Accueil Politique Mais où sont donc partis les Partis ?

Mais où sont donc partis les Partis ?

23
0
678

abrav10.jpgMis à part ceux, élus, salariés du parti, qui en bénéficient directement, comment peut-il y a voir encore des affiliés à l’UMP ? Des votants peut-être, et encore…. pour beaucoup ils sont revenus dans leur giron naturel du FN.

Mais le PS, caution autoétiquetée « de gauche » des sales manœuvres sarKaustiques (voir le 4 février 2008 à Versailles, où la représentation nationale a bafoué ouvertement la voix très claire du Peuple), n’est pas en meilleure posture malgré ses résultats apparemment pas mauvais. Il est très dommage que le Front de gauche et son éminent porte-parole JL Mélenchon n’ait pas obtenu plus. On peut y déceler avec une certaine certitude une méfiance envers le parti communiste, co-organisateur de ce front, non en raison de ses idées, mais du monolithisme toujours actuel de ses structures.

Le Peuple a soif de liberté : les vieux Partis ne correspondent plus à son besoin de s’exprimer et de porter les préoccupations de la base. Le Peuple veut donner de la voix, seuls les Blogs le lui permettent actuellement sur Internet, à condition que ceux qui veulent ainsi crier leur condition et leurs aspirations sachent assez clairement s’exprimer. Bien entendu, ce sont les plus marginalisés, le plus souvent, qui auront le plus de mal à faire entendre leur désarroi.

Le Peuple a besoin d’une certaine stabilité : à part quelques associations de précaires, qui se soucie des précaires ? Ils sont une composante de plus en plus prégnante de notre tissu social, composante où les lettrés côtoient les rejetés de l’école. Pourquoi rejetés ? Parce que l’école s’ingénie, semble-t-il, à marginaliser ceux qui lui pèsent. J’ai bien dit l’école, pas les enseignants qui font le plus souvent ce qu’ils peuvent pour dépasser ce handicap. La précarité est une très bonne chose pour les grands tenants du Nouvel Ordre Mondial : ce sont les Delta consommateurs-esclaves type Brave New World qui feront le (bonheur ?) des Alpha stupides maîtres du monde.

Le Peuple veut décider de son sort : le vote qui est son droit est ridiculisé par la « classe politique », partout dans le monde, qui s’assoit sur ses choix démocratiques. Voir les référendums sur l’Europe dans les rares endroits où ils ont été autorisés, voir le choix islandais….. Qui va rendre aux citoyens leur place déterminante et éminente, leur droit de décider de leur sort ? Pas l’UMP ni la droite en général, pas le PS, pas Europe Ecologie…. les seuls défenseurs de la démocratie ne peuvent s’exprimer librement que sur le Net, ailleurs leurs propos sont tronqués, détournés, émasculés, déformés, annihilés, niés.

Nous, citoyens du monde, sommes encore vivants, et voulons encore exister dans notre vie et celle de la communauté humaine. Est-ce donc trop demander ?

regionales22.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par babelouest
Charger d'autres écrits dans Politique

23 Commentaires

  1. b.mode

    20 mars, 2010 à 7:35

    Vrai que les votes récents en France ou ailleurs, quand ils ne vont pas dans le sens qu’ont décidé pour nous les sachants et les puissants sont systématiquement remis en cause et ne servent donc à rien. Le non à l’europe du fric en est la meilleure preuve.La démocratie serait-elle de la poudre aux yeux ?

    On sait depuis que la crise est passée par là et que l’europe implose. Merkel parle de virer la Grèce de l’europe.

    On parle même de la constitution de deux europes. l’Europe des pays riches comme l’allemagne et les pays nordiques et une europe des pays endettés comme la grèce, l’italie, l’espagne et la… France. Elle est pas belle l’Europe ?

    Répondre

  2. lediazec

    20 mars, 2010 à 8:25

    Ah, les partis politiques. Ah, l’Europe ! Magouilles et magouilleurs. Toutes ces histoires de vote, d’élection, etc. Tu votes bien, t’es un gentil petit. Tu ne votes pas bien, tu recommences (l’Irlande, très juste). On se croirait à l’école après une séance de lecture. T’as bien lu, on te félicite ; t’as mal lu, tu recommences, sinon gare à la rondelle.
    Demain on vote pour les régionales. Je voterai PS. Mais que nos amis PS ne l’oublient pas : ceci sera un vote contre Sarkozy. En aucune manière, un chèque en blanc en direction du PS. Quand je vois, dans ma région, déjà !, l’arrogance affichée par certains socialistes, ainsi que le mépris qu’ils arborent à l’égard des écolos dans l’une des régions les plus polluées du pays, je me dis que 2012 c’est pas gagné avec des lascars pareils.
    Je le répète : demain je voterai PS, mais sans aucun enthousiasme. Pour me rassurer, je me dis : un vote = une claque dans la gueule du gnome. C’est cela qui me motive.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. Erby

    20 mars, 2010 à 10:27

    « Je le répète : demain je voterai PS, mais sans aucun enthousiasme. Pour me rassurer, je me dis : un vote = une claque dans la gueule du gnome. C’est cela qui me motive. »

    C’est exactement ce que je pense. Donc idem !

    Répondre

  4. des pas perdus

    20 mars, 2010 à 10:38

    Cruel rappel du 4 février 2008 à l’heure où ce traité est appliqué, nous mesurons combien l’Europe politique et sociale progresse… surtout en Grèce d’ailleurs. On n’entend guère nos amis « socialistes » ou d’EE sur ce sujet, sans doute devenu tabou.

    Répondre

  5. babelouest

    20 mars, 2010 à 10:51

    Pour mémoire, je me suis permis de répondre à un autre blogueur à propos de ces élections, et de son propre choix…
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=11693

    Répondre

  6. gauchedecombat

    20 mars, 2010 à 11:08

    de toute manière, comment encore parler de démocratie avec 58 % d’abstention ? Les partis ni les autres moyens de représentation de l’expression populaire ne sont encore crédibles. L’anarchie n’est pas loin… Et les risques de violence collective jamais aussi présents. Car quand le peuple n’a plus de voix pour le représenter, il risque de prendre sa fourche ou sa batte de base-ball à la place d’un bulletin de vote dont il sent bien qu’il ne sert plus à rien qu’à conforter les pouvoirs en place… Résistance !

    Répondre

  7. b.mode

    20 mars, 2010 à 11:16

    Je me réjouirais d’une claque énorme pour sarko et ses sbires tellement leur déni post premier tour fut aussi ridicule que pathétique. Mais force est de constater que le ps est devenu un parti de barons d’élus locaux ou régionaux et que cela en arrange pas mal du côté de PACA, de rhône alpes ou du nord pas de calais par exemple…

    Répondre

  8. clarky

    20 mars, 2010 à 14:04

    tout pareil que l’ami rodo, demain je voterai vauzelle par défaut et véritablement sans aucun enthousiasme partisan.
    mariani pourra retourner compter ses moutons de l’ump et remiser ses tentatives puantes de récupérer ecolos et/mais surtout fn.

    t’as raison babel, les précaires on s’en sert pour faire peur à ceusses qui ne le sont pas encore, on leur dit gentiment « vous voyez ce que vous pouvez devenir si jamais vous votez pas bien »…mais les précaires que j’ai côtoyés à l’afpa, début des années 2000 pendant 8 mois, n’en avaient plus rien à cirer de la politique !!!

    le ps va sortir gagnant demain, mais les perdants ne seront pas forcément ceux auxquels on pense, mais toujours les mêmes qui dans la vie de tous les jours ne voient pas grand chose changer, même s’ils ont voté du bon côté.

    bref, la politique est un métier et la dèche un fonds de commerce pour ceux qui vous expliquent comment ils vont vous en sortir.

    Répondre

  9. lapecnaude

    20 mars, 2010 à 14:20

    On se le fait quand ce parti, Babelouest ?

    Faut pas trop attendre, pour moi c’est compté.

    Répondre

  10. 2pasag the papoteur

    20 mars, 2010 à 16:23

    Pour le front de gauche laissons lui un peu de temps pour donner ses preuves d’ètre une véritable option entre le socialisme et le npa de Besancenot. (J’m bien le facteur mais j’suis pas révolutionaire). Le score un peu faible lui permet malgré tout de s’imposer politiquement.
    Malheureusement pour lui, il faut le dire le pc tente une récupération, la preuve en ai (ou en ait ou en aie puis mdr j’sais pas trop) Marie-George Buffet, plus présente que Mélenchon pour représenter le fdg dans les médias. Elle ne parle pour ainsi dire plus au nom du pc mais au nom de l’alliance à gauche pc-fdg. Ou le fdg intègre le pc dans le but d’un parti unique mais l’inverse pourrait aussi être vraie. Le pc se relevant avec l’étiquette fdg… 2012 pourrait bien nous renseigner dans quel sens la fusion se fera:)

    Répondre

  11. 2pasag the papoteur

    20 mars, 2010 à 16:33

    Tout à fait d’accord sur le bobo_risme de la gauche socialiste actuelle, mais entre la mentalité de Pécresse et la mentalité d’Huchon ya pas photo (mille excuses d’être sur mes terres ). Je préfèrerai toujours une mentalité de gauche à la tête du pays au meilleur gestionaire de la droite ump ou centriste ou autre. en conclusion je préfèrerai toujours le RMI au BOUCLIER FISCAL ;)

    Répondre

  12. lediazec

    20 mars, 2010 à 16:38

    @ Papoteur. A titre personnel, j’aimerais que le Front de Gauche s’installe dans le débat de manière durable. Je pense qu’il y a là moyen de développer des débats d’idées plus riches que ce que nous avons aujourd’hui à nous mettre sous la dent. La pauvreté est telle qu’elle se résume au « pousse-toi-delà-que-je-m’y-mette » électoraliste d’où le citoyen émerge moralement meurtri, d’où, aussi, un abstentionnisme affolant qui n’arrange que les affaires du libéralisme sauvage. Il y a urgence à faire revivre des principes et des idées de gauche, il me semble. Sans ça, la vie politique est morte à jamais. Si le PS a envie de basculer dans la social-démocratie, pas de problème, qu’il le dise et les choses deviendront claires pour tous. Si ce qu’il veut c’est utiliser l’étiquette de gauche pour se faire de l’oseille en période électorale, va y avoir du bordel dans le landerneau !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  13. babelouest

    20 mars, 2010 à 16:54

    @ Papoteur : le facteur ? je le trouve un peu pâlichon dans les idées qu’il exprime. S’engage-t-il vraiment contre le profit ? Ce n’est pas clair. Défend-il l’égalité de chance, de manière crédible et avec un programme pouvant y mener ? Je cherche. Beaucoup de bruit, pas vraiment de concret à proposer.

    @ Rodo :Le PS social-démocrate ? Il me semble qu’il y est depuis longtemps, depuis Tonton en tout cas. Et cela s’est accéléré avec les privatisations sous Jospin, qui en suivaient et en précédaient bien d’autres, mais n’étaient déjà pas négligeables.

    En fait, à part Lutte ouvrière qui ne s’est pas encore discréditée, mais qui manque de tribune pour exprimer calmement ses propositions et ses projets, il y a peu de formations au service des plus faibles. LO comme le P des T ont d’ailleurs le tort de ne penser à défendre que les travailleurs, alors que les plus à plaindre sont ceux qui n’ont pas de travail, ou qui n’ont que des jobs déstructurés et à temps très partiel, et qui sont difficiles à joindre et à fédérer.

    Répondre

  14. lediazec

    20 mars, 2010 à 17:05

    @ Babel. Oui, c’est vrai, les socialistes sont des sociaux-démocrates, je le sais. Je leur demande simplement de le dire, ou de changer. D’accord aussi en ce qui concerne LO, trop ouvriériste. C’était toute la force du syndicalisme espagnol (la CNT anarchiste et UGT socialiste) avant que Franco avec l’aide de l’Allemagne et de l’Italie de Mussolini ne viennent y mettre bon ordre. Pour info, la CNT, Confédération Nationale du Travail (et non des travailleurs) englobait toutes les ramifications de l’activité économique, en un mot, les forces vives du pays dans un objectif bien définis : la Révolution Sociale et, forcément, libertaire. Les communistes n’aimaient pas trop ça, d’où des affrontements très violents avec les staliniens.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. 2pasag the papoteur

    20 mars, 2010 à 17:08

    @Lediazec la social-démocratie je la ressens beaucoup plus arriver avec Ségolène Royale et quelques autres. Moi aussi j’aimerai que le Front de Gauche sache rapidement trouver sa place à gauche, mais pour cela il lui faudra gèrer correctement son alliance avec le pc afin qu’il ne devienne pas un pc2 et savoir se situer avec le NPA de Besancenot, tout en restant une opposition contre ce désir de basculement social démocratie de certains socialistes. maintenant en a t-il vraiment les moyens à court terme ? Mélenchon saura t-il contrer Marie-George dans son désir de relever le pc ? Tout en n’oubliant pas Europe écologie qui trace peu à peu son sillon dans toutes les élections et bien entendu Besancenot qui vient de s’en prendre une belle qui n’a pas du lui faire plaisir. Oui y a de l’espoir mais aussi du boulot pour Mélenchon et le FDG.

    Répondre

  16. lediazec

    20 mars, 2010 à 17:38

    @ Papoteur. Les écolos, ça reste une énigme pour moi. Je me souviens de l’époque de « La gueule ouverte », de René Dumont, etc…, il n’y avait pas d’équivoque, l’écologie s’inscrivait dans une pensée de gauche nette et sans bavure. Plus tard, avec l’arrivée de Brice Lalonde et autres Antoine Waetcher, elle a perdu son âme. Et je ne pense pas que le bateleur Daniel CB change quoi que ce soit à l’affaire. Lui, c’est autre chose qu’il cherche. Il croyait l’avoir trouvé avec E-E, il s’est, je crois, bel et bien planté, puisqu’il se murmure en coulisse qu’il est prêt à quitter les verts…Pour le facteur, c’est un peu pareil, la fréquentation de Michel Drucker et des mémés du dimanche lui a donné un vernis qui ne sied pas du tout aux idées arborées par son parti.
    De tout ça, il faut en parler, histoire de ne pas perdre le nord.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  17. laetSgo

    20 mars, 2010 à 18:12

    Le Front de Gauche est tout jeune ce me semble ! créé en 2009, c’est un bébé, et pourtant il rallie déjà 6% des votants (bon, si on rapporte ça au nombre des électeurs, ça fait pas lourd, mais c’est un joli succès en même pas 1 an !)
    La grande inconnue est de savoir s’il aura le temps de se faire entendre et de fédérer les énergies avant que la situation ne soit devenue ingérable…une dislocation à grande échelle s’annonce, et elle ne va pas se faire dans la douceur…
    Tiens, et à propos de l’Allemagne qui voudrait virer la Grèce (et les Pigs en général), j’ai lu ça http://horizons.typepad.fr/accueil/2010/03/rendons-donc-leur-deutchmark-aux-allemands.html et je trouve que virer l’Allemagne de l’Euro serait une excellente idée ! En tout cas, les positions de la chancelière ne me plaisent guère, non plus que celle des principaux journaux (xénophobie, intolérance, tendances hégémoniques confinées pour l’instant à la politique économique mais qui pourrait s’étendre) : cela rappelle de très mauvais souvenir à l’alsacienne que je suis !
    Donc halte avant que nous replongions dans un passé insoutenable !

    Répondre

  18. babelouest

    20 mars, 2010 à 18:17

    « De tout ça, il faut en parler, histoire de ne pas perdre le nord. » conclut Lediazec.
    …. et surtout de ne pas perdre la Gauche ! En fait, être vraiment de Gauche et s’y tenir, est une pensée et un chemin difficiles. C’est tout l’exercice difficile d’apprendre à analyser les difficultés de tous et chacun, à avoir des idées, de bien les clarifier, de savoir les énoncer clairement, donc d’avoir un côté « intellectuel » nécessaire, et en même temps de rester plongé dans le milieu de ceux qui n’ont pas la chance de dire leur malheur, ni de savoir en dégager les fondements et les solutions.

    Il faut aussi ne pas tomber dans le populisme, le jeunisme ou tout ce qui est en isme, en un mot il faut rester soi, tout en étant totalement ouvert, mais critique (sinon certains pourraient en profiter). Là-dessus être un bon batteur d’estrades aide à crier à ceux qui ne savent pas la détresse de ceux qui savent sans pouvoir l’énoncer.

    Qui s’y colle ?

    Répondre

  19. b.mode

    20 mars, 2010 à 19:10

    @laetSgo L’Allemagne et ses leçons de chose économique me donnent envie de gerber. Cassons nous de cette europe teutonique antisociale !

    Répondre

  20. 2pasag the papoteur

    20 mars, 2010 à 19:25

    @B.mode tout à fait d’accord et pourtant ct un beau projet mais voilà entre le rève et la réalité ya souvent pb !!

    Répondre

  21. b.mode

    20 mars, 2010 à 19:30

    Bah oui papoteur ! Malakine qui est cité par laetSgo décrit bien la situation et prône un retour au protectionnisme. Je ne suis pas loin de penser la même chose. Notre agriculture et notre industrie se meurent. Merci l’europe et la mondialisation… http://horizons.typepad.fr/accueil/2010/03/rendons-donc-leur-deutchmark-aux-allemands.html

    Répondre

  22. babelouest

    11 avril, 2010 à 9:14

    Aïe ! Le Parti Socialiste ne s’arrange pas ! Sur le blog Ile de Ré j’avais répondu concernant les retraites, il y a quelques jours, en proposant quelques pistes pour continuer à financer correctement le régime par répartition. Bizarrement, ce site a basculé de la modération après publication, à la modération avant celle-ci. Bien sûr, de nombreux spams venaient régulièrement perturber les débats.

    Mais là, c’est mon intervention qui n’est pas passée. Sans doute quelqu’un l’a-t-elle trouvée trop provocatrice. Dommage, je n’en avais pas fait de copie. Il est vrai que, parmi les préconisations que j’énonçais, figurait une limitation de la fourchette de rentes de un à deux, avec une revalorisation des montants minima. Explication : quand un pédégé, même de Renault ou de France Télécom devient retraité, il n’a logiquement guère plus de vrais besoins qu’un soudeur aux yeux fatigués, un marin pêcheur, un ouvrier de cimenterie… et encore, son espérance de vie à partir de ce moment-là est bien meilleure ! J’y ajoutais le fait que personne sur l’échiquier politique, ou dans la presse, ne propose de relever les montants des primes prélevées, de supprimer les passe-droits patronaux d’exonération, etc…

    On ne parle que de faire travailler plus longtemps des gens qui souvent sont au chômage parce que « trop vieux » (aberrant), ou d’augmenter le nombre légal d’années de cotisation afin de minorer les retraites. Des solutions stupides, qui bizarrement trouvent un consensus. Il va falloir se réveiller, bon sang ! Les nantis se fichent de nous, là ! Y compris à « gauche ».

    Répondre

  23. b.mode

    11 avril, 2010 à 9:47

    Dommage de procéder ainsi ! La liberté d’expression ne se modère pas tant que ça ne bascule pas dans les insultes. Et visiblement dans le cas présent, on en était loin !

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Le triomphe de la bonté sur le droit

 Babelouest, un des lecteurs et commentateurs les plus fidèles de ruminances nous fait par…