( 10 avril, 2010 )

La beur va changer de camp ?

dali01.jpgAu rendez-vous de la raie pubique et au rendez-vous de l’histoire (avec un h aspiré), la toute dernière séquence du quinquennat Sarkozy, restera dans les annales (si je puis dire) de nos cerveaux usés, comme la plus gigantesque pantalonnade de l’agité du palais. On croyait avoir tout vu en matière de vaudeville présidentiel, on se fourrait le doigt dans l’œil jusqu’au coude.

Les vacances aux states en trio avec Cécilia et Rachida, l’angine blanche de la légitime lors de la visite à Bush, le divorce en loucedé, la rencontre avec Carla chez Séguéla, l’escapade à Disneyland, le SMS à l’ex « si tu reviens, j’annule tout« , le noël à Louxor, le mariage précipité, l’ascension avortée du prince Jean, le croc de boucher pour Galouzeau, le tout-à-l’égout de belle-maman au Cap Nègre, le malaise vagal sous le cagnard, tout cela était désormais à ranger au titre d’anecdotes pour rombières accrocs à France-Dimanche ou à Voici. De la roupie de sansonnet pour Lolita pré-pubères. Là, ma bonne dame, c’était autre chose, on avait affaire à un complot mondial. Rien que cela.

D’entrée, on aurait pourtant du se douter qu’on n’avait pas élu le descendant d’un philosophe ou d’un roseau pensant. Souvenons-nous. Au crépuscule de son élection au plus haut niveau de l’état franchouillard, Narcisse devait se recueillir dans un monastère afin d’intérioriser la grandeur de la fonction. Ni une ni deux, le vulgus pecum se disait dans sa Ford intérieure qu’on allait avoir à la tête de l’état un gars qui phosphore, un cerveau, une grosse tête, quoi ! Patatras, en guise de spiritualité, on avait eu droit dans un premier temps à la soirée du Fouquet’s, où la France à fric avait célébré lourdement son héros. Champagne !

S’en était suivi, l’épisode dit du yacht de Bolloré, où la bronzette avait remplacé tout de go la méditation. Le titre du film avait changé. Le Journal d’un curé de campagne avait laissé place à la Croisière s’amuse. Se faire bronzer la couenne sur un palace flottant, c’était bien plus fun que de se blanchir le jonc dans un cloître pour bénédictins. A vrai dire, tous les prémices de l’hexagonal circus étaient déjà présents dès le prologue. Mais le maestro en avait encore sous la talonnette.

Tout commence par des ragots de fonds de gogues. Ou plutôt de la machine à café juste à côté. Y’aurait comme qui dirait du mou dans les relations entre nos deux tourtereaux élyséens. La turinoise en pincerait pour un chanteur à la mode et le supposé cornu se consolerait dans les bras d’une karatéka écolo. La rumeur est amplifiée par twitter et reprise sur un blog hébergé par le Journal du dimanche. La presse mondiale, à l’exception de la notre, s’empare de l’affaire. Chez nous, les médias au grand complet restent muets comme des carpes. Pas un traître mot sur le sujet. Autant par déontologie que par peur des représailles. Interrogé sur l’affaire, Chouchou, de passage à Londres, déclare : « Je n’ai pas une seconde, même une demi-seconde, à perdre avec ces élucubrations.« 

Jusque là, rien à signaler. Des bruits de chiotte, des vents, des pets, des poums. On s’apprête à tirer la chasse. Seuls quelques gogos en mal de scoops scabreux causent encore de la chose sur fesse book. Et tout à coup, la machine s’emballe. Tandis que le pékin moyen ignore tout de la rumeur, Narcisse fait sonner la charge de la brigade lourde. La fameuse Firme entre en scène. Samedi dernier, Pierre Charon, conseiller en com de Sarko et confident de Carlita lâche du gros : « On va voir s’il n’y a pas une espèce de complot organisé, avec des mouvements financiers . » Tout en ajoutant, en gonflant le torse un énigmatique « la peur va changer de camp« . L’Elysée a donc les foies, mais de quoi, pardieu ?

L’avocat du président, Thierry Herzog enchaîne alors, parle de machination et révèle qu’une enquête est en cours pour savoir si ces rumeurs sont « instrumentalisées, soit par des officines soit par des particuliers qui auraient souhaité ou qui souhaiteraient déstabiliser la vie du couple Sarkozy. » Rachida Dati est rapidement mise en cause. Elle serait à l’origine des ragots. Le Canard dévoile que Sarkozy, pour la punir, lui aurait retiré sa limousine de fonction ainsi que sa garde rapprochée le soir même du second tour des Régionales . Même Claude Guéant, éminence grise et véritable numéro 2 du régime, ajoute que Sarkozy ne veut plus voir Dati en peinture. Le point de non-retour semble atteint. L’intrigante courtisane à l’origine d’une machiavélique conjuration planétaire pour déstabiliser le roitelet. Hongrois rêver !

Le ridicule ayant été largement dépassé, voici venu le temps du grand rétropédalage. En peloton. Comme au tour de (F)rance. Cerise sur le gâteux, les sondages quotidiens chers à Narcisse, montrent que l’opinion publique, par ces temps de misère, se fiche comme de sa première chemise des tribulations intimes du monarque. Ça commence par Guéant qui se renie en deux jours sur le cas Rachida. « La vérité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui » lâche sans vergogne le satrape. Ensuite, c’est carrément la « première dame » qui s’y colle…

Grand moment de méli-mélo sur Europe 1. Une litanie de « mon mari » récitée à foison avec l’accent rital. Larmes fatales. Plus de complot, finie la machination, exit la conspiration. Y’ jamais eu d’enquête. Squarcini, le patron du contre-espionnage affirmera le contraire. Tout va bien, je vais bien à la façon Dany Boon. Rachida est notre amie. Surréaliste. Dati or not Dali ? La clinquante Rolex a remplacé les montres molles du maître. La paranoïa critique atteint ici son paroxysme. Qu’a pu bien dire la petite dame brune pour bénéficier d’une telle protection ? A-t-elle menacé l’empire d’un grand déballage ?

Nous le saurons bientôt lors du prochain épisode…

sl080410.jpg

Illustration Erby Kezako

 

29 Commentaires à “ La beur va changer de camp ? ” »

  1. lapecnaude dit :

    Cà sent la fin de règne, au moment où les rats quittent le navire en se cherchant un nouveau – hypoyhétique maître- et tounent en rond sans le trouver. Le quateron fidèle reste auprès du moribond prèts à tout pour l’entendre désigner son successeur …. c’est lassant l’histoire se répète un peu trop.
    On se demande qui gouverne la France, les conseillers non élus ou le Président élu ? Faudrait choisir un jour ou tout virer et en remettre des plus propres, ceux passés chez la mère Denis par exemple !

  2. lediazec dit :

    « Fin de règne ». La formule peut sembler incroyable et pourtant… Pourtant nous ne sommes qu’à la mi-mandat, un chouïa de plus. Un mandat interminable tant la nullité est éclatante, si je puis dire. Comment le pays a-t-il pu se fourvoyer de la sorte ? Au plus fort de la crise, nous avions besoin d’un dirigeant fort, honnête (je sais, honnêteté et politique…). Nous avions besoin d’un gars au-dessus de la mêlée. A la place, nous avons ça !
    Joli tour (de casseroles) d’horizon Bernard.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

  3. babelouest dit :

    Une chose est sûre : le quinquennat passé, ou liquidé prématurément, c’est Herakles en pleine forme qu’il faudra embaucher pour nettoyer les modernes écuries non d’Augias, mais de Surmène, hélas ! Le gars Surmène a encore quelques ruminants de labour dans les stalles du fond, dont la production aux relents éjouissants dépasse la capacité d’un honnête palefrenier. De Frédo à Domi, de Nadi à Valé, de Rachi à Lala, et quelques autres honnêtes mammifères, le visiteur est charmé de l’ambiance mi-fleurie, mi-boisée, du bois dont on fait les battes et les semelles de bottes.

    Empruntons à Wikipedia une citation bienvenue :

    Chez Homère, les champs Élysées se situent à l’extrémité occidentale de la Terre, près d’Océan. Dans l’Odyssée, Protée les décrit ainsi à Ménélas[1] :

    « Les Immortels t’emmèneront chez le blond Rhadamanthe,
    Aux champs Élyséens, qui sont tout au bout de la terre.
    C’est là que la plus douce vie est offerte aux humains ;
    Jamais neige ni grands froids ni averses non plus ;
    On ne sent partout que zéphyrs dont les brises sifflantes
    Montent de l’Océan pour donner la fraîcheur aux hommes. »
    (Trad. Frédéric Mugler, 1995)

    Il semble qu’il y ait du changement dans cette riante description…

  4. RPH dit :

    Excellent article….

  5. laetSgo dit :

    Arf ! ça m’a bien fait marrer de lire ce billet pendant le p’tit dèj ! j’avais oublié le nombre de frasques auxquelles s’était livré le petit…c’est vraiment rien qu’un sale gosse mal élevé ! Quand je vois tout ça, je me dis qu’il serait dommage que le comique tourne à la tragédie, et pourtant, sous le rire, les larmes ! Pauvre pauvre France ! Je me demande effectivement quel est le levier de Rachida, mais connaissant la princesse, elle a plus d’un tour dans son sac et a dû assurer son arrière rebondi ! Bon, du coup, je te pardonne d’avoir fait un billet sur la rumeur ;-) #overdose

  6. remi begouen dit :

    …’vents, pets, poums’…et badaboum le patapoum!!! Excellent aritcle, j’aime beaucoup ton style, B.mode. Ainsi que les illustrations de R.B., surtout celui-là…

  7. b.mode dit :

    Merci à tous ! ;)
    @LatSgo Le but est effectivement de rigoler un bon coup devant cette histoire lamentable. Et de constater à quel niveau, Sarkozy a abaissé la fonction présidentielle…

  8. Celeste dit :

    Excellent!
    C’est si bon de pouvoir en rire :-)

  9. lapecnaude dit :

    @ Germain de Colandon :

    M…, çà existe encore cet appendice ?

    Merci de vos billets, ils sont rafraichissants.

  10. A.Vierne dit :

    C’est pas un commentaire… juste un « wink ».
    Avec b.mode, j’ai toujours l’impression de relire un vieux San-Antonio…Un vrai plaisir !

  11. b.mode dit :

    @A.Vierne Le bougre m’a toujours influencé ! Trop ?

  12. A.Vierne dit :

    @B.Mode
    Noooon ! pas trop ! T’as bien intégré le style.
    C’est du Dard réinventé. Je confirme : c’est très marrant.

  13. b.mode dit :

    Merci, c’est la seule chose qui m’importe ! ;) Faire rire dans le drame ambiant…

  14. 2pasag the papoteur dit :

     » “la peur va changer de camp“.
    pardieu non : par Depardieu dans le r^le principale associé à l’ami corse des gazons de l’ile. générique interprété par MiSSreille et foudelle car l’héricot et le doc ayant fauchés leurs blés ne pourront financer les notes dues pour la réalisation. Ouais ça a bien bUzZzrachidé sur la toile, du plus belle la vie en vérité vraie que même france3 n’espérait pas pour sa mise en bouche du 20 heures.ça biolait haut en sarkoland pendant que la mer peu à peu reprenait ses droits du sol !! Pas à dire du B.mode comme on en aime ;)

  15. 2pasag the papoteur dit :

    Merci. Votre commentaire a été approuvé. j’espèr’ bien :) j’écris pour ^tre publié et lu ;)

  16. babelouest dit :

    le papa a ri, Poteur. Si, si.

  17. b.mode dit :

    mais tu es apprécié et lu mon bon papo! tu nous manquais du reste !

    tu es ici chez toi ! ;)

  18. Fabien dit :

    Ici, la beurette a changé de camp: http://bit.ly/dyd0F1

  19. remi begouen dit :

    Le hasard est un mot d’origine perso-arabe, comme le bizarre-bazar est un mot d’origine turco-arabe, à moins qu’ils n’aient une origine commune, de toute facon orientale. Là n’est pas le sujet. J’y viens. Au hasard de la vie bizarre, j’étais en bonne compagnie cet après-midi en chemin pour une visite chez l’ami Jean-Pierre Gallais, sculpteur. On traverse un bazar de ‘vide-grenier’ et ma bonne compagnie me signale un disque de Georges Brassens, qui émerge d’un amas hasardeux. ‘c’est 1,50, vinyl en bon état’…’j'achète!’ : C’est le volume IX de la vieille
    collection ‘TNP’ du poète-chanteur, dont j’apprécie beaucoup les volumes que j’ai. Quelques heures plus tard, après avoir lézardé (mot oriental?) au soleil devant les belles sculptures de l’ami, on revient écouter Brassens. Et, parmi tant d’autres belles re-trouvailles de chansons-poèmes, je tombe sur celui-là : ‘LE BULLETIN DE SANTE’, qui me fait penser à la ‘rumeur’ d’aujourd’hui, si bien évoquée par B.mode…
    Les foutaises diverses, si médiocres, autour de cette anecdote médiatique, sont d’un ridicule achevé…par rapport au talent du poète Georges, pour se foutre de la gueule des journalistes de l’époque, qui tentaient de harceler sa vie privée ! Ha, TONTON GEORGES, il faut toujours te ré-écouter : pour l’avenir d’espoir, toujours, dans les hasards, les bazars et les lézards de la vie, contre les imbéciles !…

  20. LinuxManua dit :

    Très bon. J’

  21. LinuxManua dit :

    @LinuxManua
    Excellent article qui résume très bien la situation. Et j’adore le ton, très approprié, et drôle. Je relais sur Twitter.

  22. b.mode dit :

    @Rémi Clair, tonton Georges, toujours d’actualité !
    Trompettes de la renommée !
    Manquant à la pudeur la plus élémentaire,
    Dois-je, pour les besoins d’ la caus’ publicitaire,
    Divulguer avec qui, et dans quell’ position
    Je plonge dans le stupre et la fornication ?
    Si je publi’ des noms, combien de Pénélopes
    Passeront illico pour de fieffé’s salopes,
    Combien de bons amis me r’gard’ront de travers,
    Combien je recevrai de coups de revolver !

    @linuxmanua Merci pour le relais !

  23. 2pasag the papoteur dit :

    @B.mode : ça doit ^tre pour cela que certaines interprétations de la chanson française sont interdites d’antennes. Elles sont beaucoup trop amers pour le sucré d’un cola !!

  24. Sylvain dit :

    Je découvre votre blog par hasard, et moi aussi, j’ai beaucoup aimé votre ton impertinent, mais pas seulement. D’accord ou pas d’accord avec vous, c’est un plaisir de vous lire (je suis aussi un grand fan de maitre Dard).

    Histoire de vous changer les idées avec un sujet qui n’est sans doute pas votre préoccupation de base, je vous invite à lire ceci : http://blog.axe-net.fr/rachida-dati-audit-referencement/

    En tant que spécialistes du référencement sur Google, nous venons d’analyser les méthodes mises en place sur le tout nouveau site de votre « amie » Rachida Dati.

    En espérant que la lecture ne soient pas trop techniques, cela vous donnera peut être un peu de matière et d’idées pour de prochains articles. Quoi que visiblement, ce ne sont pas les idées qui vous manquent.

    Merci pour cette agréable lecture dominicale.

  25. b.mode dit :

    @papo Barbelivien et Mireille Mathieu ne sont pas censurés ! Voyons !
    @Sylvain Merci pour ce lien très instructif et néanmoins drôle qui démontre que référencement et humour ne sont pas incompatibles quand on a du talent ! ;)

  26. babelouest dit :

    Ah, Rachi…..
    C’était la beur bandit qu’eut l’heur de plaire provisoirement à Narcisse.
    Mais c’est fini, elle s’est pris une beigne au beur noir. Sans sucre.

    OK je sors…..

Fil RSS des commentaires de cet article.

Laisser un commentaire

|