Accueil Politique On va s’aimer

On va s’aimer

17
0
371

montagne02.jpg« La merde a de l’avenir. Vous verrez qu’un jour on en fera des discours »
Louis-Ferdinand Céline

Après le clip des jeunes UMP, le buzz qui fait mourir les morts et ressusciter l’ancien et très coiffé ministre Luc Ferry, jugeant la chose « dégoulinante de bêtise » (bravo à lui pour sa brutale franchise), ça barytonne toujours dur en Sarkozie. Les régionales approchant, l’usine à tubes s’est mise en route. C’est le retour des 3/8 et des hommes-orchestres ! Des larfeuilles et de l’identité.

Voulant récupérer un peu du terrain perdu lors du précédent scrutin, l’UMP a trouvé un chanteur-candidat pour animer les veillées auvergnates. Ce Ray Charles pour malentendants à la pupille exaltée et au swing travaillé n’est autre que Gilbert Montagné, secrétaire national chargé du handicap au sein de l’UMP. Sourire en bandoulière, il s’en va battre la province pour représenter la majorité présidentielle à une place éligible dans l’Allier. Contacté par Brice Hortefeux, Gilbert a eu le coup de foudre pour le ministre de l’intérieur. Il a cependant « longuement réfléchi » avant de prendre sa décision. Pas facile de trouver la lumière dans la grotte Hortefeux !

Soudainement visité par la grâce, Gilbert a vu dans les territoires du Bourbonnais un pays ouvert aux influences atlantiques. En effet, la région bénéficie d’un climat doux et humide, dominé par les vents d’ouest. Rassurez-vous, cet ouest là n’a rien à voir avec l’ouest breton. Idéal pour les séjours prolongés, surtout quand on envisage de ce faire élire. Combien de paysans… Une très jolie région qui n’est pas, selon Gilbert, assez valorisée. Ni par les pouvoirs publics, ni par les Syndicats d’Initiative locaux. C’est la perplexitude, ni plus ni moins. Ces institutions font preuve d’un manque d’originalité flagrant pour promouvoir une région qui mérite plus que quelques formules publicitaires stupides du genre : « un volcan s’éteint, un être s’éveille ». L’Auvergne a besoin d’autre chose. Cette région mérite mieux que le rôle de rond-point auquel le destin et les pouvoirs publics le confinent depuis des lustres. Ce pays a besoin d’un plan plus vaste. Plus panoramique.

Pour commencer, Gilbert Montagné verrait bien une tournée musicale sur le thème de l’amour : « On va s’aimer /Sur une étoile, ou sur un oreiller/Au fond d’un train, ou dans un vieux grenier… » Chaud, les soirées dans les casbahs auvergnates ! Les mégaphones des camionnettes UMP écumeront les ruts du département, passant en boucle ce tube consensuel pour inviter la population à des réunions divertissantes et fort instructives.

Reconnaissons à Gilbert Montagné de la franchise dans son parlé. Une certaine vérité aussi. Il l’avoue d’emblée à des journalistes suspicieux. Il n’attends pas ce mandat « pour faire carrière ». Et toc ! Mettant son coeur sur la table, s’arrachant les tripes, jouant sa réputation à quitte ou double, il n’y va pas par quatre chemins. Comme lui, l’Auvergne souffre d’un handicap : « Celui de ne pas avoir eu la croyance du possible. » Du Bakounine dans le texte, ou presque. Comme pour mieux enfoncer le clou dans les profondeurs d’un bois dur, d’un unique coup de marteau, outre le tourisme, qu’il souhaite voir davantage fréquenter les parages, Gilbert dévoile sans détour son véritable dessein : inciter les gens à « venir s’y implanter ».

Malgré un problème de mobilité, récurrent en zone rurale, Gilbert ne s’en laisse pas compter. Bouger c’est son truc. Pour cela il va développer les infrastructures. Vélos, mobylettes, voiturettes, bus, covoiturages… Toute idée est la bienvenue.

Là où Giscard d’Estaing s’est piteusement ramassé une veste en deux mille et quelque, Gilbert entreprend sa reconquête.

Une qualité (et non des moindres) chez Gilbert, c’est la transparence. Plus transparent que lui tu meurs ! Trop fort ce nouveau soldat de l’armée mexicaine qui nous gouverne. A la question « vous ne craignez pas d’être utilisé ? », il n’hésite pas : « C’est moi qui me propose pour servir les gens du département, qu’ils soient de droite ou de gauche. Moi, les couleurs, je ne les ai jamais vues. Je ne suis pas stupide et je ne deviendrai pas transparent après l’élection, je sais très bien m’imposer. Je crois à ce que je dis et je le ferai. »

Comme dit le proverbe local : « On prend les bêtes par les cornes et les hommes par la parole. »

http://www.dailymotion.com/video/xbfr94

Par LePostfr

Image de prévisualisation YouTube

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

17 Commentaires

  1. b.mode

    12 décembre, 2009 à 2:35

    C’est voyage au pays des ringards leur lipposuce-clip. Rien vu de plus affligeant depuis Peter et Sloane…

    Répondre

  2. babelouest

    12 décembre, 2009 à 4:50

    « ……toute une viiiiiiie »
    Eh Gilbert, la tomme est déjà bien entamée, çà va être dur pour en faire tout un fromage ! Tu vas chauffer, pour que çà réduise ? « Allez va-z-y, chauffe, chauffe, chauffe ! » Il faut dire que tu portes bien ton nom, il vaut mieux être montagné en pleine Auvergne que dans ce plat pays qui n’est pas le mien.

    Maintenant, pour planter le pommier rouge et bleu, il va te falloir une belle bêche, afin d’y faire ton trou. Courage, Gilbert, le monde est à ceux qui se lèvent tôt. J’espère au moins que tu es couché : il est cinq heures moins dix, et je suis là, déjà.

    Répondre

  3. gauchedecombat

    12 décembre, 2009 à 8:52

    le gros bourrin que je suis est toujours aussi admiratif de ta prose délicate et savamment humoristique… beau billet. Et savoure le : mon compliment est rare.

    Répondre

  4. lediazec

    12 décembre, 2009 à 9:38

    @gauche de combat. D’abord, merci. Ensuite, je ne pense pas que tu sois un gros bourrin. T’en es même loin !
    @ babel. T’étais de bonne heure. Moi aussi, mais j’avais (j’ai) une pute d’otite qui m’empêchait de pianoter.
    @ Bernard. Je ne me lasse pas d’écouter les déclas de Ferry sur le clip UMP. Lui, d’habitude si bien mis de sa personne, si pondéré …Il y va au bâton de dynamite !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. cpolitic

    12 décembre, 2009 à 10:02

    Pendant que les ministres et autres grelots responsables de l’UMP s’amusent à faire cette merde, le pays s’enfoncent dans la crise.
    En même temps, on ne peut pas être « au four et au moulin », occupés à faire des conneries sans nom et faire correctement son travail à savoir « gouverner » et donc « prévoir »

    Encore merci pour le lien ;-)

    Répondre

  6. Didier Goux

    12 décembre, 2009 à 10:18

    Le gros bourrin que je suis également fait doucement remarquer que l’Auvergne n’a jamais été un département…

    Répondre

  7. lediazec

    12 décembre, 2009 à 10:25

    @ Didier Oui, merde, le bourrin c’est moi. Province alors ! Plus si affinité administrative.
    Ca va, toi ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. CC

    12 décembre, 2009 à 10:37

    Parfois, cependant, il vaudrait mieux être aveugle que de voir ça…

    A défaut d’être sourd…

    Merci pour le lien !
    ;)

    Répondre

  9. babelouest

    12 décembre, 2009 à 16:55

    L U aime P
    Lefebvre Usé M Pécresse

    La mélodie du bonheur en scie casserole défoncée

    Répondre

  10. stephanesai2

    12 décembre, 2009 à 22:33

    Titre : Du rêve à la réalité.

    Des jeunes diplômés devenus indigents.

    « Notre vie sous le seuil de pauvreté »

    Pourquoi, faut-il faire partie d’une certaine « catégorie ou genos » pour réussir ? Nous ne somme pas de vils personnages, encore moins des canards boiteux, nos seuls péchés s’ils en sont, pourraient être la naïveté et la mollesse, celles d’avoir suivis et soutenus les idéaux de nos dirigeants pendant cette décennie écoulée, dans l’unique but de faire de notre pays « le futur Eldorado Européen des Nouvelles-Technologies », un leader compétitif face aux Etats voisins de l’UE. Le mot d’ordre prépondérant fut celui consacré à l’Education, notre chemin de croix national et fédérateur était basé sur le terme immuable des hautes études, puis études supérieures, promesses, réformes, etc. Sur ces deux secteurs tendances, la « Scolarité et la Recherche & Développement », depuis au bas mot 1998, là où divers problèmes concernant les Jeunes Diplômés ont commencés à se faire ressentir. A l’heure où la Grande Crise a accentué ce processus bien connu dès lors, il est temps de faire le point sur nos conditions de vie désastreuses dans ce pays dit des « Droits de l’Homme et du Citoyen » (pour qui ?). Constatations alarmantes généralisées, où a bien pu passer notre dignité, nous l’a-t-on volé ? Nous sommes actuellement devenus des indigents sans emplois, sans aides, sans ressources quels qu’ils soient. N’oublions pas que, ce qui jadis était une minorité quantitative ne l’est plus et représente bientôt plusieurs centaines de milliers d’âmes errantes.

    Trois conséquences directes souvent méconnues :

    1) Vivre au crochet des siens (comme un poids supplémentaire), eux mêmes le plus souvent endettés et à cours de moyens financiers, n’excluant pas la grande possibilité de leurs licenciements.

    2) Se retrouver seul et à la rue (futur boom du SDF 2009-2010).

    3) Celle-ci et non des moindres, le ras-le-bol généralisé touchant les 18 – 28 ans les poussant à mettre fin à leurs jours ! (augmentation également significative)

    Sommes-nous seulement devenus les oubliés de la crise 2007 « génération sacrifiée » ? Où simplement l’indignation d’une nation périclite ?

    PS : Que reste-il à un jeune ingénieur ayant poursuivi par une Admissibilité à l’ENA, parlant le français, l’anglais et le russe, après plus d’un an d’inactivité, et plus de « 340 candidatures » pour tous types de postes et de qualifications vaines, vivant en dessous du seuil de pauvreté mondial (1.25 USD par jour)?

    « La misère a parfois un visage et un nom »

    Stéphane

    Espérons que cette situation ne perdure pas! Ceci est un « vœu pieux »

    Répondre

  11. poison-social

    12 décembre, 2009 à 23:37

    Put.., mer…, moi qui cherche à acheter dans le Puy de Dôme, ils ne peuvent pas aller draguer ailleurs, les « ump »itres ?
    :(

    Répondre

  12. Didier Goux

    13 décembre, 2009 à 11:29

    Lediazec : oui, ça roule. Je me suis replongé dans Les Particules élémentaires, qui est décidément un superbe roman.

    Répondre

  13. lediazec

    13 décembre, 2009 à 11:39

    Bonjour. Curieux, dans mon truc pour demain, je songeais à dire un mot sur ton article à propos de Muray. Puisqu’il est aussi question de Houellebecq…Tu découvriras ça demain. Nous risquons de ne pas être d’accord en ce qui concerne Michel H.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  14. BA

    13 décembre, 2009 à 14:31

    En avril 2007, le site de l’UMP avait déjà une video culte : un rappeur UMP chantait un rap à la gloire de Sarkozy !

    Un rappeur UMP !

    Vous aviez déjà vu un rappeur UMP, vous ?

    A pisser de rire !

    http://www.dailymotion.com/video/x1qjx3_big-bang-pour-sarko_fun

    Répondre

  15. Didier Goux

    13 décembre, 2009 à 15:07

    Tiens, pour appâter, je viens de mettre un extrait des « Particules »…

    Répondre

  16. peuples

    13 décembre, 2009 à 17:05

    je n’avais pas vu l’excellente réaction de Luc Ferry

    Répondre

  17. AngèleB.

    16 décembre, 2009 à 22:28

    Ainsi L Ferry découvre que le show biz le plus médiocre s’introduit ds la politique, il en est vraiment choqué !Pauvre coeur pur!

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La Scène capitale – Pierre Jean Jouve

Les livres sont comme les personnes : on les croise, on les regarde et on poursuit son che…