( 3 janvier, 2010 )

Rue des maléfices – Jacques Yonnet

yonnet01.jpg

« Dis-moi qui tu hantes, je te dirai qui tu hais. »

Jusqu’à très récemment, j’ignorais tout de Jacques Yonnet. Il n’était même pas une date dans le dictionnaire de mes soucis. Grâce à Didier Goux, cet écrivain discret (sa production est quasiment vierge, hormis poèmes, nouvelles et articles de journaux) squatte mes pensées avec ce livre captivant. En piochant sur le net, j’ai lu que l’auteur avait été résistant, qu’il était érudit, anticonformiste, poète, conteur, vagabond, grandissime observateur et fin connaisseur de l’histoire de Paris. La lecture du livre confirme tout cela et plus encore.

Jacques Yonnet est mort un mois d’août de l’année 1974, à l’âge de 59 ans. Un mois idéal pour prendre congé, aurait-il pu écrire si l’ankou lui avait laissé le temps. Ce livre, paru initialement sous le titre « Enchantements sur Paris » est le seul qu’il publia. Mais quel livre !

Avec Yonnet on approche Paris comme on hasarde la conquête d’une femme qu’on sait trop belle et trop mystérieuse, pour laquelle on éprouve des envies furieuses. Gagnée ou perdue, la partie se doit d’être jouée.

Dès les premières lignes on sent que la chose ne va pas vous lâcher le train de sitôt. Le souffle tiède des nuits mouffetardes vous enveloppe et, vous tirant par la manche, vous entraîne dans une randonnée exceptionnelle. De la base au sommet, la pyramide de l’inconscient fait l’objet d’un mouvement continuel. Du faux plat aux collines escarpées ; de l’avenue à la ruelle, Paris se dénude tout en restant couvert. Nous sommes à Paris pendant l’occupation. Paris occupé. Paris préoccupé. Paris privé. Paris débrouillard. Paris vivant, encore et toujours. Paris collabo et Paris qui résiste.

Des souffleries de ses forges s’échappe l’oxygène de sa vie et de sa démesure. De sa poésie. De sa beauté et de son incroyable vitalité. Paris dont Jacques Yonnet fouille l’histoire à coup de semelles pour nous rendre une copie pleine d’amour, de passion et de rêve, dans un style d’écriture somptueusement vivant. Dans une ambiance nocturne oppressante mais poétique, le crépuscule se faisant jour, c’est toute l’histoire d’une ville qui vous apporte sa formidable lumière. Entre Mouffetard et Gobelins, ça grouille d’une faune colorée qui vit ou vivote au rythme d’une histoire faite de sortilège, de croyances et d’architecture mentale échappant à la logique de la science cartésienne. Une géographie où la vérité, cherchant à se frayer un chemin dans les méandres d’un monde inconnu, a parfois des accents pathétiques. La poésie n’ayant que faire des craintifs, vit au grand air. Ici c’est le grand défilé des bataillons de la « cloche » de la rue Mouffetard. Sous les enseignes des « Quatre Sergents », chez Olivier, celle du « Vieux Chêne, ou encore « Aux trois mailletz », on y trouve, selon l’humeur, outre les habitués, Flora l’Hallucinée ; l’Amiral, gardien de phare de son état ; Pépé la Lope, amputé, et pas que de la jambe ; Pierrot la Bricole et autres Léon la lune. Le Paris-Bouge est à l’œuvre, avec Danse-Toujours, Dolly-Longue-à-Jouir, Mina-La-Chatte et autres estampillés de la même graine, Paris est à la fête. Une drôle de fête. Dans cette farandole, la gitanerie, elle aussi, a son mot à dire et, parce que l’aventure est humaine, elle se lit aussi bien entre que dans les lignes de la main. Magnifique !

A la suite d’une succession d’événements malheureux que la presse à sensation des années 50 du siècle dernier voulut inexplicables, donc magiques, on fit à ce livre et à son auteur une sorte de publicité dont ils auraient pu, l’un et l’autre, se passer. Dans le dernier chapitre de l’ouvrage, ajouté des années plus tard, intitulé « Où l’auteur vous parle à bâtons rompus » Jacques Yonnet fait le point, mettant l’accent là où il le doit. Entaché d’ésotérisme le livre eut à pâtir d’une certaine presse et de certains journalistes, parmi lesquels monsieur Louis Pauwels en personne.

Dans un article publié dans « Carrefour », une espèce d’hebdomadaire grand public, il s’en prenait à la rue Mouffetard et à ses « clochards magiciens », à des « rois gitans » étant à l’origine d’on ne sait quelles aventures d’occultisme et de magie noire. La magie ayant ponctuellement fait les affaires de la presse, voici un extrait du portrait que monsieur Pauwels dressait de Jacques Yonnet dans son papier : « Poète, aventurier des ruelles nocturnes, historiographe et peut-être détenteur d’assez importants secrets… » Diantre ! Il n’en fallait point davantage pour émouvoir une opinion toujours aussi manipulable. Pauwels qui se laissa dériver des rives du PC à celles du Fig Mag, à qui nous devons par ailleurs un assez bon « Matin des magiciens », en collaboration avec Jacques Bergier, trouvait peut-être dans le talent de Yonnet de quoi épanouir une certaine frustration.

Longtemps après sa disparition, Jacques Yonnet reste ce poète du verbe qui parle si bien de la Ville, de sa ville lumière et de son histoire dans le temps et dans l’espace. Homme d’un seul livre, comme d’autres le sont d’une seule femme, Jacques Yonnet est un écrivain formidable. Illustré par des photographies de Robert Doisneau et des dessins de l’auteur, prolongez Noël en vous procurant cet ouvrage d’exception. Si vous n’avez jamais vu deux pierres se tirer la gueule et que vous voulez vous instruire sur le sujet, c’est chez Yonnet, rue des maléfices.

PS : Me:rci à Didier Goux pour ce conseil très averti.

10 Commentaires à “ Rue des maléfices – Jacques Yonnet ” »

  1. babelouest dit :

    Et merci à Lediazec pour ce panorama, dont la lecture donne furieusement envie de lire un livre certainement méconnu. Direction, le libraire. A vos marques….

  2. b.mode dit :

    Pas mieux. Je l’ai offert à ma femme. je crois bien que je vais le lire avant elle…

  3. Didier Goux dit :

    Eh bien, je suis ravi qu’ils vous ai plu ! Du reste, je n’en doutais pas tellement, même si on ne se connaît pas…

  4. Didier Goux dit :

    Et si vous n’avez encore jamais lu Henri Calet, je vous conseille « Le Tout sur le tout »…

  5. lediazec dit :

    @ Didier Goux. Je connais de nom, mais pas ce livre que j’ai failli prendre il n’y a pas longtemps. Pourquoi je ne l’ai pas fait ? Curieux, le destin d’un bouquin. La prochaine fois.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

  6. Remi Begouen dit :

    Jacques Yonnet…? J’ai vague souvenir de l’avoir un peu connu rue Mouffetard vers 1966, en compagnie du jeune Moustaki. Si ce n’est lui, il y avait en tout cas un ‘Jacques’ qui causait de tout et de littérature à des étudiants dont j’étais, qui causions d’avenir et de révolution… C’était souvent sur le square du haut de ‘la Mouff’, qui devint en mai 68 bastion de nos barricades… C’était hier. Je suis aujourd’hui tout heureux de tant en apprendre sur son oeuvre, que je vais m’en aller découvrir : tous aux barricades !
    Quant au triste Louis Pauwells, laissons-le à la poubelle de l’Histoire.

  7. Didier Goux dit :

    De Calet aussi, remarquable : « Les murs de Fresnes », série de reportages faits par lui sur les graffitis faits sur les murs des cellules par les résistants en attente de jugement (ou d’exécution). Remarquable.

  8. Agence location paris dit :

    J’aime beaucoup votre article, c’est très intéressant.

  9. Lolote92 dit :

    Merci pour ces belles lignes,
    moi aussi j’ai plongé. Dans ce monde disparu, que j’ai cherché (et cherche encore) à retrouver.. J’en ai retrouvé une ou deux traces, mais il en faut, du temps, pour fouiner. M.Jacques Yonnet est un troubadour, un poète qui ne vous laisse pas dormir tranquille. Qui réveille les fantômes.
    J’espère un jour voir un documentaire, un film sur cet être remarquable. C’est un Anglais qui me l’a fait rencontrer. Incroyable, non?

  10. lediazec dit :

    @ Lolote92. Merci. A vous et à cet anglais et à tous ceux qui, de relais en relais, font vivre l’imaginaire politique. Voici, au cas où… notre nouvelle adresse http://ruminanc.blogspot.com/

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|