( 22 juin, 2010 )

L’altermonde Palestine

brevitudes4.gif

‘Altermondes’ est un excellent trimestriel ‘de solidarité internationale’, dont le n° de juin consacre son dossier central à la ‘biodiversité en état d’alerte’…alertant. Il y a aussi de nombreuses rubriques (‘l’Afrique à l’heure du foot’ par exemple’), et bien d’autres, dont celle-ci, de Bernard Ravenel, intitulée : ‘Le tribunal est ouvert’. Extraits :

‘Lancé en 2009(…) le tribunal Russell pour la Palestine (TRP) est un tribunal d’opinion rassemblant des personnalités (Prix Nobel de la paix, juristes, etc.). (…) Le 1°, 2 et 3 mars, s’est déroulée à Barcelone la première session de ce tribunal. Elle était consacrée à l’attitude de l’Union Européenne (U.E.) vis-à-vis de la question israélo-palestinienne.  Six questions ont été étudiées (…) sur le droit du peuple palestinien à l’autodétermination ; les colonies de peuplement et le pillage des ressources naturelles palestiniennes ; l’annexion de Jérusalem-Est ; le blocus de Gaza et l’opération ‘Plomb durci’ ; la construction du mur sur le territoire palestinien ; l’accord d’association entre l’UE. et Israël. (…) utopie.jpgIl a notamment établi les nombreux manquements de l’UE et de ses États membres aux règles qui les obligent à respecter et à faire respecter les dispositions du droit international humanitaire. (…) Il appelle à mettre en œuvre les recommandations de la mission de l’ONU sur le conflit à Gaza (rapport Goldstone) (…) Une prochaine session à Londres en fin d’année sera consacrée au rôle des grandes entreprises internationales dans le processus de colonisation de la Palestine.

Tribunal Russell  /  Altermondes

( 22 juin, 2010 )

Parlez-moi d’amour … ?

brevitudes3.gif

‘Parlez-moi d’amour et dites-moi des choses tendres’… Il y a pires rengaines de chansons dites de ‘charme’. J’admets qu’à l’orée de l’été, il soit déplacé de parler d’autre chose que d’amour. Par exemple de l’esclavage. Bon…, ‘l’esclavage on sait déjà’, alors laisse-nous à nos tendres amours estivaux ! Non : Moi je savais déjà que le mot ‘esclave’ venait du mot ‘slave’ (en anglais c’est le même mot), car grecs ou latins avaient fâcheuse habitude de réduire à cet état épouvantable leurs barbares ennemis du Nord vaincus, ces si sauvages slaves. Ce que j’ignorais jusqu’à tout à l’heure (1h30 du dimanche 20 juin 2010, sur fr-inter) c’est que deux jeunes femmes françaises se sont récemment aventurées vers le fin fond (qui n’existe pas) de la Sibérie sur les traces de la Kolyma, cette monstrueuse résurgence de l’esclavage du temps du Tsar Staline. Et qu’elles y ont vécu des ‘choses tendres’ voire ‘de l’amour’, via la chaude hospitalité locale.

amour.jpgCe que certains appellent folie et d’autres (dont moi) magnifique témérité c’est ce voyage de fauchées, riches du projet d’enquêter sur la Kolyma. Pour rappel, ceci : Dès la victoire de Lénine, fin 1917, le pouvoir lance le faramineux projet d’exploiter les fabuleuses richesses minières du nord-est sibérien : or, charbon, fer… Quelques années plus tard, et au moins jusqu’en 1962, Staline et ses successeurs envoient au ‘goulag’ des millions de ‘dénoncés opposants’ – dont beaucoup de communistes sincères. Ils construisent lignes de chemins de fer, routes et villes, plus que d’exploiter des mines, et en meurent, pour la plupart…

C’est cela l’esclavage de slaves par…les slaves, sur les traces duquel nos deux aventurières se sont aventurées ! faut l’faire …avec l’amour de révéler la vérité !

http://video.google.com/videoplay?docid=8259245290220758984

 

( 21 juin, 2010 )

Histoire de… tailler des croupes

letiziadespagneetcarlabruni2823653xwhzr1370.jpgBof, la brévitude d’une écri-vaine, c’est quoi ? Un regard désabusé sur les turpitudes de notre époque, voyant tous ces gonzes et ces gonzesses qui disent nous diriger s’agiter, s’entre-mêler, s’entre-bouffer à qui mieux mieux, le petit doigt en l’air, la bouche en cul de poule et le chapelet à la main ?

Désabusé, oui, mais quand même doucement rigolard, je suis bien contente quand je regarde les photos de Carla et son couturier fétiche à qui elle va offrir un hochet (qui ne lui coûte rien et qu’on va bientôt trouver dans la sciure), cet être hybride, anticonformiste qui, comme moi aime les grands blonds ou bruns, musclés, sentant bon le sable chaud (même légionnaires), cet amoureux des chiffons dont il entoure les femmes. Cette femme est un joli morceau, on l’aurait crue nunuche lorsqu’avec sa guitare elle bêlait des conneries pour petites filles en mal d’amour. Non, elle s’est transformée en hétaïre subjuguante, aux yeux d’agathe, à la bouche pulpeuse, des jambes comme des jours sans pain, et un cul, ma mère !, mais un cul, callipyge, rond, mouvant comme les vagues à la marée montante au Mont Saint Michel !….

Hypnotisée que j’étais, quand elle a grimpé les escaliers à Madrid avec l’autre jeune Altesse, ces balancements de croupes en cadence, quelle musique pour les yeux !

Vaut mieux que je me secoue, sinon je vais tomber dans le porno, moi, quoique parler du couple présidentiel et du gouvernement ce soit déjà du porno et du plus mauvais genre, sauf elle quand même. Que voulez vous lui opposer ? Roselyne et ses rondeurs engoncées dans dans des vestes de couleur criardes et qui la boudinent de partout ? Celle là, elle pas encore trouvé le vaccin anti-obésité, sinon combien de millions de doses elle aurait dû encore acheter à ses copains. Je ne compare pas leurs intelligences, Roselyne étant dotée d’un hémisphère cérébral à sens unique : pognon, l’autre ayant été bouffé par son vaccin H1N1. On y a mis le prix.

Lire la suite…

( 20 juin, 2010 )

Eyes of war

771201.jpgC’est complètement à l’aveuglette que je suis allée voir ce film ce matin. Je savais seulement qu’il s’agissait d’un film sur les photographes de guerre, point/barre.

Petite remarque en passant sur le business des diffuseurs de cinoche : en 2 ans, le prix du ticket de la séance du matin au Pathé est passé de 5€ à 7€ : presque du 25% d’augmentation !!! Tout ça pour se taper au moins 35 mn de bandes annonces débiles et de pubs encore plus débiles (surtout celle d’Orangina qui, pour vanter les produits naturels qu’elle contient, fait dire à un panda « je fais ma toilette intime avec Orangina tous les matins » !!! (c’est en la revoyant ce matin que j’ai pigé – sic-).

EYES OF WAR commence à Londres… deux amis photographes de presse se préparent pour le Kurdistan… La veille du départ, ils sortent ensemble avec leurs épouses dont l’une est enceinte. Sur place, au Kurdistan, ils débarquent en camion dans un camp, en même temps que des blessés kurdes… (Ca se passe dans les années 90, quand Saddam faisait la chasse aux Kurdes en Irak.) Les blessés sont là pour être soignés ou mourir s’ils ne sont pas soignables. Les photographes mitraillent les blessés, les blessures, la distribution de tickets jaunes ou bleus selon que vous êtes guérissable ou non. Sous la grande tente, le médecin, Kurde, examine, tâte, décide et distribue aux blessés des cartons jaunes ou bleus…

David, est vite pris de nausées par l’odeur de cette « boucherie », Marck lui, fait son métier : il photographie comme on tire au revolver… Il n’est pas là pour faire du sentiment, mais des photos. Son objectif le protège de la guerre. Les deux reporters de guerre suivent les quelques hommes à qui le toubib a distribué un petit carton bleu… emmenés sur une colline en brancards. Là, le médecin leur tire à chacun une balle… pendant qu’un survivant fait la prière, debout dans les montagnes. David craque : il n’en peut plus de ces morts alors qu’il a une famille, qu’il va avoir un enfant dans quelques jours. Il veut absolument être là-bas pour l’arrivée du bébé. Marck reste insensible… il veut faire son job. Le « mitrailleur fou » finit par gagner le débat et nos deux compères partent sur une embuscade organisée par les Kurdes. Spectacle horrible : le blindé irakien saute sur une mine et les Irakiens pris au piège sont tirés comme des lapins…

Lire la suite…

( 19 juin, 2010 )

Permis de retraite, conduite à droite ou conduite à gauche ?

retraite2.jpgNous y sommes : l’avant-projet de loi de réforme des retraites est là. Dire que la consommation de salive est en nette augmentation depuis que nous en avons pris connaissance est un truisme.

Ceux qui savent, ceux qui ignorent, ceux qui croient savoir, ceux qui ont peur, ceux qui n’ont pas grand-chose et ceux qui n’ont plus rien et n’espèrent pas davantage sont concernés par la mise à bas de tout un système. Tout le monde a son mot à dire, sa colère à souffler, son dépit à ravaler. Le gouvernement tient la corde, malgré les protestations vigoureuses des syndicats et de l’opposition de gauche. A droite aussi, ça couine un peu : il n’y a pas que des gens fortunés – stupides peut-être – qui votent à droite et pour Sarko en particulier : il leur a vendu, clés en main, un mirage sécuritaire en guise de projet de société.

A la lecture de ces propositions, le PS, par la voix de Benoît Hamon, n’a pas hésité un instant à claironner dans le poste : « si nous revenons au pouvoir, nous remettrons la retraite à 60 ans ! » Ça c’est envoyé ! Plus besoin de se raser, on va tous les coiffer !

De son côté, Martine Aubry, considère cela comme un acte « irresponsable », avant d’ajouter, pour donner de la consistance à son propos, un « et je pèse mes mots » lourd de sens.

La folle locomotive du débat est lancée à toute vapeur ! C’est qu’il y a urgence en la demeure !

Titine est remontée comme un coucou. Petite, mais costaude ! C’est avec une conviction retrouvée qu’elle tape du poing-poing sur la table : «Je le dis avec solennité, le PS aux côtés des organisations syndicales, va combattre le projet et proposer sa réforme». Ne te laisse pas faire Titine, les français veulent voir de quel bois se chauffe l’opposition ! Depuis le temps que le pays s’impatiente, espère une révolte qui ne vient pas !

Lire la suite…

12345...7
« Page Précédente  Page Suivante »
|