Accueil Politique La vie continue

La vie continue

14
0
398

chomage1251653133.jpgC’est une bien triste sujet qui motive ce papier. La disparition de Siné Hebdo est une nouvelle sombre pour la pensée libre. Espérons que d’ici le 28 avril, date annoncée de la cessation de sa parution, un mécène soucieux des libertés publiques se manifeste pour aider ce bastion à tenir sa magnifique position. Il n’est pas facile, voire impossible, d’associer argent et liberté dans un système qui repose essentiellement sur l’argent et la mise à mal des libertés publiques. J’ose penser que ce pays compte encore quelques personnes fortunées soucieuses des libertés fondamentales et le droit à une parole non assujettie…

Mais ce qui motive ce papier est d’un ordre plus personnel. Ceci est mon dernier billet sur Ruminances. Je rassure tout de suite ceux qui portent un intérêt à ce blog : il n’est nullement question de dissension ou de conflit d’intérêt ou de personnes dans cette décision.

Au moment où j’écris ces lignes, je suis peiné de devoir mettre un terme à une collaboration qui m’a apporté bonheur et savoir pendant près de deux ans. Qu’il s’agisse de liberté d’expression ou de relations personnelles, j’ai bénéficié, en toute circonstance, d’une autonomie totale dans les sujets traités. Aucun article, aucun commentaire, n’a jamais été biffé des colonnes de ce blog riche d’une équipe soucieuse de la liberté d’expression. Pas facile d’exprimer librement des idées au sein d’une équipe où l’individualité a une telle diversité et affiche une telle force de caractère. Ce pari réussi est un exemple qui me conduit à penser qu’on peut bloguer pour se changer en cherchant à faire avancer le Schmilblick, sans prétention, mais avec sérieux. Quand quelqu’un ne partage pas telle ou telle opinion, on le fait savoir dans le commentaire qui accompagne chaque papier, sans autre volonté que celle du respect et une forme avancée de la fraternité.

Je vis une situation personnelle intenable. Chaque papier que j’écris pour Rumi est un plaisir et un arrachement. Connaissez-vous la signification du mot « radiateur » ? Au pôle emploi, c’est la fonction occupée par le personnel pour la radiation des chômeurs en fin de droit. Un crève-coeur pour les employés qui sont assignés à la besogne. Prochainement – de préférence à l’approche de la présidentielle -, les statistiques claironneront un million de chômeurs en moins à la grande satisfaction des sondages, mais pas des exclus. Ces employés-radiateurs sont tenus, comme dans n’importe quelle multinationale, à l’obligation du résultat et sont soumis à des contrôles de la part de la hiérarchie pour savoir si dans les trois mois ils ont atteints leurs objectifs, soit leur quota de « radiés ». Nous le savons, le Pôle emploi n’est plus là pour vous trouver un job mais pour vous jeter à la rue comme un malpropre. Le nombre de dépressifs croît de manière inquiétante dans les officines du chômage.

J’ai cinquante huit ans et depuis 2 ans je touche tout juste 600 €/mois d’indemnités chômage. J’ai répondu à tous les rendez-vous du Pôle emploi, rédigé des CV, écrit des lettres de motivation. J’ai fait un stage (obligatoire) d’une journée pour apprendre à rédiger une lettre et un CV. C’était folklo ! Plus tard, j’ai fait un stage à Perpète-Lès-Oies pour me mettre en « situation d’entretien ». Entendez par là l’attitude à observer dans le cadre d’un entretien avec un patron qui sollicite vos services (!). Nous étions une vingtaine d’obligés dubitatifs et pendant 2 jours, nous avons fait du théâtre. Il s’agissait de réunir devant un bureau improvisé un chômeur qui jouait le chef d’entreprise convaincant et un futur employé convaincu de ses chances qui se présentait à l’entretien avec un argumentaire en béton. Si vous ignorez le ridicule, croyez-moi, là vous le prenez en pleine poire avec les félicitations du responsable de séance. J’ai claqué la porte au bout de deux heures. Reconvocation quelques jours plus tard au Pôle emploi : « Pourquoi avez-vous fait cela ?… » D’après vous ?… Le gars qui m’a reçu s’est montré magnanime. Il m’a susurré que même si je n’y croyais pas trop (lui non plus) il fallait que je tienne, sous peine…

Je sais qu’il est préférable de tutoyer Barack Obama et d’avoir une Rolex au poignet en mangeant des frites du pays aux States que de savoir comment fonctionne notre pays ! Ou encore : bénéficier des mêmes avantages que les députés au chômage. Consensus sur la question par tous les groupes politiques qui ont voté cette loi en catimini…
Je fais donc partie de ces charrettes de chômeurs indésirables qu’on prive des derniers sentiments de dignité qui leur reste.

Dernier détail : « ma » maison est saisie, sa mise en vente est imminente et ma femme m’invite à quitter les lieux. Elle dit ne plus plus me supporter. Raison pour laquelle j’interromps ma collaboration dans les colonnes de Ruminances, vous le comprenez j’espère. Quand je serais d’aplomb, plus tard, je reviendrai exprimer de nouveau mes émotions avec vous.

Bonne continuation à toute l’équipe. A bientôt.

sl300310.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

14 Commentaires

  1. remi begouen

    1 avril, 2010 à 1:02

    Ah, il est beau ton poisson d’avril !!! Non mais, tu as fait une belle pêche, tu as la pèche… Ou quoi?????????????????

    Répondre

  2. remi begouen

    1 avril, 2010 à 1:06

    Ou quoi? : on va inciter le vieux Siné, que se dit content d’avoir des sous pour ses vieux jours, à racheter ta maison, avec toi et ta Martine dedans… au lieu de pleurer pour un mécène humaniste (oxymore) pour renflouer son canard…

    Répondre

  3. babelouest

    1 avril, 2010 à 6:03

    Ce n’est peut-être pas un poisson d’avril, après tout…..

    Courage, Rodo!

    Répondre

  4. h16

    1 avril, 2010 à 7:38

    « les statistiques claironneront un million de chômeurs en moins »

    Je crains que même avec les petits radiateurs qui chauffent aussi fort que possible, la criiiise telle qu’elle est ne leur laisse même pas le temps de radier assez vite pour compenser les pertes à venir…

    Répondre

  5. A.Vierne

    1 avril, 2010 à 8:30

    Je crois – j’espère- qu’on est nombreux à lire « silencieusement » ce blog qui est, de loin, celui que je préfère. J’apprécie réellement cette composition à plusieurs mains, la pertinence (et l’impertinence!) des propos, l’humour désespéré qui en est la marque. Deux ou trois fois, j’ai dû « intervenir » dans les commentaires pour ajouter quelques futilités à un article qui m’avait particulièrement séduit. Rien de plus. Je suis un simple lecteur de l’ombre.
    Je ne sais pas si ce que nous raconte lediazec aujourd’hui est un poisson d’avril. Je le souhaite sincèrement.
    En tous cas, ça me donne l’occasion de le remercier et de tous vous remercier. Dans l’horrible période que la France traverse, c’est très important ( et certainement plus que vous ne l’imaginez) qu’il existe de tels relais de pensée et de résistance.
    Merci et longue vie à Ruminances.

    Répondre

  6. b.mode

    1 avril, 2010 à 8:37

    Merci beaucoup à vous lecteur invisible qui nous pousse à continuer cette improbable aventure ! ;)

    Répondre

  7. Germain de Colandon

    1 avril, 2010 à 8:50

  8. Suzanne

    1 avril, 2010 à 9:17

    qu’est-ce qu’on peut faire pour vous ?

    Grosses bises

    Répondre

  9. remi begouen

    1 avril, 2010 à 14:22

    Le caennais Germain de Colandon a très bien fait de nous envoyer, sur ces commentaires des avatars d’un ‘riche chômeur à 600 euros en fin de droit’, les informations concernant les rémunérations de nos chers élus. Quel scandale, doublé de celui de notre coq tout ragaillardi de son escapade aux States, qui persiste et signe sur son ‘bouclier fiscal’, pire scandale…
    Ma fille Juliette m’avait déja envoyé l’article sur les députés, j’en ai causé à Lediazec : peut-être est-il bien placé, avec sa verve, pour développer le sujet. Pour information, mon gendre, le beau compagnon de ma belle Juliette est lui en fin de droit…d’intermitant du spectacle. Comme tant d’autres. Il chante, très bien… et vend son CD, sans demander l’aumône. Encore plus lucide que la cigale qui se fait rembarrer par le député (je veux dire, pardon, la fourmi), dans la fable si réaliste. Et il y a donc de quoi s’étonner d’une si FAIBLE abstention aux élections : Faudra-t’il attendre qu’il y ait 95% d’abstention, la prochaine fois, pour qu’on vire ce système de ‘ Un pour tous…Tous pourris’…?

    Répondre

  10. laetSgo

    1 avril, 2010 à 15:21

    hum…voilà, on passe une journée sans regarder le blog et hop ! @lediazec en profite pour filer du mauvais coton…j’espère bien que c’est une plaisanterie (je te connaissais meilleur goût diantre !) !!! j’ai entre-aperçu un autre billet après celui-ci s’intitulant « poisson d’avril » et vais m’empresser de le consulter puisque j’imagine que ce n’est pas la fermeture de Siné qui motive un tel titre…

    Répondre

  11. le coucou

    1 avril, 2010 à 16:59

    Par chance, j’ai mangé le deuxième poisson d’abord, sinon je tombais dans le panneau… Bon printemps et une poignée de main.

    Répondre

  12. lapecnaude

    1 avril, 2010 à 19:33

    Rodolphe tu as quand même réussi à me faire brailler.

    Répondre

  13. babelouest

    1 avril, 2010 à 20:09

    Lapecnaude, braille pas ma feuille, o l’était peur rin dire thieu.

    Répondre

  14. lapecnaude

    1 avril, 2010 à 23:20

    @ Babelouest – je t’aime bien.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Mauvaises nouvelles de la toile…

. Mon blues à moi : abécédaire (suite) 4ème partie déjà avec des extraits moins prestigieu…