Accueil Politique Le nez dans le guidon

Le nez dans le guidon

25
0
742

197.jpgCeci est un billet d’humeur ; il fait froid : c’est l’hiver ; y a la grippe : c’est la vie ; et puis le mitraillage de l’équipe de foot du Togo : c’est de la grosse connerie, comme l’assassinat  d’un lycéen par un autre pour une histoire de frangine ; et puis le nez dans le guidon : haro sur notre Berlusconi à nous, le nabot, le N.S. notre seigneur.

Et la crise, quelle crise ?… C’était l’année dernière, ça, maintenant on en parle plus.

Je lève le nez de mon vélo d’européen continental et je vois des îles en crise (nous aussi !) qui sont bien différentes les unes de autres, mais qui apportent un éclairage très original à notre actualité : L’Islande, l’Irlande, la Grèce, Malte.

L’Islande ne fait pas, formellement, partie de l’Union Européenne, mais y pense fort, ne serait-ce que pour pallier sa quasi-faillite nationale. L’Irlande a été le chou-chou de la dite Union, avant de plonger (de 3 à 13% de chômeurs !) et …d’approuver (?!) le fumeux Traité de Lisbonne. La Grèce a une grande partie continentale, certes, mais surtout un invraisemblable archipel d’îles qui détermine la Grécitude, jusque dans l’invraisemblable et magnifique île ‘européenne’ de Chypre, dont la Turquie occupe toujours une partie. Et puis il y a la Grèce avec sa jeunesse en révolte, gage d’avenir.

Malte enfin : minuscule, d’accord, mais stratégique depuis toujours (de L’Odyssée à Corto Maltese). Submergée aujourd’hui de boat-people d’Afrique… et de business as usual : pavillons de complaisances, paradis fiscal, pollutions …

L’un des points communs de ces îles si disparates est la langue anglaise, même en Grèce, bien plus encore dans les 3 autres nations, dotées de langues de plus en plus en plus déclinantes (en presqu’île de Bretagne ce n’est pas mieux : il resterait environ 300.000 locuteurs du breton, dont la moitié de plus de 70 ans !).

L’autre point commun, la crise. Plus visible que sur le continent. Bon, je n’oublie pas la Grande-Bretagne qui est une île, la plus grande, et a su en devenir grande puissance mondiale, par sa marine puis sa finance : mais – avec aléas climatiques et techniques – elle est désormais continentale via le tunnel sous la Manche, en plus d’être depuis 60 ans le ‘porte-avions’ des États-Unis en Europe. En crises…

A Malte, la crise est carrément raciste, comme dans le sud de l’Italie et de l’Espagne ; en Grèce, il y a de cela aussi, mais plus encore crise politique institutionnelle, entre centre-gauche et centre-droit en chiens de faïence ; en Irlande et en Islande, même type d’immobilisme, avec moins de racisme apparent, pour simples raisons géographiques. Ce rapide ‘tour des îles’ me fait un effet de loupe sur le continent Europe, où se retrouvent toutes ces facettes de ‘la Crise’. Économique, politique, culturelle et bien sûr écologique. Donc sociale, d’abord. Bon, on va faire du vélo dans les îles ?..

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

25 Commentaires

  1. b.mode

    11 janvier, 2010 à 8:24

    La montée du racisme en Calabre sur fond de mafia avec ratonnade et chasse à l’homme fait froid dans le dos…

    Répondre

  2. babelouest

    11 janvier, 2010 à 9:47

    Autrefois, on disait, sans trop y ajouter d’importance, « L’homme est un loup pour l’homme ». Aujourd’hui, nous avons passé un cap, que dis-je un cap, une péninsule ! Il faudra maugréer, un tremblement dans la voix et un frisson dans l’échine, « L’homme est un Tyrannosaure pour l’homme, et pour toute la planète ».

    Répondre

  3. Germain de Colandon

    11 janvier, 2010 à 10:00

  4. Droldidé

    11 janvier, 2010 à 11:21

    Cette crise est la faillite du système capitaliste sauce libérale. Les élites politiques traditionnelles ne sont pas capables actuellement d’y faire face, trop corrompues pour oser mordre la main qui les nourrit si généreusement. Laissant la place aux dérives xénophobes et racistes, conséquences inéluctables de ces périodes de vache maigre pour le peuple. La sortie de crise peut venir par l’intermédiaire de voix fédératrices proposant une nouvelle société sans compromission avec l’ancienne. Et là, gros danger, le charisme d’un apprenti dictateur pourrait faire l’affaire. L’histoire nous le prouve. Reste aux hommes politiques attachés à la démocratie à se remettre suffisament en question, à faire leur auto-critique, à reconnaitre leurs erreurs pour reprendre la main avant qu’il ne soit trop tard. On peut toujours réver!

    Répondre

  5. 2pasag the papoteur

    11 janvier, 2010 à 11:43

    Les îles de Guadeloupe, les îles de toutes les découvertes, les 7 îles enchanteresses de la Caraïbe, où la mer, la nature, la culture et les saveurs…
    ça donne parfois ce chant de corail envie de quitter l’ex Zagone http://www.lesilesdeguadeloupe.com/

    bon lundi de toujours sur la neige faute de mieux ^^

    Répondre

  6. babelouest

    11 janvier, 2010 à 11:53

    @2pasag
    Neige ? Quelle neige ? Celle qui a tenu un bon quart d’heure la dernière fois ?

    Pour le capital, c’est souvent (mais pas toujours) qu’il affectionne de passer l’hiver. Les paradis fiscaux sont souvent pourvus de palmiers, quelle chance pour les porteurs de valises ! Bon, une semaine au Liechtenstein en plein février est certainement moins intéressant pour ces portefaix-là….. à moins que les chambres soient bien chauffées, et les oreillers aussi.

    Répondre

  7. h16

    11 janvier, 2010 à 12:20

    Excellente illustration, ce Turner :)

    Pour les locuteurs bretons, à force de cogner sur ceux qui le parlaient, l’état a bel et bien réussi à faire mourir cette langue :(

    Répondre

  8. babelouest

    11 janvier, 2010 à 12:40

    @ H16
    Cette mort du breton n’est certainement pas solitaire. Combien parlent encore les patois et autres dialectes locaux ? Quel est leur âge ? Quand ceux qui ont plus de 50 ans aujourd’hui seront disparus, il en restera fort peu, qui les auront appris volontairement. Beaucoup aura été perdu, y compris des termes dont l’équivalent manquera dans le français officiel.

    Déjà, le N O M s’attaque aux langues officielles, un jour il pourrait bien ne rester qu’une dizaine de celles-ci, et en particulier un anglais générique, aussi semblable à la langue de Shakespeare que le Big Mac ressemble à un repas familial.

    Répondre

  9. 2pasag the papoteur

    11 janvier, 2010 à 12:40

    @babelouest ici en seine et marne y a toujours de la neige et parait qu’elle risque de revenir mais elle, n’est pas inscrite sur la liste « valises pleines d’€uro ayant transité par les coffres repos pour une cure de grossissement à l’abri des regards indiscrets et qui ne fondent pas comme neige au soleil

    « Si vous aimez les placements à long terme sans risque !! Choisissez la Suisse, terre d’accueil des capitaux allergique à ISF-rançaise, institué par la gauche pour financer le RMI devenu aujourd’hui RSA »

    Répondre

  10. b.mode

    11 janvier, 2010 à 12:49

    @H16 ah un amateur ;) on essaie de mettre un peu de couleur dans cet univers de brutes ! déjà Picasso, Bacon, Bosch, Brueghel, Pissaro, Pollock etc…

    Répondre

  11. lapecnaude

    11 janvier, 2010 à 15:43

    La Martinique et la Guyane ont dit non à l’article 74 – Motif : on va pas accepter une chose qui n’est pas encore créée (loi organique). Ils ne me semblent pas fous. Mais je crois, d’après mes antennes là-bas qu’ils vont dire oui dimanche prochain : un 73 modifié. Ils veillent, mais je crois que de toutes façon ils encore se faire coloniser.
    Quand à Gwada, Elie sème son souk et tient bon face à Total et à l’Etat, sans compter les békés.

    Répondre

  12. clarky

    11 janvier, 2010 à 15:47

    bientôt les iles auront disparu avec la probable montée des eaux, les lagunes deviendront nos lacunes écologiques mais on s’en fout finalement, puisqu’on aura certainement colonisé une sorte de planète interdite où nos démons nous dévoreront le peu de conscience restante…

    quant au racisme, on l’est assurément tous, une part d’ombre qu’on tente tant bien que mal de dissimuler en la refoulant au plus profond de soi.
    on peut se prétendre humaniste et patin couffin mais à la moindre merde ou contrariété on lâche le fiel longtemps maitrisé, et le racisme c’est pas seulement une histoire de couleur de peau…

    un jour j’irai à castelorizo, une partie de moi s’y trouve.

    tiens qui a dit « C’était naïf de créer l’isf en 1981, c’était bête de le rétablir en 1988″ ou encore ça « je pense que l’isf a été créé trop lourd avec une assiette restreinte. l’isf n’a pas été bien créé ».

    Répondre

  13. babelouest

    11 janvier, 2010 à 17:03

    Oui, Clarky, il y a du racisme en chacun de nous. Chez moi, ce serait un racisme anti-gens de pouvoir, allant jusqu’à la haine sans doute. Heureusement, je n’en rencontre plus guère aujourd’hui….

    Répondre

  14. lediazec

    11 janvier, 2010 à 17:12

    En ce moment, aux Invalides, en direct à la télé, on fait des funérailles nationales à un gars qui a appartenu à un parti (et donc à un état) qui n’était pas champion du monde en matière de respect démocratique. Un parti à qui nous devons, entre autres, le SAC et autres préciosités « républicaines ».
    La politique est un conduit, avant d’être une conduite !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. clarky

    11 janvier, 2010 à 17:26

    je te rejoins entièrement babel, réduire le racisme à sa seule expression de race serait trop caricatural, surtout que la notion de race même les scientifiques, à part peut être allègre :) , ne savent plus trop ce que ça veut dire…
    race, sous race, sous espèce, on sait où ça mène et pourquoi.
    par contre, je dis souvent « la con de sa race » quand je suis sur un truc qui me prend le teston en beauté, la vache j’espère que c’est pas grave :)

    purée rodo, t’es un fada de regarder ce genre de cérémonie!!

    Répondre

  16. b.mode

    11 janvier, 2010 à 17:28

    @lolo Charasse ! Un drôle de sbire…

    Répondre

  17. lediazec

    11 janvier, 2010 à 17:31

    @ Clarky. Putain, non ! J’ai travaillé en boulangerie cette nuit et me suis endormi la télé allumée. J’ai été réveillé par le commentaire de cette honte, avec gros plan sur la bobine de Stroumpf. Après on dit que le cauchemar n’existe pas. A d’autres !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  18. clarky

    11 janvier, 2010 à 17:42

    exact bernard, d’où la fameuse expression « la con de charasse » :)
    vrai que charasse s’est devenu du lard et du cochon depuis la fin de la mitterrandie…

    rodo, pour les cauchemars y’a fredo et ses griffes de l’ennui ;)

    Répondre

  19. Remi Begouen

    11 janvier, 2010 à 19:54

    Hé, les potes, c’est sympa vos commentaires, Ok. Mais cela tourne surtout à des propos de coin du zinc (santé!) où on oublie le sujet proposé, pour s’envoyer des vannes ou des mercis; je reviens au sujet : j’ai fait une bourde dans mon texte, en évoquant Chypre dans l’ensemble de l’archipel grec. Il s’agit bien sûr d’une république indépendante…même si elle se revendique ‘grecque’ de coeur. Un peu comme la Wallonie de Belgique, dont la partie flamande serait occupée par les Pays-Bas : C’est la partition de Chypre, dont la ‘République Turque de Chypre’ n’est reconnue que par Ankara… Ce qui n’empêche Chypre d’être membre de l’Union Européenne : Kafka est dépassé.
    Mais cela peut arriver demain en Belgique, avec ‘crise pour la capitale européenne’ de Bruxelles : et, rêvons un peu, nouvelle capitale de l’U.E. à Nicosie.
    Moi, je connais des spéculateurs (pas perso!!!) qui seraient heureux. Mais où va t’on? Droit dans le mur ou la montée des eaux. Noé, reviens, ils sont devenus fous …

    Répondre

  20. des pas perdus

    11 janvier, 2010 à 20:36

    le capitalisme…

    Répondre

  21. Remi Begouen

    11 janvier, 2010 à 20:45

    précision sur la fin du précédent message. Le ‘droit dans le mur’ vise celui qui existe toujours, mais oui, entre les parties grecque et turque de l’île (laquelle a toujours des bases anglo-amaéricaines bien plus vastes que Guatanomo à Cuba!). Et ‘la montée des eaux’ vise les Pays-Bas, puisqu’ils sont très bas… cependant que Chypre est montagneuse, avec un futur Mont Arafat, non Mont Arrarat, kekchose comme ça, pour l’arche de Noé…(où accueillir le dernier couple palestinien, d’à côté?) Rem*
    (Au fait, j’ignore pourquoi ce ‘Rem*’ a disparu du blog…)

    Répondre

  22. clarky

    11 janvier, 2010 à 23:50

    rem*, un texte ne doit-il générer que des commentaires qui empêcheraient toutes digressions, fussent elles de comptoir ??!!?? parce que si c’est le cas et qu’il faille s’en tenir à n’être que sérieux et laisser de côté la folie douce qui nous habite, on risque le syndrome du regardage de nombril, y’a déjà ça en boutique sur la blogosphère et personnellement c’est pas ma tasse de thé ;)

    les brèves de comptoir me feront toujours plus rigoler que celles des cafés philosophiques.

    Répondre

  23. lapecnaude

    12 janvier, 2010 à 1:27

    @ Clarky :- pour expliciter ton expression, on dit , dans un des pays où j’ai posé mes fesses : le con de race, avec les os de tes morts je me fais des fume-cigarettes ! Aussitôt après çà , tu sors des clous de ta poche, tu les sème derrière toi sur la route en courant très vite droit devant toi. Tu as une chance d’éviter la cogne si c’est un maltais qui te pousuit, eux ils marchent toujours pieds nus. (histoire de ce pays là).

    En dehors de cela c’est dans quelle île de ce coin là qu’ils élèvent des pur-sang dans leur grenier ? J’ai vu une doc à ce sujet il y a bien longtemps.

    Répondre

  24. Remi Begouen

    12 janvier, 2010 à 12:20

    OK, Clarky et Lapecnaude, vous avez raison ! D’ailleurs je pratique les brèves de comptoir…au bistrot : il faut que j’apprenne à le faire sur le blog…avec un verre de rosé : santé!

    Répondre

  25. lediazec

    12 janvier, 2010 à 19:48

    Tiens, Rémi, arrête de râler. Voici un lien qui va te conduire en Grèce, via l’en dehors http://endehors.org/news/vient-de-paraitre-grece-la-revolte-de-decembre-2008-recueil-de-textes

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Soirée bavarde à Saint Nazaire

Qui vive ?- oiseau !- Feu… La vie est zarbie (sonorité malgache), c’est à dire bizarre (so…