Accueil Politique C’est du propre !

C’est du propre !

20
0
630

randa04.jpgEn attendant confirmation, avant recoupement et vérifications diverses, je ne dirai rien sur la rumeur en cours. Pas un mot. Motus ! Bouche cousue. Même s’il s’agissait d’une blague… Chut ! Il y a des pisse-vinaigre à tous les coins de rues. Puis, que vont penser les copines ? Sans parler des quelques idiots, poussés par des malins, qui risquent de prendre la chose au sérieux. N’insistez pas ! Si vous insistez, j’appelle mon avocat ! J’ai en revanche un mot à dire sur les amalgames. Un seul mot : dégueulasse ! Se reconnaitra qui voudra. Il y aura toujours quelqu’un pour se moucher ! A celui-là, j’offrirai des kleenex !

Je lisais tout à l’heure quelques pages de « Comme un roman » de Daniel Pennac. Quelqu’un me l’a offert après m’avoir entendu dire du bien de son « Chagrin d’école ». Il a estimé que je ne pouvais qu’apprécier celui-là aussi. En tout cas l’entame est parfaite : « Le verbe lire ne supporte pas l’impératif. Aversion qu’il partage avec quelques autres : le verbe « aimer »… le verbe « rêver »… » Splendide, non ? Il y a un passage sur la passion amoureuse entre Anna Karénine et le comte Vronski tout à fait remarquable.

Livre et histoires beaucoup plus sympas et agréables que les déclarations de monsieur Gérard Longuet. Je l’écrivais pas plus tard que hier : les élections sont faites pour divertir le populo. Pour détourner son attention. L’empêcher d’aller plus loin que le bout de sa haie. C’est à coups de scandales que les campagnes se font. Les idées sont ou deviennent secondaires. Avec monsieur Longuet, les choses sont nettes : pas de bougnoule à la tête de la Halde.

Même si le bougnoule en question est un français comme vous et moi. C’est brutal mais pas ambigu. Pas question d’intelligence ou de compétence dans cette nomination, il faut un bon aryen, point à la ligne ! Les choses sont dites telles qu’elles sont pensées. Du coup, monsieur Longuet fait remonter à la surface son passé d’extrême droite. Comment ne pas l’évoquer sans ambiguïté ? Et surtout l’oublier ! Songez que ce paisible sénateur UMP a jadis milité à l’extrême droite. Ajoutons, pour être complet (ceci n’est pas une rumeur !), qu’en 1964, en compagnie de quelques vieilles connaissances, dont le « débonnaire » monsieur Patrick Devedjian et l’ombrageux Alain Madelin, monsieur Longuet participa à la fondation d’Occident. Pour les novices, Occident était à cette époque la branche musclée de l’extrême droite française.

Celle-ci n’hésitant pas à dépouiller les militants de la gauche lors des manifestations et à détruire leurs locaux qu’ils jugeaient malsains pour la vue. Rien que du très sympathique : une bastonnade ici, une déprédation plus loin, un artefact devant la porte d’une librairie militante, soufflant au passage les vitres sur une centaine de mètres à la ronde… Si je me souviens des amis de monsieur Longuet ! C’était ça ses idées : bastonner du bougnoule et du gauchiste. Empêcher la France de verser dans une société multi-ethnique. Il n’a pas l’air d’avoir beaucoup changé. Finalement il y a du beau monde à l’UMP ! Et si nous comptions les transfuges qui ont élu domicile sous le sigle ? Ajoutons, pour compléter le tableau, le soutien que monsieur Longuet apporta à la candidature de Jean-Louis Tixier-Vignancour lors de la présidentielle de 1965 et vous aurez une idée du personnage à qui nous avons affaire. Il suffisait de gratter le vernis. Merci, monsieur Longuet, de nous avoir donné l’opportunité.

Au fond les choses sont très bien faites. On oublierait presque d’aborder l’essentiel : l’économie et le travail. A quoi bon parler des 322 000 emplois salariés de moins en 2009 ? En un mot comme en mille, l’économie détruit beaucoup plus qu’elle ne crée. C’est une donnée officielle. Voilà des choses dont on n’entend plus guère parler dans nos campagnes électorales. Une évolution de taille dans le comportement de nos candidats. Plus personne pour nous parler des choses qui intéressent et préoccupent les citoyens : l’emploi, l’économie, l’art de vivre…

Au lieu de quoi nous aurons droit, jusqu’à saturation, de foulard, d’identité nationale, de vol, d’agression, d’usurpation, de faciès. On fait en sorte de monter le petit contre le grand, le noir contre le blanc, de diviser, d’instiller la peur à tous les étages. Tout est bon pour occulter la béance. Il n’y a pas si longtemps encore, les candidats parlaient ou faisaient semblant de parler de choses concrètes. Même si nous savions au fond de nous qu’il s’agissait de balivernes, les candidats se donnaient la peine de nous entretenir sur des sujets comme le modèle de société auquel ils souhaitaient nous voir adhérer. Aujourd’hui c’est par le buzz et le faciès qu’ils nous tiennent !

http://www.dailymotion.com/video/x7ckok

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

20 Commentaires

  1. b.mode

    12 mars, 2010 à 5:41

    Raciste, homophobe, proche de Sarkozy, il est joli le président du groupe UMP au sénat…

    Répondre

  2. clarky

    12 mars, 2010 à 8:58

    et t’aurais pu citer le logement dans ta petite liste des préoccupations, tout autant que la bouffe qui devient hors de prix et ce foutu passage à l’euro qui aura permis de gonfler un peu le valeur marchande des biens dits vitaux sans qu’on puisse véritablement la ramener, bref, l’entubage complet…

    longuet doit prendre des bains de formol en écoutant du maréchal nous voilà, ce mec incarne cette vieille france plongée dans ses délires les plus extrêmes, idolâtrant l’ivoire plutôt que l’ébène qu’il qualifierait « à ordures » si on le chatouillait un peu.

    dîtes, saviez que louis la brocante était né en suisse , tout ça pour dire que malek est plus français que louis si on ne suit surtout pas la logique de gégé !

    putain, on s’excite comme on peut, à tous les niveaux :)

    Répondre

  3. babelouest

    12 mars, 2010 à 9:27

    Les gens d’Occident avaient surtout pour développements de pensée des manches de pioches, des coups de poing « occidentaux », et autres artifices de rhétorique. En mai 68, je voyais le matin les gauchistes arriver avec de splendides coquards, en raison de rixes avec « ceux d’en face ». Mais rassurons-nous : les condottiere du SAC de Pasqua n’hésitaient pas à exhiber leurs propres arguments, calibre 9 mm, histoire de frimer. Tout cela, je l’ai vu au cours de cette période bénie.

    Répondre

  4. lediazec

    12 mars, 2010 à 9:30

    @Laurent. Oui, c’est vrai. Le logement. Un véritable bordel ! Une honte. Dans les régions à vocation touristiques, les proprios attendant les vacances pour louer au prix fort aux vacanciers. Résultat : rien pour les gens du pays. En ville, n’en parlons pas : à dix en colocation à des prix usuriers. Un cauchemar. Mais chut, zone marécageuse pour les candidats et les élus. Consensus !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. b.mode

    12 mars, 2010 à 9:35

    L’article de Slate qui rappelle que Devedjian, après s’être fait torturé pour dénonciation par ses complices, s’est échappé à poil dans la rue avant de se faire embarquer par les flics est édifiant ! http://regionales2010.slate.fr/article/1871/occident-le-passe-qui-ne-passe-pas-de-madelin-et-devedjian/

    Répondre

  6. lediazec

    12 mars, 2010 à 9:38

    @Babel En 75 ou pas loin, je dormais tranquilou dans la librairie CNT, 39 rue de La Tour d’Auvergne, dans la pièce du fond. J’avais veillé assez tard, il y avait un matelas, je me suis allongé. A 3h40, gros souffle : une bombe signée Occident, le sigle bombé sur la façade. Quand j’ai réalisé, les flics étaient en train de constater les dégâts. Que faites-vous là qu’ils ont demandé. Ils me connaissaient, le commissariat était au n° 1 de la rue. C’était ça les copains de monsieur Longuet.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. lediazec

    12 mars, 2010 à 9:41

    @ Bernard. J’ai toujours soupçonné chez Devedjian un côté exhibitionniste très drôle !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. laetSgo

    12 mars, 2010 à 9:53

    ah, Pennac ! voilà de saines lectures, loin des rumeurs nauséabondes et des propos non-moins puants du sieur Longuet ! Par contraste, je relirais avec grand plaisir toute la série des Malaussène qui dresse un portrait autrement plaisant du multi-culturalisme français (enfin bellevillien, c’est peut-être un cas particulier, une exception dont on ferait bien de faire la règle !!!)

    Répondre

  9. lediazec

    12 mars, 2010 à 9:59

    @ LaetSgo. Je n’ai pas lu la tribu des Malaussène. Vais chercher ça. En tout cas c’est intelligent et très apaisant, monsieur Daniel Pennac. Autre chose que le bourbier ambiant !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. laetSgo

    12 mars, 2010 à 10:15

    @lediazec ce sont (soit-disant) des livres pour gamins, mais j’ai lu ça, je devais avoir la 20aine, et même pas honte ! me souviens encore avec plaisir des fous rires qui me prenaient dans le métro en lisant sa prose, et des regards interloqués des gens autour…
    le premier, c’est Au Bonheur des Ogres si je me souviens bien et après il doit y avoir 4 ou 5 tomes avec les mêmes personnages pittoresques

    Répondre

  11. b.mode

    12 mars, 2010 à 10:30

  12. lediazec

    12 mars, 2010 à 10:44

    @ Bernard. On dirait un sketch. Un très mauvais sketch ! Incroyable ! A diffuser en boucle. Il avait 4 ânes, lui étant le cinquième de l’écurie, je n’en doute point.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  13. remi begouen

    12 mars, 2010 à 16:17

    Une anecdote plaisante à propos d’Occident. Vers 1964, au marché de St-Germain des Prés, nous étions au moins 4 petits groupes aux entrées, pour soutien au peuple vietnamien. Mais divisés en chapelles : anars, trotskystes, maoïstes, PCF. Le kommando musclé d’Occident a envahi le centre du marché avec leurs slogans pro-américains… et nous sommes d’abord restés immobiles, stupéfaits ou apeurés. Puis soudain un immense vieillard à la crinière blanche, accompagné de sa femme s’est précipité sur ces nervis, leur balançant ses patates et ses carottes et hurlant ‘à la rescousse’. Il était temps : les deux vieux étaient encerclés et commençaient à recevoir une raclée. Mais il n’y avait plus de ‘chapelles’ : Nous avons foutu ensemble une raclée à la bande d’Occident, qui ne s’attendait pas à cette unité…provoquée par le courage d’un vieux couple : ensuite nous avons compris. Il s’agissait des immenses cinéastes militants Joris Ivens et Marceline Loridan… qui me sont devenus des amis, malgré 50 ans de différence d’âge. Vive les vieux…courageux !

    Répondre

  14. b.mode

    12 mars, 2010 à 16:24

    @rémi Merci pour ce morceau de bravoure ! ;)

    Répondre

  15. 2pasag the papoteur

    12 mars, 2010 à 17:51

    Longuet est un bon aryen, moi je pense plutôt « un bon à rien » :) Dans cet article il manque un peu d’Zémour ;)

    ps : « bon à rien » expression sortie du film actuellement en salle « la rafle »

    Répondre

  16. lapecnaude

    13 mars, 2010 à 0:20

    Rémi, tu en as beaucoup des anecdotes comme celle-là ? Cà et quelques portraits quel délice j’en aurais !
    Je viens de recevoir un sms de mes copains, enthousiastes même pour moi, bien sûr que je vais aller voir ces têtes de fachos dimanche … un truc à m’envoyer à l’église en face !
    Cette semaine, je crois que j’ai été submergée par la connerie des discours, emissions de tous ces gens qui frayent dans leur culotte et se cherchent déjà des excuses, quand à leurs projets ? du flan !
    Les choses avancent doucement sur notre côte, mais les fermes aquacoles ont salement morflé … des millions d’alevins foutus, mais quand même 100 tonnes de turbot en finissage d’engraissement en pleine mer ! les établissements de soins thermals de Ré sont presque détruits, il reste tant à faire.
    Dimanche, on lui flanque la claque de sa vie !!!!!!

    Répondre

  17. des pas perdus

    13 mars, 2010 à 14:15

    La Pecnaude (impossible de laisser un commentaire chez vous…) allez à Saint Nicolas du Chardonnet un dimanche matin, c’est vrai plaisir pour les yeux…

    Répondre

  18. b.mode

    13 mars, 2010 à 15:46

    Ah bon, c’est pas possible de laisser un commentaire chez la pecnaude ? J’en laisse pourtant ! ;)

    Répondre

  19. lapecnaude

    13 mars, 2010 à 17:23

    @ Des Pas Perdus
    le lien  » lapecnaude@unblog.fr  »
    Je visite les églises en tant que monument, mais il y a bien longtemps que je n’y vais plus pour le spectacle. Il fut un temps où mes seules visites étaient pour y accompagner mes anciens lors de leur dernier voyage… je ne sais pas pourquoi cela devenait 9 fois sur 10 folklorique ! Vrai, en fait à chaque départ je leur faisait (à ceux qui restaient) une bouffe terrible, et en fin de repas je vous prie de croire que le « parti » était habillé pour tous les hivers qu’ils leur restaient à vivre ! Ils étaient tellement heureux d’être vivants qu’ils se déchainaient et là j’ai entendu des histoires de curé, d’enterrements incroyables. Dans mon pays, on se réunissait à la porte de l’église et on attendait le cortège au bistrot à côté et après, ben fallait bien aller goûter la dernière récolte du défunt et d’une cave à l’autre les hommes ne rentraient chez eux que trois jours après !
    Sûr qu’on y causait politique, on se foutait même des gnons sur le coin du museau, mais on savait trinquer ensemble en disant « tous des cons, ces gens là »… On avait du savoir-vivre quand même et du quand à soi,  » y a pu d’mentalité mon brave Mônsieur ! »

    Répondre

  20. lediazec

    13 mars, 2010 à 17:26

    @lapecnaude. Bravo ! Trois fois bravo ! On perd nos belles habitudes. Pas moi. En ce qui me concerne, dès que possib’, je file « Au Village » retrouver des connaissances. Et dire du mal. Du mal de qui ?… Je vous laisse deviner.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

Répondre à lediazec Annuler la réponse.

Consulter aussi

Mauvaises nouvelles de la toile

. Mon blues à moi : Pointer Sisters : Bonnie, Ruth, Anita and June Il y a 50 ans le révére…