Accueil Politique Médiamagouille

Médiamagouille

13
0
607

namjunemoorman.jpgJ’ai lu l’article d’Isabelle Poitte dans le dernier numéro de Télérama. De l’excellent ouvrage. Tout y est. Tout y passe. Manip et télécomplaisance. Un bel orchestre. Pour résumer, on peut dire que le Grand journal est à l’info ce que Richard Clayderman est à la composition musicale : il y a ceux qui aiment et il y a ceux qui s’interrogent. Chacun fera son choix. Depuis pas mal de temps je fais partie de ceux qui abhorrent. Trop facile pour être honnête. Au-delà du concept, l’esprit canal est devenu le prédigéré de la pensée toute faite.

Je ne peux pas m’empêcher d’établir un parallèle entre cette lecture et l’émission sur la deux – avant-hier soir – « les infiltrés ». Nous sommes nombreux à évoquer la nécessité d’un débat public sur le rôle de la télé dans le pays. A vouloir la rendre aussi indépendante et libre que possible. Cela fait trop longtemps que nous payons pour nous faire entuber. La télé et le pouvoir est une vieille histoire, mais en ce moment cela devient vertigineux tant la complaisance et, disons-le, la complicité sont criantes. Les nouveaux monarques du petit écran ne se cachent plus pour réduire en miettes un espace sensé être un espace de liberté destiné à instruire en se divertissant, certes, mais là les limites sont très largement dépassées.

Nous, téléspectateurs-éponge, sommes devenus la manade qu’on conduit à l’abattoir sans état d’âme. Des simples bestiaux. Entre télécomplice et téléracoleuse, il est temps de combattre cette oligarchie qui crame les esprits méthodiquement. D’arrêter cette lobotomie échevelée à laquelle nous offrons collectivement le contenu de notre crâne. Machine à décompenser, la télé est devenue l’usine à broyer de la cervelle. Un immense abattoir. Nombreux sont les professionnels – citoyens honnêtes – qui tirent la sonnette d’alarme, mais qui se plient aux caprices de ces dictateurs, sous peine de se voir ostracisés, placardisés, sinon exclus à jamais de notre quotidien pour l’avoir osé.

Nous avons ici même dénoncé la dernière sortie de Mélenchon sur le comportement – souvent ignoble – des médias. Nous avons même trouvé que Mélenchon avait fait très fort avec un apprenti journaliste et l’avons sévèrement épinglé pour s’être trompé d’adversaire. Faisons abstraction de l’arbre et attardons-nous un instant sur la forêt. Mélenchon, comme Peillon avant lui chez Chabot, a mis le doigt là où ça fait mal, d’où un certain consensus contre lui. Que ce consensus soit conscient ou inconscient cela est une autre histoire, mais le fait est que nous réagissons comme les médias veulent que nous le fassions. L’important dans ces affaires et dans beaucoup d’autres demeure l’objet de la dénonciation : les médias et leur sale boulot. Pourquoi croyons-nous que les émissions sur l’internet se multiplient et rares sont celles qui le présentent comme un instrument de culture et un espace de liberté que le citoyen utilise comme premier et ultime refuge d’un ras-le-bol général ? Comme le bastion de la parole démocratique ? Pourquoi chaque fois les émissions sur l’internet ne tournent-elles pas que sur la pédophilie, la prostitution et les rumeurs ? Pourquoi faut-il que l’internet soit systématiquement diabolisé ? La réponse est dans la question.

Un modèle d’émission racoleuse, « les infiltrés », sur la 2 l’autre soir. Le danger pédophile sur internet. Les états d’âmes des professionnels de la délinquance et de l’information unis dans une même démarche : devons-nous, oui ou non, dénoncer à la police les coupables ? Derrière tant de pudeur nous ne pouvons, au mieux, que ricaner. La bonne grosse ficelle que voilà. Vive l’audimat ! Êtes-vous pour la dénonciation de ces gros dégueulasses ? Réfléchissez bien avant de répondre. Dites oui ou non, parce qu’il n’y a plus de place pour l’atermoiement. C’est oui ou c’est non, point c’est tout ! Qu’en pense le citoyen lambda devant le spectacle offert ? Imaginons le père de famille que je suis, avachi, avinée, secoué, installé devant le petit écran et briquant la sulfateuse pour exploser de la cervelle pédophile dans le quartier et au-delà s’il le faut ! A aucun moment ce citoyen n’aura idée de sulfater son récepteur. Oh, ça, aucun danger ! Le panel de spécialistes sollicités pour la cause accompagnait l’émission tout au long de son parcours. Tout ça au nom de la liberté d’informer. Ah, les missionnaires de l’obscur !

La police de la pensée s’installe dans nos vies, c’est un fait. Certains pensent qu’une telle assertion est exagérée, qu’elle est la partie visible d’une paranoïa militante. Il n’en demeure pas moins que si nous associons la manipulation médiatique dont nous faisons l’objet quotidiennement à coups de marteau-piqueur au discours politique musclé du pouvoir en place nous obtenons un tableau d’une nature assez crépusculaire.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

13 Commentaires

  1. babelouest

    8 avril, 2010 à 9:16

    Ah les pauvres gens, qui payent la redevance pour se faire démolir le cerveau ! Quelle abnégation ! Quel modèle ! En plus il est de bon ton de s’offrir le dernier modèle, celui qui clignote dans le noir, et donne des coups de coude aux moments palpitants, pour le cas où l’impénitent spectateur se serait assoupi en cours d’hypnose…

    La télévision, c’est un monde particulier, une jungle peut-être plus prédatrice encore que certains milieux scientifiques dont on dit que les chercheurs y sont à couteaux tirés. Que peut-il en sortir de bon ? Rien, bien sûr.

    Jetez vos télés ! Jetez vos télés !

    Répondre

  2. b.mode

    8 avril, 2010 à 9:24

    La mise en scène hier soir de la « première dame de France » sur europe hier soir avait quelque chose de grotesque et d’affligeant. Et Denisot de nous dire juste après dans son émission de merde, « ça y est elle a parlé, il y a un petit extrait sonore ou je lis ses propos ? » Comme s’il s’agissait d’un évènement majeur ! A vomir !

    Répondre

  3. b.mode

    8 avril, 2010 à 10:18

  4. laetSgo

    8 avril, 2010 à 10:50

    200% d’ac avec toi @babel ! Boycotter la télé, c’est la seule solution ! je dis ça, mais je mate quand même l’écran du coin de l’œil, le soir, tout en surfant/bouquinant/twittant…c’est qu’elle est addictive, cette saloperie ! Et leurs débats à 2 balles flattent les plus bas instincts : c’est la curée, le voyeurisme, la pensée formatée et prête à s’installer dans nos cerveaux (disponibles), préparés par la pub…download completed ! eurk, eurk, eurk !
    Et ce ne sont pas quelques rares bijoux cinématographiques (les Tontons Flingueurs avant-hier soir par ex) ou émissions cul-turelles d’Arte ou Histoire qui vont compenser la nullité sidérale du reste du PAF.
    Je me prends à rêver : tout comme les autres média, la télé pourrait être un instrument d’élévation des consciences, un medium nous permettant d’apprendre et non de désapprendre à penser ! Je ne pense pas que les gens « demandent » à voir de la merde…ou à en bouffer, cf un article récent que j’ai lu là : http://www.minorites.org/index.php/2-la-revue/716-vie-de-merde-bouffe-de-merde-corps-de-pauvres.html

    sauf que s’ils n’ont jamais connu que ça, comment leur sens du goût aurait-il pu se développer ? c’est tout pareil avec la télé…comment notre esprit critique pourrait-il s’éveiller alors que le principe même de la télé à la botte du capitalisme est de nous décérébrer et d’étouffer en nous toute idée de rébellion…avec la complicité active des politiciens de tous bords et des journalistes soit-disant indépendants (entends-tu le chœur des vierges offensées qui s’élève ?)
    soyons des moutons, des lemmings, et surtout continuons à nous abrutir…
    bon, j’arrête parce que je vais finir par m’énerver et réveiller ma paranoïa :-)

    Répondre

  5. lediazec

    8 avril, 2010 à 11:21

    @Bernard. Merci pour ce lien vers Arrêt sur image.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. b.mode

    8 avril, 2010 à 11:25

    Bon article qui va assez dans ton sens !

    Répondre

  7. lediazec

    8 avril, 2010 à 11:48

  8. remi begouen

    8 avril, 2010 à 13:00

    Moi y en être vieux sorcier blanc qui n’a jamais eu et n’aura jamais de télé, héhé !!! Moi y en a être content, pas con. Et pas manger banania ni merde. Addicte à sorcellerie poésie, oui-oui. Et nouvel addicte à vous : entrez à sorcellerie poésie, jetez la télé… Ces cons de ‘free’, à qui j’avais souligné que j’étais anti-télé, m’ont envoyé -gratos- leur boîte magique à brancher sur ‘ma future télé’… L’emballage est resté clos. Des clopinettes il pleuvra le jour où cela me sera utile ! Bises ensorcelées…

    Répondre

  9. b.mode

    8 avril, 2010 à 13:06

    Salut à toi rémi et content de ta nouvelle addiction, vieille canaille et pis à bientôt sur naz ou naoned pour un banquet royal à défaut d’être républicain ! ;)

    Répondre

  10. Hara Kiri

    8 avril, 2010 à 15:54

    La Télévision n’est pas un produit maléfique qui ne délivre que des inepties, bien au contraire, pour vous en convaincre, il vous suffit de la débrancher et vous verrez que parfois, elle est reposante et agréable (pour peu que tu ais un beau téléviseur). Pour être plus sérieux, ce n’est pas le fusil qui tue, mais celui qui presse sur la détente. Ce n’est pas la télévision qui abrutit mais ceux qui font les programmes et, force est de constater que le meilleur moyen de faire changer les programes, c’est l’audimat. Un programme qui ne fait pas d’audimat ne reste pas, donc, les programmes qui demeurent font de l’audimat. Pour le coup, celui qui abruti le spectateur, c’est le spectateur lui-même. S’il ne regardait pas des conneries à la télé, la télé ne diffuserait pas de connerie.
    Donc, si vous avez des émissions aussi connes, c’est parce qu’une partie des gens les regardent. Si cette partie des gens les regardent c’est parce qu’ils aiment ces émissions à la con, le serpent qui se bouffe la queue en faisant boule de neige.
    C’est comme le fait que tout le monde s’accorde pour dire que les paparazzis sont ignobles et que Voici et Gala sont des torchons, mais s’ils existent, c’est parce que des gens achètent ces torchons et, en comparaison, Sine Hebdo, lui, s’arrête, parce que les gens ne l’achètent pas.

    La télévision est représentative de la masse et la masse est formée de moutons qui moutonnent et prennent pour argent comptant ce qu’on leur dis dans le rectangle.

    On a la télévision qu’on mérite et malheureusement on mérite une télévision racoleuse et stupide, car les gens aiment être racolés et n’aiment pas se prendre la tête.
    Pas pour rien que les émissions de jeux posent des questions d’un niveau maternel pour que les gens puissent y répondre devant leur poste et ainsi se dire qu’ils ne sont pas si cons. Mais ils le sont….

    Répondre

  11. Macha

    8 avril, 2010 à 22:52

    Mes félicitations! Votre blog simplement Super bien! Vous avez fait un grand travail. Vous pouvez regarder mon site ;-)

    Répondre

  12. lapecnaude

    8 avril, 2010 à 23:53

    Merci Bernard pour le site, imaginez que JE NE REGARDAIS PAS CA A LA TELE ! J’ai rien loupé. Mais je ne sais même plus ce que j’écoutais. A côté de ton truc, il y avait une interwiew de Ségolène, elle parlait de la décision de ce matin (enfin soit-disant) celle de raser les maisons sur la côte. Vous allez voir que ces maisons là vont être rasées, puis on remontera les digues, puis on déclarera la zone sécurisée, puis ses bons copains pourront bétonner leurs marinas à friqués … cela prendra quelques années (trois maxi) je ne serai peut-être plus là pour le voir, mais vous me le raconterez !
    Dire qu’à partir de 10 heures du soir je mets mes écouteurs et coupe le son pour ne pas empècher mes chiennes de dormir … ou parceque j’aime pas qu’on leur raconte trop de conneries !

    Répondre

  13. b.mode

    31 août, 2010 à 18:12

    Le parisien en ligne de mire pour sarko !propaganda !

    http://blogs.lexpress.fr/media/2010/08/vers-un-montage-fondations-cap.php

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un doigté d’émulation ?

Y a des jours où on s’enfoncerait le doigt dans le cul pour se demander si on est bi…