Accueil Politique Permis de retraite, conduite à droite ou conduite à gauche ?

Permis de retraite, conduite à droite ou conduite à gauche ?

32
0
1,132

retraite2.jpgNous y sommes : l’avant-projet de loi de réforme des retraites est là. Dire que la consommation de salive est en nette augmentation depuis que nous en avons pris connaissance est un truisme.

Ceux qui savent, ceux qui ignorent, ceux qui croient savoir, ceux qui ont peur, ceux qui n’ont pas grand-chose et ceux qui n’ont plus rien et n’espèrent pas davantage sont concernés par la mise à bas de tout un système. Tout le monde a son mot à dire, sa colère à souffler, son dépit à ravaler. Le gouvernement tient la corde, malgré les protestations vigoureuses des syndicats et de l’opposition de gauche. A droite aussi, ça couine un peu : il n’y a pas que des gens fortunés – stupides peut-être – qui votent à droite et pour Sarko en particulier : il leur a vendu, clés en main, un mirage sécuritaire en guise de projet de société.

A la lecture de ces propositions, le PS, par la voix de Benoît Hamon, n’a pas hésité un instant à claironner dans le poste : « si nous revenons au pouvoir, nous remettrons la retraite à 60 ans ! » Ça c’est envoyé ! Plus besoin de se raser, on va tous les coiffer !

De son côté, Martine Aubry, considère cela comme un acte « irresponsable », avant d’ajouter, pour donner de la consistance à son propos, un « et je pèse mes mots » lourd de sens.

La folle locomotive du débat est lancée à toute vapeur ! C’est qu’il y a urgence en la demeure !

Titine est remontée comme un coucou. Petite, mais costaude ! C’est avec une conviction retrouvée qu’elle tape du poing-poing sur la table : «Je le dis avec solennité, le PS aux côtés des organisations syndicales, va combattre le projet et proposer sa réforme». Ne te laisse pas faire Titine, les français veulent voir de quel bois se chauffe l’opposition ! Depuis le temps que le pays s’impatiente, espère une révolte qui ne vient pas !

C’est l’heure de l’union sacrée. Les plus pinailleurs, dans un élan d’enthousiasme responsable, ont mis de côté leur mauvaise foi récurrente : No pasarán ! Certains « contestataires » au PS ont même envoyé des SMS à la direction du parti pour dire qu’ils se tendraient à carreau !

Après l’euphorie unitaire, viendra le temps des engueulades entre la gauche molle, la gauche moyennement molle et la gauche très molle. Les uns et les autres – par médias interposés -, faisant fi des valeurs fondamentales des idées de gauche, s’arrangeront pour que le débat devienne bataille de chiffonniers, chacun hurlant à la trahison de son alter ego. Cela fait penser au partage au moment de l’héritage chez les grands bourges : tant qu’il s’agit de la petite vaisselle, tout va bien…

Mais, rassurons-nous, cet avant-projet de réforme n’est qu’une étape. Une approche, comme on dit. Une prise de température. Une astuce de sioux ! D’abord on discute, on palabre, on commerce et à la fin on coupe la poire en trois parts inégales : une pour les gros privilégiés, une pour le patronat, la dernière à répartir comme on pourra avec tous les péquenots restants. Le ciel est aussi grand que la misère qui s’annonce.

A moins que… la rue ne reprenne ses droits !

Une chose qui ne changera pas c’est les 62 ans qui, dans les faits, se traduira au petit bonheur la chance, certificat de pénibilité à la clé. Autant dire à la louche ! Les négociations vont durer longtemps !

Dans quelques jours, après des sévères prises de bec, les premiers vacanciers prendront le chemin pour la grande transhumance estivale. Avec ou sans vuvuzela, les manifestations de protestation d’avant départ ne feront pas tomber un gouvernement qui garde une carte sous la manche : la reculade. Mais il ne renoncera pas si nous ne l’obligeons pas. Il ne faut pas se raconter des carabistouilles.

Beaucoup diront que j’exagère. A peine. D’autres, prendront rendez-vous à la rentrée et parleront de la gomme usée sur le pavé pour mettre bas un président et un gouvernement qui affichent un gros discrédit !

Le moment de négliger nos vacances et de prendre pied avec le bitume est venu. Montrer à ce gouvernement de combinards que le citoyen est une personne humaine et non un troupeau de bestiaux qu’on fait paître au début de l’été dans les pâturages de montagne.

http://www.dailymotion.com/video/xdqakr

sl160610.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

32 Commentaires

  1. b.mode

    19 juin, 2010 à 7:53

    Cette réforme me fait comme une sorte de fussoir. Ceci entre autre : « Quant à la durée de cotisation pour une retraite pleine, elle passera selon le projet à 41 ans et trois mois à partir de 2013 et pourrait continuer à évoluer jusqu’à 41,5 ans en 2020, comme l’envisageait la réforme Fillon de 2003. »
    A comparer aux 30 annuités exigées en Angleterre, 35 en Allemagne (si souvent glorifiée) , 36 en Italie ou 40 en Espagne.

    Vous n’avez pas l’impression de vous faire e…… ?

    Répondre

  2. babelouest

    19 juin, 2010 à 8:00

    En fait de retraite, quand obligerons-nous ce « gouvernement » à faire battre la Chamade pour dire que pouce, il se rend à la volonté du Peuple ?

    Il faut dire que plus que de compétence, il s’agit d’une entreprise genre frères Dalton, qui rançonne et moleste les électeurs sous couvert de les « protéger », un peu comme à Palerme….. en pire bien sûr.

    Répondre

  3. lediazec

    19 juin, 2010 à 8:01

    Petit détail qui tombe à point nommé : la catastrophe naturelle dans le Var. On pari que le gnome va tout mettre en œuvre pour y mettre la gomme ? La machine à tire-larmes bien astiquée – on écumera les médias pour endormir les idiots – le débat sur les retraites passera, forcément, au second plan.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. clomani

    19 juin, 2010 à 9:13

    Ca y est… c’est passé à l’as, les retraites…
    Ce matin à Télématin : les dégats des inondations dans le Var : gens qui pleurent, cadavres gonflés de moutons, voitures entassées sur les parkings des centres comemrciaux (sauf que ça commence à gueuler pour des permis de construire accordés dans des zones inondables), l’affaire Woerth/Bettencourt (mais assez gentiment), les Algériens qui n’ont pas gagné mais pas perdu et qui manifestent leur joie à Marseille (ça va encore permettre aux racistes de dire qu’ils ne sont pas intégrés puisqu’ils se promènent avec le drapeau algérien )…
    J’ai vu la fin d’un sujet sur les sans papier en grève… mais je n’ai pas compris si leur régularisation était adoptée ou pas…
    Les retraites, hier soir on disait que Sarko avait dit que c’était pas plié ! (Après la retransmission en direk-live sur France 2 de la cérémonie où sa p’tite majesté a lu la faute de frappe sans se rendre compte qu’il disait une énormité : … se batturent (le u est à côté du i sur le clavier). Voir le vite-dit sur @si ! Ruduciiiile !

    Répondre

  5. b.mode

    19 juin, 2010 à 9:20

    Trop drôle ! je rajoute le lien ! http://www.arretsurimages.net/vite-dit.php#8374 Dit avec son air constipé, ça rajoute au ridicule !

    Répondre

  6. babelouest

    19 juin, 2010 à 9:31

    Tiens Clo, la dépêche sur les sans-papiers. Il semble, je dis bien il semble, qu’on s’achemine vers une régularisation.
    http://www.la-croix.com/afp.static/pages/100619053134.000052iv.htm

    Répondre

  7. clomani

    19 juin, 2010 à 9:52

    Merci Babel… t’as vu la phrase de fin… Besson roule pour les petits patrons qui ont roulé les immigrés en les payant au black !

    Répondre

  8. clarky

    19 juin, 2010 à 10:15

    retraites ou pas, j’espère bien que ce sera la bérézina lors de la prochaine campagne de nabotléon…

    et comme déjà dit, un évènement en chassant un autre, en ce moment on focalise l’artillerie lourde sur les victimes des inondations, le pathos logique ça marche toujours et ça endort le récalcitrant.

    Répondre

  9. remi begouen

    19 juin, 2010 à 10:29

    Rappel : Jean Jacques Chauvigné et Gérard Filoche ont écrit un très bon papier sur ‘l’usine à gaz’ de la contre-réforme des retraites, que Clomani nous a communiqué en commentaire le 17 (voir ‘Goha’). En jouant sur la mise en page, les mises en italique, en gras, en souligné, etc. j’ai repris ce texte, en plus lisible, qui tient pile en 1 recto-verso du tract que je vais distribuer le 24. Je ne pense pas que cette mise en page puisse être reproduite ici, mais je vais tenter de le faire dans un courriel suivant : si c’est trop déformé, je ne l’envoie pas, puisque vous pouvez le reprendre dans l’envoi du 17 de Clomani : l’essentiel est de le faire connaître !
    Merci lediazec, de ta verve sur le sujet…

    Répondre

  10. remi begouen

    19 juin, 2010 à 10:45

    Comme je le craignais, ma mise en page est trop déformée par le courriel, donc je ne l’envoie pas. A chacun de ‘bricoler dans son coin’ à partir du texte envoyé par Clomani. Au fait, peux-tu nous préciser sa source (on n’a qu’un n° de tel!)…

    Répondre

  11. gauchedecombat

    19 juin, 2010 à 12:02

    bon, ben… moi j’attends le grand soir, hein ;) qu’on vienne me chercher, je crois qu’il est assez clair à présent que je suis dispo pour dessouder les statues de l’élysée… have a nice day, l’ami b. mode, ainsi qu’au « n’co » de Ruminances…

    Répondre

  12. b.mode

    19 juin, 2010 à 12:27

    Salut GDC ! Et tu es toujours le bienvenue ici ! ;)

    Répondre

  13. lapecnaude

    19 juin, 2010 à 15:43

    J’avais bien pensé à un concert de casseroles, histoire de leur mettre en mémoire celles qu’ils trainent déjà.

    Répondre

  14. Hara Kiri

    19 juin, 2010 à 15:51

    Moi, perso, bon, je ne serais pas contre un départ à la retraite repoussé (attendez avant de huer). Il est vrai que les gens vivent plus longtemps, donc sont plus longtemps à la retraite et donc qu’il faut adapter le travail à la vie. Voilà, seulement, repousser l’âge du départ à la retraite est une abhération…car il n’y a pas de plein emploi. Du coup, ceux qui continueront à travailler après 60 ans ne libérerons pas des emplois qui auraient pu profiter à des chômeurs et ceux qui n’auront pas d’emploi à 60 ans, au lieu d’être payé par les caisses de retraites, seront payés par les ASSEDIC. Du coup, quelle avancée ?
    Non, car d’autant plus qu’on veut allonger le temps de côtisations sachant qu’à l’heure actuelle, un jeune se retrouve sur le marché du travail après 22 ans (le temps de faire des études inutiles). Si au mieux il trouve du boulot de suite et qu’il ne cesse jamais de travailler, il n’aura côtisé ce qu’il faut qu’à l’âge de 63 ans (et encore, s’ils n’augmentent pas le temps de côtisations dans les 40 ans à venir). Du coup, on peut être sûr que les jeunes d’aujourd’hui ne côtiseront jamais assez pour obtenir une retraite à taux plein.
    Du coup, repousser l’âge de la retraite alors que la plupart des français ne pourront côtiser assez, ne sert à rien. Alors si au moins ils parlaient de repousser l’âge de la retraite pour pouvoir augmenter les retraites afin que les vieux puissent toucher plus d’argent pour vivre décemment, ok. Mais ce n’est pas le cas. Car, imaginez bien que la génération de retraités actuelle fait parti d’une génération ayant commencé à travailler et côtiser avant 18 ans et pourtant touchent une retraite de misère, alors ceux qui commencent à travailler après 22 ans….
    En clair, repousser l’âge de la retraite devrait être doublé du fait de diminuer le temps sur lequel est calculé la retraite. Dans l’état actuel, c’est juste de la poudre aux yeux et de la connerie profonde.
    Le meilleur moyen de régler le problème des retraites serait d’augmenter les prélèvements allant dans les caisses, ors, le gouvernement fillon pour aider les entreprises, a fait tout un tas de cadeaux dont certains (sur les heures supp ou autres) auraient du entrer dans les caisses de retraites. Donc d’un côté ils disent vouloir renflouer les caisses de retraites et de l’autre ils les vident. Du n’importe quoi, comme toujours dans en Sarkoland. Il faut avouer qu’il y a de quoi en avoir plein le cil (à lire « ki ») de voir fondre les avantages gagnés par nos ancêtres parce qu’ils se batturent (à lire à la Sarko, le bel exemple de la langue française) pour les obtenir.

    Répondre

  15. babelouest

    19 juin, 2010 à 16:38

    Hara Kiri, ton calcul est erroné. Aujourd’hui, pour être à peu près sûr d’avoir un travail convenable, un jeune doit pratiquement arriver au Master : s’il n’a redoublé aucune année, et que sa scolarité est irréprochable (que de si), il a son diplôme à 23 ans, eh oui, déjà. Comptons encore un an avant qu’il ne décroche un job, c’est courant, il commence à cotiser non à 22 ans, mais à 24 ans. Rien que pour avoir son plein de trimestres validés, il doit espérer (le terme est saumâtre) travailler sans interruption, le mot est important, jusqu’à 65 ans au moins. Comme souvent les rémunérations même à ce niveau de bagage se traînent bien souvent aux alentours de 1500 euros, si ce n’est en-dessous, que voilà une vie qui s’annonce très difficile !

    Répondre

  16. clomani

    19 juin, 2010 à 17:51

    Moi j’ai déjà le sifflet et je pense que les casseroles, ça leur rappelerait un petit peu la lutte des Argentins… Parce que les sonos à donf des syndicats, c’est pasl’idéal !!!

    Répondre

  17. laetSgo

    19 juin, 2010 à 17:54

    j’ai cru entendre un truc complètement dingue ce matin mais j’ai pas réussi à vérifier l’info : est-il vrai que si vous avez une carrière mixte (privé/public), les années passées dans le public ne comptent pas en-dessous de 15 ans ? ça me parait complètement dingue ! genre tu bosses pour du beurre…
    ce qui est sure, c’est que cette « réforme » est super mal foutue et ne résout en rien les « problèmes » de financement tout en précarisant d’avantage les (futurs) retraités avec des niveaux de pensions misérables..tout ça pour pousser un max de monde à capitaliser : ce sont les fonds de pension et les assurances qui doivent se frotter les mains ! Sarko s’en fout bien du niveau de vie des gens ! tout ce qui compte, c’est
    1. rassurer lémarchés puisqu’il a été clairement dit que la réforme était faite pour cela
    2. ouvrir une voie royale à ses potes banksters et multi-millionnaires (paske si les vieux sont obligés de travailler, ce sera avec des salaires de misère, faut pas rêver !)
    bon, sur ce, apéro time, faut pas déconner non plus ! ;-)

    Répondre

  18. lapecnaude

    19 juin, 2010 à 17:55

    @Lediazec – m’étonnerais que le nain se serve de la catastrophe du Var … faut pas oublier les trémolos qu’il avait dans la voix ler mars dernier à La Faute sur Mer et la merde qu’ils ont foutue là-bas. Imagines un peu le tollé s’il annonçait « on débloque X million d’euros pour vous reloger » à ceux du Var et la réplique de ceux de la côte « NOUS ON N’A RIEN VU VENIR ».
    Coton comme situation non ?
    Le gouvernement vient seulement de donner quelques miettes aux sylviculteurs landais sur la tempête de 1999 ! Z’ont le temps de voir venir le « nouveau temps des cerises » sous leur toile de tente ceux-là !
    De toutes façons, avec la manif le 24 sur les retraites, le Waterloo sud-africain, le Karachigate et l’affaire Bettancourt (Médiapart ne desserre pas les mâchoires), on va pas le voir beaucoup, il va envoyer ses valets au turbin. Dans le fond c’est un proxo ce mec, il met tous ses gonzes et ses gonzesses au turf et lui se planque au Cap-Nègre en attendant la comptée. Ah j’oubliais qu’en plus il s’est fait maquer par l’Angéla, il a les plaisirs qu’il peut ce pôvre !
    N’empêche, je ne sais plus qui avait fait une remarque sur l’élégance de Carla, faut se souvenir qu’à chaque fois qu’ils sont allés en Angleterre, il s’est amplement servi des appâts de sa femme, et elle s’y défoule joyeusement en tortillant du croupion comme si elle était sur un podium, moi j’aime mieux voir çà que la tronche qu’il faisait en entendant « le chant des partisans », on voyait qu’il pensait « nom de dieu, çà dure, c’est long, faisont l’air constipé, ils croiront que je pense à de Gaulle ! » En plus il en avait vraiment l’air.
    Zut, j’ai pas fini de me défouler, y aurait trop à dire. A +

    Répondre

  19. laetSgo

    19 juin, 2010 à 17:56

    rectif/complément : la réforme est super mal foutue pour nous, mais super bien foutue pour eux !

    Répondre

  20. lediazec

    19 juin, 2010 à 18:03

    @ Françoise. Je ne suis pas aussi sûr que toi sur ce point, à savoir l’instrumentalisation des drames humains. Il est doué pour ça. Par ailleurs, il y a dans le pays assez de couillons pour y croire, surtout si les médias se mettent de la partie, comme il est à prévoir.
    Beaucoup, beaucoup de cons… Hélas ! Du côté de la Charente, il n’était pas à l’aise, et pour cause ! Il avait ardemment milité pour les permis de construire en zone inondable. Dans le Var, c’est sur du naturel qu’il joue, autant dire sur du velours ! Cela lui permettra d’aller jeter un oeil à Cap Nègre pour voir si les évacuations sanitaires se portent bien !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  21. b.mode

    19 juin, 2010 à 18:16

    @penaude ponds un article, vindiou !

    Répondre

  22. lediazec

    19 juin, 2010 à 18:28

    Vas-y Françoise, un beau et bon papier. No pasarán !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  23. clomani

    19 juin, 2010 à 18:29

    Depuis la Russie, le voilà, le « lointain quand ça va mal », qui tance et lance des avertissements à Anelka (?) ou à l’autiste (?) because rumeurs d’insultes etc. Non mais il n’a pas autre chose à faire, en Russie, ce connard ? Il est là-bas dans cette super démocratie où on adore organiser des pogroms pour aller casser de l’étudiant africain, ou ouzbeck, ou tchétchène, bazané quoi… où on zigouille des journalistes qui ont mis le doigt sur des affaires pas très nettes, il n’aborde surtout pas le problème des droits de l’homme (il y a une pétition à signer justement sur le site d’Amnesty International)… et le voilà qui intervient pour apporter son soutien à tous ces pourris de la FFF, à Bachelot et au naze autiste ?
    Il n’a pas d’autres chats à fouetter ? D’autres combaturants à louer ?
    Moi ce mec, il me colle la honte, dès qu’il sort de France. J’ai beau boycotter les Journaux télévisés, il faut tout de même que je me le cogne au détour d’un site ou d’un forum ! Hors de ma vue, de ma vie, crevure !

    Répondre

  24. lapecnaude

    19 juin, 2010 à 18:41

    @ LaetSgo – tu veux le texte OFFICIEL du projet de réforme ?

    Répondre

  25. lediazec

    19 juin, 2010 à 18:45

    @LaetSgo. Bon apéro. En Alsace ils sont sévères. J’en ai vécu un du côté d’Itterswiller, aie, aie, aie !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  26. des pas perdus

    19 juin, 2010 à 19:23

    On sera en forme en septembre ! On ne peut point twitter en ce lieu ?

    Répondre

  27. babelouest

    19 juin, 2010 à 19:32

    Septembre, c’est trop loin. Twitter, connais pas. Avec l’été, buvez, é-li-mi-nez (les petits déchets qui se déplacent en n’avion avec pizzaiolo et maître d’hôtel).

    Répondre

  28. clarky

    19 juin, 2010 à 21:26

    c’est moi qui faisais la remarque sur carlita ma chere pecnaude !
    jr vais te dire le fond de ma pensée si tu le veux bien: rien à foutre de voir la belle de nuit déambuler du cul, savamment mis en valeur dans des toilettes dont je n’ose même plus imaginer le prix, tout ça pour le bien de la france ou de célébrations historiques.
    carlita c’est cette gauche caviar qui me sort par tous les pores de la peau, celle qui grouille dans les rangs du ps et qui se réclame des petites gens, celle qui parle de revenir à la retraite à 60 si jamais ils reviennent au pouvoir, bref, celle qui prend les gens pour des cons et qui en plus te propose le méga tube de vaseline pour des rapports moins douloureux voire consentants…

    Répondre

  29. lapecnaude

    20 juin, 2010 à 2:30

    @Clarky – Tu renaudes sur le PS et moi je vais voter jeudi – et pas pour passer la vaseline crois-moi, d’autant que presque toute la base est d’accord. A fond toutes, et on ne mollira pas. Pour le reste, si Bernard passe mon article …..pô, pô, popotin tu dis ?

    Répondre

  30. clomani

    20 juin, 2010 à 9:04

    La Pecnaude, on n’a pas été les seules à vouloir aller souffler dans les bronches du pouvoir avec des vuvuzelas…
    Je viens de voir un petit reportage sur le fabricant de ces engins (Pecci) interviewé par France 3 de son coin… il dit que ça se vend comme des petits pains et je ne sais plus si c’est lui ou le journaliste qui concluait que beaucoup d’acheteurs avaient probablement l’intention de s’en servir au cours de la manifestation du 24 !
    Nous restera toujours les casseroles et les sifflets !

    Répondre

  31. Valentini

    23 juin, 2010 à 15:14

    Après 30 ans de malversations monétaires et fiscales, l’escroquerie aux retraites

    L’avorton français, le rejeton naturel d’une paillasse à gueule enfarinée, tragi-comique, incarnant jadis l’état, fruit d’une royale copulation, vient de faire un grand bond étatique en avant selon la logique comptable du capital, une logique de guerre: allonger la durée du travail et surtout, surtout, réduire le salaire. La seule constante capitaliste, au milieu de la tempête des réformes tous azimuts! Rappelons que la retraite n’est que du salaire différé ou, comme le veut le vulgum pecus de l’économie standard, épargné et donc non consommé. C’est que l’avorton national ne sait, en fait, rien faire d’autre qu’apporter une aide massive aux classes capitalistes qui en veulent toujours plus. Dialectique de la grande gueule au service des fines gueules! Sans quoi cette chienlit dorée ne peut pas rebondir, la pôv’ chérie! En effet, l’unique but des classes capitalistes est d’accumuler du capital, pas seulement, comme Tonton Cristobal, pour en avoir le cul cousu, mais avant tout pour que cette accumulation se maintienne à un niveau qui soit rentable. C’est le sens des privatisations, accompagnées des habituelles privations de rigueur pour les prolétaires, et non comme il a été rabâché et rabâché dans le but d’une gestion plus efficace ou, version socialiste à la française, d’une administration plus moderne. Blablabla fumeux qui, d’un côté, avoue avec fierté l’incapacité de l’état à diriger et de l’autre pose le dirigisme étatique, comme la solution de relance aux crises engendrées par l’économie dite de marché. Le FMI, l’Union européenne, le G 20, etc., sont autant de faits qui démontrent l’importance grandissante de la puissance publique et attestent que personne, absolument personne, ne croient plus à la régulation par le biais du marché. L’économie capitaliste, livrée à elle-même, s’effondrerait.

    Cette importance croissante de l’interventionnisme d’état dans la vie économique et sociale des nations pleinement capitalistes, en même temps qu’il soutient, encadre et tente de relancer l’économie de marché, est, en fait, si l’on s’en tient à sa logique propre, liquidateur de l’économie capitaliste. L’état capitaliste, en tant que conseil d’administration des classes capitalistes, ne crée pas de capital, au contraire! Il en consomme et il en consomme de plus en plus. Il doit donc faire travailler plus les prolétaires, et plus longtemps, pour faire gagner plus d’argent aux classes capitalistes et ainsi rendre le capitalisme français plus compétitif, face à ses concurrents. Mais l’avorton français, à cheval sur la trique étatique, qui se vantait hier de faire circuler le sang de la France, la salope, comme disent, à demi-mot, les tontons flingueurs de la politique politicienne, a fini par tomber dans le trou du budget. Voilà l’état français, in vollem Staat! Qui plus est, couvert de merde, par tous les indigents de la république qui en bavent et en chient, ils n’en peuvent plus du paupérisme relatif qui les tenaille. La prolétarisation les guette. Vient et voit ici le jour la façon française de faire l’amour avec le peuple. Dans ces conditions, le monétarisme keynésien, reliques des années 30, qui promettait de faire de l’or avec de la merde, et vidé de toute substance historique, d’ailleurs illusoire et donc, en tant que théorie, bon à jeter dans les poubelles idéologiques de l’histoire, ne pouvait qu’être dépouillé de sa sainteté. Et ce n’est pas le retour foireux de l’oecuménisme régulateur, après la banqueroute de 2008, qui va remettre en selle, un quelconque new deal. L’avorton français a bien compris qu’il nage dans la merde, au lieu d’un bonheur à la Picsou qu’il s’était promis. Le voilà submergé par une dépression chronique.

    Vite! Se bouger le cul. Réagir. Sentant la menace d’un engloutissement, après l’enlisement progressif, l’avorton étatique s’est tout à coup réveillé, en 2007. Image d’aviateur futuriste, ayant sa queue en ligne de mire. Les Dupont et Dupont de la cinquième république nous ont offert un petit ballet éruptif, balancé à gros coups de dzim boum boum médiatiques

    -Ça va chier! A dit le Dupont gouvernemental.
    -Je dirais même plus, ça va liquider! A rajouté le Dupont présidentiel.

    Le français est d’abord un être spirituel. On sent qu’il a envie d’entrer dans la peau de l’histoire, au contraire de l’Africain qu’il considère comme sa descente de lit colonial. Un progrès tout de même depuis l’esclavage, puisque ce dernier reste ainsi sur place. C’est qu’attention, l’avorton populaire a bouffé du boche, liquidé du juif, cassé du jaune et du bicot, et surtout, gloire des gloires, a stoppé le cannibale moscovite, en train de vider, hardi donc, l’honneur sacré de la France, source de sa grandeur, par fellation nationalo-mystique. En pratique, depuis le grand massacre parisien, l’avorton français s’est révélé comme un Rwandais ultra développé. Il est à la pointe du communisme capitaliste qui socialise profits et salaires, à coups de planche à billets ou, ce qui revient au même, de déficit budgétaire, et nationalise le risque d’entreprendre, à coups de réformes monétaires et fiscales, bouclier d’or collé au cul cousu, déshabillant Fatima pour rhabiller Nadine et Rachida d’un habit tout neuf de pupille de la nation. C’est que c’est un homme, un vrai, viril et laïc, comme dit son nègre laïus. Il met son point d’honneur à refuser la grosse ficelle de l’impôt, cette politique aussi mensongère que totalitaire et donc faussement populaire. Le peuple, en fait, c’est lui, comme l’autre disait, l’état c’est moi! Et par conséquent, l’escroquerie aux retraites est somme toute charité tout à fait ordonnée. Ça dégraisse! Ça rend neuf! Ça Sturm und Drang en avant! Chaud! Chaud, oui-da, devant! C’est un progrès social fantastique. Du commerce équitable entre humains de bonne volonté. Ce qu’il a emprunté aux classes capitaliste, par le biais de l’impôt et du déficit budgétaire, à présent, il le leur rend au centuple. L’Enfant-Bettencourt ni n’attend, ni n’entend payer l’addition. Sauf si c’est pour une bonne cause: bombarder Bagdad ou Téhéran. Là, le gaspillage se justifie à 100%. Quant aux enfants de prolétaires, ça sera suffisant pour eux de faire comme leurs aristocrates de parents, verser l’impôt du sang, afin que les fils du Sauveur Suprême, soient beaux et dorés, dans les siècles des siècles, en vertu des valeurs supérieures.

    Prolétaires, faisons comme si ces valeurs existaient réellement, préparons une nouvelle Saint-Barthélémy! Exterminer du juif, c’est bon pour les imbéciles, en plus d’être ringard, comme disent les générations libérées de tout complexe de refoulement.

    -Homme capitaliste, y es-tu?
    -Je mets mon jupon!

    Comme un vieux goût, venu d’ailleurs, un divin effroi, après une drôle de guerre. Fin du spectacle. Gouverner et faire la guerre tous azimuts ou militer et lutter contre le capitalisme, il faut encore et à nouveau choisir.

    Répondre

  32. clomani

    23 juin, 2010 à 15:46

    Sacré texte, Valentin !

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Un doigté d’émulation ?

Y a des jours où on s’enfoncerait le doigt dans le cul pour se demander si on est bi…