Accueil Politique A Woerth ment interdit !

A Woerth ment interdit !

20
0
734

piedseventail.jpgAvec le 1er juillet, les valises sont bouclées ou sur le point de l’être. Vive les vacances !

Les juillettistes vont se déverser dans l’embouchure du fleuve de l’insouciance estivale. En voiture, par le train, en avion ou en auto-stop, une nuée de sauterelles va s’abattre en Mongolie intérieure avec un seul objectif, trouver pitance. Ça va se bouger pour oublier ce qui ne tardera pas à nous rappeler que la pompe à fric citoyenne est un puits qui en s’asséchant limite l’horizon de nos envies en accentuant la frustration et la précarité. Un petit tour, vite fait, juste de quoi recharger les accus avant de revenir à la case départ : boulot, chômage, mal de vivre…

Comme tous les ans, qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige, c’est le moment choisi par les gouvernants pour nous préparer au pire en nous annonçant le moins bon. Pendant que, les pieds en éventail sous les parasols, nous tentons de colmater les béances d’une vie quotidienne nivelée par le bas, le gouvernement s’active en coulisse. En vérité, tout est déjà prêt depuis le printemps. Les cartons sont pleins de mauvaises nouvelles. C’est la tonte avant la transhumance. Le pire est déjà là : gaz, électricité, trains et autres besoins domestiques, faisant boule de neige, vont connaître une hausse habituelle, mais impitoyable. Les cordons de la bourse n’ont plus rien à serrer que la ceinture du citoyen. C’est la mort sans crédit.

De quoi refroidir les esprits les plus entreprenants. Ne comptez pas sur les banquiers pour jouer du découvert comme nous en avons pris l’habitude, dès lors que nous jouons aux cigales sur le bord des plages, en nous disant : je verrai ça à la rentrée… Les taux usuriers pratiqués par nos banquiers pour nos découverts bancaires sont de nature à décourager les plus intrépides.

Après le rire, viennent toujours les larmes. La vie à crédit c’est la mort de l’indépendance de l’esprit. Le piège absolu vers lequel court une société tournée vers la consommation à outrance.

A grands coups de campagnes médiatiques et de compromissions on tue l’esprit subjectif du citoyen et du pays. En plein dans le débat sur les retraites, on oublie le débat et les retraites pour créer une commission d’enquête sur le fiasco des bleus au mondial du foot. Le rien se nourrissant dans le néant ! La Bachelot, ministre de tutelle, s’épanchant sur le sujet, riboulant des orbites comme une possédée, culpabilisant ces sénateurs du ballon rond, oublie ou cherche à faire oublier sa gestion du vaccin H1N1, au moins aussi calamiteuse que les prestations des bleus sur le rectangle vert sud-africain.

Toujours dans le cadre du sommeil des masses, le Conseil de ministres annonce 150 mesures pour réduire son budget. Que les esprits sardoniques s’abstienne de tout commentaire, por favor ! En langage vulgaire, à destination du blaireau ordinaire, cela se traduit ainsi : désormais, nos ministres ne pourront plus se déplacer, ni dépenser les deniers de la nation de manière dispendieuse. Cela se fera en toute discrétion, dans le consensus. Ceci me fait penser à l’histoire du voleur pris la main dans le sac, sa seule erreur résidant dans le fait de s’être fait prendre. Jusque-là, il était un citoyen honorable.

Le Chef de l’exécutif, montrant l’exemple, a décidé d’annuler la garden-party à l’occasion de la Fête nationale. Tout un symbole !

Nous ne pourrons pas voir le couple Woerth recevant des salutations solidaires de la part des invités pour cette triste et lamentable histoire de « conflit d’intérêts » mettant à mal son intégrité morale et celle de sa famille politique. Je ne dirai rien sur l’ambiance au sein du couple à ce propos. Il aura tout vu, cet homme honnête, guidé par le seul souci de servir le pays. Malgré tout, il lui reste une consolation : aucun article de la Constitution française, aucune loi, aucun décret ne précise la notion de conflit d’intérêt. Ouf ! Pour moins que ça, en Angleterre, n’importe quel ministre présente sa démission dans les 24 heures. Mais nous sommes en France et la France sait défendre ses puissants. Cela dit, le Conseil de l’Europe définit cette histoire de conflit d’intérêts comme une sorte de champignon vénéneux dont il faut se garder et suggère qu’il est incompatible « d’avoir un intérêt personnel de nature à influer sur l’exercice impartial et objectif de ses fonctions officielles ». En clair, cela signifie que quand on a une tête, il est difficile de porter en même temps plusieurs casquettes. Sauf si, comme l’hydre de Lerne, nous sommes pourvus de plusieurs.

Hercule a du boulot sur la planche !

sl300610.jpg

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

20 Commentaires

  1. babelouest

    1 juillet, 2010 à 4:48

    Oui, ce sont les soldes. Mais ce sont toutes les têtes de tous les grands Corps de l’État qui sont à envoyer à l’équarrissage. Ce sont peut-être deux mille personnes, ainsi, qui ne valent rien de plus. Les inspecteurs des finances, les préfets, les têtes (dé)pensantes de l’éducation nationale, de la santé, du travail, des transports, de la justice, combien parmi eux méritent notre respect ? Combien sont honnêtes vis-à-vis de leurs « inférieurs » ? Ajoutons les pléthoriques « conseillers » des ministères et de l’Élysée, les secrétaires généraux et leurs staffs, j’en oublie bien sûr tant il y en a…

    Père Ubu, on remet çà ? Si tu veux Hercule pour t’aider, avec le Grand Kraken et ses douze tentacules pour manier le Kärcher….

    Répondre

  2. b.mode

    1 juillet, 2010 à 7:31

    Toute la droite est mobilisée pour sauver le soldat Woerth. S’il tombe, c’est toute la réforme qui vole en éclats. C’est pour cela que Sarkozy fait des effets d’annonce comme de réduire le train de vie des ministres et le futur remaniement. On va sacrifier Rama, Joyandet et Blanc sur l’autel de la raie publique. Sans doute se débarrasser de Kouchner qui ressemble de plus en plus à un ectoplasme. En attendant Sarkozy plonge encore dans les sondages. 26% d’opinions favorables et c’est dans le figaro qu’on ne peut guère soupçonner d’hostilité au résident de l’élysée…

    Répondre

  3. lediazec

    1 juillet, 2010 à 7:35

    C’est l’été meurtrier pour ce gouvernement de fantoches !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. cui cui fit l'oiseau

    1 juillet, 2010 à 8:13

    « L’été meurtrier » mais le gouvernement attendra octobre au cas où un miracle arriverait d’ici là…

    3 mois de rab, c’est toujours ça de pris. Et par les temps qui courent, du délai, c’est précieux !

    Vont jouer la montre, les UMP….

    Le temps que d’un côté, le petit peuple oublie -on ne sait jamais- et que d’un autre côté, on planque toutes les pièces à conviction que détient Woerth sur l’UMP et avant que dans un état d’abattement compréhensible, on ne sait jamais, ce dernier, en vienne soit à parler, soit à recourir à un geste désespéré.

    Il semblerait que Médiapart détienne des pièces à conviction pour tout l’été… L’été risque d’être chaud pour la famille Woerth.

    Répondre

  5. clomani

    1 juillet, 2010 à 9:03

    Coup de blues… ce putain de chômage qui mène vers le RSA, lequel vous mène vers les banksters… et, comme tu le dis si bien, Lediazec « La vie à crédit c’est la mort de l’indépendance de l’esprit.
    Le piège absolu vers lequel court une société tournée vers la consommation à outrance. »
    Et ces gesticulations privatives au plus haut de l’Etat (« regardez comme on est bien, comme on se serre la ceinture… « ) pour mieux faire passer les pilules des augmentations, de l’affairisme qui a jalonné les carrières diverses des UMPistes qui nous dirigent, de la pauvreté vers laquelle ils nous dirigent tels un troupeau de moutons qu’on fait passer dans un chemin de barrières étroit afin qu’ils soient tondus un à un.
    J’ai beau savoir que l’ »Etat a plus besoin de nous déprimer que de nous opprimer », je me sens déprimée.

    Répondre

  6. b.mode

    1 juillet, 2010 à 9:27

    Cuicui, les vacances et le soleil pour oublier l’Eric, tel est le pari du petit !

    Répondre

  7. clomani

    1 juillet, 2010 à 9:41

    C’est tout de même fort de café : de tous les côtés, arrivent des preuves de malversation, d’enrichissement, de transferts d’argent de caisse de l’UMP à caisse d’un petit parti woerthien… et nan, l’autre s’entête…
    Pourtant, sa réforme à la mords-moi-l’noeud, elle est du MEDEF, de lui et de ses conseillers, elle pourrait aussi bien passer sans Woerth puisque nous ne sommes plus en démocratie et qu’il se passe de la concertation et de la voix du peuple…
    Son soutien est en tout cas la preuve qu’il ne peut pas laisser tomber Woerth… toujours cette fichue théorie des dominos, Bernard ;o))

    Répondre

  8. b.mode

    1 juillet, 2010 à 9:59

    Clo, surtout que le patron de la mère Woerth a ses entrées à l’Elysée…

    Répondre

  9. clomani

    1 juillet, 2010 à 10:08

    Petite réponse dans le papier de Schneidermann ce matin dont je livre le début :
    « On perd parfois de vue l’essentiel. Pourquoi tout le gouvernement, au risque de sombrer dans l’indignité, s’aggripe-t-il ainsi , sur ordre d’en haut, à Woerth en perdition ? Par masochisme ? Par aveuglement ? Non. Parce que Woerth, c’est la réforme des retraites. Et cette réforme, si elle va jusqu’au bout, c’est tout ce qui restera du sarkozysme. Accessoirement, de cette réforme, dépend le maintien de la note AAA de la France. Ou du moins le gouvernement le croit-il, peut-être à tort, selon cet article de Slate.fr, où l’on apprend que toutes les gesticulations françaises sur la rigueur n’ont peut-être aucun fondement.  »

    Pour apprendre ensuite que tous les gouvernements ont toujours été très gentils avec la grosse fortune qu’est Liliane Bettencourt. Merde, c’est une grosse boîte française cotée à l’international !

    Répondre

  10. b.mode

    1 juillet, 2010 à 19:42

    Woerth est le parangon de la manière dont on va nous prendre par derrière… Pour rester poli ! Il faut absolument se débarrasser de ce cloporte !

    Répondre

  11. lediazec

    1 juillet, 2010 à 20:28

    Je suis en train de lire le Canard Enchainé. Incroyable la manière dont ils se mettent dans la gueule, les uns et les autres. Tout ça ne tient que par le fil du pouvoir. Une bande d’incapables drapée derrière le drapeau de la république, dont ils n’ont rien à foutre, au fond.
    Il va être temps de saquer tout ça ! La France mérite autre chose, non ?

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  12. lapecnaude

    2 juillet, 2010 à 0:32

    Entre le site de Médiapart et le Canard(je vous avais nien dit qu’il ne desserrerait pas les mâchoires), la listes des petits soucis de la république risque de s’allonger. C’est fou ce qu Woerth ouvre comme piste avec les « contrôles protégés du fisc »… Quand à nous, nos pauvres petite niches fiscales vont être rabiotées … plus d’exonération pour les petites vieilles qui ne peuvent assumer seule toutes les charges de leur domicile ! On va sortir un problème majeur sur le chlordécone, (j’avais fait un article sur çà) et vais recommencer, Bachelot va plonger une fois de plus. En suite on attaque sur le cochon, y a moyen de rigoler avec Orwell et Le Fur … ne pas se relacher c’est tout.
    Des nouvelles de Laurent ?

    Répondre

  13. b.mode

    2 juillet, 2010 à 4:52

    Laurent oui, on l’a retrouvé : bonne nouvelle !!! ;)

    A lire sur mediapart http://www.mediapart.fr/journal/france/010710/le-ministre-du-budget-rembourse-30-millions-deuros-liliane-bettencourt

    Bénéficiaire du bouclier fiscal dès 2008Liliane Bettencourt a reçu30 millions d’euros de l’Etat

    Liliane Bettencourt a reçu de l’Etat, en mars 2008, une somme de 30 millions d’euros au titre du bouclier fiscal. Un virement effectué avec l’aval du ministre du budget de l’époque, Eric Woerth, dont la femme gérait la fortune de la milliardaire.

    D’autre part, Mediapart peut révéler qu’aucune enquête fiscale n’a visé l’héritière de L’Oréal depuis au moins quinze ans.

    Et ça aussi…
    http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=3133

    Répondre

  14. clomani

    2 juillet, 2010 à 10:35

    La tribune de Genève crache des morceaux elle aussi :
    http://www.tdg.ch/actu/economie/genevagate-menace-bettencourt-woerth-2010-07-01
    ainsi que les banques suisses :
    (extrait du Monde) :
    LEMONDE.FR | 02.07.10 | 09h47 • Mis à jour le 02.07.10 | 10h16

     »
    Eric Woerth, le 27 juin, lors de l’émission du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.
    AFP/BERTRAND LANGLOIS
    Eric Woerth, le 27 juin, lors de l’émission du Grand Jury RTL/LCI/Le Figaro.

    Parties de Paris il y a quinze jours, les vagues causées par l’affaire Bettencourt-Woerth atteignent les rives du lac Léman. Les financiers suisses ricanent doucement et s’emportent contre Eric Woerth. Les langues se délient, tel ce financier spécialiste des « family offices » qui s’emporte dans la Tribune de Genève, contre l’ancien ministre du budget qui menaçait, à l’automne, quelques milliers de citoyens français dont les noms figuraient sur un listing volé par Hervé Falciani chez HSBC Private Bank à Genève. « Eric Woerth, qui avait fait de l’évasion fiscale sa priorité, nous a longtemps fustigés comme les ennemis numéro un. C’est lui aussi qui (…) nous a conduits sur la liste grise de l’OCDE, celle des paradis fiscaux non coopératifs. Mais savez-vous qu’au même moment, sa femme Florence, l’une des gérantes de fortune de Liliane Bettencourt, était vue très souvent dans le « family office » de la milliardaire française, qui se situe à deux pas de l’Hôtel d’Angleterre ? » « Eric Woerth, durant ces deux dernières années, ne pouvait pas ignorer que sa femme se trouvait très régulièrement à Genève. Et que ce n’était certainement pas pour voir son Jet d’eau ! » Le locataire de la rue de Grenelle appréciera. »

    Répondre

  15. lediazec

    2 juillet, 2010 à 10:41

    Ca devient intenable pour la présidence. Comment, dans ce contexte, aborder « sereinement » le débat sur les retraites ? Le gnome va devoir trancher ce nœud gordien sans pouvoir éviter la casse !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  16. clomani

    2 juillet, 2010 à 10:45

    Manquait le plus croustillant :
    « La Tribune de Genève renvoie vers Matin Dimanche, qui affirmait le 19 septembre 2009, qu’en tant que trésorier de l’UMP, Eric Woerth s’est rendu au printemps 2007 en Suisse chez « Pierre Condamin Gerbier, responsable de l’UMP à Genève et gérant de fortune ardent défenseur des « family offices »" qui a été « chargé, notamment, d’organiser le dîner de gala au Crowne Plaza, puis au Caviar House, avec les plus grandes fortunes françaises exilées en Suisse romande, en mars 2007, lorsque Woerth était venu collecter des fonds pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy ». Le quotidien reprenait alors les propos d’un autre banquier genevois, lui aussi extrêmement courroucé : « Eric Woerth ne cherchait pas alors à savoir si les chèques qu’on lui remettait étaient prélevés sur des comptes suisses non déclarés au fisc français. » La collecte finale avait rapporté, en tout, plus de 7 millions d’euros.

    Le Matin Dimanche rappelait que Nicolas Sarkozy, avocat d’affaires avant de devenir président de la République, accompagnait des clients à Genève et les introduisait auprès de financiers, reprenant une information du site Rue89 le 2 avril 2009, titrant « Quand Sarkozy l’avocat ne méprisait pas les paradis fiscaux ». « Voir (…) Nicolas Sarkozy en procureur Fouquier-Tinville des fraudeurs du fisc, cela ne manque pas d’étonner dans la cité de Calvin », s’étonnait alors Le Matin. »

    Mais le gnome doit tenir jusqu’en septembre puisque Woerth est le petit pantin qui doit être le fusible à faire gicler en cas de problème pour le passage de la retraite à 62 ans… D’autre part, les agences de cotation sont aux aguêts : s’il vire Woerth, c’est le gros bordel assuré, même en été, et là, la France va se trouver face aux réalités, mais en même temps les Français, même ceux de droite : nous sommes un pays en décadence, qui ressemble fort aux républiques bananières si proches du pouvoir !

    Répondre

  17. Luc de Normandie

    2 juillet, 2010 à 12:13

    Je ne peux résister à paraphraser mon amie Marguerite Duras :  » Ce gouvernement est pourri qu’il aille à sa perte.

    Luc de Normandie

    http://lecaennaisdechaine.over-blog.com/

    Répondre

  18. b.mode

    2 juillet, 2010 à 14:03

  19. b.mode

    3 juillet, 2010 à 1:44

  20. clomani

    3 juillet, 2010 à 8:08

    Ce gouvernement se fout ouvertement de la gueule des électeurs de l’UMP et de TOUS les Français qu’ils sont en train de mener à la catastrophe…
    Quand on sait que Hees croit que les auditeurs de France Inter ont des mémoires de poisson rouge, on peut imaginer ce qu’on a dans la tête à l’Elysée…
    Jusqu’au bout ils le soutiendront… peuvent pas le renier… la solidarité des gangsters, c’est bien la dernière qui existe. Mais y’en a bien un qui va finir par craquer.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Accident du travail ou arrêt maladie ?

Même si des hommes meurent de maladie, de faim, de torture ou, tout simplement, d’in…