Accueil Politique Les acharnistes

Les acharnistes

17
0
669

orwell01.jpg

Le texte que voici fait partie d’une étude en cours d’écriture s’articulant autour de la poésie et de la politique.  Après le doux rêveur à la poésie fantaisiste qu’est Lewis Carroll, voici un autre écrivain, fort différent, George Orwell (1903-1950). Tous deux dominent les lettres britanniques : le premier au XIX°, le second au XX° siècle. George Orwell n’est, en apparence, pas du tout poète. Mais il arrive que les apparences soient trompeuses.

Comme tant d’autres, Orwell est poète contrarié – il le dit dans sa correspondance enfin publiée. Simon Leys, auteur du magnifique essai « Orwell ou l’horreur de la politique », le reconnaît ainsi : « Dans l’ordre naturel des priorités, il faudrait quand même que le frivole et l’éternel passent avant la politique. Si la politique doit mobiliser notre attention, c’est à la façon d’un chien enragé qui vous sautera à la gorge si vous cessez un instant de le tenir à l’œil. » A défaut d’être poète, Orwell est devenu « écrivain politique », surtout écrivain tout court. Enfin reconnu… après sa mort et le rayonnement de « 1984 », écrit en 1948.

Le Magazine Littéraire de décembre 2009 publie un beau dossier de 32 pages qui dépoussière, via articles et entretiens, l’œuvre et la personne de George Orwell. Ce dossier s’ouvre ainsi : « L’auteur de 1984 ne fut pas seulement un génie de l’anticipation, mais aussi un grand styliste et un penseur politique : à la fois antifasciste et antistalinien, il chercha toute sa vie à trouver la juste mesure entre engagement et rigueur, socialisme et humanisme. » Et sa dénonciation de la ‘novlangue’, dans « 1984 », est bien d’un amoureux de la poésie… Je ne connais d’ailleurs qu’un seul poème de l’auteur, qu’il cite dans son essai « Pourquoi j’écris », et qui commence ainsi : « Heureux curé, j’aurais pu l’être / Voici cent ou deux cents ans, / A menacer mes ouailles de l’enfer / Et à regarder mes noyers pousser. / Mais né, hélas, en un temps mauvais / Ce havre de paix j’ai manqué. / Une moustache m’est poussé sous le nez / Alors que tous les curés sont rasés. »

S’il est évident que la qualité du poème est douteuse, il est surtout évident que c’est un texte d’humour très british et… orwellien ! Ce texte est de 1935 : l’année suivante éclate la Guerre d’Espagne, que le « curé raté » rejoint en décembre, au « POUM », à défaut des Brigades Internationales, fait majeur pour sa lucidité politique : « Hommage à la Catalogne, 1936-1937 » est l’œuvre clef d’Orwell. Dans sa correspondance privée il écrit ceci à son ami Goeffrey Gorer en 1937 : « La chose la plus grotesque, que peu de personnes vivant en dehors de l’Espagne ont comprise, est que les communistes sont les plus à droite et qu’ils sont plus pressés que les libéraux eux-mêmes de chasser les révolutionnaires et d’anéantir toutes les idées révolutionnaires ».

Le verdict est accablant et il n’en démordra jamais. Car il l’a vécu dans sa chair et bien failli « y passer », comme tant d’autres révolutionnaires : non seulement il est gravement blessé au front (une balle fasciste dans la gorge), mais il est pourchassé à Barcelone par la police politique communiste et ne doit son salut qu’à sa fuite, grâce à sa femme, vers la France ! « Les partis révolutionnaires, les anarchistes, le POUM, etc. voulaient continuer la révolution tandis que les autres voulaient se battre contre le fascisme au nom de la démocratie, et bien sûr, lorsqu’ils se sentiront assez solides sur leurs positions et qu’ils auront dupé les travailleurs en leur faisant rendre les armes, ils réintroduiront le capitalisme », écrit-il à ce même ami. Mais, malgré de tels amis, Orwell est alors isolé : En Grande-Bretagne comme en France (en dépit du Front Populaire… qui « dupe les travailleurs », dirait Orwell), les gauches bien-pensantes, y compris communistes, sont « de tout cœur » avec l’Espagne Républicaine, tout en la laissant de fait assassinée par Franco, puissamment secondé par Hitler et Mussolini… On sait que ce fut là le laboratoire politico-militaire de la seconde guerre mondiale, d’abord triomphante pour « l’Axe » grâce au scélérat accord Staline-Hitler, la boucle est bouclée d’entre dictatures…

« La ferme des animaux » est la première œuvre importante publiée qui obtient enfin du succès. Orwell l’a rédigé en 43-44, alors qu’il est connu comme journaliste à la BBC ; mais les grands éditeurs refusent frileusement le texte, du fait de « l’allié Staline » de l’époque. Il trouvera un petit éditeur courageux, enfin, en 1945. C’est une magnifique fable, qui se prête au théâtre – merci l’ami Daniel Geoffre de l’avoir fait !… Orwell parvient enfin à contourner la censure politique de gauche par ce stratagème de l’humour, où « tous les animaux sont égaux mais certains sont plus égaux que d’autres », et ce sont les cochons (communistes) qui, à la fin, redonneront le pouvoir aux hommes (capitalistes) que tous les animaux (révolutionnaires) avaient chassé de la ferme…

C’est toujours d’actualité, à peu près ! « 1984 » enfin. La « carrière » éditoriale de ce livre capital est en soit un roman, ainsi que les circonstances de son écriture. Orwell se sait malade (tuberculose) et, malgré une aisance relative que lui donne le succès de « La ferme des animaux », il s’acharne, entre divers séjours hospitaliers, à terminer « à la va vite » son œuvre commencée en 1948, dont il inverse les deux derniers chiffres, en titre provisoire qui deviendra définitif. On a beaucoup dit que le texte était inégal, parfois brouillon jusqu’en sa construction, etc. Certes, il y a des faiblesses, mais le plus souvent montées en épingle par de « bonnes âmes littéraires de gauche », assez effrayés, il y a de quoi, par la lucidité du romancier.

Le roman paraît en 1949 dans une petite maison d’édition londonienne. La même année, il se remarie. Deux bonheurs ultimes puisqu’il meut le 21 janvier 1950, à 46 ans. Commence alors l’immense « vie » de cette œuvre, qui fera en 60 ans le tour de la terre, en d’innombrables traductions, éditions, et films. « 1984 » jouera un rôle politique très important, en « samizdat » en URSS post-stalinienne, et plus encore en Pologne et autres « démocraties populaires », jusqu’à la destruction du mur de Berlin : on a beaucoup dit, à juste titre, que Ceausescu était le dernier « Big Brother » de l’Est, qui a terminé comme Ubu Roi, « à la trappe »…

Ubu Roi, Big Brother…les équivalents ne manquent pas à l’Ouest. Comme Bush Junior aux USA hier. Ou aujourd’hui, suivez mon regard, certain dirigeant européen proche, hélas, de notre quotidien, qui se permet d’aller donner l’accolade (et parfois « la leçon » !) à des dirigeants, par exemple de Tunisie, du Congo ou du Togo…

« 1984 » est toujours d’actualité ! Merci l’acharniste George Orwell ! A bas la novlangue, vive la poésie !

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

17 Commentaires

  1. babelouest

    15 décembre, 2009 à 5:33

    Merci, Rémi ! Sous ta plume, et à l’énoncé de la vie d’Orwell, on se croirait revenus au début des années 1900 en Russie, quand les Bolcheviks firent tout pour contrer Bakounine et ses amis les anarchistes : en les qualifiant de « contre-révolutionnaires », les léninistes savaient les condamner. Parce qu’il exècre l’enrichissement personnel, et prône au contraire le partage équitable des biens et des pouvoirs, l’anarchisme gêne les apprentis-dictateurs qui sommeillent plus ou moins au cœur de tant d’humains !

    Puisqu’on parle ici de livres et de littérature, je me permettrai de conseiller le petit essai de Rudolf Rocker « Les Soviets trahis par les Bolcheviks », chez Spartacus. L’auteur n’a pas la plume acérée et alerte d’Orwell, il se contente de relater les faits et les correspondances des protagonistes. C’est une réédition de l’ouvrage paru en 1921. Hélas, lui aussi est toujours d’actualité.

    Répondre

  2. b.mode

    15 décembre, 2009 à 5:50

    Belle évocation d’un auteur qui a marqué à jamais ma mémoire quand j’ai lu, adolescent, 1984, il y a bien longtemps malheureusement. Il est des livres qui vous font à jamais appréhender le monde de manière différente. 1984 en est un.

    Sinon, bonne nouvelle, les signatures de Rémi et aussi de babelouest figurent désormais en haut de leurs articles. J’espère ne pas avoir oublié certains de ceux-ci. Pour le vérifier, cliquez sur contact et sur votre nom. Merci aux deux intéressés de me signaler un oubli possible.

    Répondre

  3. babelouest

    15 décembre, 2009 à 6:08

    Merci Bernard !

    Répondre

  4. Remi Begouen

    15 décembre, 2009 à 6:55

    Je dirais même plus, après Babelouest, ‘merci Bernard’… nous voici tous deux tels Dupont et Dupond ?

    Répondre

  5. b.mode

    15 décembre, 2009 à 7:20

    Merci à vous, j’ai rien oublié comme article ? Le à la place du é, c’est mieux, rémi !;)

    Répondre

  6. lediazec

    15 décembre, 2009 à 8:37

    Excellent papier, en effet. Je me souviens avoir répété un hiver durant le rôle de l’orateur et idéologue, celui qui modelait la version officielle du parti des gorets en fonction de son déviationnisme. Plus le parti virait de bord, plus sa menace est inquiétante. Toujours accompagné par ses deux molosses. Je parle de Brille-Babil. Le justificateur…
    Très belle dénonciation.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. Ferocias

    15 décembre, 2009 à 8:46

    Merci pour cet article. Orwell est un grand écrivain de SF, il tend à démontrer que la SF n’est pas une sous-littérature de gare méprisable . En plus, ça me rappelle qu’il faut que je me procure ce numéro du magazine littéraire tiens!

    Répondre

  8. Germain de Colandon

    15 décembre, 2009 à 9:59

    « Les masses ne se révoltent jamais de leur propre mouvement, et elles ne se révoltent jamais par le seul fait qu’elles soient opprimées. Aussi longtemps qu’elles n’ont pas d’élément de comparaison, elles ne se rendent jamais compte qu’elles sont opprimées. » George Orwell

    http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/article-32283411.html

    GdC

    Répondre

  9. Remi Begouen

    15 décembre, 2009 à 11:07

    Merci Germain de Colandon, de ta citation d’Orwell, en commentaire ; merci surtout de m’avoir envoyé voir ‘le caennaisdechaîne’ : non seulement j’ai apprécié l’article visé, mais, par heureux hasard, il s’y ajoute in extrémis la référence à aller voir ‘Julien Coupat de’… et j’y ai été. Il s’agit de la déclaration de Coupat publiée publiée dans ‘Le Monde’, que je n’avais pas encore lue… Et c’est magnifique (de lucidité orwellienne) ainsi que le commentaire des ‘comités de soutien à Tarnac’, ensuite. Voilà… le moral remonte !

    Répondre

  10. mtislav

    15 décembre, 2009 à 13:30

    Orwell, indispensable. De là à faire le vide autour d’Orwell et de Lewis Caroll pour ne retenir qu’eux dans la littérature britannique des XIX-XXe siècles… Dickens, Stevenson, Hardy, Wilde, Shaw, Lowry… On pourrait même ajouter Conrad, James ou Joyce.

    Répondre

  11. b.mode

    15 décembre, 2009 à 13:36

    tiens Mtislav, à propos de Joyce, j’avoue dans ma grande fainéantise intellectuelle, n’avoir jamais pu finir son Ulysse. Défi : en parlerais-tu ici même dans une note de lecture si on te le proposait ?

    Répondre

  12. Remi Begouen

    15 décembre, 2009 à 18:43

    Oui, Mtislava, la littérature britannique est immense, et Joyce en particulier en est… J’ai réussi à lire Ulysse, B.Mode… et cela m’a même conduit à Dublin, où m’attendait quelque aventure très…irlandaise-de-langue-anglaise… car la langue anglaise, plus encore que la nôtre, dépasse les petites frontières. Exemple : l’indien Salman Rushdi, nom de SATAN !!!

    Répondre

  13. BA

    15 décembre, 2009 à 18:46

  14. gauchedecombat

    15 décembre, 2009 à 21:36

    je n’aime pas Joyce. et pis cé tout.

    Répondre

  15. laetSgo

    16 décembre, 2009 à 23:41

    animal farm, mon tout premier bouquin en anglais dans le texte il y a 20 ans ! c’est ce bouquin qui m’a donné envie de lire dans la langue originale et non en traduction.
    1984, un grand classique indémodable…
    Joyce…arf ! j’ai essayé en anglais et en français et je n’ai jamais réussi à le lire à mon grand dam (je pense que je rate qq chose, mais je suis vraiment hermétique à ce texte)…et tout cela m’amène à songer à Burgess et me donne envie de le re-lire (mais je ne saurais vous expliquer l’association d’idée qui m’y conduit !)

    Répondre

  16. BA

    17 décembre, 2009 à 0:23

    Attentat de Karachi : plainte pour corruption contre l’association de Balladur.

    Six familles de victimes de l’attentat de Karachi contre des salariés de la Direction des constructions navales (DCN) en 2002 ont déposé plainte à Paris pour « corruption » contre le club politique créé en 1995 par Edouard Balladur, ont annoncé ces parties civiles mercredi à l’AFP.

    http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5h6MEP4UrJtFet85zeHRqwOORc6rA

    Répondre

  17. Jay

    17 décembre, 2009 à 4:40

    1984, un des premiers livres que j’ai lu sans qu’il me soit imposé par un prof de français … Un grand bouquin que j’ai plaisir à relire, et qui décrit fort bien la langue de bois en politique comme le fait remarquer l’historien Christian Delporte, dans « Une histoire de la langue de bois ». Un livre que je vous conseille d’ailleurs.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

La ‘techno’… suite de Christophe Colomb ?

C’était il y a quelques jours ‘fête de la musique’ dans les rues de mon quartier du centre…