( 13 juin, 2010 )

Pâté de lapin

petit10.jpgCe jour là quand vous vous approchez de la cage du lapin, il sait pourquoi vous êtes venu. Regardez-le, il tourne dans sa cage, puis en vous voyant arriver se plaque naïvement contre la paroi du fond, en pensant qu’il pourra vous échapper.

Faites attention, un lapin terrorisé peut vous faire de profondes entailles dans les bras, aussi bien avec ses dents qu’avec ses griffes. Vous ferez donc attention de bien le prendre par la peau du dos, et de serrer très fort pour qu’il ne puisse vous échapper, même s’il se débat. En touchant de la main sa fourrure vous vous rappellerez la douceur du petit lapin dans vos bras, la douceur de tous les petits lapins qui sont entrés dans cette cage. Vous vous rappellerez quand vous étiez enfant, lorsque vous regardiez comme hypnotisé votre grand-mère tuer des lapins, sans état d’âme apparent. C’est votre tour maintenant. Votre bras ne doit pas faiblir.

Après avoir serré un nœud coulant autour des pattes arrières de l’animal, vous le suspendez à la branche de prunier, là, juste au dessus du fumier. Le lapin se débat, il pousse des petits cris, il cherche à s’échapper. Vous empoignez alors le semoir pour planter les choux ou tout autre instrument contondant. Energiquement, vous lui fracassez la nuque. Le lapin n’a pas crié. Il ne bouge presque plus, il est animé de quelques tremblements désynchronisés, comme un jouet cassé. Vous lui assénez un second coup. Il ne bouge plus. Vous prenez alors un couteau bien pointu et vous lui arrachez un œil. Il faut tourner dans l’orbite et tirer, jusqu’à ce que le sang coule. Le lapin ne doit plus contenir de sang quand on le mangera. Pendant que le sang coule, vous entaillez la peau autour des 4 pattes, vous lui ouvrez le ventre et vous enlevez rapidement les entrailles, en les prenant à pleines mains, sinon les pattes arrières auront un horrible goût d’urine. Vous lui tirez ensuite la fourrure, qui s’enlève comme un pyjama, se désolidarisant de la peau comme on enlève le dos d’un autocollant, et laissant voir une peau rosâtre aux jolis reflets bleutés. C’est presque poétique. Ces reflets fugaces s’estomperont d’ici quelques minutes. Le sang finit de se répandre sur le fumier, dans une flaque noirâtre qui intéresse déjà quelques mouches.

Lire la suite…

( 12 juin, 2010 )

Lettre ouverte d’un citoyen au président

sarkocrochet.jpgDocteur Christian SADEK
Médecin généraliste
Les Prades 46250 CAZALS

Monsieur Nicolas SARKOZY
Président de la République Française

Cazals, le 08 Mars 2010

Monsieur le Président de la République,

Avec tout le respect que je vous dois dû à votre fonction, je me permets de vous adresser ce petit présent : un croc de boucher.

Ce n’est pas pour y suspendre Monsieur Dominique de Villepin et n’a rien à voir avec les balles de 9mm qui vous ont été adressées anonymement.

Moi, je vous dis qui je suis, et pourquoi je vous adresse cet objet.

En temps que médecin de campagne, je suis tous les jours au contact de la France « d’en bas », des agriculteurs, des artisans, des professions libérales, des commerçants, des employés salariés qui doivent travailler toujours plus pour en fait gagner de moins en moins.

Je côtoie aussi des personnes au R.S.A. qui travaillent au noir, arrivent à toucher de nombreuses allocations diverses et variées et qui en fait ne payent pas d’impôts et s’en sortent beaucoup mieux que ceux qui sont au SMIC, et qui travaillent 7H / jour, et bien mieux que de nos agriculteurs qui eux travaillent plus de 60 H/ semaine et 365 jours par an et qui parfois sont obligés de fréquenter les Restos du Coeur pour nourrir leurs enfants. Et que dire de nos retraités qui ont de plus en plus de mal à joindre les deux bouts.

Lire la suite…

( 11 juin, 2010 )

“Margot, mémoire d’une reine” de Goran Bregovic

martine.jpgC’est par hasard que je suis tombée sur l’affiche du Festival “Métis” (Méditerranée, Est-Ouest) de Saint-Denis annonçant le concert-spectacle de Goran Bregovic. Autant le dire tout de suite, je deviens complètement midinette dès que j’entends parler de Bregovic, je pleure d’émotion quand j’entends “Ederlezi”, remis à jour par Goran Bregovic pour le film “le temps des Gitans” de Kusturizca… Il y a 2 ans, j’avais passé la soirée à vibrer et à pleurer à l’Opéra Bastille où Kusturizca avait monté le film, en opéra cette fois-ci. Lundi dernier, lorsque je suis allée chercher les billets, j’ai même traîné sur le parvis de la Basilique, sirotant un petit Perrier-rondelle dans l’espoir de voir passer Goran Bregovic allant répéter. Hélas ! Mon petit coeur de fan de Goran n’a pas battu plus fort : je ne l’ai point vu !

Margot, mémoire d’une reine”, se passait hier soir sur une scène montée juste au-dessous des grandes orgues de la Basilique de Saint-Denis (pour mémoire, on peut y voir les gisants de nos anciens rois de France). C’est un spectacle avec Bregovic tourne dans le monde entier, qu’il a monté à partir du film de Chéreau dont il a composé la musique. On peut écouter gratos cette bande son sur le site musicMe en tapant “la reine Margot”. Ca vous donnera déjà une petite idée de ce que j’ai pu voir hier soir.

Mauvaise bouffe au couscous du coin (merguez cramées, mon tajine complètement insipide et service débordé par la clientèle inhabituelle, pressée de ne pas arriver en retard au spektak) puis on se rue sur nos chaises (toutes alignées les unes derrière les autres, rendant impossible la vision de la scène pourtant assez proche mais pas assez surélevée). La scène a donc été montée sous les orgues… ce qui fait que nous tournons le dos aux magnifiques vitraux de la basilique… ceux qui sont sur les côtés, à l’arrière étant quelque peu “pâlots”. Qu’importe, on est là pour écouter de la musique.

goran.jpgGoran arrive en premier sur la scène, entièrement vêtu de blanc… salue la foule et s’assied en s’emparant de sa guitare. Il est suivi de son groupe balkanique « des mariages et des enterrements », des choristes, des chanteuses aux sonorités bulgares et au costume fleuri… et ça commence… je fonds (déjà) tel un marshmallow sur une plaque chauffante.

Lire la suite…

( 10 juin, 2010 )

Boutin de ma mère !

metn.jpgChristine Boutin ! Le simple énoncé de ce patronyme réveille en moi des idées et des envies que je préfère passer sous silence. Depuis qu’elle avait quitté son ministère du Logement en 2009, j’avais oublié de quoi était fait le quotidien de la présidente du Parti Chrétien-Démocrate, cette chose qui entre en transe chaque fois qu’une queue remue dans les alcôves et dont le poids électoral dépasse de peu le 1 %. Je pensais qu’elle mettait son énergie à approvisionner les bénitiers, à lever des bataillons d’intégristes pour la reconquête d’une nation dont les valeurs se dissipent dans l’air vicié de la décadence ambiante.

En fait – même si une chose n’empêche pas l’autre – sa disparition de la scène politique était le résultat d’un travail souterrain harassant pour lequel elle est rétribuée 9500 euros par mois, plus les à-côtés : caisse avec chauffeur, bureaux dans le XVe et un secrétariat particulier. Il n’y a pas que dieu dans la vie, que diable !

C’est l’Elysée qui lui avait confié ce poste de « chargée de mission » pour lequel elle est rétribuée, afin d’évaluer « les conséquences sociales de la mondialisation » (?)

Lire la suite…

( 9 juin, 2010 )

La lente agonie de l’honneur

martine2.jpgDimanche 6 juin : clap de fin de la quinzaine de Roland Garros. Sur le plateau, présentateurs et consultants, unanimes, jouent au regret devant la bonnette. De l’émotion et des ruisseaux de bons sentiments à jet continu. C’est la crue. C’est l’heure des bilans : auto-satisfaction et explosion d’audience. Une aubaine que cette quinzaine ! Cet instant sublime où le riche se prélasse devant la caméra voyeuse. Il est à son affaire, l’homme d’affaire !

Sollicité à la barre, sans se faire prier, Daniel Bilalian, directeur de la rédaction des sports de France Télévisions, apparaît au fenestron, coiffure collée aux tempes, pour louer la qualité du service public. La machine à décerveler ronronne à l’huile première classe. Pas de temps mort dans la déchéance, le mondial de foot en Afrique du Sud va suivre et France Télévisions a programmé 34 matchs pour la circonstance. Les Townships ? C’est quoi ça ?… En France, comme ailleurs, cela se traduit d’un mot : bidonville ! Misère ! Vol ! Prostitution ! Flics ! Nettoyage ! Un petit déplacement de population – c’est sale la vue d’un pauvre devant la grandeur du spectacle proposé. Ouste, les manants ! Depuis l’aube de l’humanité jusqu’aux heures glorieuses du pouvoir soviétique et autres plats de résistance totalitaires, ça n’a jamais dérangé que les péquenauds concernées. La vie perfusant l’espoir au goutte-à-goutte !

Cet effort considérable de France Télévisions (service public pour ceux qui l’ignorent encore) sera suivi par le Tour de France cycliste en Vélosolex. Après le dopage humain, le « dopage mécanique ». France Télévisions s’affiche dans le glauque avec fierté, c’est une tradition ! Le blaireau en est accro ! Que faire d’autre, sinon envoyer des louchées ? Les nouvelles technologies permettant désormais aux coureurs cyclistes d’aller plus vite sans faire appel à des produits dopants, dangereux pour l’organisme et facilement décelables, très mal vus par les masses populaires quand elles découvrent le forfait, comment faire pour échapper au progrès tout en poursuivant son but ? La tête dans le guidon, on fonce dans l’e fumier avec délectation. Avouez qu’un Tour de France en mobylette, ça aurait de la gueule !

Lire la suite…

1...34567
« Page Précédente  Page Suivante »
|