• Accueil
  • > Archives pour février 2010
( 3 février, 2010 )

Le sexe c’est rock and roll

virus.jpg

A l’heure des critiques, des enquêtes et des bilans sur la grippe A. Au moment précis où il est question de manipulation de l’opinion, d’experts sous influence (doux euphémisme) et autres menues arnaques comme l’utilisation de procédés indignes d’une démocratie, les adjectifs ne manquant pas pour qualifier la gestion aberrante de la crise par le gouvernement, Roselyne Bachelot, pas du tout concernée par le sujet, ni par la charge du professeur Gentilini de l’Académie de médecine, « met le paquet » sur un sujet brûlant : l’éducation sexuelle en milieu scolaire.

A fond les balloches, Roselyne ! Vive l’union libre ! A nous la maîtrise de la luxure. La redécouverte du point G. La lecture du Kamasutra pour un contrôle absolu du corps. L’édition et la distribution sous forme de brochures d’un lexique sexuel sur le comportement amoureux. 200 000 IVG par an c’est excessif pour un pays comme le nôtre. Nous avons une réputation à défendre. Avec l’aide de son copain Luc Chatel, ministre de l’éducation nationale, Roselyne va entreprendre la reconquête de ces jeunes filles de la 3ème qui pensent qu’on ne tombe pas enceinte « lors du premier rapport sexuel ». Pour d’autres, plus au fait des détails sur la vie de Michaël Jackson, que de la dangerosité des rapports sans précautions, une remise à niveau s’impose urgemment. Certaines poussant l’ignorance jusqu’à ne prendre la pilule qu’à l’occasion des rapports uniquement et non dans le cadre d’un cycle. Je vois Luc Chatel, compagnon d’équipée, en prédicateur de préau, conseillant à des jeunes rappeuses à la langue acéré, les moyens de précautions élémentaires. Préconisant sans relâche une abstinence préventive. La participation du personnel enseignant paraissant fort compromise, tant la suppression de postes à l’Éducation Nationale (16 000 annoncés pour 2010) semble rendre cette mission délicate, voire impossible. Encore un échec en perspective ?

Voilà du taff sur la planche pour la très enjouée Roselyne. C’est quand même plus relax que cette grippe porcine qui lui a valu tant et tant de quolibets. Ils l’ont tous voulu, au gouvernement, la campagne de sinistrose qui leur laissait le champs libre pour magouiller en loucedé d’autres arnaques. Au fond, ça n’a pas servi à grand-chose, sinon à détériorer l’image de l’équipe gouvernementale et du chef en particulier, si je me fie aux sondages de popularité, y compris ceux commandés par la présidence pour se faire plaisir en dépensant inutilement l’argent du contribuable. Ça permettait à ces enflures de passer sous silence d’autres dossiers. Ça permettait à France Télécom, entre autres, d’enterrer ses suicidés avec un bruit médiatique moindre.

Lire la suite…

( 2 février, 2010 )

En position… Attention… Départ !

vote01.jpgQue nous partagions ou non cet avis : ça bouge à gauche. L’affaire Frêche tombe à point nommé. Même si la manière paraît un peu visqueuse, ça bouge et ça fait du bien. Nous attendions un signal, il est là. Cela est bon pour les esprits. Nous commencions à désespérer. C’est bien beau de tirer contre le représentant du mal, chacun dans son coin, mais arrive un moment où il nous faut sortir du bois pour compter nos forces : les bons, les moyennement bons et les carrément nuls. Oui, à gauche aussi, il y a des tares et il y a des tarés !

L’important c’est que ça bouge. Cela n’empêche pas les mauvais esprits de dire (à propos de Frêche) qu’il est facile de tirer sur un vieillard sénile. Qu’il eut fallu le faire bien plus tôt. Pour Mélenchon tout ça n’est que de la poudre aux yeux : « alors même que nous en connaissions tous le dessous des cartes, lequel n’a rien à voir avec les versions officielles rabâchées jusqu’à la nausée comme d’habitude… » Pas noble, peut-être, mais c’était une façon de rompre le silence. Le PS prend le risque de perdre une région ou de l’offrir à des alliés pas très « catholiques », tant pis ou tant mieux ! Le PS s’offre une rédemption à la braderie de l’absurde. Et alors !… Le débat est sur la place publique et Martine Aubry affiche une envie de tous les diables : « Le 21 mars au soir, j’espère que la carte des régions sera toute rose dans une crise bien noire. »

Un peu plus loin, du côté de la gauche insatisfaite, j’écoutais l’autre soir sur FR3 les nouvelles bonnes dispositions du PC dans son alliance avec Mélenchon dans le cadre du Front de Gauche. Marie-Georges Buffet affiche des idées, des intentions et des convictions. Elle veut, elle aussi, danser sa ronde. Besancenot serait aussi le bienvenu, mais il tire la gueule. Les copains du voisinage le poussent à arrêter de faire boudin dans son coin. De venir les rejoindre pour une ronde ou pour un tarot. Mais pour lui non plus les choses ne sont pas simples : l’aile radicale du NPA ne veut pas de tarot,  ni de ronde non plus, refusant d’être l’andouille qui tient la chandelle.

Lire la suite…

( 1 février, 2010 )

Le monde de demain

avenir02.jpgUne fois n’est pas coutume, saluons l’exploit de l’équipe nationale de handball. Un triplé légendaire. C’est assez singulier pour qu’on le souligne. Et 8 et 9 et 10, années exceptionnelles pour le sport national. Jeux Olympiques, Mondial et Europe. C’est pinoche !, comme on disait autrefois d’un bon film ou d’un millésime d’exception. Parions que les joueurs et l’ensemble du staff seront reçus avec grande pompe à l’Elysée. Enfin, une bonne occase !

Je ne sais pas vous, mais moi, le type qui rédige les discours présidentiels, je te l’expédie en moins deux, via le Pôle emploi, faire un petit stage de cohésion mentale et de respect des règles élémentaires du discours politique dans une école régionale de la presse écrite. Il est acquis que notre Président ne brille pas par le talent littéraire. Il ne s’en est jamais vanté et la chose est à son honneur. Il ne sait pas écrire, d’accord, mais il ne sait pas lire non plus. C’est fort ennuyeux. Sinon, il n’aurait jamais accepté de prononcer devant un parterre de grosse et fortes têtes, au Forum de Davos, les paroles que voici : « Le monde de demain ne sera pas celui d’hier« . Où a-t-il appris à lire ? Mais quelle idée se fait-il des citoyens du pays qu’il gouverne ? Aucune, puisqu’il ne sait pas ce que c’est qu’un citoyen.

Sa première maîtresse, Anne-Marie Laroche-Verdun, dans son livre-buzz, le qualifie d’élève studieux et appliqué. Un peu froussard aussi. Je ne sais pas vous, mais moi, je subodore l’arnaque éditoriale dans cette affaire. La remarque ne correspond pas au personnage infatué sillonnant le monde juché sur ses bourdes. Remarquez, il n’y a pas non plus de quoi être étonné. Ce monde est bâti en trompe-l’oeil. Le vrai et l’illusion ou l’illusion du vrai. Quand on voit que pour devenir avocat, nous n’avons plus besoin de diplômes, il suffit pour cela d’être homme politique, il y a de quoi mettre le feu aux universités. A quoi servent-elles, en vérité ? Jugez : si vous êtes élu, vous pouvez présenter votre candidature à la fonction d’avocat et ouvrir un cabinet, de préférence dans les quartiers huppés. La politique vous donne ce droit et vous offre plein d’autres avantages. Oui, je sais, Julien Dray vient d’être recalé, mais, je vous parie ma kelton que ce n’est que partie remise. Son dossier était incomplet. Mais quelle est la triple andouille qui a rempli ce  dossier ? A tous les coups c’est une stagiaire qui rêve de plongée sous-marine du côté des Maldives. A moins qu’il ne s’agisse d’une cabale montée par des avocats de droite contre les avocats de gauche.

Lire la suite…

123456
« Page Précédente
|