Austère

35
0
726

oppression1.jpgAux stères du bois qui pourrait bien chauffer. Les dirigeants de l’Europe ont décidé, contre toute logique, de faire passer le bien-être des banques avant l’existence des pays de l’Union, avant les citoyens, avant le droit à un travail décent dans des conditions décentes, rémunéré décemment. Il faut dire aussi que le traité de Lisbonne est très évasif sur ces données-là, données essentielles pour tous, sauf pour les Caïds de Bruxelles.

L’argent aurait-il donc tant de valeur, face à la vie des habitants de notre Europe ? Il faut bien vous dire, dirigeants félons, brutaux, pleins de morgue, que les nonistes de 2005 sont en fait bien plus européens que vous. Ils sont attachés à ce coin de terre qui fait face à l’Amérique du nord, à ses nuances de climats, de langues, de tempéraments, d’idées, de rapports avec les dieux quels qu’ils soient. Ils répugnent à se voir dans les faits imposer une langue unique, celle d’une île peu encline à faire partie de cet ensemble, paradoxalement. Ils supportent fort mal de subir une uniformisation des rapports aux religions,un nivellement de législations qui tiennent compte des différences de climats (eh oui) et de coutumes. Devant cet ensemble frémissant et plein de bonnes volontés, le lobby de la finance mondiale impose une circulation sans aucun contrôle des fonds, des denrées, des services, sans se préoccuper aucunement de la pertinence d’une telle décision. Seul compte le PROFIT maximum pour vous, et surtout pour vos commanditaires internationaux. Au Moyen Age, à propos de votre caste, Messieurs, on parlait de bandits de grands chemins, de grandes compagnies, et ceux qui se faisaient prendre par les prévôts finissaient branchés haut et court. Aujourd’hui, excepté quelques lampistes comme Kerviel ou même Madoff, qui lui-même n’était qu’un pion, vous êtes intouchables puisqu’au-dessus des politiciens que vous contrôlez.

C’est bien pourquoi il devient nécessaire de mettre hors la loi le PROFIT. Puisque les banquiers ne savent pas se contrôler, il va bien falloir que quelqu’un le fasse à leur place. Puisqu’aux États-Unis, puis dans le reste du monde, des politiciens ont fait l’erreur, voulue ou non, de permettre la fusion des banques d’affaires et des banques de dépôt, il sera nécessaire de redresser cet incident de parcours catastrophique. Puisque les lobbies ont réussi à faire voter par NOS parlementaires l’interdiction à chaque État d’être le maître de sa monnaie, il sera nécessaire de rectifier ce scénario catastrophe qui ruine les nations, les citoyens-travailleurs au PROFIT des banques, et d’interdire l’existence des banques d’affaires. Puisque les traders et les cambistes, en leur nom propre ou en celui de leurs patrons, jonglent avec les millions de dollars qu’ils n’ont pas afin de faire encore plus de PROFIT, fermons la Bourse et contrôlons avec une minutie sans précipitation les mouvements financiers.

La grande liberté accordée laissée aux fonds de circuler doit cesser, les aberrations du commerce mondial également. Produire local, penser mondial doit (re)devenir le mode de pensée dominant. Cela évitera aussi d’inonder la terre de produits toxiques sensés compenser les difficultés de la culture dans des zones où celle-ci est impensable : du maïs en milieu semi-désertique est une hérésie qui se paie très cher en termes d’environnement.

Tout se tient, tout s’influence et réciproquement. Pendant que ce saccage de notre milieu de vie s’organise en toute impunité, les médias poussés par des politiciens véreux et cyniques lancent de grandes campagnes de dénigrement afin d’exacerber les tendances à l’animosité entre les personnes. C’est le voile par ci, le plombier polonais par là. C’est l’enfermement des jeunes des quartiers les plus défavorisés, afin qu’ils déclenchent quelques violences : celles-ci seront volontairement exacerbées par des provocations, ou artificiellement produites par des taupes des “forces de l’Ordre”. Pendant ce temps-là, des lois sont votées à toute allure, à deux heures du matin, qui empirent la situation.

Brigands milliardaires, politiciens véreux, journalistes plus que complaisants, instituts de sondages incendiaires, lobbyistes amoraux, sachez que votre manège est compris, analysé, et que déjà il vous faudra payer bientôt, le plus tôt possible. Les foules paraissent amollies par les télévisions complices, avachies par le désœuvrement du chômage, désespérées et fatalistes : une étincelle pourrait bien déclencher le retour du sursaut salutaire, de la solidarité fraternelle et féconde, et comme par un torrent libéré vous seriez balayés comme des mouches. Plus forte sera la contrainte, plus forte pourra être la réaction. Les volcans qui dorment inspirent les même inquiétudes.

Ce jour-là, car il viendra, soyez-en sûrs, votre échafaudage mondial de compromissions, de gaspillages d’énergie, d’esclavages à plusieurs étages, tout s’écroulera malgré toutes vos précautions, et malgré les fortunes que vous aurez dépensées à le bâtir et à le consolider. Ce jour-là, tremblez : il ne vous sera accordé aucune excuse. Mais on peut penser que parmi vous, un nombre important est atteint de sociopathie, et n’a aucune idée des ressentiments amoncelés. Vous voilà prévenus.

Debout, les damnés de la Terre…

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par babelouest
Charger d'autres écrits dans Politique

35 Commentaires

  1. b.mode

    10 mai, 2010 à 4:57

    Les medias au grand complet de ellkabbach à Aphatie en passant par Duhamel ou Calvi relaient ce gangstérisme patenté en nous infligeant quotidiennement leur litanie sur la dette et sur l’obligation d’austérité. Ils oublient tous le noeud du problème. Le cynisme et la déshumanisation de la finance mondiale. C’est par là qu’il faut commencer à sévir pas par le dépouillage des pauvres.

    Répondre

  2. clomani

    10 mai, 2010 à 8:06

    L’autre jour, sur @si, un internaute lançait l’idée de faire une « Constituante »…
    Mais tu as raison, Babel. Quel constat d’échec du monde politique mondialisé : en Angleterre, pas de gouvernement, ça tiraille d’un côté et de l’autre pendant que les prix flambent, que la City spécule et que les British sont de plus en plus pauvres. En Allemagne, les élections dans un land font vaciller Merkel. Chez nous, on n’ose pas prononcer le mot « austérité », « serrage de ceinture ».

    Les peuples, eux, ont déjà tout perdu. Ce qui signifie qu’ils n’auront pas grand chose à perdre en se soulevant.

    Il pourra écrire : « la finance m’a tuer » en lettres sanglantes sur le mur où il agonisera.

    Répondre

  3. lediazec

    10 mai, 2010 à 8:23

    Les peuples ayant tout perdu, y compris la démocratie (âmes sensibles s’abstenir), il ne leur reste qu’un symbole comme espoir : la démocratie. Mais chut ! La démocratie c’est du long terme. Si vous dites à quelqu’un que dans les circonstances présentes la démocratie n’est qu’un leurre, il ne tardera pas à fourbir son argumentaire pour vous prouver le contraire et vous traiter de fou.
    Vive donc la démocratie, celle qui tarde à darder son rayon sur les peuples.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. clomani

    10 mai, 2010 à 8:57

    Vu sur @si… les doutes de J.F.Kahn :
    « La conclusion d’un accord à Bruxelles entre les 27 pays de l’Union européenne est tellement laborieuse qu’il n’est pas sûr que «les marchés», comme on dit, s’en gargarisaient de contentement . » écrit sur son blog Jean-François Kahn, à propos du plan d’urgence conclu dans la nuit de dimanche à lundi.
    « Il était question à l’origine de constituer un fonds de stabilisation doté de 60 milliards d’euros empruntés avec une garantie de la Commission européenne. (…) Or, tout à coup, la France et l’Allemagne s’en disputant l’initiative, on évoque a nécessité de disposer de 500 milliards d’euros (…) Puis, dans la nuit, on passe à 600 milliards, l’accord final dégageant une réserve de 720 milliards de prêts disponibles pour les pays en difficulté en faisant la demande, dont 220 du FMI (…) comment les marchés, émotifs, pusillanimes et panurgiques, n’en tireraient-ils pas la conclusion que la situation est beaucoup plus grave qu’on ne le prétendait ou qu’on l’imaginait ? (…) confrontés à une crise financière majeure (…) les pays européens, qui n’avaient d’ailleurs pas le choix, ont pris cette décision: tout faire pour donner à croire que l’Europe existe. (…) En fait, ce que cette crise a démontré, c’est que l’Europe du traité de Lisbonne est non viable et qu’elle a d’ailleurs vécu. »

    Répondre

  5. laetSgo

    10 mai, 2010 à 9:10

    salut les Ruminants ! assez d’accord avec l’analyse de JFK :
    1 – pour lémarché la situation est très grave puisqu’autant d’argent est mis sur la table (ms ça, ils le savaient puisque ce sont eux qui l’ont créée) donc ils avaient raison
    2 – chouette, plein de pognon à récupérer et allons-y gaiement à l’attaque de l’Espagne et du Portugal puisqu’ils seront « soutenus » (et « rigorisés » en passant ce la va sans dire !)
    3 – en décortiquant ces centaines de milliards, on se rend compte que c’est avant tout un effet d’annonce –> donc on continue la curée !
    Ah, elle est chouette la démocratie ! Babel, tu es peut-être optimiste…tu es convaincu qu’il viendra, ce jour que tu appelles de tes voeux ?

    Répondre

  6. babelouest

    10 mai, 2010 à 9:18

    Oui, Clo, je pense qu’un jour viendra mais…. on commence à cotiser, pour quelques missiles de croisière ? ;)

    Répondre

  7. remi begouen

    10 mai, 2010 à 9:46

    Bel article, Babelouest, à quelques détails près, dont celui çi : tu parles ‘d’incident’ à corriger à propos de la confusion entre banques d’affaires et de dépôts. Mais c’est pire qu’un incident et cela ne va pas se corriger d’un coup de bagette politicienne : Cette confusion est dans l’axe de la dictature du Fric… sur les politiciens quels qu’ls soient!…Tu parles de ‘rectifier le scénario catastrophe’. Non, le metteur en scène (facade politicienne) ne peut pas s’opposer au producteur du (mauvais) film : c’est son fric…
    Par contre, bravo sur ta description lyrique de l’Europe des diversités… qui est d’ailleurs à l’opposé de la vision fric, entre autres du Traité de Lisbonne. Oui ‘ça branle dans le manche’ comme le dit une vieille chanson révolutionnaire. Quant à la prochaine, de révolution, on va pas la faire à coups de ‘yaka, yaka…’, mais en continuant et améliorant nos humbles travaux de fourmis. Hôla, volcan, réveille-toi… avant un cataclysme genre guerre nucléaire contre l’Iran, voire pire!

    Répondre

  8. babelouest

    10 mai, 2010 à 10:03

    @ Rémi
    Je suis bien d’accord, « incident », c’est une litote de mauvais goût. Quant aux financiers, c’est à coups de véhicules intercontinentaux qu’il faut les attaquer : un sur Downtown Manhattan, un sur la City. Après, ils seraient calmés pour un petit moment. Cette engeance doit disparaître de gré ou de force.

    Quant au fric, ne l’oublions pas : il n’existe pas, il est inventé au fur et à mesure des lubies de ces messieurs, ce n’est même pas du vent, mais quelques électrons circulant d’ordinateur en ordinateur.

    La révolution, c’est par exemple tout simplement acheter local, retirer ses billes de la banque en y laissant un minimum, éviter de prendre la voiture, aller en vacances en vélo, faire pousser ses salades, faire réparer ses chaussures, revendre la télé, il suffit que vingt millions de français fassent au moins une partie de ces gestes simples, et on en reparlera.

    Répondre

  9. Christophe Certain

    10 mai, 2010 à 10:03

    Tu as raison Babel, il est temps de présenter la facture !
    Je vais vraiment finir par croire au complot mondial : dans le fonds qui vient d’être créé il y a 200 milliards qui vont venir du FMI. A la prochaine crise spéculative, quand on va claquer allègrement ces tunes pour sauvegarder le niveau de l’euro (politique de crétins quand tout le monde essaie de dévaluer sa monnaie pour être plus compétitif) c’est maintenant le FMI qui va nous donner des ordres… Je n’arrive pas à y croire. C’est un putsch par anticipation. Sarkozy pourra dire pour ses prochaines réformes que c’est le FMI qui les réclame ! C’est ce qui a mené l’Argentine à la faillite. Grâce à DSK, voilà: maintenant on y est ! Encore quelques années de chômage et de politique antisociale et on en arrivera au point où le FMI nous ordonnera de disperser ce qui reste encore de l’état : écoles, hopitaux, etc. L’europe n’était qu’un attrape-couillons pour nous mettre dans la nasse. Imagine-t-on que la France seule, sans l’euro, aurait fait appel au FMI pour rembourser ses dettes ?
    Il est vraiment temps de se réveiller !

    Répondre

  10. laetSgo

    10 mai, 2010 à 12:28

    En attendant, les marchés sont aux anges !!! quasi 8% de gain ce matin http://www.lesechos.fr/investisseurs/analyse_seance/investir_00251118.htm
    youpi ! y’a d’la joie !
    toute cette thune qu’ils vont pouvoir se mettre dans les poches…ils n’y croyaient plus, mais si ! Angela et Nicolas l’ont fait (avec un p’tit coup de main de Dominique-nique-nique) ! A eux les milliards, à nous de broyer du noir….

    Répondre

  11. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 14:45

    Très drôle Babel, quand c’est moi qui parle de boycotter les « made in » ou de planter ses salades, on me prend pour une vieille conne ! Tiens tu me fais penser à cette Gwada qui demandait comment faire pousser un bananier sur son balcon de HLM ! En parlant de Gwada et de Martinique, il s’en passe de belles du côté de Sainte-Anne, ils étaient déjà empoisonnés par le chlordécone des bananeraies, maintenant c’est avec les résidus de carénages de bateaux. Intérieur et extérieur. Dans un interview, un membre du Conseil Général expliquait en qu’en Gwada, le peu de terre non infestée de chlodécone pouvait (?) être mise en maraîchage. Mais pour les rivière… ben ils ont bien installé des filtres à charbon qui travaillent bien, mais tant que les charbons infestés seront redéversés dans les rivières …
    Pas besoin de beaucoup de sous pour envoyer les « marie-salopes » plus loin en mer après la barrière d’herbiers et de coraux. Pas besoin de sous pour brûles les charbons infectés (çà fait un peu de pollution, mais de 2 maux faut choisir le moindre).
    J’en reste à mon idée « primaire » que l’europe à 27 est une connerie, qu’il faut saquer les banques en premier et ensuite les états se dissocieront tous seuls les uns après les autres.

    Répondre

  12. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 14:48

    En plus v’s'aimez pas le jazz …

    Répondre

  13. babelouest

    10 mai, 2010 à 14:52

    « Très drôle Babel, quand c’est moi qui parle de boycotter les “made in” ou de planter ses salades, on me prend pour une vieille conne ! », dis-tu Lapecnaude.
    A propos de quoi ? Je suis tout-à-fait d’accord avec toi, et je ne pense pas avoir soutenu l’inverse….

    Répondre

  14. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 15:12

    @ Babel – Je suis une damnée et je suis debout … ton article est paru sur mon blog il y a deux jours, c’est tout, j’ai eu plaisir à le relire et à y trouver de nouvelles idées. Autrement, je suis « dans l’amer » et j’ai bien envie de balancer mon falot de naufrageur dans le sens du Gulf Stream …

    Répondre

  15. b.mode

    10 mai, 2010 à 15:16

    Bon dis moi au fait pecnaude, t’y as vu j’ai mis tes photos comme tu le voulais ? ou non ?

    Répondre

  16. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 15:16

    Jhe m’expyique en fraçais peur feire paisi à d’ot, histouère que thieu billet seyisse refarencé courme o s’faut et qu’la goule à l’ot seyisse bin à sa piace sus l’arentelle …

    Répondre

  17. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 15:25

    Merci Bernard, quand je dis « amer », c’est que j’en ai marre de toute cette comédie, alors qu’on en est à calculer le prix de chaque chose que l’on doit acheter par nécessiter, cette valse des milliards virtuels ou réels me donnent le tournis. Autrement ici quand on dit « tu cherches l’azimut » ou « on n’est pas dans l’amer » ce sont des formules… la seconde étant celle d’un blog que j’aime bien – les naufrageurs.

    Répondre

  18. clarky

    10 mai, 2010 à 17:35

    « La révolution, c’est par exemple tout simplement acheter local, retirer ses billes de la banque en y laissant un minimum, éviter de prendre la voiture, aller en vacances en vélo, faire pousser ses salades, faire réparer ses chaussures, revendre la télé, il suffit que vingt millions de français fassent au moins une partie de ces gestes simples, et on en reparlera. »

    j’aimerais pouvoir te dire banco mais ça parait difficile babel d’y arriver, acheter local quand tu vois l’éclatement des productions, mais y’a moyen d’acheter local, les amap ça marche et c’est surtout une volonté de dire merde aux colosses de l’agro-alimentaire, mais faut pas s’enflammer biscotte c’est pas demain la veille que les gens vont déserter la grande distrib et leurs petites soeurs du hard discount.

    la banque j’en parle même pas, je peux plus les voir ces enflures, maintenant ces charognes m’appellent même a casa pour me faire de l’intimidation, sauf qu’après gueulante de ma part, j’ai appris que ces putain d’appels n’avaient pour but que de me faire passer à l’agence histoire de me refourguer leurs merdes de produits financiers et autres services payants, des charognards je vous dis !!!

    éviter de prendre la voiture, ça c’est fait, j’ai filé la mienne…mais tu peux pas imposer aux gens de se passer de la caisse, surtout en milieu rural où le moindre déplacement devient sacrément compliqué.

    les vacances faut déjà pouvoir se les payer, et si en plus faut se taper le déplacement en vélo ;)

    faire pousser ses salades, j’en connais au moins un qui le fait, c’est le châtelain, la vache qu’est ce qu’il peut nous en balancer des salades lui !!!

    pour les chaussures, je sais pas vous, mais dans la galerie marchande où je vais faire mes courses, ben ça fait facile quatre piges que le petit cordonnier de la galerie marchande a mis la clef sous la porte, maintenant à la place t’as un truc de téléphonie mobile, tout un symbole…

    la télé ??!!?? et comment je fais pour regarder mes dvd et mes vieux films :)

    Répondre

  19. b.mode

    10 mai, 2010 à 17:40

    Lolo, c’est beau le maroc ? :) je sors ! ;)

    Répondre

  20. clarky

    10 mai, 2010 à 17:46

    tu sous-entends que j’ai fumé :) , je fume par procuration quand guigui passe, j’inhale contre ma volonté ;)

    je préfèrerais st barth ou prague :)

    Répondre

  21. BA

    10 mai, 2010 à 17:52

    Voici ce qui a été décidé lundi 10 mai 2010 :

    - 1- Première étape : les Etats d’Europe du sud doivent emprunter sur les marchés internationaux des centaines de milliards d’euros.

    - 2- Deuxième étape : les banques privées achètent ces obligations des Etats d’Europe du sud. C’est le marché primaire. Pour pouvoir acheter ces obligations, les banques privées empruntent à la Banque Centrale Européenne à un taux très faible : les banques privées empruntent à 1 %.

    - 3- Troisième étape : la Banque Centrale Européenne va racheter aux banques privées ces obligations des Etats d’Europe du sud. C’est le marché secondaire.

    - 4- Bilan de l’opération :

    - Les banques privées vont gagner des milliards d’euros.

    - La Banque Centrale Européenne va devenir une gigantesque fosse à merde.

    - Dans le bilan de la Banque Centrale Européenne, les obligations pourries des Etats d’Europe du sud seront stockées pendant des années.

    - Les CONtribuables paieront la facture.

    - CONtribuables, préparez vos chéquiers.

    Résultat des banques privées à la Bourse de Paris aujourd’hui :

    Sur le front des valeurs, parmi les plus fortes hausses du CAC 40, on trouve:
    SOCIETE GENERALE (+ 21.91 % à 39.95 euros )
    AXA (+ 20.09 % à 14.195 euros )
    BNP PARIBAS (+ 19.03 % à 52.29 euros )
    CREDIT AGRICOLE (+ 16.72 % à 10.575 euros )
    DEXIA (+ 16.36 % à 3.84 euros )

    http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=766c1120aed119efa5506609de5043fe

    Répondre

  22. b.mode

    10 mai, 2010 à 18:35

    lolo, je ne sous entends rien du tout fillot ! tu dis que les banques te bigophonent à Casa ! :)

    Répondre

  23. b.mode

    10 mai, 2010 à 18:37

    ça y est c’est reparti ! le lèche burnes de sévices, kouchner clame à tout va que c’est sarko qui a sauvé l’europe ! et le pire c’est que nos concitoyens vont le croire ! burp !

    Répondre

  24. clomani

    10 mai, 2010 à 18:46

    Je viens de lire cette réaction dans « arrêt sur images »… je la trouve pertinente :

    « J’ai réussi à me fâcher avec des amis ce week end à cause de ça.
    Des amis qui ont bac+5 en économie et qui travaillent dans des assurances. D’abord parler du système qui s’écroule ce n’est pas très amusant, ils préfèrent ignorer le problème (je le comprends tout à fait, même si j’ai un tempérament particulier je déteste ignorer la réalité crue). Ensuite même s’ils veulent bien reconnaitre certains points illogiques du système, ils ont confiance dans le fait qu’on ne peut et qu’on ne doit rien changer (je soupçonne qu’ils aient été lobotomisés par leurs études).
    Enfin quand ils concèdent qu’on va très probablement à la chute, c’est sans le réaliser pleinement et ils me disent : « il faut bien que ça arrive c’est cyclique on verra bien » avec un grand sourire.

    Mes amis ne sont pas stupides, ni incultes, seulement l’aspect politique des choses n’existe plus. Ils ont de quoi manger, ils ont leur petit soucis quotidiens, et ont cette expérience de la vie qui leur montre qu’il ne se passe jamais rien, et qui les dirige vers des questions annexes. La politique ne les concerne pas ou peu, de toute façon pour eux c’est de la mascarade. Les personnes dont j’ai pu constater la réceptivité au sujet politique économique, sont soit des gens qui sont en précarité avec des emplois à 3/4 temps payés une misère ou des gens déjà politisés et dont le passe temps favori est lié à la compréhension du monde (littérature, et internet).

    Les autres soit la majeure partie de la classe moyenne, et en gros la majeure partie de la population s’en foutent totalement, leur vision sur le monde étant réduit à leur quotidien.

    Face à des propositions alternatives, ne serait-ce qu’en reprenant celles avancées par un Lordon par exemple, j’essuie rires et condescendance, sans argument valable contraire, mais juste deux ou trois lois de la pesanteur basée sur une idéologie probablement enseignée en fac. Et je remarque d’ailleurs que avec Bac+5 ils ne savent pas précisément comment est créée la monnaie, et n’ont qu’une compréhension partielle de la crise des subprimes.

    Devant un tel état de fait, je désespère d’arriver à quoi que ce soit, je ne peux pas m’empêcher de considérer les personnes qui s’en foutent comme inconscients et irresponsables, et forcément même si je ne le dis pas ça se ressent et ça crée des tensions. :)  »
    Qu’en pensez-vous ? Je crains que « lullushu » n’aie raison ! Rien ne changera tant qu’on ne leur aura pas coupé les oreilles et la queue ;o(…

    Répondre

  25. b.mode

    10 mai, 2010 à 18:59

    Bien dans la ligne de conduite ultralibérale vendue par les medias et les écoles comme INCONTOURNABLE ! foutaises et billevesées que tout cela !

    Répondre

  26. b.mode

    10 mai, 2010 à 19:06

    Tiens, rien à voir mais tous les compteurs sur twitters ont été remis à zéro ! Les chinois du FBI ?

    Répondre

  27. babelouest

    10 mai, 2010 à 19:45

    Non, les Mongols d’Anchorage…

    Répondre

  28. clarky

    10 mai, 2010 à 19:47

    exact bernard, ils m’appellent chez moi, sauf qu’ils me confondent avec mon frérot qui a aussi son compte à la banque populaire, en fait on est quasiment tous à la banque pop :)

    j’ai juste compris le pourquoi du comment de ces appels à la con, grâce à un pote qui bosse dans mon agence, et qui était en terminale avec moi, en fait c’est une technique commerciale pour te faire descendre sur martigues et te proposer d’acheter des services payants auxquels t’as pas encore souscrit.
    mais faut voir la façon dont se passe le coup de fil, le dernier la nana me demandait sur un ton des plus intimidants de me rendre rapidement à l’agence, la vache j’ai eu l’impression qu’elle me prenait pour mesrine sans dec.

    bref, l’échange a été des plus cordiaux, un grand moment d’anthologie :)

    j’aime bien quand tu sous entends bernard, ça me rappelle opiom ;)

    Répondre

  29. b.mode

    10 mai, 2010 à 19:54

    Mon bon Lolo, je sous-entends rien du tout ! Casa c’est l’abréviation de Casablanca, tu savais pas ?

    Répondre

  30. clarky

    10 mai, 2010 à 21:14

    putain j’avais pas fait le rapprochement bernard, moi j’en était resté sur casa la bicoque, tout au plus un casa , casanis, j’avoue que sur ce coup j’étais aux fraises ;)

    sissi impératrice, je connais l’abréviation pour casablanca mais j’étais pas sur la bonne fréquence tout à l’heure et j’ai pas percuté, si tu m’avais dit bergman ou bogart.

    bon y’a pas mort d’homme, je dis ça pour rassurer les lecteurs non avertis qui y auraient vu un début de fight :)

    Répondre

  31. lapecnaude

    10 mai, 2010 à 21:33

    @ Clomani – et c’est à ce moment là qu’on se demande si on ne « date pas vraiment » !
    on finit par regarder ses interlocuteurs en ayant l’impression de regarder au travers d’eux tellement ils sont loins.

    Répondre

  32. Laetsgo

    10 mai, 2010 à 22:31

    Clo, lapecnaude, j’y suis passée ds ces écoles qui fabriquent les esprits soumis ! Et je m’en suis émancipée ! Ms je suis curieuse de nature et j’aime « creuser » ! C’est donné à chacun d’entre nous encore faut-il avoir un minimum d’ouverture d’esprit…ce que s’attachent à détruire l’éducation nat (en tant que système) et surtout lémedia ! C’est pr cela que je revendique tant la fin de la télévision ! Chacun a les moyens de s’informer aujourd’hui, d’ouvrir les yeux…on en revient à la responsabilité individuelle : on ne peut forcer les gens à ouvrir les yeux, ils doivent le vouloir !

    Répondre

  33. Narak

    21 mai, 2010 à 21:49

    Et bien me voilà rassuré… je vois que le fascisme rouge est encore debout.

    Répondre

  34. lediazec

    21 mai, 2010 à 22:03

    @ Narak. C’est surtout les imbéciles qui sont debout. Vous en êtes un.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  35. babelouest

    22 mai, 2010 à 1:16

    @ LætSgo – moi aussi, j’ai connu ce genre d’école – et me voilà.

    @ Lediazec – merci de m’avoir défendu. Monsieur fait sans doute partie des heureux bénéficiaires du $ y $ t è m e .

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Être français…

L’ami Babelouest du site Dazibaoueb nous livre ici sa contribution au fumeux débat l…