( 23 mars, 2010 )

Contre-révolution : le retour du despotisme éclairé

velbruck.jpgOn gagne souvent à relire les définitions des mots, car on a parfois tendance à oublier quelle est leur réelle signification, et on emploie des mots pour d’autres. J’ai été ainsi  particulièrement frappé par cette définition trouvée dans Wikipedia concernant le despotisme éclairé : « On parle de despotisme éclairé, dans l’Europe du XVIIIe siècle, pour désigner des chefs d’État qui passent outre les droits de débat, d’opposition ou de remontrance des pouvoirs constitués pour imposer certaines réformes dans les systèmes politiques et sociétés de leur pays. »

A part l’époque, n’est-ce pas une définition qui colle très exactement avec la réalité de la France d’aujourd’hui dirigée par Nicolas Sarkozy ? Une révolution a eu lieu sans qu’on s’en aperçoive, une contre-révolution plus exactement, à la suite de laquelle, un despote élu sur un programme mensonger met en place des réformes dont l’unique but est de satisfaire une oligarchie financière cupide, laquelle a financé sa campagne. Est-ce que ce n’est pas plus clair comme ça ? On a l’impression qu’un voile se déchire. On associe en France révolution et 1789, oubliant qu’une révolution peut prendre d’autres formes, y compris silencieuses. Eh bien nous y sommes.

Lire la suite…

( 23 mars, 2010 )

Ouf ! Quand c’est fini, y en a encore !

sl220310.jpg

Premier enseignement de ce scrutin des régionales : le mal français se nomme Nicolas Sarkozy. Y compris dans sa famille politique, on le jette. Il a cherché, il a trouvé. L’homme est ainsi fait. Si nous devions comptabiliser voix par voix le nombre de mécontents à son sujet, il obtiendrait le score de sa vie. Son rêve à l’envers. A sa place, ma dignité m’interdirait de poursuivre ce mandat jusqu’à son terme. Car s’il pense que son ravalement de façade gouvernemental, Eric Woerth à la place du sous-commandant Darcos, attribuant le budget au chiraquien François Baroin et la tentative de perversion du villepiniste François Tron vont satisfaire d’autres que les gens concernés, il s’enfonce profond le doigt dans l’oeil. En réalité cela montre que l’homme est mentalement désorganisé.

Après sa branlée – aucun ministre élu tout de même – c’est peut-être la lecture du sondage dans lequel 58% des français ne souhaite pas que Nicolas Sarkozy soit de nouveau candidat à l’élection présidentielle de 2012 qui le rend fou de rage. Il a dû s’en passer des belles dans les salons !

J’ai apprécié la modestie (y a intérêt !) avec laquelle les forces de gauche et les socialistes en particulier ont célébré cette victoire. Si contents soyons-nous, cette victoire est plus le fait du président que d’un vrai débat politique avec programme, propositions et projets ayant entraîné cette déroute de la majorité présidentielle. Il n’y a guère que quelques allumés, parmi lesquels l’inévitable Xavier Bertrand, pour penser que ceci ne serait qu’un accident de parcours et qu’en 2012 les choses se passeront autrement. Plus ça va et plus il faut se rendre à l’évidence : Nicolas Sarkozy est bel et bien le principal handicap de la droite française. Tant mieux ! Qu’il continue comme ça, on ne demande pas autre chose.

Lire la suite…

( 22 mars, 2010 )

Voyage or not voyage

lucrceborgia.jpgDidier Goux m’a tagué depuis plusieurs jours. Nous sommes dimanche et j’ai le choix : écrire un énième papier sur les régionales ou répondre à ce tag. Mon choix est fait. Quand Didier m’a invité pour ce voyage improbable dans sa bécane à remonter le temps, j’ai aussitôt pris mon ticket. A l’instant où j’écris, j’ignore vers où mon grand corps malade va me conduire. Ni en compagnie de qui je vais me retrouver. On ne guérit pas de ses rêves et c’est tant mieux. Didier a eu l’idée de proposer une chaîne de voyages uniques dans le temps. Impossible ? Pas du tout ! C’est à peine si un petit effort est nécessaire pour rendre la chose réelle. Au cas où… J’emmerde tous ceux qui viendraient ici avec des mesures et des contremesures scientifiques pour foutre en l’air ma réalité, elle est mienne.

Puisque nous l’avons rêvé, ce voyage, nous l’avons réalisé. Maintenant, il faut l’expliquer… Car, voyez-vous, c’est le plus beau des voyages, celui qui ne s’encombre pas de bagages ni de choses inutiles, comme la vérité, par exemple. C’est un voyage absolu. J’ai apprécié l’idée et je m’y colle. Les puristes diront que ces machines à explorer le temps sont impossibles à conduire. Que du fait de la limitation des vitesses sur la quatre voies, des radars, cela mettrait à mal la logique cartésienne. Balivernes !

Depuis Einstein, on sait que la relativité restreinte permet « certaines dilatations » et donc la sensation d’explorer le temps. Cela tombe bien, moi, les histoires de dilatation, ça me donne la pêche et le vide, ça m’intéresse. Bien que, avec l’âge, ces enthousiasmes juvéniles relèvent davantage du phantasme que de la réalité palpable. Mais avec l’extension du temps et le déplacement dans les époques, il est légitime et même souhaitable de modifier notre propre apparence. Dans mon esprit, la transformation s’est faite d’elle même sans le moindre effort. Je suis jeune et robuste. Je suis beau selon les critères de l’époque où je me trouve projeté. Je suis amoureux et comme tout amoureux qui se respecte, je prospecte, l’air parfaitement benêt. Normal, j’ai dans les vingt, vingt-cinq ans. A-t-on déjà vu plus stupide à cet âge-là ?

Lire la suite…

( 21 mars, 2010 )

Sarko nu sous la douche froide

douche01.jpgOn ne se lasse pas de lire et relire les comptes rendus divers et variés sur la gifle (devrais-je dire sur la fessée déculottée) monumentale que les français ont administrée dimanche dernier au premier d’entre nous. Enfin c’est comme ça qu’on le qualifie quand on est poli voire lèche-cul. Genre cireur professionnel de pompes à talonnettes. Façon Xavier Bertrand au soir du premier tour. Il est comme ça, le gros, on lui dit de faire pipi là, il fait. Sans état d’âmes, sans problème pour se regarder après dans la glace pilée de ses ambitions démesurées. Le déni de réalité fait partie de sa panoplie de bonimenteur cathodique.

Paraît qu’il a frôlé l’apoplexie tellement il ne s’attendait pas à cette volée de bois vert, le géniteur du petit Prince. Dans les dernières heures, il avait même commandé à ses vieux complices d’Opinionway un sondage qui voyait l’UMP en tête au terme de la première mi-temps. Miroir, mon beau miroir. Dorer la pilule au chef, ils savent faire à Opinionway, l’institut de mesures préféré  de Patrick Buisson, l’ancien patron de Minute et désormais bras droit de Sarkozy.

Entre parenthèses, il a eu tout faux, le Buisson plus brun que vert. Lui, à qui Narcisse devait son élection selon les propres dires du monarque, s’était cette fois planté dans les grandes largeurs. En inspirant au démiurge de poche, le nauséabond débat sur l’identité nationale et en envoyant le félon Besson au casse-pipe, il avait réveillé la parole raciste et provoqué la renaissance du parti du borgne.

Revenons à nos moutons ou plutôt à nos chèvres. Bêlantes. Arpentant les plateaux téloche telles des bêtes aux abois, les chiens de paille récitaient la feuille de route que leur avait rédigée le cador et ses sbires. Des éléments de langage comme on dit maintenant. De l’auto-persuasion façon Dany Boon. Tout va bien, je vais bien. Une méthode Coué pour les nuls à chier. Surtout ne pas reconnaître la défaite, que dis-je la branlée. Surtout ne pas avouer le Waterloo des urnes. Surtout ne pas admettre le Trafalgar de la Sarkozie enfin mise à nu. Sa médiocrité quotidienne, son ridicule volontarisme, ses mensonges permanents et ses reniements sans vergogne.

Lire la suite…

( 20 mars, 2010 )

Mais où sont donc partis les Partis ?

abrav10.jpgMis à part ceux, élus, salariés du parti, qui en bénéficient directement, comment peut-il y a voir encore des affiliés à l’UMP ? Des votants peut-être, et encore…. pour beaucoup ils sont revenus dans leur giron naturel du FN.

Mais le PS, caution autoétiquetée « de gauche » des sales manœuvres sarKaustiques (voir le 4 février 2008 à Versailles, où la représentation nationale a bafoué ouvertement la voix très claire du Peuple), n’est pas en meilleure posture malgré ses résultats apparemment pas mauvais. Il est très dommage que le Front de gauche et son éminent porte-parole JL Mélenchon n’ait pas obtenu plus. On peut y déceler avec une certaine certitude une méfiance envers le parti communiste, co-organisateur de ce front, non en raison de ses idées, mais du monolithisme toujours actuel de ses structures.

Le Peuple a soif de liberté : les vieux Partis ne correspondent plus à son besoin de s’exprimer et de porter les préoccupations de la base. Le Peuple veut donner de la voix, seuls les Blogs le lui permettent actuellement sur Internet, à condition que ceux qui veulent ainsi crier leur condition et leurs aspirations sachent assez clairement s’exprimer. Bien entendu, ce sont les plus marginalisés, le plus souvent, qui auront le plus de mal à faire entendre leur désarroi.

Lire la suite…

12345...7
« Page Précédente  Page Suivante »
|