Accueil Politique Ainsi vont les choses

Ainsi vont les choses

13
0
76

2936076546a57184322c.jpgAujourd’hui je n’ai pas trop la pêche. Je vous rassure, cela n’a rien à voir avec un quelconque trouble bipolaire. Je touche du bois, mais de ce côté, rien à signaler. Non, c’est un jour épuisant, sans que rien de précis ne soit à l’origine de cela. Je me traîne et cela suffit. Le temps alors ? Rien à signaler de ce côté-là non plus. Il faisait beau, je me suis installé dans le jardin et j’ai lu. Le jardinage ? Plus tard. J’ai entrepris la relecture d’une biographie de Dostoïevski dans une collection « grand public » de 1971, élaborée avec le concours d’Henri Troyat parmi d’autres sommités dont Étiemble et Claude Roy. Il n’a pas eu une vie facile ce grand auteur russe. On peut regretter qu’il ne soit pas né sous l’égide d’une meilleure étoile. Du coup, j’ai songé à relire « Les pauvres gens », un roman épistolaire dont mon esprit n’a gardé trace. On lit un livre, on l’adore, on fait l’éloge de l’auteur et, au final, lamentable, vous êtes là comme une andouille à vous demander de quoi le livre est fait…

Comme je n’ai pas envie de charger la mule avec des histoires politiques du genre « Montebourg dit tout sur les primaires, mais on y comprends rien », je m’en vais folâtrer sur le net en quête d’une autre nourriture, pas forcément plus intéressante, mais qui a l’avantage de vous aider à changer d’air. Non, quand même pas, mais bon… Je ne vais pas nous reparler de Benoît XVI. Le pauvre vieux ! Après toutes ces histoires de pédophilie qui plombent la foi du calotin lambda, voici que nous apprenons, par voie de presse, que sa maison natale à Marktl, en Allemagne, vient d’être vandalisée. Quelqu’un a découvert un tag de couleur bleue d’une trentaine de centimètres au-dessus de la porte d’entrée. L’inscription avait un « caractère obscène », dit un policier interrogé pour l’occasion, mais il n’a rien révélé sur le contenu exact. Qu’a-t-il pu écrire le vandale ? Immédiatement effacée, personne n’a pu savoir. Décidément, on ne peut pas faire confiance à la nuit.

Selon une étude récente (ah, ces chères études !) l’administration de la fessée rendrait les marmots agressifs. Des générations et des générations de garnements traumatisées par une bonne correction parentale. Ah, les parents indignes ! Ce pensum est le résultat d’une enquête (ou étude) de l’Université Tulane, en Louisiane. Il ne faut quand même pas pousser les bonnes habitudes dans les orties, sous prétexte que quelques hurluberlus qui n’ont rien d’autre à se mettre sous le cigare viennent nous pomper le dard et le reste des batteries avec des élucubrations sur l’agressivité des bambins à cause d’une fessée.

Agressivité qui, vous le devinez, se transforme en violence incontrôlable au fur et à mesure que le mioche gagne en pointure et en stature. D’autres études révèlent le contraire : le laxisme parental conduit à la perte de repères et donc à la violence. Sans déconner, c’est sensible une étude. Des torgnoles, j’en ai reçu. Et des pans dans la goule aussi. Et des coups de pieds au derrière, je ne vous dis que ça ! Vrai que je n’ai éprouvé aucun plaisir à me faire corriger, mais bon, de là à échafauder… Après une courte introspection, sorte de voyage intérieur, cela ne pas pas rendu ni agressif, ni totalement couard. Ni normal, ni anormal. Cela fait partie de la vie. Je suis pacifiste. Bon, il est vrai que cette étude concerne les États-Unis. Peut-être que des générations d’enfants américains ont souffert de la fessée plus que de raison. Cela aurait suffit à les rendre assez agressives pour aller sulfater une bonne partie de la planète, poussées par un chef qui en aurait reçu plus que tout le monde ?

La vie est étrange. Les études sociologiques aussi.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

13 Commentaires

  1. b.mode

    14 avril, 2010 à 6:28

    Merci Rodo de nous révéler que Narcisse fut un enfant battu…

    Répondre

  2. lediazec

    14 avril, 2010 à 8:10

    @ Bernard. En effet, si on juge par les résultats de cette étude, Narcisse aurait été extrêmement torturé. Si on se fie aux confessions de Pal, le père, c’est tout le contraire. Qui croire ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. b.mode

    14 avril, 2010 à 8:22

    C’est ce qu’on appelle le supplice du Pal ? :)

    Répondre

  4. laetSgo

    14 avril, 2010 à 8:38

    @b_mode : trop facile celle-là ! #shame !
    @lediazec : sans faire dans le voyeurisme à 2 balles, j’ai cru voir passer le texte en question hier (ds mon twitter ou dans un billet, je sais plus) et c’était « fick dich selbst » si je me souviens bien (c’est très proche de l’anglais finalement, l’allemand, vous devriez comprendre sans traduction :-)

    Le débat sur la fessée est un de ces marronniers de Printemps (ou d’automne) dont on nous rabat les oreilles régulièrement, c’est fatiguant à force ! Non, il ne faut pas battre les enfants….mais oui, une petite fessée à propos peut être riche d’enseignements…brefle, parler de ça évite de parler d’autres choses….
    z’avez entendu notre hyper président interviewé par une chaine américaine ? édifiant, non ?
    bonne journée à tous!

    Répondre

  5. h16

    14 avril, 2010 à 10:22

    Même avis que LaetSgo concernant la fessée :)

    Répondre

  6. babelouest

    14 avril, 2010 à 10:29

    La fessée peut être une forme de sévice sexuel… je connais des cas. Avec des enfants aussi traumatisés que par un vrai viol. Si, si.

    Répondre

  7. lapecnaude

    14 avril, 2010 à 10:57

    Marrant, la fessée comme vecteur d’agressivité dans le pays où il y a le plus d’enfants obèses !!!! Le rève des sado …

    Répondre

  8. Didier Goux

    14 avril, 2010 à 11:07

    Je ne suis pas sûr que « Les Pauvres Gens » méritent d’être relus. Sauf, bien sûr, si on a déjà relu trois fois les « grands romans ». Mais si vous n’avez pas « dostoïevskié » depuis longtemps, il me semble que le triptyque « L’Idiot », « Les Démons » et « les Frères Karamazov » est plus indiqué. Et bien entendu dans la superbe traduction d’André Markowicz (pas sûr de l’orthographe…)

    Répondre

  9. lediazec

    14 avril, 2010 à 11:20

    @ Didier. Merci du conseil. Je vais suivre ton conseil. Comment ça va, à part ça ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. remi begouen

    14 avril, 2010 à 19:41

    Moi,Rodolphe, ‘ça va à part ça’, comme Didier, c’est sûr. Tout récemment, en bon humaniste, j’ai longuement massé, avec crême idoine, une dame dont les dernières vertèbres étaient bien douloureuses. Il paraît que les fesses de la dame ont apprécié. Comme il n’y avait plus de crême j’ai trouvé – merci Brassens – idée de la fesser. Que croyez-vous qu’il advint ? Je laisse libre cours à vos imaginations. Ceci pour dire, avec Laetsgo, que le sujet de la fessée des enfants n’est qu’un marronnier de saison, alors qu’entre adultes poètes, cela peut durer les 4 saisons l’année!

    Répondre

  11. Aude Nectar

    14 avril, 2010 à 21:51

    C’est comme tout, les conséquences de la fessée sont variables selon sa force, le degré d’humiliation et d’injustice, l’affection et l’éducation, les explications reçues à côté.
    Une tape de temps en temps sur les fesses en dernier recours ce n’est pas un drame.
    Toutes ces nuances rendent le débat difficile.

    Répondre

  12. joaqim

    14 avril, 2010 à 22:41

    salut à vous, alors voilà je pars en cure et en rentrant? j’apprends que benoit XVI n’est qu’un pauvre vieux et que la fessée est ceci par ici et prout proutpar là. ça dors n. de d.!
    remi je rends hommage à ta verdeur . hé hé le diazec.

    Répondre

  13. mutuelleassur

    26 mai, 2010 à 16:29

    c’est clair

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Au fil de l’obscène

Des primaires au très sommaire Après les primaires socialistes qui font jaser à gauche et …