• Accueil
  • > Archives pour janvier 2010
( 31 janvier, 2010 )

Georges Frêche, et un échec nommé PS

freche03.jpgUne fois de plus, le trublion du Languedoc a frappé. En réponse à un Laurent Fabius plus sobre dans ses propos, qui avait publiquement désavoué la « façon Frêche », l’intéressé, plus mordant, avait sorti « la tronche pas catholique » de ce juif discret sur sa vie privée. Et ce, même si ensuite il assurait n’avoir en aucune façon pensé en termes religieux,

En fait, cet épisode a surtout le mérite de mettre en valeur l’impuissance d’un parti bien implanté, trop bien peut-être. Dans nombre de régions, des élus locaux, maires de grandes villes, souvent, sont devenus incontournables en raison de leurs réseaux d’amis et d’obligés. Le PS, de ce fait, est plus proche de la Table Ronde bien connue, que du monolithisme pyramidal qu’affecte l’UMP. Tous les Chevaliers y parlent à égalité de notoriété, d’où des consensus difficiles, voire impossibles. C’est une sorte de « démocratie du sommet », à l’image de l’Agora d’Athènes : tous les citoyens pouvaient prendre la parole et voter, mais les métèques* et les esclaves en étaient exclus, soit une grande partie de la population.

Nous arrivons là aux limites du système. Ces suzerains régionaux ne feront rien pour casser une structure étatique qui les sert. Le bien-être de la population passe en arrière-plan, la priorité est de se maintenir indéfiniment. Selon les régions, et leurs particularismes, cette tendance sera plus ou moins forte. Là où naturellement la Gauche est majoritaire dans les sentiments de la population, l’appel à la démagogie sera moins à l’ordre du jour. Cela se ressentira au sommet, quand l’heure de clarifier les idées majoritaires en vue d’un programme sonnera : pour ratisser large, y compris dans les milieux plus déshérités, les options de la droite seront implicitement prises en compte.

Lire la suite…

( 30 janvier, 2010 )

Charcuterie en tout genre

jambon02.jpgJ.D. Salinger est mort à l’âge de 91 ans. Il a écrit ce qu’il avait à écrire. Il a pleuré ce qu’il avait à pleurer. Il a ri aussi. Un type normal, comme on aime à croiser le plus souvent possible dans la vie. Nous avons aimé ou pas ses histoires, c’est sans importance. Foutons-lui la paix. C’est tout le mal qu’il s’est souvent souhaité.

Un petit retour sur cette grossière affaire d’ambition mégalo entre celui qui tient le bâton et celui qui veut le lui piquer. Le parquet fait appel de la relaxe de Dominique de Villepin. Laissons faire la justice, mais gardons un oeil sur la paranoïa présidentielle. Les histoires du genre je te garde un chien de ma chienne sont fatigantes et s’inscrivent dans une logique de guerre dans laquelle on veut embarquer le citoyen. C’est de la manipulation dont le seul perdant est, comme toujours, le peuple.

Le citoyen a d’autres chats à fouetter. Le citoyen aimerait qu’on arrête de faire de la politique de caniveau et qu’on lui dise enfin des choses concrètes sur le travail, la santé, l’économie, choses dont on parle de moins en moins. Si nous faisons le calcul, entre burqa, identité nationale, affaire Clearstream et autres discours sécuritaires il y a de quoi s’interroger sur la volonté de ce gouvernement à prendre les problèmes du pays à bras le corps. D’autant plus inquiétant que si nous prenons au sérieux les informations qui circulent suite à la conférence sur les déficits, Nicolas Sarkozy renvoie les décisions concrètes au mois d’avril. D’abord les régionales ! Les cons c’est comme le goujon, ça se taquine au bon moment. Qu’on ne se fasse aucune illusion, ses intentions sont claires : réduire sévèrement les dépenses en mettant à mal la protection sociale et les services publics. Depuis l’aube des temps, les choses fonctionnant ainsi, pourquoi les changer maintenant ?

Lire la suite…

( 30 janvier, 2010 )

Janvier 2010 – Mai 2012

agendawebvisagens2.jpgUne fois n’est pas coutume, un p’tit coup de pub sur ruminances ! Mais, c’est pour une cause salutaire… Il existe désormais un agenda où le président narcissique disparaît un peu plus chaque jour !  Il est édité par www.lavillebrule.com et se commande là-bas.

Voici ce qu’en disent les auteurs :

JANVIER 2010-MAI 2012… qu’est-ce que c’est ? C’est d’abord un agenda jusqu’à la fin du mandat de Nicolas Sarkozy (deux ans et demi, donc !) : une semaine sur deux pages (planning hebdomadaire + page de notes). En regard de chaque jour est indiqué le compte à rebours (J – 863 au 1er janvier. C’est vrai, ça fait mal…).
C’est aussi un flipbook : sur la page de notes, une image de Nicolas Sarkozy est composée à partir du nombre de jours restant jusqu’à la fin de son mandat, et disparaît petit à petit : sept nombres en moins chaque semaine…

http://www.dailymotion.com/video/xawdqg

( 29 janvier, 2010 )

Happy birthday et bataclan

villlepin02.jpgA peine le temps de savourer sa « victoire » sur les Jedi lors de son intervention télévisée sur TF1 et de boire un coup avec ses potes pour fêter son anniversaire que la justice vient gâcher tout ça en prononçant la relaxe du lévrier afghan, Dominique Galouzeau. De quoi flanquer des aigreurs au National président. Invité à commenter l’information, il a estimé qu’il n’avait pas assez d’éléments en main pour avancer un commentaire. C’est par un simple communiqué que la Présidence a évacué la question. Y a des jours…

Remonté comme une pendule, Galouzeau n’a pas trainé. Comme à la parade, il a remercié le tribunal correctionnel pour son courage, se disant fier « d’être le citoyen d’un pays, la France, où l’esprit d’indépendance reste vivant. » Celle-là il ne pouvait pas la rater ! A peine le temps de faire ses civilités, le voici qu’il s’élance dans le cynodrome comme un mort de faim. Entre deux coups de colliers, compassionnel, il psalmodie devant les caméras : « Je n’ai aucune rancœur, aucune rancune ». A d’autres, Dominique ! La foulée légère, la main lourde, il livre à l’objectif des bribes de son trauma : « J’ai été blessé par l’image que l’on a voulu donner de la politique, de l’engagement qui a été le mien pendant trente ans, et c’est vers l’avenir que je veux me tourner pour servir les Français et contribuer, dans un esprit de rassemblement, au redressement de la France. »

Ce subit « redressement de la France » a dû fortement saisir les esprits du côté du Château. Les choses se compliquent pour monsieur Nicolas Sarkozy, l’hystérie le guette. Ses nuits vont être courtes et agitées. Son entourage a intérêt à se tenir à carreau. Écouter et obéir, tel doit être le mot d’ordre dans les services. Imaginez un instant : si au mécontentement général du peuple de gauche, nous ajoutons les déçus de la droite, assez nombreux, dont Galouzeau pourrait devenir très vite le chef de file, cela ne fait maintenant aucun doute, Nicolas Sarkozy risque de se souvenir de ce 28 janvier, jour de ses 55 ans, comme d’un jour à marquer d’une pierre noire.

Lire la suite…

( 28 janvier, 2010 )

Qui va à la chasse ne perd pas sa place

tartarin.jpgJe le rappelle : je n’ai pas regardé monsieur Sarkozy faire son numéro « clown malgré moi ». J’ai préféré me taper, sur M6, dans le bon ordre, le premier épisode de la « Guerre de étoiles », série que la chaîne s’apprête à diffuser en intégralité, à raison d’un épisode par semaine. Je n’éprouve aucun regret. L’apparition dans l’histoire de son personnage central, l’esclave Anakin Skywalker dans la lointaine et désertique Tataouine, la découverte de ses pouvoirs, le pari de sa libération, la course de modules…, est un moment cinématographique de pure distraction. Cela nous change de Super Nanny et autres niaiseries de concept similaire. Je sais que nous devons du respect aux morts, mais que cela ne nous empêche pas de dénoncer la bêtise.

A quoi bon m’installer devant le poste pour écouter les sornettes d’un gars qui m’insupporte ? Un vendeur de casseroles proposant des prix chocs à des ménagères en mal de batteries de cuisine. Cela sent l’arnaque à pleins nez ! Aucune envie de pousser le masochisme jusqu’aux rives extrême de l’excitation pour ce genre d’interlope. Les soirées sont faites pour s’amuser. D’autant que, reprise de tous bords, décortiquée, hachée menue, l’intervention du chef de l’état ne manquerait pas d’illustrer l’ensemble des médias de la planète hexagonale : tous ensemble, a hue et a dia ! Il suffisait d’attendre pour en connaître les tenants et les aboutissants d’un discours sans surprise.

A peine l’émission terminée, tout le monde s’en donnait à coeur-joie. Chacun allant de son petit quelque chose en guise de commentaire ou d’analyse. Nos amis de la presse étrangère s’en sont illustrés par des remarques acerbes à l’humour décalé. C’est cela l’avantage du recul. A défaut d’être définitifs, il nous confortent dans l’idée que nous avons du personnage. Cela ne change rien à l’affaire, tout au plus cela met du baume dans nos ego de penser qu’à l’étranger d’autres personnes pensent comme nous. Charles Bremner, le patron du bureau du Times à Paris, ayant sans doute goûté, en bon anglais, résident à Paris depuis bientôt 20 ans, « Les carnets du major Thompson » de feu Pierre Daninos, observe un peu notre pays et le président, comme jadis Alphonse Daudet suivait Tartarin de Tarascon dans sa chasse au lion, distance et modernité incluses. Toujours cet exotisme français très prisé chez la perfide Albion. Entre show et téléréalité, monsieur Bremner n’hésite pas. Il met les deux termes dans le shaker et agite énergiquement pour tirer la substance que voici : « C’est un président monarque qui s’offre deux heures de prime time pour tenter de redorer son image. Il écoute les doléances de ses sujets qui souffrent, comme le bon roi à leur chevet. » En matière de monarchie, monsieur Bremner connait son sujet.

Lire la suite…

12345...7
Page Suivante »
|