( 26 mars, 2010 )

La valse des baratins

1363990964.jpgNous voici revenus aux « fondamentaux », selon la volonté présidentielle ! Que ce vocable sonne bien ! Mais que cache-t-il en vérité ? Un gouffre ! Un mot en passant, mais qui a son importance, sur le lamentable épisode où nous avons vu le patron de France Inter faire des excuses publiques à monsieur Besson à cause d’un portrait où il est question de menton « fuyant » et de regard de « fouine ». N’oublions pas que le fameux doigté de ce même Besson lors d’une université d’été UMP, il me semble, était aussi une allusion « physique » à l’égard, non pas d’un citoyen, mais de la France entière. Avons-nous, à l’époque, eu droit à des excuses publiques de la part de Nicolas Sarkozy, patron de monsieur Besson, pour ce geste hautement insultant ?…

Que nous le voulions ou non, ces excuses publiques incitent à penser qu’une menace effective pèse sur les libertés publiques en France. Heureux, dans la foulée, que monsieur Zemmour, dans son rôle convenu d’empêcheur de tourner en rond, jouant l’avocat du diable, ait sauvé sa tête au Figaro. C’eût été stupide de se priver de quelqu’un qui joue si bien à celui qui scie la branche sur laquelle il est assis.

Tous les observateurs et spécialistes de la planète politique – y compris les plus modérés – s’accordent sur un point : il y a le feu au lac. Et, à tous les étages, on tire la sonnette d’alarme en direction de la classe politique, de droite comme de gauche. Le temps de la gouvernance par communiqué et effets d’annonce est révolu. Le citoyen réclame son dû. Il ne se contente plus de promesses, encore moins de mensonges programmés de la part de nos dirigeants soucieux de se faire élire. Ni de débats foireux qu’on impose à longueur de chaînes comme cache-sexe à des problèmes d’une autre envergure. Désormais, le citoyen veut du respect et exige des preuves de ce qu’on lui annonce avec roulement de tambour. Le citoyen est devenu une arme offensive. Il s’informe, recoupe, sanctionne et jette l’anathème à la figure des tricheurs de tous bords.

Lire la suite…

( 25 mars, 2010 )

Europe imprécations

voeux11.jpgEurope, inique objet de mon ressentiment !

Europe, toi dont tous les partis sont amants !

Europe, où jouissent les adorateurs d’Or !

Europe, Éden honni car tu fermes tes ports !

Puissent tes citoyens ensemble conjurés

Saper tes fondements encor mal assurés !

Et si ce n’est assez de tous les sans patrie,

Que tout le Nord marri joigne l’Occitanie ;

Que les peuples aux peuples prêtent main et colère,

Afin de mettre à bas ta morgue délétère !

Que Commission vénale et Conseil sans entrailles

Soient investis de force au nom de la « Racaille »!

Que tous les opprimés viennent et boutent le feu

A ce carcan cynique qui dénie tous leurs vœux !

Lire la suite…

( 24 mars, 2010 )

Le site de Google hacké par les Chinois ?

googlelogomountainview01.jpgLe site mashable témoigne d’un possible piratage du site de Google ce matin. Une partie des pages du site officiel de Google se sont affichées en caractères chinois pendant quelques heures, et ce quelques jours à peine après que Google ait arrêté la censure sur sa version chinoise (les utilisateurs sont maintenant redirigés vers le site de Google Hong-Kong).

Tout est revenu dans l’ordre, mais on aurait tort de prendre à la légère ces petites escarmouches, comme l’attaque contre les serveurs Google en Chine il y a quelques semaines. N’oublions pas que Google, outre son chiffre d’affaire faramineux est main dans la main avec la NSA (une des agences d’espionnage américaines spécialisées dans les nouvelles technos). La Chine quant à elle possède son propre moteur de recherche national, Baidu, et voit d’un très mauvais oeil la main-mise de Google sur le marché de la recherche d’information chinois, un marché dont le contrôle est aussi crucial et stratégique pour l’avenir que peut l’être le pétrole ou l’uranium. Il ne s’agit plus uniquement de business, mais de défense nationale. Nous voyons en ce moment ce qui ressemble bien aux premières escarmouches d’une cyberguerre.

On en est pour l’instant aux incidents frontaliers, comme quand, pendant la guerre froide, quelques Mig russes s’accrochaient en l’air avec des avions américains. Il ne faudrait pas pour autant penser que la cyberguerre s’arrête aux frontières de l’internet (même en se limitant à ce secteur elle pourrait déjà faire beaucoup de dégâts). Le web est maintenant un nouveau front qu’il va falloir surveiller pour savoir de quel côté va commencer la prochaine guerre (on a déjà bien une idée) même si pour l’instant, on assiste probablement à des manoeuvres d’intimidation, suivies de représailles, liées peut-être au fait que la Chine a signifié une fin de non-recevoir aux Etats-Unis sur la réévaluation du Yuan…

Lire la suite…

( 24 mars, 2010 )

Le lion des Aurès : une superbe enquête

aures.jpg

Quelles sont les qualités d’un bon détective, réel et non de papier ? D’abord passion de découvrir la vérité bien cachée : obstination, curiosité attentive à ‘toute piste’, y compris livresque, mais surtout ‘de terrain’, solides pratiques de la psychologie, celle des individus et plus encore des communautés, et solides connaissances sur les langues, les mœurs, la géographie, l’histoire, voire la préhistoire !…

Il ne s’agit pas ici d’une banale enquête sur un meurtre ou une tromperie, comme dans les ‘polars’. Il s’agit d’un homme excentrique qui a vécu 103 ans et a pourtant laissé peu de traces, du moins très embrouillées, dont une ethnologue devient, par passion, détective. Elle ne découvrira pas toute ‘la vérité bien cachée’. Mais nous donne un document magnifique : Le Meunier, les moines et le bandit, de Fanny Colonna, vient d’être publié par Sindbad. Il ne s’agit ni d’un roman, ni d’une docte étude de ‘sciences humaines’ mais d’un ensemble de ‘récits’, dont le modeste sous-titre est ‘Des vies quotidiennes dans l’Aurès (Algérie) du XX° siècle’. Mais très clairement de celle du ‘Meunier Baptiste’, surtout.

Baptiste Capeletti vécut de 1875 à 1978. ‘Fils d’un piémontais et d’une sicilienne établis dans le Constantinois dès 1848’, comme divers italiens et espagnols. Très souvent simples artisans ou ouvriers venus ‘tenter de vivre’…en paix : donc bien accueillis par les ‘arabes’ (souvent berbères). Ceci contrairement aux vrais colons, profiteurs des mesures de représailles de l’armée contre une tribu insurgée : confiscation de terres et de troupeaux, revendus à vil prix – et c’est ainsi que fut installé un ‘monastère de moines’ dans la région où vécut Baptiste. Une force de la nature, ce jeune homme, créant dans un coin reculé un moulin (selon techniques locales) sur une source qu’il découvrit. Il découvrit aussi une grotte aux très riches vestiges néolithiques !…

Il n’avait eu que 2 ans de scolarité, mais devina qu’il devait s’agir d’un ‘trésor’… dont il tut l’existence 50 ans : le temps de se cultiver (à en devenir poète, voire ingénieur), et surtout de réussir à vivre, à ‘s’intégrer’ au point d’avoir épousé ‘une noble fille de tribu’ – le statut des femmes dans la montagne est beaucoup plus libéral qu’en ville. Il en eut un fils, musulman comme sa mère. Lui resta ‘ni chrétien ni croyant’, mais libertaire. Très respecté des moines et surtout des Chiwaya, dont un célèbre ‘Robin des bois’ local, Ben Zelmat. ‘Baptiste selon les habitants de Bouhamar, n’était pas un colon mais un indigène comme les autres’ (encore qu’ils surent distinguer sa vigueur, puisqu’ils le surnommèrent affectueusement ‘Le lion des Aurès’). ‘Ben Zelmat, selon Baptist qui l’affirma clairement, n’était pas un bandit mais un homme d’honneur’. Voilà un résumé très (trop) succinct du sujet. Celui d’un maçon-meunier-éleveur-explorateur etc. (comme vétérinaire, médecin, chirurgien, ‘mineur en guano’, jardinier, cultivateur, sourcier, poète et surtout bienfaiteur !). Ayant parmi ses nombreux amis un jeune hors-la-loi, lequel fait la liaison symbolique entre les ‘rebelles’ des années de la guerre de conquête de l’Algérie et les ‘rebelles’ de la guerre d’Indépendance, qui commença précisément là, dans les Aurès, en 1955.

Comme dans les bons polars déroutants, l’enquête principale sur ce ‘lion’ méconnu, se complique d’enquêtes complémentaires. Sur ‘le bandit d’honneur’, sur les étranges moines qui, à défaut de pouvoir évangéliser, ces naïfs, devinrent utiles infirmiers et sociologues, voire linguistes ou ethnologues, avant de partir… en laissant un lieu-dit actuel ‘berblan’ pour ‘Pères Blancs’. Car l’auteure, en bon détective, va enquêter ‘sur le terrain’ auprès de rares témoins de ces temps anciens. L’une des ‘enquêtes dans l’enquête’ mérite un aperçu : Baptiste n’a pas seulement construit des moulins, mais sa propre légende de ‘Lion des Aurès’ ! : Ainsi apprend- t-on que ‘la noble épouse’ est en fait une danseuse, une ‘femme libre’ et qu’il y eut (comme dans ‘L’échange’ de Claudel) un ‘arrangement’ entre hommes qui échangent leurs épouses !

Lire la suite…

( 23 mars, 2010 )

Bill Gates se lance dans les centrales nucléaires

centralenucleaire.jpgIl y a des jours comme ça où on se dit que la terre est vraiment mal partie et nous avec… Selon Les Echos à paraître demain, Bill Gates, le co-fondateur de Microsoft, se lance dans la réalisation de mini-centrales nucléaires.
Si les futures centrales de Bill Gates recèlent autant de bugs et de trous de sécurité que Windows, il se pourrait bien effectivement que 2012, ou une date proche, marque  la fin de l’espèce humaine sur cette terre.

12345...7
« Page Précédente  Page Suivante »
|