Accueil Politique Sarko nu sous la douche froide

Sarko nu sous la douche froide

60
0
979

douche01.jpgOn ne se lasse pas de lire et relire les comptes rendus divers et variés sur la gifle (devrais-je dire sur la fessée déculottée) monumentale que les français ont administrée dimanche dernier au premier d’entre nous. Enfin c’est comme ça qu’on le qualifie quand on est poli voire lèche-cul. Genre cireur professionnel de pompes à talonnettes. Façon Xavier Bertrand au soir du premier tour. Il est comme ça, le gros, on lui dit de faire pipi là, il fait. Sans état d’âmes, sans problème pour se regarder après dans la glace pilée de ses ambitions démesurées. Le déni de réalité fait partie de sa panoplie de bonimenteur cathodique.

Paraît qu’il a frôlé l’apoplexie tellement il ne s’attendait pas à cette volée de bois vert, le géniteur du petit Prince. Dans les dernières heures, il avait même commandé à ses vieux complices d’Opinionway un sondage qui voyait l’UMP en tête au terme de la première mi-temps. Miroir, mon beau miroir. Dorer la pilule au chef, ils savent faire à Opinionway, l’institut de mesures préféré  de Patrick Buisson, l’ancien patron de Minute et désormais bras droit de Sarkozy.

Entre parenthèses, il a eu tout faux, le Buisson plus brun que vert. Lui, à qui Narcisse devait son élection selon les propres dires du monarque, s’était cette fois planté dans les grandes largeurs. En inspirant au démiurge de poche, le nauséabond débat sur l’identité nationale et en envoyant le félon Besson au casse-pipe, il avait réveillé la parole raciste et provoqué la renaissance du parti du borgne.

Revenons à nos moutons ou plutôt à nos chèvres. Bêlantes. Arpentant les plateaux téloche telles des bêtes aux abois, les chiens de paille récitaient la feuille de route que leur avait rédigée le cador et ses sbires. Des éléments de langage comme on dit maintenant. De l’auto-persuasion façon Dany Boon. Tout va bien, je vais bien. Une méthode Coué pour les nuls à chier. Surtout ne pas reconnaître la défaite, que dis-je la branlée. Surtout ne pas avouer le Waterloo des urnes. Surtout ne pas admettre le Trafalgar de la Sarkozie enfin mise à nu. Sa médiocrité quotidienne, son ridicule volontarisme, ses mensonges permanents et ses reniements sans vergogne.

Dire tout et son contraire, tel était le fait du prince depuis à peine trois ans. Il avait fustigé le non-endettement des français face aux folies ricaines en matière immobilière. La crise des sub-primes était passée par là et l’opportuniste élyséen avait illico changer son fusil d’épaule. Sans rougir. Il avait alors tancé les banquiers et les spéculateurs de tout poil, ses anciennes idoles. Dans la foulée, il avait déclaré la fin des paradis fiscaux, l’éradication des traders apprentis-sorciers, bref il avait proclamé la moralisation du capitalisme.

Quelques mois plus tard, les banques renflouées par nos soins, annonçaient des bénéfices insolents et octroyaient à ses grands serviteurs des primes indécentes. Jamais les pauvres n’avaient été aussi pauvres et les riches aussi riches dans notre cher pays. Ainsi Proglio, l’ami de la famille ou presque, se voyait cumuler des fonctions privées et publiques et allait palper des émoluments annuels que d’aucuns ne gagnent pas dans une vie.

Plus tard, il avait fanfaronné sur les zones inondables en braillant qu’il fallait assouplir la loi et investir ces lieux attractifs. Mais la grande tempête était passée par là et avait encore renvoyé l’impudent à ses chères études. Depuis il avait interdit à des riverains littoraux de retourner chez eux. Sans l’ombre d’un remord…

Le joueur de bonneteau avait encore frappé. Sa navigation politique à vue de nez au gré des évènements n’avait qu’une finalité. Favoriser les puissants  qu’ils soient banksters ou promoteurs tout en tentant de donner l’illusion de défendre le bas peuple.

Foutaises, les français s’étaient enfin rendu compte de l’énorme supercherie, du grand tour de passe-passe, de la manipulation hors normes dont nous étions à l’insu de notre plein gré les victimes expiatoires. Le gamin compulsif avait pour l’heure eu le droit de s’amuser à fond avec son dernier yoyo. Le seul problème était que son nouveau jouet n’était autre que notre pauvre France. Il était plus que temps de mettre au piquet ce satané apprenti-sorcier ! Et donc de voter massivement aujourd’hui contre ses couleurs…

http://www.dailymotion.com/video/xcfukm

sl190310.jpg

 

 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

60 Commentaires

  1. laetSgo

    26 mars, 2010 à 8:50

    Oh que si, il y a pire ! N’oublions pas 2002 ! Manquerait plus que l’autre mini stratège arrive à manipuler suffisamment son monde pour se trouver dans la position de Chichi lors de cette année funeste ! #cauchemar ! veux pas y penser !

    PS : j’avais raté ce long fil de commentaires, mais je tiens à signaler que les curés ne s’occupent pas de l’éducation en Alsace ! faut pas tout mélanger ! Je pense juste que les alsaciens sont hyper conservateurs et méfiants avec la gauche qui n’a pas une image assez « construite » (dans le sens organisé, structuré) contrairement à la droite…ce qui offense leur sens des valeurs !

    Répondre

  2. b.mode

    26 mars, 2010 à 9:11

    La fameuse organisation germanique ? ;)

    Répondre

  3. 2pasag the papoteur

    26 mars, 2010 à 12:15

    @B.mode : quand il y a des_rives il y a toujours risque même du pire ;)

    Répondre

  4. 2pasag the papoteur

    27 mars, 2010 à 11:39

    @B.mode ou d’autres ruminants ^_^

    je répondais à « ça paraît difficile à trouver… »

    oui même du pire, car la blonde schtroumphette pourrait bien un jour créer la surprise ;) ou la schtroumphette maréchale qui porte un nom prédestiné associé à celui de sa tante lui traçant le sillon !! Comme quoi le pire est toujours « avenir »

    Répondre

  5. b.mode

    27 mars, 2010 à 13:34

    Marine présidente, ce n’est pas heureusement pour demain mais la perspective entre une alliance entre l’ump et le fn relookée est tout à fait envisageable… avec des ministres bruns au gouvernement… Voilà la nouvelle perspective !

    Répondre

  6. laetSgo

    27 mars, 2010 à 14:13

    @b_mode : nan, jamais le FN ne s’alliera avec le sarkozysme ! il ne connait pas le mot « concession » ni celui de « compromis » donc je pense qu’on peut être tranquilles là-dessus !

    Répondre

  7. 2pasag the papoteur

    27 mars, 2010 à 16:00

    @B.mode et pourtant si à une époque la gauche dite socialiste et peut^tre autre n’avait pas voté pour Chirac au second tour… Tiens juste une abstention forte de toute la gauche cette année là.

    @LaetSgo d’accord que le FN ne s’alliera jamais au sarkozysme mais que choisirait la droite sarkozite ou non entre la gauche et le FN ? Peut-on aussi imaginer que la gauche en 2012 voterez sarkozy pour contrer le FN ? Les dés sont jetés !!

    Répondre

  8. b.mode

    27 mars, 2010 à 16:43

    @laetSgo et papoteur Vous avez en mémoire Jean Marie ! mais il va laisser le bébé à Marine. Et là on a droit à du populisme pseudo anti capital tout à fait compatible avec un Sarko des karcher et de la pseudo moralisation du capitalisme. Cet homme là pour être élu vendra son âme au diable ! La concession est le seul avenir politique de Marine… Pour être ministre, ne pas la confondre avec son père !

    Répondre

  9. 2pasag the papoteur

    27 mars, 2010 à 17:57

    @B.mode si je te suis tu verrais dans l’avenir un sarko front de droite :) ou à l’image de 81 un sarkomitéran faisant un programme commun avec la direction du FN !! Marine et Nicolas dans le même bâteau la mer politique risque d’être déchénée rapidement. Mais qui sait si quelque part (…)

    Répondre

  10. b.mode

    6 avril, 2010 à 12:37

    @papo oui je verrais bien ça ou alors Tapie s’associant à Borloo pour fairerenaître des ces cendres plus vraiment tièdes le vieux parti radical. L’ump seul a vécu avec ces régionales 2010. Ils vont essayer de recréer un udf retapé avec le nouveau centre de Morin, les déçus de Bayrou etc…
    Sinon voilà ce que j’ai laissé comme commentaire sur l’excellent Billet de Birenbaum sur la rumeur et la théorie du complot

    Il est curieux qu’au moment où cette rumeur s’était éteinte et que tout le monde s’accordait à dire qu’elle ressemblait à des bruits de chiottes, l’armada présidentielle se met en branle provoquant la une de tous les grands journaux qui l’avaient jusque là ignorée. Pour quelqu’un qui prétendait il y a peu, ne pas avoir une seconde à consacrer à cette rumeur, ça interpelle au niveau du vécu…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Douillet, un mec sévèrement urné

Avouez. S’appeler Douillet quand on mesure 1m96 au garrot (Marie-France si tu nous l…