Accueil Politique Désert des arts

Désert des arts

18
0
488

travailler01.jpgEn Sarkozie, il est une constance. On ne sait jamais si l’on doit rire ou pleurer. En particulier dans le domaine de l’art, espace cognito-sensitif totalement ignoré pendant plus de cinquante berges par notre guide de poche. A la bonne heure, sa nouvelle compagne, rencontrée chez le docte publiciste Séguéla, et jadis éprise de musiciens, d’acteurs et autres philosophes, s’est donnée pour mission de lui faire rattraper le temps perdu, ces instants improbables si chers au regretté Marcel.

A Narcisse les joies de la culture, les plaisirs littéraires, cinéphiles, picturaux et tutti quanti ! Désormais il dévore les feuilles les plus ardues, se régale des meilleurs navets et se nourrit des toiles les plus indigestes. Comme quoi on peut rester fermé à la connaissance pendant un demi siècle et s’ouvrir tout à coup comme une fleur de printemps. La métamorphose du clos porte, en quelque sorte…

Ainsi son paternel qui ressort des oubliettes de l’histoire en se découvrant à quatre-vingt balais une âme de peintre pseudo-surréaliste. Il n’est jamais trottoir comme disent les motocrottes. Il exposera en avril à Paname, ex-cité des lumières, un échantillon d’ersatz de peinture qui jouxte le kitchissime. On pensait avoir tout vécu avec cette famille Fenouillard revisited. Le pire n’est jamais tatin comme ajouteraient les tartes éponymes. Chassez le surnaturel, il revient au bungalow.

On avait déjà eu droit au filet de voix érotico-sensuelle de sa bien-aimée, aux mix ravageurs de son rejeton rappeur et aux velléités théâtrales du Prince Jean reconverti depuis dans la chose politique. On va désormais subir les délires picturaux du nouveau Dali dont la récente muse n’est autre que Carlita. A Madrid en 2008, c’était son propre fils, récemment élu président, qu’il avait magnifié sur une croûte indicible. Une affaire de famille somme toute. Pas besoin d’aller chercher très loin l’inspiration.

Une artiste chinoise de 32 ans, Ko Siu Lan, n’aura pas la chance de Pal. Elle avait osé accrocher sur la façade de l’Ecole des beaux arts quatre bannières noires où sont écrits les mots « travailler », « moins« , « gagner », « plus », parodiant ainsi honteusement un slogan de campagne de notre visionnaire. Elle participait à une exposition présentant des œuvres d’étudiants. Le directeur de l’école, Henri-Georges Cousseau, a commis un excès de zèle. Il a jugé ce travail « trop explosif pour rester in situ » et a fait décrocher les dites bannières. Il a confié à la commissaire de l’expo « que certains membres de l’école et des personnes du ministère de l’éducation s’en offusquaient déjà« . Il lui a avoué également que « le moment était délicat car l’école était en train de renouveler sa convention de financement avec le ministère« .  Frédo, pourquoi tu tousses ?

Moralité sous le règne de qui vous savez, il faut savoir manier les arts avec précaution. Vive les allégories pompeuses à la gloire du monarque et de sa moitié. Par contre, quatre mots anodins sur des bouts de tissu noir et la censure déboule. On peut toujours aller donner des leçons de droits de l’homme aux chinetoques. On est champions du monde…

http://www.dailymotion.com/video/xc65ao

sl100210.jpg

http://www.dailymotion.com/video/xc7n2g

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

18 Commentaires

  1. rachid

    13 février, 2010 à 7:55

    Shalom aleykhum

    Tout est dit.
    Bienvenue chez le résident de la ripoublique.

    Répondre

  2. le coucou

    13 février, 2010 à 8:00

    la vidéo sur la censure est bloquée… dommage!

    Répondre

  3. b.mode

    13 février, 2010 à 8:04

    @coucou Oui merci ! L’intégration a été désactivée sur demande d’après youtube. On peut la voir là http://www.youtube.com/watch?v=TWU91_EQhTI Edit : C’est bon, j’ai trouvé la version dailymotion…
    @Rachid Bienvenue !

    Répondre

  4. lediazec

    13 février, 2010 à 9:04

    Tu tiens une pêche surréaliste ce samedi, mon Bernard. La famille est habillée pour le reste de l’hiver.
    Cette famille est hallucinante !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. gauchedecombat

    13 février, 2010 à 9:30

    Il était effectivement étonnant que ce régime si spécial ne s’habille pas des traditionnelles oripeaux des dictatures, avec ses artistes officiels. Grâce à l’Escalier qui bibliothèque (voir ici : http://escalbibli.blogspot.com/2010/02/neutralite-des-beaux-arts.html), on sait que la direction de l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris s’est réfugiée derrière le fabuleux prétexte de la neutralité nécessaire à un établissement public pour expliquer sa censure (car c’en est une). L’argument de la reconduction de sa convention vient compléter le tableau… Pauvre France. A quand des athlètes officiels aux jeux olympiques ?

    Répondre

  6. Cheikhkhan

    13 février, 2010 à 10:57

    Pour cette « artiste libre » un projet pour Pékin :

    TIEN………….AN……………MEN

    Répondre

  7. b.mode

    13 février, 2010 à 12:12

    @GDC A priori, la censure de la chinoise peut sembler un épiphénomène mais l’accumulation de ce genre de signes depuis mai 2007 montre bien qu’on est entré de plein pied en banana républic.

    Répondre

  8. Eddie Torial

    13 février, 2010 à 12:25

    La devise de Germain de Colandon, depuis mai 2007 est : « Boire plus, pour oublier plus ». Mais chut, il ne faut dire que c’est moi qui vous l’ai dit !

    Eddie Torial

    Répondre

  9. remi begouen

    13 février, 2010 à 12:59

    phénoménal B.Mode! C’esr super! J’y ai beaucoup plus gagné en rigolant encore plus…d’accord pas en fric, mais en ceci d’essentiel : l’envie de déboulonner la connerie au pouvoir. On y va!

    Répondre

  10. Dr No

    13 février, 2010 à 14:03

    Bien vu.

    Le pire c’est notre crétin en chef va ensuite faire la leçon aux chinois au sujet le Tibet … pov’ CON … ou pauv’ CON (je sais plus) ;-)

    Répondre

  11. clarky

    13 février, 2010 à 15:19

    oh pute vierge, là on est en pleine parodie de la parodie de la science sans conscience élyséenne, une sorte de paltaphysique à la hongroise, merci bernard, jarry beaucoup en lisant ton billet, grande forme nantais ;)

    et comme disait l’autre, un public averty en vaut deux, deux compositions grotesques d’un couple qui le devient un peu plus chaque jour.

    bon, je m’en retourne dans mon univers parallèle. putain l’expression « je peux plus le voir même en peinture » n’aura jamais été autant de circonstance :)

    Répondre

  12. b.mode

    13 février, 2010 à 15:37

    @Cheikhkhan pas compris
    @eddie un bon Cairanne de derrière les fagots ! ;)
    @rémi Merci à toi mais tu me flattes ! :)
    @doc no En matière de droits de l’homme, on n’a plus de leçon à donner depuis des lustres

    Répondre

  13. b.mode

    13 février, 2010 à 15:40

    lolo, c’est un régal de te lire, j’espère que ce sera pas aux calendes grecques. Parce qu’ils sont déjà dans une mouise crasse…

    Répondre

  14. lapecnaude

    13 février, 2010 à 16:17

    Waouh ! Sont en train de nous refaire la prise de Bagdad à la télé ! A nous les petits bonhommes verts. Tu parles une opé annoncée depuis des mois … ils ont raison de craindre les mines sur les pistes, comment que je les aurais truffées. Ils montent à l’assaut des champs de pavots, et l’Agent Orange ils ne connaissent plus chez Monsanto aux Amériques ?
    N’empèche que je serais des petits pioupiou, je serrerais quand même les fesses !

    Répondre

  15. babelouest

    13 février, 2010 à 18:10

    @ Cheikhkhan blanc :
    – pourquoi des guillemets au mot artiste ?
    – le patron du musée n’est qu’un arti-show, lui, et sans vinaigrette ! Et encore moins accompagné de tartine beurrée (un truc excellent avec les artishows très jeunes, qui se dégustent crus : il doit être bien rassis !)
    – - pour le Narcisse en chef et le Narcisse en Père (mais dès un Volt), même punition.

    Répondre

  16. Hara Kiri

    14 février, 2010 à 0:36

    Le père qui souhaite une dynastie et peint son fils et sa brue, enfin, une de ses brues, les glorifiants sur la toile, c’est une pratique qui ne renierait pas Kim Jong Il ou Kim Il Sung ou encore Mao et consorts. Narcissisme et égocentrisme qui passe par l’envie d’être immortalisé par l’art. L’art au service de la politique, oui, mais surtout pas l’art contre la politique, comme le prouve la censure de cette artiste chinoise ou l’envie de Sarko de faire taire certains humoristes.

    Répondre

  17. b.mode

    14 février, 2010 à 0:54

    @harakiri Quand ce site fermera, on comprendra pourquoi…
    @babel Une dynastie Narcisse ! On a fait quoi pour mériter ça ?
    @pecnaude Ils sont pas rouge de honte ?

    Répondre

  18. b.mode

    14 février, 2010 à 8:09

    Mort de rire ! Frédéric Mitterrand vient d’exiger que l’oeuvre soit réinstallé ! Il a téléphoné à la chinoise hier ! http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/02/13/frederic-mitterand-demande-que-soit-raccrochee-l-uvre-d-une-artiste-chinoise_1305595_3246.html
    « Cet incident reflète bien le climat de peur politique dès qu’on touche à Sarkozy en France, et à quel point la liberté d’expression est bafouée dès que des intérêts économiques sont en jeu », constate l’artiste.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un an ferme pour Pasqua !

Dans l’affaire de l’Angolagate, une sinistre affaire de trafic d’armes à…