Accueil Politique Où avais-je la tête ?

Où avais-je la tête ?

16
0
380

Où avais-je la tête ?  dans Politique sanstete01Il y a des jours comme ça : rien ne va. Rien ne passe entre le corps et la tête. Entre ce que l’on voudrait faire et ce que l’on fait. Comme si, soudain, la tête s’était mise en tête de vouloir voyager seule, sans autre but que celui de prendre son envol, chevelure au vent. Pour son plaisir. Comme une grande. Comme si, ayant atteint sa majorité, elle s’était mise à ne faire qu’à sa tête. A vouloir voyager au-delà des frontières autorisées par vos revenus. C’est exactement cela qu’elle a fait ma tête. Elle s’est barrée de mon corps. Brutalement. Comme ça. Elle est partie faire un tour. Prendre l’air ! Madame a des choses à voir. Visiter les îles. 30/32° de moyenne au mois de janvier. Observer la marche des crabes, là où tout ça s’ébroue ; le vol du condor… Que sais-je ?

Bienveillante, de temps en temps, au hasard d’une étape, hop !, Titicaca, Tegucigalpa, les sommets de l’Himalaya, une petite pensée pour ce corps désemparé qu’elle a longtemps occupé, une carte postale, histoire de vous rappeler qu’elle pense à vous, aux soucis causés par son départ. Qu’elle comprend votre dépit, ou votre colère. Au fond, elle s’en fout. Comble du cynisme, elle a une pensée compatissante pour la drôle de tête que vous avez fait quand vous vous êtes rendu compte que vous ne l’aviez plus sur les épaules.

En attendant, tout va bien pour elle. Depuis le temps qu’elle songeait à ce voyage, à sa liberté ! Malgré sa joie, elle a quand même quelques scrupules à vous parler de son bonheur, alors qu’elle vous sait là comme une chiffe ; l’air ballot, les bras ballants, dans cette position ridicule que tout le monde remarque, malgré vos efforts pour rester discret, voire digne.

Rester digne et surtout sobre. Pas de pitié, s’il vous plaît ! Je n’en veux pas, de votre pitié ! Éviter  à tout prix l’arrivée des curieux qui ne manqueront pas de vous interroger sur votre avenir, et patati et patata, avec des questions du genre : « elle est passée où votre tête ? Cela fait drôle de vous voir sans elle. Comme si quelque chose vous manquait… Quel drôle de tronc cela vous fait ! » Déjà qu’il n’est pas facile de vivre avec, comment faire à présent pour expliquer au voisinage qu’elle est partie s’éclater comme une bête vers là-bas ?

Vous connaissez les voisins, toujours là pour s’informer, pour s’apitoyer, pour aller ensuite colporter, de manière déformée, bien sûr, chez untel ou chez untel, qui ne manqueront pas l’occasion de venir à leur tour faire les curieux. C’est bien les voisins. Ça sert toujours, les voisins. Ça tient chaud, les voisins. Tenez, hier, par exemple, sous prétexte de me souhaiter la bonne année, parce que, vous le pensez bien, sans ses voeux, ma vie ne serait pas la même, j’ai eu la visite de Titi. Titi est mon voisin immédiat. Son pavillon est en contrebas du mien. Nous avons des bonnes relations, Titi et moi. Sauf quand il pleut. Ou pendant les élections. Quand il pleut, toute l’eau de pluie et la merde que ça draine atterrit chez lui. Titi fait la gueule. Sa femme c’est encore pire. C’est quand même pas de ma faute s’il a acheté la parcelle en dessous de la mienne. Avec tout le bitume qu’ils ont mis dans les allées pour faire propret.

En supprimant les talus, on a laissé la porte ouverte à l’eau de pluie dans les cités modernes. C’est bien la peine de faire des études ! Mais ça c’est rien à côté de son clébard qui gueule toutes les nuits et qui emmerde tout le monde. Et vas-y que j’aboie ! Et vas-y que je glapis ! Il couche dehors, le clébard. Du coup, tout le monde en profite. Tout ça, parce que sa rombière ne supporte pas les poils sur les fauteuils. Ni l’odeur des bêtes mouillées. Madame aime les choses bien en ordre. Quand on va chez elle on met les patins et on glisse dans son salon de merde, les deux pieds fortement appuyés aux feutres. Titi va clamser, ça fait des années qu’on ne lui donne pas l’hiver. Toujours là, le Titi. A trainer sa mauvaise humeur politique. Contre tout le monde. Les noirs, les arabes, les chinois… Pourtant, aucun étranger n’habite dans la cité. Ni à côté non plus. Mais l’idée qu’un jour l’un de ces métèques pourrait y habiter le révulse. Depuis que Sarko est au pouvoir, on ne le tient plus. Travailler plus pour gagner plus qu’il répète à tout va. Il n’a jamais planté un clou, le Titi. Il gère l’argent de papa/maman qui faisaient le commerce du vin. En Bretagne, le vin ça rapporte. Tout le monde en boit. Pas qu’un peu. A la mort de ses vieux, il a nommé un contre-maître qui fait tout le boulot. Lui dépense les dividendes en traitant les autres de fainéants. Drôle d’oiseau, le Titi. On l’appelle Titi parce qu’il a une grosse tête et un petit corps. Comme dans Titi et Grosminet. Parce qu’il a aussi une petite bouche pointue, comme un bec.

Ça n’a pas loupé : à peine arrivé, la question a fusé : « ça alors ! Cette tête, elle est passée où ?… Bonne année quand même ! » qu’il a dit, ce gros con de Titi ! Comme je n’avais pas de tête, je ne pouvais pas le voir, mais je n’avais aucun mal à imaginer l’air goguenard qu’il devait avoir en me voyant sans ma tête. Belle ou pas belle, là n’est pas la question. Il se venge. Aux dernières élections municipales, je lui ai fait des misères. A lui et aux épiciers de la gauche. A ceux pour qui la vie n’est que calcul. Alors qu’ils pensaient l’affaire dans le sac, j’ai fait courir des bruits qu’ils n’ont pas aimé. C’était plus fort que moi. Tu n’aimes pas les noirs, les arabes, les bridés comme il dit, assume ! Du coup, mes copains de la gauche font aussi la gueule. J’ai fait campagne contre lui. Contre eux. Contre l’hypocrisie. Contre le commerce des petites idées. Il n’a pas été élu. Les autres non plus. Je m’en fous !

Maintenant il est là à me demander des nouvelles de ma tête comme s’il s’agissait de ma femme. Il est là à me répéter que cela fait drôle de me voir sans elle. A me poser des questions idiotes : « et maintenant qu’elle est partie en voyage que vas-tu faire et patati et patata. As-tu de ses nouvelles, au moins ? »
Si j’ai des nouvelles ? Quelle idée ! Bien sûr que j’ai des nouvelles. Tiens, là-bas, sur le bord du buffet, tu vois la carte postale ? Je l’ai reçue hier. Lis ! Titi a pris la carte postale : « J’ai le cul aussi léger que le vent ! », qu’il a lu. Après quoi il s’est mis à siffloter et m’a souhaité « bon appétit » en tirant la porte.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

16 Commentaires

  1. babelouest

    7 janvier, 2010 à 8:08

    Les faits sont têtus ! Bizarrement, c’est toujours à la tête qu’ils se réfèrent, même quand ils tirent comme des pieds. Quand un fait vous agresse, il s’adresse à ce qui se trouve juste en-dessous des cheveux. Heureux les chauves, ils le voient tout désemparé à manquer de repère.

    Quand un fait vous rend visite, il est rarement bien intentionné. Drôle de mentalité ! Au mieux, il se révèle inopportun, parce que vous venez de vous réveiller, et que la tête n’est pas à sa place, les mains se cherchent, les jambes s’en sont prises au cou, les pieds sont à la chasse aux pantoufles, les yeux à celle des trous, le dos est plein et le ventre vide. Au pire, le fait est désagréable, hargneux, mordant, désastreux. Dans ce cas, vous ne vous en apercevez pas tout de suite. Puis les yeux rejoignent les orbites, les pieds leur contenant pantouflard, les jambes redescendent sur terre, le dos se débarrasse de sa charge, et la tête reprend sa place occupée précédemment par les jambes, au sommet du cou. Clic ! Tout est en place, le fait alors vous agresse et vous prend la tête. Impression ô combien inconfortable !

    Dans ce pugilat, il faut alors agir vite, lui tordre le cou sur le champ avant qu’il n’ait eu le temps de faire des dégâts dans la logique matinale. De la dignité de fait d’arme, de fait accompli, de fait zandé, de fait brile, il retombe à l’anonymat du fait divers et s’écoule honteusement par la porte restée ouverte.

    Soyez vigilant ! Un fait peut en cacher un autre !

    Répondre

  2. lediazec

    7 janvier, 2010 à 8:16

    Merci. Je me tiens sur mes gardes !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. b.mode

    7 janvier, 2010 à 8:49

    Rien à voir avec ton joli conte, ami rodo mais Seguin, lui, vient de perdre la vie http://www.lemonde.fr/carnet/article/2010/01/07/philippe-seguin-est-mort_1288395_3382.html

    Répondre

  4. lediazec

    7 janvier, 2010 à 9:00

    @ Bernard. J’écoute la radio depuis un petit moment et il n’y a que pour lui. S’il pouvait revenir un instant, il pourrait dire à tout ce beau monde : « le silence n’a jamais trahi personne ».
    Ce n’était pas le plus lourd de son côté. Enfin, je m’entends !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. Didier Goux

    7 janvier, 2010 à 9:53

    J’aime beaucoup le portrait du Titi. Pour votre tête, je veux bien vous prêter la mienne de temps en temps, mais je doute que ce soit vraiment un cadeau à faire…

    Répondre

  6. babelouest

    7 janvier, 2010 à 10:35

    @D. Goux
    Bah! quelqu’un qui écrit dans Ruminances ne peut pas être un méchant homme…

    Répondre

  7. 2pasag the papoteur

    7 janvier, 2010 à 12:42

    un très joli texte pleins d’esprits ^^

    Tiens fait soleil et neige aujourd’hui… ça change la vision de la terre blanche :)

    Répondre

  8. Droldidé

    7 janvier, 2010 à 13:04

    T’as la tête ailleurs, loin de ce monde mercantile. T’es content pour elle, parce qu’après tout, c’est une amie.
    Faut qu’à ce moment une autre tête se présente, une tête de noeud.
    Vraiment, ça gâche le plaisir!
    Faut faire la chasse aux Titis!
    Lediazec, is good, j’en redemande!

    Répondre

  9. Suzanne

    7 janvier, 2010 à 14:13

    Joli texte…

    Répondre

  10. lapecnaude

    7 janvier, 2010 à 15:09

    @ Droldidé – Quand tu vois la tête de noeud pourquoi tu ne lui dis pas comme par chez nous « parles à mon cul, ma tête est malade » ? Sauf s’il a la tête dedans, on pourrait lui faire comprendre à cette tête de pioche.

    Répondre

  11. Yann

    7 janvier, 2010 à 17:53

    J’aime, c’est tout !

    Répondre

  12. Marie

    7 janvier, 2010 à 21:08

    Bravo Rodolphe, superbe texte…

    Répondre

  13. poison-social

    7 janvier, 2010 à 21:33

    Je trouve que tu es le plus « ouf » de l’équipe de givrés de ce blog !
    C’est un beau compliment, hein ?
    ;) )
    Bonne année à toute l’équipe.

    Répondre

  14. b.mode

    8 janvier, 2010 à 13:07

    @poison bonne année à toi !

    Répondre

  15. Gwendal

    9 janvier, 2010 à 19:41

    Moi aussi de temps en temps ma tête se barre faire des trucs à elle… Elle se met à la barre d’un voilier tout blanc avec des voiles rouges et elle parcoure les océans en prenant son temps. Tout son temps. Le temps de regarder les autres. Le temps de sentir le vent sur ses joues. Le temps de lire l’histoire du monde à travers l’écume des vagues.
    Mon corps lui, il aimerait bien la rejoindre ma tête… Mais pour l’instant il reste comme un con accroché à la terre avec ses pieds. Pour combien de temps encore ?

    Répondre

  16. lediazec

    9 janvier, 2010 à 20:44

    @ poison social. Merci pour toute l’équipe. « Givré » ? Ca nous convient tout à fait ! Bonne année à toi aussi.
    @ Gwendal. Nous avons tous un voilier prêt à partir dans la tête. Bonne année aussi.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le citoyen bafoué

J’aime le dimanche. La campagne est calme. Le coq chante au loin. Une brume légère s…