Accueil Politique Les chasses du comte Charon

Les chasses du comte Charon

11
0
364

charon01.jpgOn se souvient des chasses de Zaroff, ce comte sanguinaire qui, lassé d’avoir traqué les gibiers les plus sauvages et les plus dangereux de la planète, avait décidé de s’attaquer au plus intelligent d’entre tous, l’homo sapiens. Pierre Charon, inconnu au bataillon ou presque, semble s’être inspiré de la dérive assassine du maître gréco-russe. Jusque là, gentil organisateur des « battues d’état« , les chasses présidentielles de Chambord, là où le gratin politicard se réconcilie derrière un coup de fusil, il a brutalement changé de registre ces jours derniers.

Badaboum, le confesseur préféré de Carlita et l’intime parmi les intimes du guide de poche, a décrété sur ordre ou à l’insu de son plein gré, rayez la mention inutile, l’ouverture de la chasse à la Dati ! Fin mars, il s’est répandu sur la dame au Père Claude, une rôtisserie parigote, devant les élus UMP de la capitale. Il accusait l’ancienne garde des sceaux, absente ce jour-là, d’être à l’origine des rumeurs sur les marivaudages élyséens. Le moins que l’on puisse dire est que ça lui est revenu dans la tronche comme un boomerang. On ne devrait jamais sortir de l’ombre. Même avec un panama et des ray-ban.

Jusque là, le bonhomme avait pourtant effectué un parcours sans faute ou presque. Maître en ragots, expert de la rumeur tous azimuts, agrégé es potins, le gouailleur assumait à merveille son rôle de bouffon du roy. Il savait mieux que quiconque faire rire sa majesté en sortant l’anecdote qui tue, la saillie qui blesse celui qui n’est pas là. Avec lui, les absents avaient toujours tort. Les ridiculiser auprès du monarque étaient son hobby favori. Chirac, Villepin etc., la liste de ses victimes est longue comme un jour sans pain.

Cécilia ne supportait pas sa langue de vipère et l’avait fait virer sans ménagement du premier cercle après l’élection présidentielle. « Il parle trop » disait-elle à propos du quidam. Elle avait exigé « ne plus le voir à moins de 300 mètres » du palais. A cause d’elle, il ne faisait pas partie de la prestigieuse liste des invités de la fameuse soirée du Fouquet’s. Il passera la soirée de la passation de pouvoir à se morfondre devant la téloche et à se ronger les ongles.

Pourtant, il avait mouillé le maillot pendant la campagne. C’est lui qui avait dragué le gratin du show-biz pour qu’il soutienne le petit nerveux. Le ralliement des Clavier, Réno, Johnny, Arthur, Depardieu et autres Doc Gynéco, c’était son œuvre. Ses passages à Canal + et à Publicis l’avaient doté du « plus beau carnet d’adresses » de Paname. Le départ de Cécilia l’avait remis en cour. « Cette fois, la femme de Sarko sera à moi.« avait-il confié à ses amis. Ainsi était-il devenu rapidement le confident de la turinoise tout en restant « l’oreille du président.« 

« J’aime beaucoup Pierre Charon. C’est le pire de tous ! » dit de lui Narcisse. « Charon, charogne » l’appellent certains plumitifs. « Monsieur, arrêtez de dire que ma fille couche avec tout Paris ! » lui avait signifié en son temps Chirac tout en le congédiant. « C’est le Prix Nobel de l’embrouille« , rapporte un proche de Fillon. Ecce homo ! Mais cette fois, il semble bien que le bavard trublion a eu la phrase de trop.

En parlant de complot financier et en mouillant Rachida, il a transformé la rumeur en affaire d’état. L’ampleur donnée à la chose a immédiatement entraîné un retro-pédalage du château. Sur ordre de Sarkozy, le comique débonnaire serait puni et n’aurait plus le droit de participer à la réunion quotidienne de l’état-major présidentiel. Il serait au trente-sixième dessous après cette disgrâce. Charon stoned, qui s’en plaindrait ?

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par b.mode
Charger d'autres écrits dans Politique

11 Commentaires

  1. babelouest

    16 avril, 2010 à 8:38

    Charon ! Un nom prédestiné… Autrefois dans la mythologie grecque, c’est lui qui conduisait la barque des morts comme nous le rappelle Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charon_%28mythologie%29

    Plus près de nous, c’est au métro Charonne et dans ses alentours que le 8 février 1962 la police a massacré des manifestants contre la guerre d’Algérie, sur ordre de De Gaulle lui-même ( http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_de_la_station_de_m%C3%A9tro_Charonne ). Le préfet de police était un certain Maurice Papon….

    Avec un tel contexte, nous sommes en bonne compagnie pour saluer un porteur de ce nom intéressant, utile soutien d’un narcisse ombrageux, tenace, dangereux.

    Répondre

  2. Pensez BiBi

    16 avril, 2010 à 9:18

    Le Professeur Choron, c’était quand même mieux…

    Répondre

  3. lediazec

    16 avril, 2010 à 10:47

    Le babilleur de l’Elysée en disgrâce. Le chasseur chassé. C’est ainsi. Hier Dati, aujourd’hui Charon, demain Besson. Kouchner on n’entend plus beaucoup son nom… Le vivier mortifiant du pouvoir Chouchounesque !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. laetSgo

    16 avril, 2010 à 12:01

    Arf ! la chasse à la Dati s’est transformée en chasse au Dahu dont Charon est le dindon ;-)

    Répondre

  5. b.mode

    16 avril, 2010 à 15:49

    Merci encore à toi Babel pour cette super bouffe et pour nous avoir présenté Claudine ! Excellent moment ! ;)

    Répondre

  6. babelouest

    16 avril, 2010 à 18:00

    Je tente là d’insérer une image de l’équivalent poitevin du Dahu : le Bitard (ou plutôt le Vénéré Bitard – loué soit-il).

    Chaque année, beaux damoiseaux et gentes dames, bacheliers et soubrettes, se répandent dans la forêt toute proche de Poitiers à la recherche de cet animal si mythique. En raison des moult tonneaux et autres victuailles apportées par les participants, le retour est souvent plus houleux, les cheveux décoiffés, et les yeux hagards et reconnaissants.

    Répondre

  7. babelouest

    16 avril, 2010 à 18:01

    Raté.

    Répondre

  8. babelouest

    16 avril, 2010 à 18:03

  9. b.mode

    16 avril, 2010 à 18:41

    et c’est quoi la particularité du bitard ? le dahut lui avait des pattes plus courtes devant si je me souviens bien…

    Répondre

  10. babelouest

    16 avril, 2010 à 19:03

    L’Ordre du Bitard est célèbre à Poitiers
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Bitard

    Quant au Bitard lui-même, il est décrit ainsi :
    http://ordredubitard.free.fr/spip.php?rubrique11

    A Poitiers, deux Ordres « s’affrontent » : celui du Bitard, de loin le plus ancien, et les Faluchards, qui ont des associations dans d’autres villes universitaires. Même aujourd’hui, il est bien porté de se promener dans Poitiers coiffé de la faluche, à laquelle sont accrochés de petites décorations dorées indiquant les études suivies, et le grade dans l’Ordre.

    Répondre

  11. lapecnaude

    16 avril, 2010 à 22:53

    Non, le dahu avait une patte avant et une patte arrière plus courtes que les deux autres !

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Tatami aussi

L’ancien combattant David Douillet a été  élu député UMP dans les Yvelines avec 52% …