Accueil Politique Quatre minarets mettent-ils le feu au lac Léman ?

Quatre minarets mettent-ils le feu au lac Léman ?

21
0
716

suisseminaret3.jpgRuminances prend le large. Après l’incontournable babelouest qui clouait au pilori le thème-leurre de l’identité nationale, voici venu le temps de l’ami remi qui réagit au vote helvétique…

On le sait, la Suisse est un pays paisible. Certes, depuis bien des siècles ses mercenaires se sont engagés nombreux dans diverses armées européennes ; certes la ‘garde suisse’ du Souverain Pontife (‘combien de divisions ?’ disait Staline…) en reste un petit témoignage ; certes les combats fratricides entre calvinistes et papistes furent féroces du temps pas si ancien des atroces ‘guerres de religion’. Et certes la fameuse ‘neutralité’ de la prospère Helvétie s’appuie sur une armée de conscrits unique au monde, car les mobilisables gardent des années leurs uniformes, armes et munitions chez eux, au risque de dérives criminelles, qui font les gros titres de faits divers tragiques, dus à la facilité de faire le coup de feu, dans un moment de colère…

Mais, comme on dit à Genève, ‘y a pas le feu au lac’, pour signifier que ‘tout s’arrange’, en particulier à l’ombre du secret bancaire d’un des plus gros coffres-forts des fortunes capitalistes…dont celles des potentats arabes du Golfe ou de Libye…

Et c’est là que tout commence il y a quelques années, par un fait divers, certes sordide, mais sans coup de feu : Un proche de Kadhafi est arrêté, à Genève je crois, en flagrant délit d’un geste de violence envers l’une de ses domestiques (pour ne pas dire esclave, restons polis !). Il sera libéré peu de temps après, avec versement d’une forte amende. Mais l’honneur libyen est en jeu. Il y aura rétorsions diverses dans des transactions bancaires (domaine, je l’avoue, où je ne connais rien), et, à ce jour il y a toujours deux citoyens helvètes ‘retenus’ (ou prisonniers pour être impolis) en rétorsion…

Et puis, plus récemment il y a la fameuse ‘crise bancaire mondiale’, qui ébranle le coffre-fort suisse en son sacro-saint ‘secret bancaire’… et qui ruine d’honnêtes et bien riches helvètes.

L’extrême-droite suisse en profite. Elle a toujours bien existé, minoritaire, mais influente sur la droite plus classique, ‘bien pensante’. Depuis le 11 septembre 2001 elle relève la tête, en Suisse comme ailleurs : après ‘le communiste’ d’hier, l’ennemi est ‘le musulman’ d’aujourd’hui, on connaît la musique nauséeuse…Elle vient de réussir un coup médiatique ‘sensationnel’ pour elle : une large majorité de citoyens votants (48% se sont abstenus !) ont approuvé ‘l’interdiction de construire d’autres minarets de mosquées en Suisse’. Une première mondiale !

Pour rappel, il y a 4 minarets en Suisse : d’ailleurs l’affiche de campagne de cette ‘votation citoyenne’ représentait, à côté d’une femme voilée, le drapeau suisse percé de 4 minarets en forme de fusées transcontinentales : l’amalgame est fait.

Pour rappel, il y a 500.000 musulmans résidant en Suisse – même si la grosse majorité, dit-on, ne sont guère plus pratiquants…que la grosse majorité des chrétiens des différentes Églises de Suisse. Mais voilà : quatre minarets-fusées vont mettre le feu, non pas au seul lac Léman, mais à toute la Suisse, voire à tout l’Occident !…

La ficelle est grosse. ‘Plus le mensonge est gros plus il passe’ disait à peu près Goebbels, qui s’y connaissait en propagande d’extrême-droite. Et là, la grosse ficelle risque bien d’étrangler le paisible citoyen helvète lambda, qui se croyait à l’abri d’une telle mésaventure, dans sa super-démocratie…

Précisions : je n’ai personnellement pas de sympathie particulière pour les minarets (tonitruants dès l’aube : mauvais souvenir de touriste au Maroc). Et je n’ai ni plus ni moins de sympathie pour la religion musulmane que chrétienne ou autre (les cloches d’églises m’exaspèrent aussi). Mais bien entendu je me dois de respecter ces divers pratiquants de ‘sectes qui ont réussi’, comme de celles que tentent de le faire (j’ai connu à Genève de redoutables propagandistes de ‘l’Église de Scientologie’) : Bref, en laïc et agnostique que je suis, je me contente de participer à l’occasion à divers débats sur l’éternelle question (si bien traitée par Paul Gauguin) : ‘D’où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?’… en séparant nettement l’aspect métaphysique, pour moi anecdotique, de l’aspect politique, si fondamental : la vie sociale concrète…

De ce point de vue, la percée de l’extrême droite dans ce bon peuple suisse est un souci de plus… pour tout le monde ! Oh, ce sont de bons pompiers : s’il y a le feu au lac, ils sauront l’éteindre, d’accord. Mais que de gâchis empoisonnants…

Rémi Bégouen

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

21 Commentaires

  1. babelouest

    30 novembre, 2009 à 18:12

    Eh ! Les Savoyards sont les métèques des Suisses, au même titre que les gens de couleur. Bémol : il semble que les cantons francophones les plus proches de la frontière aient repoussé la votation, ce sont sans doute les germanophones qui ont fait la différence. Il serait intéressant de savoir pourquoi.

    Répondre

  2. rem*

    30 novembre, 2009 à 19:01

    Oui, Babelouest, les cantons francophones de l’Ouest de la Suisse sont (depuis Rousseau et Voltaire!) beaucoup moins ‘réac’ que les ‘alémaniques’, grâce à leurs foyers libertaires du Jura et de Genève (les horlogers…). Et les cantons italophones du Sud leur sont proches, politiquement. Mais l’essentiel hélvétique est de la riche Zurich et de la galaxie de tribus alémaniques plus ou moins divisés par vallées, mais unis contre le prestige international de Genève !… : J’ai, à ce propos, une anecdote : venant, en compagnie d’une Allemande, à Zurich, nous entrons dans une librairie, où elle est heureuse de dialoguer dans sa langue. Mais non ! On lui répond en ‘alémanique’ (disons en picard par rapport au français), et elle doit se réfugier à parler anglais! Car, si le français de la Suisse Romande est d’excellente langue, par rapport au français parigot, par exemple, la Suisse dite germanopone n’a qu’un jargon moyen-âgeux de la langue de Goethe, ce qui explique sans doute son repli frileux à l’extrême-droite, misère, misère…

    Répondre

  3. lediazec

    30 novembre, 2009 à 19:15

    Comme de bien entendu, notre Marine Nationale veut, elle aussi, son petit référendum hexagonal !
    Tant qu’on parle de ça, on ne fait pas autre chose.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. babelouest

    30 novembre, 2009 à 19:22

    @ Rem
    En quelque sorte, la Suisse alémanique, avec ses dialectes, est exactement dans la même position que la Belgique flamande. Selon Jean Quatremer, le correspondant à Bruxelles de libération, pratiquement chaque village a son patois légèrement différent de celui de la commune à côté. Même les Néerlandais ont souvent, paraît-il, des difficultés à comprendre les Flamands. Un peu comme les Allemands pour les Alsaciens, mais au moins ceux-ci ont-ils un dialecte commun.

    Répondre

  5. lediazec

    30 novembre, 2009 à 19:35

  6. le coucou

    30 novembre, 2009 à 19:41

    Excellent point de vue. Quoique parlant de ce que je connais mal, pour lire quotidiennement la presse suisse en ligne, je suis persuadé que l’incroyable affaire du fils de Kadhafi (c’était le fil du despote que les Suisses ont osé arrêter pour avoir frappé ses domestiques), a pesé lourd dans ce vote.

    Répondre

  7. b.mode

    30 novembre, 2009 à 20:15

    D’accord avec le coucou suisse !

    Répondre

  8. Didier Goux

    30 novembre, 2009 à 21:12

    Ah, comme c’est bon, une fois de temps en temps, de vous voir trépigner de rage impuissante, tous ! Juste parce que, d’un coup, le réel a fait la nique à votre bisounourserie de pacotille ! Ce billet est parfait, je vais me le garder comme modèle de stupidité idéologique aveugle. 57 % des Suisses sont des nazis, et allez donc !

    Babelouest, j’ai la réponse à votre question : face aux revendications arrogante d’une religion particulièrement stupide, les Suisses francophones sont devenues aussi fiotes que nous le sommes désormais nous-mêmes.

    Cela étant, j’aimerais vraiment que, nous aussi, on pousse la démocratie jusqu’au bout de sa logique, et qu’on demande au peuple (ce qui nous changerait des people qui font désormais la loi et l’opinion qui-peut-se-dire) ce qu’il pense un peu de toutes vos conneries mortifères. Je crois qu’on rigolerait bien.

    Répondre

  9. LA GRIGNETTE

    1 décembre, 2009 à 2:10

    @ Didier Goux, le peuple, il s’en fout de toutes ces conneries mortifères de tours, de clochers, tant qu’on touche pas à la Défense ! Le peuple cherche à bouffer, allez plutot faire donner aux resto ou au secours catho au lieu d’écouter le pape.
    Le peuple cherce à travailler pour bouffer !
    Je vous laisse rigoler.

    Répondre

  10. b.mode

    1 décembre, 2009 à 3:27

    @ Didier, il est dommage que l’excès de vos propos en banalise la portée. Fiote, stupidité, conneries mortifères, tout un arsenal de verbiage provoquant qu’on lit presque en souriant tellement il est caricatural. Vous valez mieux que ça, j’espère !

    Répondre

  11. lediazec

    1 décembre, 2009 à 7:06

    Didier a encore fait des siennes. On ne peut pas le laisser seul deux minutes ! Sacré garnement ! Estimez-vous heureux, vous avez échappé au pire, sa copine Suzanne !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  12. Didier Goux

    1 décembre, 2009 à 10:09

    La Grignette : je vous laisse votre vision méprisante du peuple (le nez toujours dans sa bauge) et je garde la mienne.

    B.mode : non, je ne vaux pas mieux, faites-vous une raison !

    Lediazec : de temps en temps, j’aime bien appuyer sur le bouton des sonnettes et me barrer en courant. Ça me rajeunit, ce qui n’est pas un luxe.

    Répondre

  13. babelouest

    1 décembre, 2009 à 10:35

    Bah, des Goux et des couleurs, on fait comme si on n’avait rien vu, rien entendu. Je n’ai rien contre une religion, rien pour non plus. Comme d’habitude, ce sont des hommes (sexe masculin, je précise) qui pervertissent des messages au départ simples et de bon goût. Un besoin d’aller trop loin, pour dominer, change toute la donne. Toutes les religions, inventées par des hommes, ont ensuite mal tourné sous l’influence d’autres hommes. Quant aux dieux, ce sont seulement les choses qui ont été placées au sommet des clochers, des minarets, des ziggourats, des pyramides, afin que les humains lèvent la tête vers eux. Ils faut qu’ils lèvent la tête, afin que d’autres les guident où ils veulent, sans que les guidés ne s’aperçoivent de l’endroit où ils marchent, gazon ou chausse-trape.

    Soyons libres, mais laissons aussi les autres libres, y compris de se tromper, après les avoir prévenus.

    Répondre

  14. nono la patate

    1 décembre, 2009 à 13:50

    non a euro disney
    vive le camembert la bourgogne aux escargots la terre aux terriens
    non aux extraterrestres
    et merde aux cons !!

    Répondre

  15. rem*

    1 décembre, 2009 à 14:33

    Babelouest : d’accord pour les zigourrats, pyramides, clochers, minarets et compagnie. Quand ils sont silencieux, remarque, ils peuvent être jolis, dans le décor, ou utiles comme repères. Mais il ne faut pas oublier la fantaisie de la tour de Dubaï, qui fait à peu près les deux tours des (ex) Tours Jumelles de N-Y, mises l’une sur l’autre. Mais il ne faut pas oublier nous plus les hideuses antennes qui émettent des ondes, certes inaudibles, mais très suspectes de nuire à la santé, ainsi que, grâce aux gracieux pylones, les lignes à très haute tension. Bref la religion de la modernité a ses minarets. A quand une votation …mondiale ?
    Et vive les belles éoliennes, post-modernes !

    Répondre

  16. Suzanne

    1 décembre, 2009 à 14:35

    « ce sont des hommes (sexe masculin, je précise) qui pervertissent des messages au départ simples et de bon goût. »
    Wep.
    euh, des messages de QUI ?
    des dieux ?
    (si vous captez une déesse, faites-moi signe)

    Répondre

  17. Jay

    1 décembre, 2009 à 15:47

    En parallèle de la question des minarets, il y avait également une autre initiative populaire le même jour, portant sur l’interdiction d’exporter du matériel de guerre.

    32 % des votants ( abstention proche de 47 % ) se sont exprimés en faveur de cette interdiction, 68 % contre. Et là, il n’y a qu’une distinction minime entre province francophone et alémanique, qui ont toutes rejetées la proposition.

    Les minarets seraient donc plus nocifs que l’exportation d’armes pour une grande partie des suisses ?

    Répondre

  18. Didier Goux

    1 décembre, 2009 à 17:47

    Jay : ben, oui, hein : les armes EXPORTÉES ont fort peu de chance de tuer des Suisses. Alors que les minarets, faut voir…

    Répondre

  19. rem*

    2 décembre, 2009 à 11:08

    Il est vrai que notre ‘bonne presse à sensations’ a oublié de nous informer du monstrueux résultat de la votation sur l’exportation des armes. Mais l’ami Jean Firmann en cause très bien dans son magnifique texte ‘enveloppant à queue leu leu la mort’ !

    Répondre

  20. maximeg

    3 décembre, 2009 à 20:47

    Après les minarets, la circoncision rituelle ?
    http://www.enfant.org

    Répondre

  21. lediazec

    3 décembre, 2009 à 21:01

    @ Maximeg Quel rapport ? Pouvez-vous étayer ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Lucio et autres lucioles d’espoir

‘… presque tous espagnols, allez savoir pourquoi !’. J’ai en tête la voix de Léo Ferré, et…