Accueil Politique Pâté de lapin

Pâté de lapin

30
0
1,352

petit10.jpgCe jour là quand vous vous approchez de la cage du lapin, il sait pourquoi vous êtes venu. Regardez-le, il tourne dans sa cage, puis en vous voyant arriver se plaque naïvement contre la paroi du fond, en pensant qu’il pourra vous échapper.

Faites attention, un lapin terrorisé peut vous faire de profondes entailles dans les bras, aussi bien avec ses dents qu’avec ses griffes. Vous ferez donc attention de bien le prendre par la peau du dos, et de serrer très fort pour qu’il ne puisse vous échapper, même s’il se débat. En touchant de la main sa fourrure vous vous rappellerez la douceur du petit lapin dans vos bras, la douceur de tous les petits lapins qui sont entrés dans cette cage. Vous vous rappellerez quand vous étiez enfant, lorsque vous regardiez comme hypnotisé votre grand-mère tuer des lapins, sans état d’âme apparent. C’est votre tour maintenant. Votre bras ne doit pas faiblir.

Après avoir serré un nœud coulant autour des pattes arrières de l’animal, vous le suspendez à la branche de prunier, là, juste au dessus du fumier. Le lapin se débat, il pousse des petits cris, il cherche à s’échapper. Vous empoignez alors le semoir pour planter les choux ou tout autre instrument contondant. Energiquement, vous lui fracassez la nuque. Le lapin n’a pas crié. Il ne bouge presque plus, il est animé de quelques tremblements désynchronisés, comme un jouet cassé. Vous lui assénez un second coup. Il ne bouge plus. Vous prenez alors un couteau bien pointu et vous lui arrachez un œil. Il faut tourner dans l’orbite et tirer, jusqu’à ce que le sang coule. Le lapin ne doit plus contenir de sang quand on le mangera. Pendant que le sang coule, vous entaillez la peau autour des 4 pattes, vous lui ouvrez le ventre et vous enlevez rapidement les entrailles, en les prenant à pleines mains, sinon les pattes arrières auront un horrible goût d’urine. Vous lui tirez ensuite la fourrure, qui s’enlève comme un pyjama, se désolidarisant de la peau comme on enlève le dos d’un autocollant, et laissant voir une peau rosâtre aux jolis reflets bleutés. C’est presque poétique. Ces reflets fugaces s’estomperont d’ici quelques minutes. Le sang finit de se répandre sur le fumier, dans une flaque noirâtre qui intéresse déjà quelques mouches.

Récupérez le foie et les rognons, ils agrémenteront le pâté. Enterrez le reste dans le fumier, cela fera un bon engrais.

Vous dépendez le lapin et le posez dans ce plat blanc en porcelaine. Vous sentez le sang frapper à vos tempes, en regardant ce qui n’est plus qu’un vous avez très chaud, vous transpirez. Vous avez plein de sang sur votre manche droite. Il va falloir laver rapidement votre chemise. Vous êtes écoeuré par ce lapin. Plus jamais vous ne tuerez de lapin. Plus jamais vous ne mangerez de lapin. Mais il faut maintenant aller jusqu’au bout. Le lapin est maintenant allongé sur ce plat. La tête lui donne un insupportable aspect de cadavre. On ne laisse pas la tête des lapins au supermarché. Pourquoi faut-il donc qu’il ait une tête ? Et il lui reste cet œil stupide qui vous regarde fixement, l’œil de Caïn qui vous jette son reproche muet. Vous êtes un assassin maintenant, un assassin de lapin. Vous essuyez machinalement la sueur sur votre front. Des bouffées de chaleur vous montent à la tête. Vous allez vous trouver mal.

Vous décidez de lui couper la tête, vous ne pouvez pas l’apporter comme ça à la maison. Si les enfants le voyaient ? Un billot, et un bon coup de hachoir. Mais il ne faut pas briser les os de lapin, les éclats sont coupants et vous risquez d’en avaler un par mégarde. Vous prenez alors le couteau et vous insinuez la lame entre deux vertèbres en cherchant la jointure. Vous n’y arrivez pas. Encore un effort et la tête se sépare du corps et tombe par terre. Vous osez à peine la ramasser, vous la prenez enfin du bout des doigts en détournant la tête et vous la jetez sur le fumier, où la rumeur des mouches se fait plus pressante.

Voilà, c’est fini. Il faut laver cette chemise. Vous sentez un désagréable liquide salé vous remonter dans la gorge. Vous allez vomir…

Nota bene et petit rappel : Christophe organise un picnic à Nantes le samedi le 26 juin 2010 à partir de 12h30. On pourra y croiser quelques ruminants tels La pecnaude, Rémi, lediazec, Clomani, Babelouest et b.mode. Venez nombreux. Le principe est simple : chacun amène un plat et on partage. Le thème est autour de la cuisine pied-noir et plus généralement méditerranéenne. Si vous ne connaissez pas ce n’est pas grave, apportez ce que vous connaissez

En réalité, la chose se passe à Vertou près de Nantes, au lieu-dit Beautour, rue de la Cale, sur les bords de Sèvre.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Christophe Certain
Charger d'autres écrits dans Politique

30 Commentaires

  1. babelouest

    13 juin, 2010 à 5:28

    Ah les pôv’tilapins ! Et c’est si mignon quand c’est petit ! Et doux ! Pas étonnant si cet animal est moins utilisé en cuisine que d’autres. Cependant, le goût est fin et bien présent. Quand il est dans le plat, bien cuit, on en redemande. C’est avant que c’est difficile.

    Jeannot, reviens ! http://i60.servimg.com/u/f60/11/40/28/12/petit-10.jpg

    Répondre

  2. clomani

    13 juin, 2010 à 8:52

    A chaque coup, je me fais avoir, Christophe ! Je me dis : super, une recette…
    Pis nan ! Encore un massacre ! Cette fois-ci, c’est le lapin !
    Ceci étant dit, lorsqu’il est en terrine après avoir été cuit en daube, il est vachement bon…
    et voilà une viande qui est bien maigre.

    Répondre

  3. Didier Goux

    13 juin, 2010 à 8:53

    Je me souviens que mon grand-père les attrapait par les deux oreilles, ses lapins. Quant à trancher la tête, c’est une hérésie : c’est très bon, la tête de lapin !

    Répondre

  4. b.mode

    13 juin, 2010 à 9:01

    Allez on change l’image et on met celle de Babel ! Sadique !!! ;)

    Répondre

  5. lediazec

    13 juin, 2010 à 9:19

    Le pâté miam-miam ! Cela dit, c’est sensible les bestioles. Souvent, elles frôlent l’infarctus, rien qu’à vouloir les toucher. Je m’en suis farci quelques-uns. Mais comme dit Didier, il faut garder la tête. Succulente et ça donne des idées à ceux qui n’en ont pas ou peu. C’est ma grand-mère qui disait ça à mon grand-père qui, le pauvre, n’avait que très peu d’idées.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. clomani

    13 juin, 2010 à 10:07

    Bande de bouchers ! ;o)))…
    Je sais, je sais… j’ai des tendances à l’anthropomorphisme ;o))…
    Dès que je suis Dieu, j’arme les lapins ;o)).

    Répondre

  7. remi begouen

    13 juin, 2010 à 10:48

    J’ai un peu peur, Christophe, que tu ne nous poses un lapin à Vertou le 26, depuis que j’ai lu ce texte… Fais gaffe : si c’est le cas et qu’on arrive ensuite à t’attraper, par les oreilles ou la fourrure, on se vengera en te faisant le coup du lapin. Puis on te retournera la fourrure de la façon que tu nous a enseigné, en se rappelant le ‘bon temps’ d’autrefois où les communistes braillaient ‘socialistes : peaux de lapin !’ pour dénoncer leurs ‘changements de veste’ d’opportunistes. Et enfin, on gueulera dans les rues de Vertou le cri d’un p’tit métier pas si sot d’autrefois : ‘Peaux de lapin ! Peaux!… même si il n’y en que la tienne (de qualité supérieure, hein!) à vendre…
    Kenavo mon pote, à bientôt les copains, sans lapin !

    Répondre

  8. Erby

    13 juin, 2010 à 11:14

    Beau texte ! J’ai eu l’impression de revenir 50 ans en arrière, quand mon adorable Zémire « Sanson » de Grand-mère jouait les bourreaux pour le repas du dimanche….

    Je serai sous d’autres cieux le 26 … Buvez un coup à ma santé !

    Répondre

  9. lediazec

    13 juin, 2010 à 11:18

    @ Erby. Dommage pour le 26. Je boirai deux coups à ta santé. Les autres feront encore pire !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. babelouest

    13 juin, 2010 à 11:26

    @ Erby
    Chez mes parents, ce n’était pas Isaure, ma grand-mère, qui maniait le bâton funeste, mais Siméon, mon grand-père. Le résultat était le même, quelques heures plus tard on se régalait.

    Il y a bien longtemps que je n’ai pas mangé de lapin !

    Répondre

  11. Didier Goux

    13 juin, 2010 à 11:36

    Chez mes grands-parents ardennais (pourquoi sont-ce toujours chez les grands-parents que l’on tue et mange les lapins ?), Suzanne s’occupait des lapins et René des pigeons voyageurs. Mais c’est lui qui zigouillait tout ce petit monde. Et c’est nous qui sucions les os avec gourmandise…

    Répondre

  12. Christophe Certain

    13 juin, 2010 à 11:56

    Bon promis j’arrête le massacre :-) Plus d’histoires comme celle-ci.

    Répondre

  13. Erby

    13 juin, 2010 à 15:49

    @Christophe Certain ……… Au contraire, ça me rajeunit !!!!!!!!!!!!

    Répondre

  14. b.mode

    13 juin, 2010 à 16:22

    Salut l’erby et dommage que tu ne sois pas de la fiesta ! même regret pour lolo et laetitia ! ;)

    Répondre

  15. b.mode

    13 juin, 2010 à 17:27

    J’amènerais une pissaladière maison ! ;) c’est pas pied noir mais c’est nissart !

    Répondre

  16. laetSgo

    13 juin, 2010 à 17:30

    et l’atroce cri de la carotte qu’on arrache à sa terre nourricière, et qu’on décapite sans état d’âme d’un coup d’incisives, vous y pensez, hein ? il n’a que ce qu’il mérite, ce lapin-mangeur de carottes ! Non mais !
    :-)

    moi z’aussi je regrette pr le picnic ! non seulement j’habite la seule région bleue de la France, mais en plus, c’est loin de tout !

    Répondre

  17. babelouest

    13 juin, 2010 à 17:51

    LaetSgo, nous enverrons des photos ! Mais bien sûr, ce n’est pas la même chose, « les bruits, les odeurs » comme disait le mangeur de pommes….

    Répondre

  18. lediazec

    13 juin, 2010 à 18:42

    Désolé. En ce qui me concerne, je ne pourrai pas apporter ma touche, mais je participerai à la boiscaille et autres…

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  19. clomani

    13 juin, 2010 à 19:01

    Moi non plus… je peux acheter des p’tits niamaniamas à grignotter mais pas faire la tambouille… et je trouverai bien un Nicolas ou un vendeur de vin sur ma route pour le tram N° 3… Au fait, LaPecnaude, veux-tu que j’aille t’accueillir à la gare ?

    Répondre

  20. lediazec

    13 juin, 2010 à 19:06

    De dieu ! Les niamaniamas, voilà une expression très Afrique de l’ouest.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  21. Christophe Certain

    13 juin, 2010 à 19:12

    la carte pour trouver le lieu du pique-nique est là : http://www.cuisine-pied-noir.com/piquenique_2.php

    Répondre

  22. clomani

    13 juin, 2010 à 20:14

    Ben vouai, Lediazec, je me suis mariée à Dakar… alors que Pasqua virait les 101 Maliens… et j’ai fait un peu de chemins avec des Sénégalais ;o)) ou d’autres Africains de l’Ouest. Grâce à la négligence de mon avocate, mon divorce n’a été inscrit sur mon état civil (à Nantes) qu’en décembre dernier !!! (alors qu’il remonte à 92).
    Même à midi, puisque j’ai participé au banquet citoyen en collaboration avec le PdeG, le NPA, la Cimade, RESF etc..; et le Comité des Sans Papiers du 17e… On a eu du Tiep…

    Répondre

  23. lapecnaude

    13 juin, 2010 à 23:54

    @Clomani – sans problème – 1. je ne sais pas encore mon heure d’arrivée – 2. Faudra que tu cherches bien pour me repérer (j’aurai au moins 1 canne et peut-être un chapeau), mesures 1 m 50 en hauteur, cela devrait être l’azimut.
    Je te dirai tout cela sans tarder – merci, merci ! Qu’est-ce que c’est du Tiep ?

    Répondre

  24. lapecnaude

    13 juin, 2010 à 23:58

    @ Didier Goux – dans la tête du lapin il y a la cervelle, la langue et les joues … quel est votre choix ?

    Répondre

  25. laetSgo

    14 juin, 2010 à 8:55

    hello les Ruminants !

    que se passe-t-il ? est-ce mon pc qui déconne ou n’y a-t-il pas de nouveau billet en ce lundi 14 juin ? bon début de semaine à tous !

    Répondre

  26. laetSgo

    14 juin, 2010 à 8:56

    oups ! ouf ! c’est mon PC qui déconnait !

    Répondre

  27. clomani

    14 juin, 2010 à 8:58

    Riz au poisson… ou Tieboudienne. Pour changer de la cuisine pied-noir, tiens, un lien sur la cuisine sénégalaise : http://www.digues-katama-diembering.fr/spip.php?article27

    Sinon si t’es toute ch’tiote, moi, chuis l’inverse, géante ;o))… donc tu me verras avant que je ne te voie… d’autant que je suis myope, très myope même avec mes lunettes ;o)). D’toutes façons t’as ma photo ici… mais j’arriverai sans chapka ;o)).

    Répondre

  28. Didier Goux

    14 juin, 2010 à 10:49

    La Pecnaude : aucun ! à la maison, la tête était réservée à ma mère !

    Et merci à Clomani pour les « niamaniamas » : je n’avais encore jamais entendu personne d’autre que mon père pour utiliser ce terme (chez lui, ça désigne les petites saloperies dont on se bourre à l’apéritif).

    Répondre

  29. babelouest

    26 novembre, 2010 à 5:15

    Calmos, Lapin : çà fait au moins 30 ans que je n’ai pas mangé de lapin, pour ma part.
    http://i60.servimg.com/u/f60/11/40/28/12/lapini10.jpg

    Répondre

  30. Anonyme

    15 décembre, 2010 à 17:35

    Merci bien espèce de torutreur, j’ai été choqué par ton histoire à la con. Depuis que j’ai mon lapin, je ne mange plus quoi que ce soit fait avec du lapin !!! Merci de m’avoir choqué…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Si vis pacem… para pacem

Si nous étions les amis d’Israël – de vrais amis – nous leur conseilleri…