Accueil Politique De l’importance des choses derrière les mots

De l’importance des choses derrière les mots

24
0
641

brevitudes1.gif

‘Justice, paix, démocratie, dialogue, tolérance… opinion, culture, religion, économie, société, politique…’ : Avec les trois mots de notre devise républicaine plus quelques autres, dont ceux si importants de la géographie et de l’histoire, voici qu’une vingtaine de mots, à peine, suffiraient à circoncire ‘les choses’. Avec ‘santé, amour, misère, richesse, vie, mort…’ OK! Il manque, bien sûr l’essentiel. La fantaisie d’au-delà des mots, des images et des musiques. Le rêve. Le cauchemar ou le doux rêve, qui s’efface souvent vite au réveil : le réel s’impose…

Je ne sais pas pour vous, mais moi j’essaie de garder trace de mes rêves. Dans ce ‘rêve éveillé’ il y a du sourire, du bonheur ; ou bien des idées noires, suicidaires. Et c’est comme ça que je m’affronte souvent au réel, à l’importance des choses et des mots… Et c’est comme ça que je découvre un livre étonnant : ‘Les mots sont importants’, de Sylvie Tissot et Pierre Tevanian (Ed. Libertalia, mars 2010, 13 E.). Pour la petite histoire j’ai attendu ce livre un bon mois après l’avoir commandé chez notre ami Gérard, de ‘La voix au chapitre’. Au matin d’avoir entendu à la radio, au cours d’une insomnie d’entre deux rêves, un entretien fabuleux avec la dame Sylvie (un prénom de rêve pour moi). Mais Gérard m’avait prévenu : ‘Ce sont des anars rêveurs comme toi, ils gèrent mal le réel…’. Et, obstiné, notre libraire a fini par obtenir 2 ex. du bouquin. Puisqu’il lit le second, j’espère qu’il en fera un bouteillemots.jpgcompte rendu plus objectif que moi.

Moi, je me contente ici de vous recommander cette lecture, consacrée à bien ‘décortiquer’ les mots des médias et essais de la triste actualité française actuelle… Je n’en dit pas plus : allez-y voir pour un ‘avant-goût’, le site lmsi.net !!!

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

24 Commentaires

  1. remi begouen

    14 juin, 2010 à 7:50

    précision : lorsque l’ami Gérard parle de ‘doux rêveurs anars’, il vise la maison d’édition Libertalia et non pas les auteurs!

    Répondre

  2. laetSgo

    14 juin, 2010 à 9:00

    oulà ! sauf erreur, ça fait un moment qu’il existe, ce site ! je dis des conneries qd je pense l’avoir fréquenté au début de ce siècle voire à la fin du précédent ? je confonds peut-être….
    Sylvie…Sylvie…si ce n’est la Sylvie de Bruno chère à lewis Carroll, ce doit être celle de Nerval ? Yes, it makes sense puisque tu parles d’un Gérard :-)
    bonne journée à tous !

    Répondre

  3. clomani

    14 juin, 2010 à 9:06

    Merci Rémi… j’ai signalé le bouquin à mon pote libraire (c’est qui, Gérard ?), qui conjugue son boulot avec libertaire, nananèèèère ;o)).
    Et merci pour le site : j’ai adoré la « traduction » du petit Domorand !

    Répondre

  4. remi begouen

    14 juin, 2010 à 10:22

    Gérard ? C’est Gérard Lambert, pas le ‘héros’ d’une chanson de Renaud, mais le libraire de la librairie nazairienne ‘La voix au Chapitre’, dont lediazec a sur ruminances publié quelques billets (sur Rougerie, par exemple), et dont je parle dans un article ‘Soirée bavarde à St-Nazaire, sur Madagascar’…
    Non, ici,ce n’est pas Gérard Nerval, pas plus que Sylvie n’est une héroïne de Lewis Carrol, désolé de te décevoir Laetsgo. Ici, c’est Sylvie Tissot, co-auteur du livre important : ‘Les mots sont importants’, ce que savaient bien Nerval et Carrol, et que savent bien toutes les Sylvie que j’ai connu et aimé, ces fées des forêts (réelles ou de mots)…

    Répondre

  5. Erby

    14 juin, 2010 à 11:33

    « Les mots sont importants »….

    Le français est une langue redoutable

    Une vieille fille se présente chez un notaire pour enregistrer l’acte d’achat d’une maison récemment acquise. Le notaire l’invite à s’installer, appelle son clerc, et demande à ce dernier textuellement :

     » Veuillez, s’il vous plaît, ouvrir la chemise de Mademoiselle, examiner son affaire, et si les règles ne s’y opposent pas, faites une décharge pour entrée en jouissance immédiate !  »

    La vieille fille est toujours en fuite . . . ;-) ))

    Répondre

  6. b.mode

    14 juin, 2010 à 11:46

    Vieux cochon mon r’né ! ;)

    Répondre

  7. clomani

    14 juin, 2010 à 12:27

    Erby, c’était le genre de blagues que mon père affectait !!!

    Répondre

  8. clomani

    14 juin, 2010 à 12:27

    Affectionnait, zut, ch’ais pus causer franchouille moi !

    Répondre

  9. Pensez BiBi

    14 juin, 2010 à 15:22

    Bien vu, Remi. BiBi en avait aussi fait une de ses Flèches de cœur

    Répondre

  10. remi begouen

    14 juin, 2010 à 17:25

    Je ne résiste pas au plaisir de vous communiquer (en très résumé) un passage du bouquin que je viens de découvrir – oui, parce que je n’ai pas attendu de tout lire pour écrire une brévitude, sans cela su été (si c’est françaoui?) une longitude…
    Pages 198-199-200, extraits :
    Le personnage Sarkozy apparaît comme une espèce de Frankestien politique, composé de pièces rapportées les plus disparates et cosmopolites. Il y a en lui du Reagan, du Berlusconi, du Mitterand, du Houphouët-Boigny, du Mao, du Pierre Poujade, du Michel Houellebecq, du John Kennedy et du Tony Blair, du Superdupont et de l’Ubu roi… et enfin une touche d’esthétique antiraciste à la mode Benetton, qui coopte généreusemenr des femmes non blanches (Fadela Amara, Rachida Dati, Rama Yade), lesquelles ne manquent pa une occasion de l’en remercier publiquement. … Et ce n’est qu’un résumé de ces pages !!!…

    Répondre

  11. babelouest

    14 juin, 2010 à 17:44

    Eh bien Rémi, ce sera une délectation d’en savoir la croustillante suite ! Merci !

    Répondre

  12. lapecnaude

    14 juin, 2010 à 17:48

    Je suis partie en guerre … gros sur la patate et ras la banane ! Lisez mon blog, j’en envoie un autre.

    Répondre

  13. lediazec

    14 juin, 2010 à 18:45

    Bon ben, voilà un livre que je vais me procurer. Merci Rémi.
    @ Françoise. Suis en train de lire « Syngué sabour ». Très, très beau bouquin. Aussi beau qu’un beau film. Merci à toi aussi.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  14. lapecnaude

    14 juin, 2010 à 19:43

    http://www.monde-diplomatique.fr/2010… çà c’est pour vous dire dans quel état je suis.
    Autrement Rodolphe, je viens de dévorer « le bourreau affable » de Sender, commencé par un énorme frisson et terminé par une énorme tendresse, j’aime.

    Répondre

  15. lediazec

    14 juin, 2010 à 19:47

    Ben, Françoise, t’as eu pour ton argent ! Ah, le parcours intitiatique de cet homme bon et délicat qui traverse les horreurs de la vie et de la mort avec une seule donnée : la frustration. Magnifique ! Toute l’âme d’un peuple concentrée en un seul homme.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  16. b.mode

    14 juin, 2010 à 20:05

    pecnaude ! lien stérile ! ;)

    Répondre

  17. lediazec

    14 juin, 2010 à 20:07

    J’allais le dire ;)

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  18. laetSgo

    14 juin, 2010 à 20:25

    je plussoie, lien vers le néant ! qu’est-ce qui t’a mis dans une telle rage lapecnaude ?

    Répondre

  19. lediazec

    14 juin, 2010 à 20:34

    @ LaetSgo. Elle attend que je la prenne dans mes bras le 26.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  20. lapecnaude

    15 juin, 2010 à 1:01

    Rodo- Bagasse, tu as dit que tu ne serais pas là !
    Bon, je vois que vous n’avez pas lu mon blog. Je suis comme une femelle qui défend ses petits ! Cà merdoie du côté des écoles.

    Répondre

  21. lapecnaude

    15 juin, 2010 à 1:06

    Je vais me commander tous les autres livres de Sender, çà me calmera. N’empêche que le garrot … cela me fait rèver avec les idées que j’ai en ce moment.

    Répondre

  22. clomani

    16 juin, 2010 à 11:36

    Me suis faite engueuler par mon pote libraire : il l’avait en vitrine la dernière fois que je suis allée le voir !!!

    Répondre

  23. remi begouen

    17 juin, 2010 à 11:36

    Dans l’hebdo Politis qui paraît ce jeudi 17 juin, je découvre 2 pages (rubrique ‘débats/idées’) de Pierre Tevanian, co-auteur avec Sylvie Tissot de ‘Les mots sont importants’. Avec beaucoup d’humour, il compare la campagne ‘anti-burka’ et la campagne ‘pro-gros seins et taille fine’, bref la vertu de défendre la dignité de la femme et l’ignominie de la pub-fric…anti-féministe : elle est belle ‘Marianne’!

    Répondre

  24. clomani

    17 juin, 2010 à 13:08

    Curieux… c’est justement avec les arguments « esclaves de la chirurgie esthétique/esclaves de la mode prôné par les journaux féminins et les cons de la télé » que j’ai feraillé avec les anti-burkas forcenés sur @si.
    Et ce matin, une copine -de gauche- me disait avec joie que Besancenot avait tout fichu par terre dès lors qu’il a mis une nana en burqa sur sa liste… Ca m’a énervée grave… et j’ai tout de suite rectifié le tir : c’était un foulard, rien à voir avec une burqa et marre de la bienpensance qui consiste à honnir tout ce qui ceux qui se couvrent les cheveux. Pourquoi ne pas arracher les kipas dans le Marais le samedi dans la journée… ou les chapeaux noirs et couper les zigouigouis frisés des étudiants des écoles judaïques qu’on rencontre aussi dans le Marais ? Pourquoi ne pas raser toutes les églises ?
    Faut que j’achète Politis… d’autant plus que leur news letter a été bannie de ma boîte mails par AVAST… pas compris d’ailleurs…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les acharnistes

Le texte que voici fait partie d’une étude en cours d’écriture s’articul…