Accueil Politique La vieille taupe silencieuse et le beau merle chanteur

La vieille taupe silencieuse et le beau merle chanteur

48
0
1,420

volonte06.jpgVoyons Rémi, qui peut lire Ariès ? Toi, les ruminants, quelques autres qui ont le désir et le loisir de le faire. Mais le populo, celui qui essaie de pointer au pôle-emploi par tous les moyens, qui imagine tous les artifices que ceux-ci vont employer pour le dés inscrire ? Les Français ne savent toujours pas à quoi peut servir l’Europe, ils s’en foutent, ils voient leurs usines se barrer, les pubs harceler leurs mômes pour leur faire bouffer ci ou çà, les ministres dire comme ci un jour et comme çà l’autre et quand ils vont au super marché, merde les patates ont encore augmenté ! Ariès à de bonnes idées, mais trouve moi un politique qui peut s’en faire le héraut.

En ce moment, depuis trois jours on ne nous parle que du Polonais, ce HHHHéro, qui est mort bêtement, connement (mais çà personne ne va le dire), parce qu’il ne voulait pas recevoir d’ordres des contrôleurs aériens russes … les français s’en foutent, polonais, pour eux, çà veut dire “plombiers” et “directives Europe”, “délocalisations” et CHÔMAGE.
Gauche comme ci, gauche comme çà, il n’y aura bientôt plus qu’une seule gauche, celle des crève-la-faim, la vraie, celle qui devra retrouver ses instincts de solidarité, de combat, celle qui ne fera plus de philosophie de croissance et de décroissance parce quand on est à zéro on n’a plus qu’une seule chose à faire, s’en sortir en avançant, dans le bon sens. On l’a fait, on le refera. J’espère seulement qu’il n’y aura pas trop de têtes au bout des piques.

Ces lignes sont un extrait d’un commentaire de notre amie Lapecnaude, à mon article du 17 avril sur ‘le pionnier Paul Ariès’.

J’aime beaucoup ta verve, continue, ma chère !… Ce qui m’interpelle, c’est le début, reprise d’un refrain que j’ai beaucoup entendu – et parfois repris : le ‘populo’ n’a pas le loisir de se cultiver, même auprès ‘d’intellectuels cultivés’ qui les défendent…contre les politiciens démagogues qui les flattent, facile. Et les flatteries, parfois, sont d’intellectuels sensés être lucides, comme J.P.Sartre disant en son temps ‘Il ne faut pas désespérer Billancourt’ …ET IL SE GOURAIT !!

Je suis de ceux et celles (nombreux !) qui font partie de la classe ouvrière et sont harcelés des saloperies de devoir survivre dans la dictature de la bourgeoisie. Avec leurs armes – disponibles avec efforts sur le temps de vivre tranquilles, parfois – qui sont tout simplement leur intelligence, laquelle n’a rien à voir (ou peu) avec la culture.

J’ai d’ailleurs connu des camarades ouvriers (quasi analphabètes, d’un point de vue ‘élitiste’) qui avait une lucidité exemplaire vis-à-vis de syndicalistes patentés… et savaient leur imposer leur point de vue basique, si juste ! Oui, il y a toujours eu ‘une masse’ (mot massue !) de beaufs, d’arrivistes, d’individualistes indécrottables, le plus souvent aigris et malheureux, parfois réussissant à ‘grimper dans l’échelle sociale’ en appliquant le cynisme des maîtres bourgeois. Bon, c’est peut-être encore pire aujourd’hui avec le matraquage publicitaire… que dénonce justement Paul Ariès (‘mcdonilisation’, etc.), avec la bienveillance cynique de l’idéologie  ‘capitalisme vert’ du gourou (entre autres) Cohn-Bendit…

Raison de plus de ne pas baisser les bras ! : En son temps, Karl Marx ‘prêchait dans le désert’. Il a fallu beaucoup d’évènements sociaux (Commune de Paris etc.) pour que son ‘Manifeste du Parti Communiste’ soit lu (en public, pour les analphabètes) au point de faire avancer l’Histoire… même si, oui, il y a eu l’horrible contre-révolution stalinienne. Mais aussi des résurgences populaires imprévues (1936,1968…et celle qui se pointe pour tantôt…)

Comme si, pour reprendre une célèbre métaphore déjà reprise par Karl Marx, ‘la vieille taupe Histoire’ débouchait enfin en plein air, après son travail souterrain silencieux. Alors que les beaux merles chanteurs – genre Nicolas ou Martine – ne voient rien venir…et terminent leur carrière dans les vastes poubelles de l’Histoire ! Bref, nos luttes politiques, de classe contre classe, n’ont-elles été toujours ‘chahutées’ entre deux pôles, celui, certes difficile, de la lucidité, et celui, si tentant, de la démagogie facile ? Du côté de la démagogie, en raccourci d’actualité, il y a ‘la grande gueule’ d’un vieux nostalgique de l’Algérie Française (il y fut tortionnaire) qui rafle à l’extrême droite de nombreuses voix de prolétaires ex-communistes et toujours près à en découdre ; et puis la sympathique gueule d’un jeune postier, dont le parti d’extrême gauche, hélas, devient populiste, pour tenter de ‘rafler’ des voix populaires… (avec difficulté !).

Et puis il y a une ribambelle de gens du côté de la lucidité, en ordre dispersé, en individus comme vous et moi, sans doute. L’histoire souterraine des idées est lente mais féconde. Pour rappel, Marx a longtemps ‘prêché dans le désert’ (qui a lu l’intégralité de ses œuvres ?) mais il a su faire un audacieux compromis entre lucidité intellectuelle et populisme, dans le court et brillant ‘Manifeste du Parti Communiste’ qui fut lu en public dans des meetings ouvriers (pour de nombreux analphabètes), et fit avancer l’Histoire : Cela se passa à la suite des révolutions de 1848 et surtout de 1871. Car il fut toujours à l’écoute du peuple.

On sait que la contre-révolution stalinienne a balayé cela. Mais la ‘taupe creuse’…
J’ai connu (un peu) l’écologiste René Dumont vers 1964. Il a fait moins de 1% je crois à l’élection présidentielle où il s’est présenté, toujours en pull rouge, mais a persévéré son combat révolutionnaire. Repris par d’autres ‘prêcheurs dans le désert’ (de moins en moins) comme Paul Ariès, c’est-à-dire des intellectuels (certes !) mais qui écoutent la société en souffrance, plutôt que les vaines querelles ‘médiatiques’…

J’ai connu surtout des ouvriers formidables. Entre autre un certain Mamadou, illettré et non-syndiqué, dont la lucidité (pas la démagogie !) emportait l’adhésion d’Assemblées Générales de grévistes…contre la magouille de syndicalistes censés ‘tout savoir’…
C’était il y a longtemps. Je suis certain que cela continue, et en mieux, aujourd’hui ! Comme je suis certain que la taupe silencieuse est plus utile que le merle chanteur… ce qui ne m’empêche pas de l’admirer parfois siffler, ‘au temps des cerises’… (qui arrive !).

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

48 Commentaires

  1. lediazec

    23 avril, 2010 à 7:59

    Autrefois… Quand ? Il y a plusieurs vies, je fréquentais le PC espagnol. Santiago Carrillo, Dolores Ibarruri. Ma cellule m’avait fait acheter « le manifeste du parti communiste ». J’ai fait semblant de le lire. Après ça a été les oeuvres choisies de Lénine. Là, je n’ai même pas fait semblant. J’ai mis tout ça sur une étagère et, ma foi, cela faisait aussi décoratif que les bouquins qu’on se procurait chez reader digest. Tout ça n’avait pas l’allant du Bossu ou d’un Zevaco.
    Je reviens à nos moutons. Bien sûr que j’aimerais que le monde ouvrier lise autre chose que France football, l’équipe ou des magazines people. Hélas, la réalité est tout autre. Ariès et d’autres, malgré nos efforts, reste de la lecture confidentielle. Assez d’accord avec Françoise sur ce point. Cela dit, la question demeure : continuer à œuvrer dans ce sens. Ce n’est que par la culture que nous pouvons espérer sinon des lendemains qui chantent, des jours meilleurs pour chacun…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. Laetsgo

    23 avril, 2010 à 8:14

    Ne pas confondre culture et intelligence : bon point ! J’aime l’espoir et l’optimisme qui se dégagent de ton texte ! Et il faut y croire pour avancer ! Ma seule crainte concerne l’endormissement de l’intelligence par la télé : elle etouffe la créativité, formate la pensée, distraie de la révolte avec sa vie par procuration …oui, je pense que les programmes débiles sont l’arme des puissants contre le peuple…la fabrique du consentement comme dit Chomsky !

    Répondre

  3. babelouest

    23 avril, 2010 à 8:20

    Le manifeste du PC, je l’avais parmi mes textes de philo au bac. Donc je l’ai lu et relu. Il ne m’en reste rien. Encore moins que Descartes, Pascal ou Platon. Sans doute cela venait-il que sa conception de la société, basée sur le travail, comme ses opposants patrons, n’était pas la mienne. A l’époque je n’en avais pas vraiment conscience, car je ne connaissais personne qui partageât mes idées vraiment. Aujourd’hui, je m’aperçois que je ne suis plus seul, et que d’autres se sont faits le même cheminement intérieur, si différent de ce qu’enseignent tous ceux qui écrivent dans les magazines et les journaux dits sérieux, ou qui déclament leur bouillie à la radio ou la télévision.

    Nous ne citerons que « L’insurrection qui vient », essai aussi anonyme que génial. Il en est sûrement bien d’autres, sur lesquels souffle un vent comme celui de ce slogan « Libertaire, égalitaire, solidaire, la Révolution reste à faire ! »

    Répondre

  4. lediazec

    23 avril, 2010 à 8:30

    @ Babel. Merci de le rappeler, j’oublie chaque fois de me procurer ce livre, l’insurrection qui vient, dont beaucoup me disent le plus grand bien. Re-noté ! Sinon, le débat sur la « culture des masses » reste entier et s’avère, toujours, passionnant.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  5. remi begouen

    23 avril, 2010 à 8:59

    Oui,’l'insurrection qui vient’ est un essai anonyme génial!!!… D’ailleurs, j’ai tenté il y a quelques mois d’en faire un commentaire pour Ruminances mais ce n’était pas génial du tout et j’ai laissé tomber : j’avais envie de tout citer!…
    Peut-être que Lediazec, Babelouest ou un(e) autre réussiront à présenter ce petit bouquin…beaucoup plus indispensable que ‘le Manifeste’ de Marx, c’est vrai. Mais j’évoquais son importance historique à l’époque de sa sortie, pas du tout aujourd’hui…

    Répondre

  6. b.mode

    23 avril, 2010 à 9:59

    @laetSgo D’accord avec toi sur l’effet lobotisation des masses de la téloche au service évidemment des gardiens du temple capitaliste !
    Sinon rémi, quand j’ai reçu le papier, j’ai eu peur, j’ai cru que tu qualifiais la pecnaude de vieille taupe ! je plaisante ! ;)
    au fait les commentaires sur son blog, sont enfin ouverts ! :oops: allez-y c’est très sympa ! http://lapecnaude.unblog.fr

    Répondre

  7. lediazec

    23 avril, 2010 à 10:04

    @B.mode. Quant à moi, je n’ai pas eu le moindre doute. D’abord parce qu’elle n’a rien d’une taupe ; ensuite, elle n’a rien de silencieux non plus…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. b.mode

    23 avril, 2010 à 10:06

    Bah si pour l’instant, on attend désespérement sa réaction. Un souffle, un chuchotement ou un cri ! :)

    Répondre

  9. lediazec

    23 avril, 2010 à 10:11

    Il viendra. Et il sera long !!!

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. b.mode

    23 avril, 2010 à 10:18

    Long comme un film d’Ingmar Bergman ? :)

    Répondre

  11. lediazec

    23 avril, 2010 à 10:19

    Non, parce que là, ce serait chiant !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  12. lapecnaude

    23 avril, 2010 à 14:01

    Puisque c’est comme çà, vous allez l’avoir ma réponse, elle suivra dans la soirée !
    Merde, je peux pas être une taupe, je suis bigleuse d’accord, mais je ne donne pas des puces !!!

    Répondre

  13. clarky

    23 avril, 2010 à 14:26

    vas-y ma belle te laisse pas faire, bordel aqueux, pour une royaliste tu dis bien moins de conneries que ta fraternelle consoeur ;)

    la vache, je vais pas m’étendre sur la culture, je préfère le faire sur une aguichante brune méridionale, mais passer une soirée à philosopher sur marx la menace ou l’évolution de la classe ouvrière selon les critères de chaque convive ça doit friser l’indécence !

    bon je taquine mais faut dire que le distinguo culture, intelligence, connaissance, savoir et tout le fourbi de tata jeannette me laisse complètement indifférent, sans dec, quand je bouffe un morceau, faut pas venir me causer de la constitution ou de la réforme agraire, j’ai la digestion capricieuse…

    putain j’ai vu avatar hier soir, on m’a prêté le dvd, pour sûr c’est pas du bergman :)

    Répondre

  14. lapecnaude

    23 avril, 2010 à 15:01

    En fait je lui ai faite sa réponse, mais il n’a pas eu le temps de la recevoir… Je lui demandais « entre autres choses » combien çà coûtait un ravalement de façade, réponse, il vaut mieux t’adresser à Leziadec, c’est son métier. Ben déjà que je me trouve un peu genre Carmen Crue, va ya avoir du boulot pour Rodolphe !

    Répondre

  15. b.mode

    23 avril, 2010 à 15:15

    Rodo est au ravalement ce que Michelange est à la chapelle sixtine ! ;) Qu’on se le dise, manants !

    Répondre

  16. lapecnaude

    23 avril, 2010 à 15:24

    Bernard, c’est parti. Rodo peut-il me faire un devis : face, oreilles, cou ? et coût ?

    Répondre

  17. b.mode

    23 avril, 2010 à 15:50

    Françoise, ton auguste réponse sera publiée demain ! dites moi ça se bouscule au portillon ou quoi chez ruminances ! Mtislav, rébus,coucou, on va répondre à vos tags respectifs mais là ça chauffe ! ;) groarrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr !

    Répondre

  18. lediazec

    23 avril, 2010 à 16:46

    Très joli et riche débat. Le merle chanteur va rester coi, coi qu’elle raconte lapecnaude ! Il va se gratter les gros poils de sa barbe avec entrain… Excellent !
    Sinon, Françoise, je suis ton homme. Donnes-moi tous les renseignements pour ton ravalement sur ma boîte mail et je te répondrai avec grand plaisir. Dommage que je sois loin, je l’aurais fait.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  19. ZapPow

    23 avril, 2010 à 18:25

    @ Babelouest
    Le manifeste du PC, je l’avais parmi mes textes de philo au bac. Donc je l’ai lu et relu. Il ne m’en reste rien. Encore moins que Descartes, Pascal ou Platon.

    N’en reste-t-il vraiment rien ? C’est comme un mur : on ne sait plus combien de briques on a utilisé, ni où se trouve une brique précise, ce qu’elle soutient, mais pourtant, elle est là, dans le mur, et elle joue son rôle.

    Tous ces commentaires m’ont convaincu de relire « L’insurrection qui vient », que je n’ai pas trouvé génial, personnellement, n’y trouvant rien de nouveau.

    Répondre

  20. remi begouen

    23 avril, 2010 à 20:30

    Très bonne ta comparaison, ZapPow, du mur fait de briques dont on ne se souvient plus, mais qui sont là, solides, à nous ‘avoir construit’. Tiens, par exemple, je n’avais plus souvenir précis du poète Abdelletif Laâbi, dont j’ai dû connaître et aimer l’oeuvre il y a plus de 40 ans, du temps où nous étions tous deux jeunes ‘maoïstes’, moi dans diverses galères parisiennes, genre pipi de chat par rapport aux siennes au Maroc (ce qui l’a entraîné à faire 8 ans de dure-dure tôle, de 1972 à 80). Et puis, concours de circonstances, je tombe sur son dernier ouvrage ‘Le livre imprévu’ (Ed. de la Différence), et cet imprévu me fait replonger dans cette ‘brique oubliée’ : je suis en train de lire ce texte, magnifique… Si cela se trouve, j’en ferais bien un futur papier pour Ruminances. Si j’ignore, au fait, d’où vient cette appelation, elle m’inspire ceci : l’avenir à construire s’appuie sur le passé construit…et ruminé!

    Répondre

  21. lapecnaude

    23 avril, 2010 à 20:33

    Rodolphe, un ravalement de façade, chez les femmes, c’est un lifting ! Pour le reste, je suis dans une maison neuve, il y a juste un mur de 3 m sur 2.5 de parpaing qui n’est pas enduit, mais comme il est au voisin je vais le camoufler avec des canisses et faire pousser des grimpantes dessus. Autrement, va falloir que je desherbe (au produit hélas !) le queureu qui mène chez moi (c’est dans mon bail) et çà, çà me fatigue rien que d’y penser.
    Dis, tu aimes « les Pogues » ? Quand je vais dans mon bout de jardin, je les met à plein tube ..
    je préfère çà parce que je crois qu’ils ne comprendraient pas le blues ou le rap, mes voisins !

    C’est vrai que sa barbe m’inspire !…. (j’ai un fouillé à partir de ses écrits et j’ai trouvé des photos) !

    Répondre

  22. lediazec

    23 avril, 2010 à 20:46

    J’adore les Pogues. Vive l’Irlande ! Obligé ! Sinon pour désherber, c’est Clarky qui est fort. Moi, pour pas utiliser de produits nocifs, quand j’ai un peu de temps je mets des orties dans une vingtaine de litre d’eau et je fais marine une dizaine de jours. Ensuite je malaxe j’ajoute un peu d’eau et je pulvérise. Un très bon désherbant bio. Clarky va t’expliquer tout ça mieux que moi. Sinon, pour le mur, s’il s’agit d’un mur d’enceinte, on s’en fout Royal !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  23. Pensez BiBi

    23 avril, 2010 à 21:19

    Des fois, désespoir momentané.
    Des fois désespoir perpétuel.
    Des fois, j’écoute les Pogues et tout le désespoir disparait.
    Des fois, il y a longtemps, on avait lu, on avait relu un livre
    et on avait tout oublié.
    Mais ce qui reste le plus souvent,
    c’est la brûlure qu’il nous a fait.

    Répondre

  24. clarky

    24 avril, 2010 à 1:05

    erf, non rodo, je ne suis pas fort, j’ai testé tellement de méthodes que je peux juste dire que y’en a pas une qui soit efficace pour tout dégager :)

    déjà faut surtout pas me parler de la merde de monsento, le truc dont on vante les mérites à la con et qui est une des pires saloperies qui soit, biodégradable qui disent chez ces enflures du napalm, et moi je suis le géant vert …
    donc évite le chimique françoise si tu peux ;)

    y’a finalement pas de recette miracle, tu peux y aller à l’eau bouillante (à base d’amidon si tu peux) mais c’est plus pour les allées et terrasses, le desherbage thermique mais bon c’est pas franchement paisible vu que tu consommes du gaz si tu vois ce que je veux dire, le bêchage à la sauvage c’est bof biscotte tu flingues la vie en surface et grosso merdo tu fais plus de mal que de bien…bref, moi je fonctionne à la grelinette et à l’huile de coude entre autres, mais bon, faut pas rêver, t’auras toujours de l’herbe, bonne ou mauvaise, afghane ou locale, tu pourras pas y couper, la terre a horreur de la nudité ;)
    par contre tu peux juste ralentir l’invasion et là faut pailler, t’as différents choix, du géotextile à la toile tissée en passant par le naturel, perso je fonctionne pas mal à la pouzzolane, chanvre et chips de cacao, evite le paillis de résineux sauf si tu veux acidifier ta terre et puis pense à balancer des couvre-sol qui vont étouffer, façon de dire, les indésirables qui sont pourtant bien utiles !
    un truc que j’ai fait qu’une seule fois vu que c’est pas très esthétique, c’est de balancer des cartons dessus que tu mouilleras de temps en temps.
    dilution d’orties vi aussi, mais faut diluer de façon à cramer les racines et la partie aérienne sinon tu vas les fortifier tes plantes ;)

    en somme, chacun te dira c’est comme ci ou comme ça, ou tu veux ou tu veux pas, y’a juste un truc dont je suis sûr, c’est qu’il faut désherber le plus tôt possible au printemps et surtout quand la terre est encore humide parce qu’une fois sèche et dure comme de la caillasse, c’est plus les pogues qu’il faut écouter mais johnny rotten et son anarchy in the yucca :)

    bon courage françoise, et si tout mon baratin te semble abracadabrantesque c’est normal vu que mes journées ressemblent de plus en plus à la nuit des morts vivants ;)

    je sais que vous vous en foutez, mais j’adore les pogues moi aussi, et l’irlande je vous raconte même pas !!!

    Répondre

  25. b.mode

    24 avril, 2010 à 4:48

    Merci à bibi et lolo pour leur intermède poétique ! ;)

    Répondre

  26. laetSgo

    24 avril, 2010 à 7:35

    AHAHA ! j’avais raté ce ping pong verbal hier ! Woué ! vive les Pogues ! Lediazec, je savais pas que tu faisais dans le ravalement ! on est en pleine réflexion avancée sur le sujet…dommage que tu sois si loin car de bons conseils désintéressés auraient été bienvenus !
    Clarky (ou d’autres ruminants) tu t’y connais en rosiers ? les feuilles chez moi ont une putain de maladie (genre toutes fripées et s’enroulant sur elles-mêmes) alors qu’il commence à peine à bourgeonner…fait ch..r…et autant bouillie bordelaise et purin d’orties sont OK pr le potager, je sais pas du tt à quoi traiter les rosiers :-(
    Bonne journée à tous !

    Répondre

  27. lapecnaude

    24 avril, 2010 à 14:43

    @ LaetSgo – Mon bon voisin Robert traitait sa vigne ET SES ROSIERS a la bouillie bordelaise, il n’a jamais rien eu, j’en ai donc fait autant et mes grimpants qui se chlororaient chaque année n’ont jamais été aussi beaux que … quand j’ai du déménager !

    Répondre

  28. clarky

    24 avril, 2010 à 15:13

    erf, laetsgo, les rosiers c’est pas franchement ma came même si parait que l’important c’est la rose…
    maintenant quand les feuilles s’enroulent faut déjà les inspecter de près histoire de voir si y’a pas des bestioles qui s’amusent avec, genre chenilles, pucerons ou acariens, peut être un truc viral genre flétrissure ou alors va savoir, c’est pour ça que je ne me suis jamais intéressé aux rosiers, c’est chiant de culture, le seul que j’ai chez moi est une variété arbustive increvable et vraiment peu sensible aux maladies si ce n’est celle de la tâche noire que je traite même pas d’ailleurs…

    prends le temps de regarder la gueule de tes feuilles, présence de prédateurs ou pas, collantes ou pas, pour les acariens laisse béton tu les verras pas à l’oeil nu :) , crame les feuilles touchées ou jette les à la poubelle (je préfère les carboniser)

    ensuite tu peux asperger, bouillie bordelaise mais même ça j’y vais mollo maintenant, t’as aussi des produits dits bios avec un large spectre mais pareil, modérato, sinon t’as les trucs à la con que j’utilise quand y’a pas encore mort d’homme, eau savonneuse, dilution d’huile, de savon noir, des trucs pas forcément radicaux et uniquement pour les ravageurs.
    quand c’est maladie maladie, faut parfois couper les parties attteintes pour éviter le pire, même si ça peut faire chier de défigurer la plante, et puis faut pas hésiter à arracher quand c’est beyrouth sur les tiges et les feuilles.
    mets des plantes amies si tu peux aux pieds de tes rosiers, enfin aux pieds façon de parler, plus la diversité végétale sera présente, plus ton jardin se démerdera seul, et puis faut se faire à l’idée que le jardin est un truc vivant et que la maladie et les ravageurs font partie intégrante de ce milieu.
    attention, ma pensée hautement foireuse du jour, à vouloir un jardin tout propre on en arrive à s’en façonner un de merde.

    bref, toute cette parlotte pour te dire que je ne sais pas vraiment ce qu’a ton rosier tant ça peut venir de tous les côtés.
    tiens un truc pas mal comme insecticide c’est le purin de consoude et c’est vachement bon comme fertilisant couplé à celui d’orties.

    sur ces bonnes paroles, je vais me laver les dents :)

    Répondre

  29. b.mode

    24 avril, 2010 à 16:19

    heu lolo, c’est quoi les plantes amies des rosiers ?

    Répondre

  30. laetSgo

    24 avril, 2010 à 17:30

    bon bon…merci @lapecnaude et @clarky ! je vais tenter la bouillie bordelaise (raisonnablement) et sinon, tant pis, ils survivront j’imagine…(et pis je vais chercher ce truc de consoude : jamais entendu parlé !)

    Répondre

  31. remi begouen

    25 avril, 2010 à 0:00

    Hola, botanistes et jardinier(e)s divers ! Vous en prenez de la place, dans les commentaires sur tout autre sujet!… Moi, qui n’ai jamais eu la ‘main verte’, j’en ai pris d’abord ombrage (quels bavards du bistrot sis à l’entrée de jardins ouvriers!!) avant d’y réfléchir, après un somme. En somme, il s’agit d’éradiquer, quoi. Les rosiers malades : misère, etc. Hé ben oui. Nous, société humaine aussi complexe (voire plus?) que le monde végétal de nos petits jardins d’amour, nous ‘cultivons’ nos élites, sommes sommés de ‘reconnaître le chef’ d’entre eux, et sommés ‘d’éradiquer les mauvaises herbes’ des cités et Cie…
    Et puis il y a dix-mille fois pire que nos petits jardins menacés. Par exemple la plantation du palmier à huile à la place de la jungle en Indonésie ou au Brésil…La réduction dramatique de la biodiversité (végétale et animale…ainsi qu’humaine!), finalement. Demain, nous serons tous épis de blé de la Beauce ou maïs OGM d’Aquitaine ? Quel progrès!… Moi je préfère la jungle des dits ‘quartiers sensibles’ malgré quelques inconvénients : par exemple, récemment, j’ai été (presque)victime d’un voyou, qui en voulait aux 2 billets de 10e. que je venais de soudoyer à une ‘tirette’. J’ai gueulé très fort : ‘Respect! Respect!’ et cela a suffit : ses copains sont venus le calmer. On a fumé un clop spécial ensemble, un bon végétal de jardin, quoi!!!

    Répondre

  32. clarky

    25 avril, 2010 à 2:05

    @bernard c’est celles qui éloignent les nuisibles et attirent les auxiliaires.

    je vais pas toutes te les énumérer biscotte il est tard et je suis à l’envers, mais pour les rosiers tu peux balancer de l’armoise, des lavandes, de la sarriette, bon ça c’est de la grosse plante donc faut pas planter trop près non plus sinon le rosier va faire la gueule.

    sous le pied tu peux mettre de l’ail ou de la ciboulette, ça fait dégager les pucerons et les maladies qu’ils trimballent, la menthe c’est pas mal contre les pucerons noirs et je sais de quoi je parle, mon cerisier nain est déjà truffé de ces charmantes bestioles bien aidées par les fourmis… comme un con j’ai dégagé la menthe qui devenait envahissante :(

    purée demain c’est pulvérisateur et carnage entre pouce et index…

    @remi
    les plus beaux jardins que j’ai pu voir sont ceux de curé, un comble pour l’athée que je suis, et celui que j’arpentais minot avec mon grand père et c’était effectivement un jardin ouvrier, je me souviens encore de ce petit puits sous l’immense figuier et le vieux qui m’apprenait à boire à son outre en peau de je sais pas quoi ! putain maintenant à la place y’a des pavillons chicos, c’est ça le progrès il parait…

    j’aime bien ce que tu dis remi, sauf que faire un jardin c’est pas de l’amour mais un moyen de se sortir la merde de la tête.
    j’ai fait des jardins, et de la maçonnerie puisque ça va souvent ensemble, chez des gens qu’avaient un morceau de terrain pas plus grand qu’une jardinière et crois moi si tu veux, mais c’était tout sauf une histoire de pognon ou de joli jardin d’amour, d’ailleurs vu que je suis assez fêlé du bulbe si je commence à compter le nombre de chantiers que j’ai fait à perte parce que j’arrive pas à prendre l’oseille quand je vois que y’en a pas des masses.

    y’en a c’est les bouquins, d’autres les bagnoles, et pour certains c’est les petites fleurs, ça s’explique pas ce genre de chose, d’ailleurs pourquoi faudrait toujours tout expliquer ou chercher à opposer, comparer, assimiler pour mieux appréhender.
    tu sais, je veux bien qu’on parle de politique et de la société de merde dans laquelle on vivote, mais purée de nouzoutres, parfois ça fait un bien fou de mettre les adjas loin d’un quotidien merdique à souhait et de regarder ses mains noircies par le compost ou gantées de boue séchée.

    Répondre

  33. clomani

    25 avril, 2010 à 11:05

    Pour l’ »Insurrection qui vient » on peut le télécharger du site de l’éditeur (Hazan). Désolée, j’ai perdu le lien mais si quelqu’un le veut, je l’ai téléchargé en PDF sur mon ordi… me contacter et je peux vous le faire suivre. C’est bête, j’avais le bouquin et je l’ai égaré !!!
    Sinon, en parlant d’insurrection et de subversion, et en changeant de monde, je voudrais vous inciter à aller voir le documentaire de Coline Serreau (à Nantes il passe au Katorza) : « solutions locales à problème global ». Vous en sortirez beaucoup plus intelligent, en ayant totalement compris où les agro-industriels veulent nous mener. Ca parle du monde paysan, ça parle de terres mortes à cause des engrais, des dérives de l’agronomie actuelle, mais ça parle aussi de différentes initiatives, un peu partout dans le monde (dont un paysan ukrainien qui fait du bio depuis plus de 40 ans et dont les récoltes sont époustouflantes, dont le MST (mouvement des sans terre au Brésil) et bien d’autres, en France aussi. Ca parle de respect de la nature, de la dépendance alimentaire, de l’appauvrissement des pays pauvres, des suicides des paysans en Inde…
    C’est passionnant. Il y a même un site qui fourmille d’infos : http://www.solutionslocales-lefilm.com!
    Encore une oeuvre subversive qui, contrairement à « l’insurrection… » propose des solutions.

    Répondre

  34. b.mode

    25 avril, 2010 à 11:17

    Tu es de Nantes, Clomani ?

    Répondre

  35. clomani

    25 avril, 2010 à 11:19

    Nan, mais je vais bientôt y habiter… nananèèèèère.

    Répondre

  36. clomani

    25 avril, 2010 à 11:21

    Je crois même que nous avons déjeuné ensemble à Nantes il y a peu de temps, B.Mode ;o))

    Répondre

  37. b.mode

    25 avril, 2010 à 11:21

    Eh bah, tu sais qu’on est trois ici du coin et qu’on s’est fait une super bouffe pas plus tard que y’a une semaine. Hésite pas si l’envie t’en dit à nous contacter ! ;)

    Répondre

  38. lediazec

    25 avril, 2010 à 11:39

    A Clomamani. T’es clo, toi ? T’étais avec Babel au repas de vendredi en quinze ? On m’a dit beaucoup de bien de ta personne. J’ai même lu et apprécié un certain voyage dans le cadre du cinéma vers là-bas. C’est bien toi ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  39. b.mode

    25 avril, 2010 à 12:01

    arf c’est toi ! bon sang ! je suis vraiment à l’ouest… :oops:

    Répondre

  40. clomani

    25 avril, 2010 à 12:17

    Houlaaaa, réveille-toi, j’en étais, de cette bouffe…
    (je ne savais pas que l’influence suisse s’étendait jusqu’à Nantes) ;o)))

    Répondre

  41. clomani

    25 avril, 2010 à 12:20

    Ben oui, c’est moi…
    Pouffepouf sur Dazi
    Clomani ailleurs…
    Baronrouge quelquefois (mais c’était pour dézinguer sur un forum de « méchants »).
    Babel, t’aurais pu leur expliquer ;o)))…
    enfin, y’en a tout de même un qui percute plus vite que l’autre n’empêche…

    En attendant, allez vite voir ce film de Coline Serreau, ça vaut son pesant de cacahuètes ;o).

    Répondre

  42. b.mode

    25 avril, 2010 à 12:27

    J’en étais resté à Claudine ! :oops: « Couac » qu’il en soit, tu es vraiment la bienvenue ici. J’ai passé un très bon moment avec vous trois et j’espère que tu te rappelles ma proposition ! Plus qu’honnête ! ;)

    Répondre

  43. clomani

    25 avril, 2010 à 12:45

    Tout à fait… bon, déjà jette un coup d’oeil sur mon blog… constate ma paresse par la même occasion.
    J’ai une petite proposition à te faire aussi (tout à fait honnête) : je vais souvent au cinéma… le matin, c’est moins cher ou avec ma carte vermeil ;o)…
    Je peux vous faire une petite rubrique « critique de films » si ça vous intéresse…
    Pour le reste, faut voir… mais je peux aussi faire un truc rigolard sur les émissions de télé qu’on nous impose… mais bon, je sévis déjà sur @si… Ceci dit, si je regarde la télé en prenant des notes pour en tirer des conclusions drôles le lendemain, ça me fera une astreinte et je pourrais me défouler. Parce que je ne peux pas jouer les papys du Muppet Show toute seule, tu vois quoâ…

    Répondre

  44. b.mode

    25 avril, 2010 à 12:50

    Que ce soit critique ciné ou démolition d’émission de télé, on est preneur de ta prose à 200 % . l’ami rodo pourra confirmer, on en a parlé ce matin ! on adore la variété des plumes et des points de vue ! surtout quand ils sont drôles ou originaux !

    Répondre

  45. babelouest

    25 avril, 2010 à 12:57

    Ouf ! Ouf ! Zut, Clo, il y a eu cafouillage ? J’étais ailleurs, sur d’autres sites entre autres….

    Dont ce truc qui m’a fait TILT
    http://www.dazibaoueb.fr/article.php?art=12437

    Vraiment désolé !

    Répondre

  46. ZapPow

    25 avril, 2010 à 14:56

  47. clomani

    25 avril, 2010 à 20:20

    Au fait, je sais intervenir dans les « réactions » mais je ne sais pas où pondre un article (cinoche par ex…).
    J’fais comment ? (excuse, pas l’habitude des blogs… même sur le mien, je suis larguée).

    Répondre

  48. b.mode

    26 avril, 2010 à 8:06

    @clomani
    Heureusement que rodo a l’oeil et le bon, ta réponse m’avait échappé ! Je te contacte sur ton adresse gmail

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’abeille au secours de l’humanité ?

Grâce à mon boycott du bla-bla de Tsarko du 12 juillet, j’ai pris le temps de finir la lec…