

    avec plaisir grignette.

    pour le machin que l’on met dans sa poche, ne serait-ce pas le nouveau chancre, ce parti bâtard annexé par nicolas…
    chancre droit, chancre gauche, allez balle au chancre donc puisque tout le monde tient tant à lui mettre le grappin dessus, bordel aqueux, drôle de bitte d’amarrage que ce bayrou :)

    quant aux délires, notez bien qu’ils permettent surtout de se faire élire, c’est ensuite que la fièvre devenue hystérie se transforme en suppositoire pour thérapie de groupe voire de groupies.

    comme dirait pagnol, royal c’est pas qu’elle soit bonne à rien, elle est mauvaise en tout !!!

    je ne rêve plus depuis longtemps, il me semblait pourtant l’avoir signifié à dider goux il y a peu.
    le rêve est un luxe dont je n’ai plus les moyens, un peu comme ce vieux pote qui me disait tantôt qu’il n’avait plus vraiment les moyens d’être malade et qu’un simple rhume était devenu un truc de riches.

    Répondre

  31. LA GRIGNETTE

    21 novembre, 2009 à 18:22

    @Clarky
    Il ne s’agit pas de délires mais bien de délivres (voir Littré, Larousse, Robert,etc…).
    Je ne voulait pas froisser votre susceptibilité masculine voyons, c’est un jeu qu’il ne m’est, hélas, plus permis maintenant. J’ai essayé de vous faire comprendre que ce que vous nommez « le peuple » est une mouvance à multiples facettes, et que ni vous ni B.Mode ni moi n’en avons la maitrise, encore moins un homme ou une femme politique. Mais il est là, et nul ne sait ce qu’il va décider le jour du vote, surtout que maintenant il sait que tous les sondages sont bidonnés.

    Ce que je n’aime pas, par contre, c’est que vous vous attaquiez à SR en tant que femme, vous lui reprochez son passage au Zenith, moi j’ai bien rigolé, j’aime bien les boubous, mais vous avez la mémoire courte, souvenez vous de la création de l’UMP, tous ces quadras, quinquas, armés d’épées lumineuses de panoplies d’Halloween en train de faire les cons sur leur estrade !
    C’était pas jouissif çà ?

    A vous lire tous cependant, je ne vois pas de proposition, rien que des commentaires négatifs, rien de constructif, çà c’est plus grave.

    Clarky, vous devriez remercier l’hypertrophique bulbien qui vous (nous) a évité le discours triomphaliste de mon homologue naniste, non ? Je n’aime pas le foot-ball.

    Camus au Panthéon… c’est parce qu’il n’a pas retrouvé les nonos de la Princesse de Cléves, c’est tout. Il a lu La Peste presque jusqu’au bout c’est pour cela que l’idée lui est venue.
    Oran…Aïn el Turck… refaire la création du monde et ma fille en même temps sur la plage, c’est loin, mais si vivant en ma mémoire.

    En 2007, j’ai pris la peine de lire tous les discours de Bayrou, textes ambigus et propositions floues (2/3), je n’ai aucune confiance, mais je sais que bien des petites gens vu le bordel que montre le PS seront tentés de se tourner vers lui. Alors ?

    Contre SR, vous lui reprochez des attitudes (passées), un sondage bidon pour les primaires ? première nouvelle, son ambition, çà je crois qu’il faut en avoir pour réussir, le fait d’avoir voulu discuter avec Bayrou entre les deux tours, elle aurait bien pu discuter avec le pape, seuls les médias et les gens maldisposés en ont fait tout un plat, son erreur sur le SMIC à 1500, était-ce une erreur, était-ce réalisable ? La franchise a été malvenue çà oui et a fait mauvais effet en donnant des armes à ses adversaires dans le PS même, surtout là. Je ne veux pas dire que je l’excuse, je suis pragmatique, je regarde ce qu’elle propose, et ne voit rien de ce que d’autres socialistes proposent, Néant. On discute et on verra après.

    Clarky voudra bien m’expliciter le sens de sa phrase « quant aux délires ….de groupies » son humour me semble hermétique avant de devenir hémétique (restons dans le domaine).

    Fraternellement,

    Répondre

  32. b.mode

    21 novembre, 2009 à 20:30

    Grignette, des oeufs au lait de vous décevoir, mais les chances de Ségo d’accéder un jour à la présidence sont à peu près égales à moins l’infini. Si vous voulez plomber l’ambiance, perpétuez votre quête de l’impossible ! C’est beau la prunelle des convictions mais un peu de réalisme ne ferait pas de mal aux yeux…

    Répondre

  33. clarky

    22 novembre, 2009 à 0:17

    @grignette

    vous m’excuserez, mais si j’ai envie de voir délires au lieu de délivres ça me regarde, faut pas pousser mémé dans les orties non plus, je veux bien palabrer mais libre à moi de lire ce que bon me semble ;)

    vous ne me froissez pas le moins du monde, enfin pas encore, et froissé je le suis déjà, surtout au niveau de la peau des couilles qui commence à se flétrir avec l’âge avançant (tain, ça vous ne risquez pas de le lire sur un autre blog du wikio, rapport à la vulgarité tout ça…) :)

    quant à ma susceptibilité soi-disant masculine, j’ai connu des féministes bien plus machistes que ne l’était maciste contre hercule, comment veux tu comment veux tu que je…
    susceptible je le suis mais je garde ça pour les grandes occasions !

    le peuple (pute vierge que je n’aime pas ce terme) fait bien ce qu’il veut, sa versatilité n’est plus à blâmer et encore moins à démontrer.
    du communiste qui vote sarko au socialo qui glisse un bulletin le pen dans l’urne, sans oublier les morts qui retrouvent un second souffle en corse pour voter, plus rien ne m’étonne voyez vous.

    la maitrise rime avec la traitrise, à croire que ça va de paire et que certains s’en accommodent, le cul posé dessus.
    prenons ici un pari aussi stupide que je le suis, à savoir que ségo ne sera jamais ce qu’elle ambitionne d’être.
    elle incarne plus la boite de pandore du ps qu’un réel désir d’avenir pour quiconque aime la politique, sa vision de notre bien-être est brouillonne, tout au plus à géométrie variable, théorème de « ta laisse » pour chienne sur ses gardes, faut croire qu’une droite chez ségo n’a de parallèle que son univers abracadabrantesque.

    les sondages sont tellement bidonnés que lorsqu’ils prédisaient que jospin était mal barré, dans tous les sens du terme, ben personne ne s’en est ému et surtout pas le premier intéressé, ou alors bien trop tard…

    bon je reprends mon souffle parce que, las, on va attaquer la farce cachée de la lune dans le caniveau.
    désolé de ne pas vous donner raison, mais je n’attaque pas royal, dont je me fous pas mal d’ailleurs, simplement parce qu’elle serait une femme.
    c’est quoi cette interprétation indigne de vous, si royal avait été un gonze je l’aurais exécré tout autant voire bien plus ;)
    le zénith vous a pliée en deux, moi aussi, mais on ne doit pas avoir la même notion du comique de situation, réunir l’intelligentsia du tout paris pour se la péter façon ligue de l’improvisation c’était effectivement à pisser de rire, comme l’était son hystérie le soir de sa défaite en 2007 lorsqu’elle s’est prise pour une sorte de chatte sur un toit brûlant étreignant un micro, diable quel sombre objet du désir pouvait-elle avoir en bouche pour être ainsi possédée !!!

    tenez, une chose qui me taraude également, pourquoi reste-t-elle au sein du ps si ce n’est pour une question d’avoir pognon sur rue, le ps est son bailleur de fonds, sans lui elle ne serait qu’une précaire, remarquez bien qu’avec des prestations aussi remarquables que celle du zénith elle pourrait faire carrière en tant que comique, enfin c’est pas gagné non plus !

    dommage que vous n’aimiez pas le foot ( pas que je l’aime tant que ça, ce serait même le contraire, je suis plus rugby à la base) mais il est des moments rares que seul un match puisse vous procurer ;)

    je passe sur le bidule des commentaires sans proposition mais juste un truc, faudrait voir à pas inverser les rôles non plus, les propositions le ps en est encore à les chercher, sorti du « il faut se remettre au taf », « rénovons ce parti », « unissons nous et demain… », « je t’aime moi non plus… », on se demande bien ce qui les anime si ce n’est cette irréversible attirance pour le ridicule.
    j’aime le ps façon emmanuelli et certainement pas celui de peillon, valls ou royal, à bon entendeur point de salut !

    si royal s’est tournée vers bayrou quoi de plus normal que ceusses, qui voient en elle la réincarnation de notre dame des cimes, n’en fassent pas de même.
    et puis se détourner d’un françois pour se tourner langoureusement vers un autre, pas farouche la coquine !

    savez dame grignette, chacun sa paroisse, la votre vous conduira où bon vous semblera, la mienne également.

    si mon humour vous pousse à devenir hémétique, allez plutôt dégueuler votre militantisme à la con sur d’autres blogs plutôt royalistes et beaucoup moins regardant sur la qualité de la viandasse qui s’y présente, mais de grâce, évitez moi le couplet bien trop huilé de « si clarky voulait bien m’expliciter patin couffin… », je n’ai rien à vous mettre sous la dent, on n’a pas gardé les cochons ensemble que je sache, fadade elle, comme on est on croit les autres :)

    heureusement que vous venez éclairer ma connerie d’ignorant avéré, chacune de vos interventions est un ravissement pour la pupille.
    quel con je fais vraiment, n’ai pas su voir en royal le pragmatisme comme doctrine révolutionnaire, putain je me pisse dessus presque, « pragmatisme » c’est ce qu’on me sort dès qu’il convient de justifier la médiocrité et l’amateurisme (je parle pas de vous grignette, enfin pas encore, mais de royal en particulier et de politicards en général).

    bon j’ose espérer que vous n’avez pas trop salopé le parquet ou la moquette en gerbant, si je puis vous être fort désagréable je me ferai un plaisir de continuer la petite parodie de nos nuits agitées.

    l’effusion de fraternité je me la réserve pour le printemps prochain ma chère grignette, la revendiquer et la proposer du haut d’un clavier ou d’une scène ça vaut peau de zob, donc je ne vous souhaite rien de plus qu’une lecture bien hermétique de mon commentaire , puisse-t-il vous donner des haut-le-coeur, si tel était le cas vous m’en verriez ravi ;)

    dites, vous prétendiez avoir de l’humour, je l’attends avec ferveur mais ne voir toujours rien venir, un peu de folie sacrebleu à défaut de sacre rose ;)

    Répondre

  34. babelouest

    22 novembre, 2009 à 3:47

    Je n’ai rien contre SR en tant que personne. La seule fois où je l’ai vue, elle était encore inconnue, et toute nouvelle députée. Elle faisait la tournée des popotes, et c’est à mon boulot qu’elle m’a serré la pince.

    Pour son programme, il y a des trucs à prendre, et beaucoup d’autres à laisser. Quand ce programme sera à gauche de celui de Mélenchon, je pourrai m’intéresser à elle. Pour le moment, elle fait partie de celles et ceux qui ont permis l’instauration du traité de Lisbonne, qui ont voté (ou se sont abstenus) plein de modifications de la Constitution que je trouve très mauvaises, qui ne militent pas contre le Grand Marché faussement libéral. En un mot, avec la plupart de ses amis/ennemis du PS, elle est objectivement à droite.

    Répondre

  35. clarky

    22 novembre, 2009 à 10:04

    je savais que y’avait un truc qui clochait, émétique prend pas d’H, , à croire que j’aurais dû en consommer hier soir ça aide à écrire et ça me rend moins hermétique !!!

    Répondre

  36. babelouest

    22 novembre, 2009 à 10:24

    Ah oui Clarky, émétique, s’écrit comme éminence, émérite, émule, émable (ah non, çà c’est l’aurrrteaugraf du nanocapitaine)…….

    Répondre

  37. LA GRIGNETTE

    22 novembre, 2009 à 20:26

    Quel plaisir de vous lire, à votre façon directe et crue vous remettez l’horizon à..l’horizontale. Vous dites bien des choses vraies, mais tant que le PS danse la chaloupée on se raccroche à ce que l’on peut. Je regarde les politiques comme naguère j’observais les fourmillières, tentant de définir les roles de chacun et chacune, çà occupe le peu de temps qui reste.

    Concernant le Zénith, je vous ai fait le parallèle avec les mecs de l’UMP, le comique triste reste quand même du comique.

    Non je suis comme beaucoup de gens, une envie de changement voire de révolution et ne trouve pas de canasson pour passer en tête, mais je prend quand même des tickets, je joue tout en étant convaincue que je perdrai. Un genre de fatalisme quoi.

    Vous n’êtes pas obligé de m’imaginer en train de dégueuler, il m’en faut plus (désolée, j’ai loupé l’émétique). Quand aux rides sur la peau de vos couilles, rassurez vous, ce n’est pas une question d’âge, vous êtes né comme çà, comme tous les mâles d’ailleurs, même les hermaphrodites !

    Continuez d’écrire surtout.

    Répondre

  38. lediazec

    22 novembre, 2009 à 20:34

    Si vous permettez, je suis très heureux de suivre cet échange.Il y a de l’étincelle, donc de la lumière !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  39. clarky

    23 novembre, 2009 à 0:38

    je vous répondrai grignette, mais là faut vraiment que j’aille coincer la bulle dans mon plumard, grosse fatigue et paupières lourdes.

    mais je note avec plaisir que vous ne vous démontez pas et avez l’intelligence de ne pas prendre tout mon verbiage au premier degré. j’étais pas très loin de penser que vous alliez venir me chanter ramona, suite à mon dernier commentaire, et là je vous aurais chanté laisse béton ;)

    bon je file dormir, je répondrai plus longuement demain.

    Répondre

Répondre à Didier Goux Annuler la réponse.

Consulter aussi

Qui paye ses dettes, paye ses dettes

El Mínimo a profité du conseil de ministres pour présenter ses vœux au gouvernement, ce me…