Accueil Politique Les Misters de Paris-partie 1

Les Misters de Paris-partie 1

15
0
90

Les Misters de Paris-partie 1 dans Politique images3.vignetteJe me souviens, c’était le mois de la terre qui crève sous le soleil, les vieux fous du coin appelaient ça l’enfer du décor. L’affaire avait fait grand bruit dans ce no man’s land balayé par le hurlement des cigales et la lente agonie des arbres torturés par le feu tombant du ciel. Tout avait commencé quand la vieille folle avait perdu la boule. Me semble bien qu’elle se faisait appeler la Liliane. Ici, quand une vieille peau se tanne, les charognards ne sont jamais très loin…

On les avait vu rappliquer sans trop y prêter attention au début, faut dire que dans ces contrées reculées, les histoires des uns s’évaporent dans les nausées des autres. Mais la vieille canaille avait un sacré bas de laine. Entre nous, on déconnait en la surnommant la reine Magot, c’était pas Chéreau payé. Une tête patibulaire, mais presque, dans le coin et débutait la chevauchée fantastique. Tous se massaient en loucedé derrière les volets entrebâilles et affûtaient l’esgourde, mais étant donné que les trois quarts d’entre nous étions sourds comme des pots, c’était à celui qui aurait le plus d’imagination. Seul Pierrot, dit le fou, pouvait rivaliser d’ingéniosité quand il s’agissait d’infiltrer les lignes ennemies. Faut dire que ledit Pierrot était à bout de souffle depuis qu’il avait vu la fille de la Liliane. Il avait bien tenté de savoir deux ou trois choses d’elle mais, vu qu’il était pas sorti de la cuisse de Jupiter, son seul luxe abordable était la grande goulue de la RN 13, et la RN 13 était connue pour être le terminus de l’amour. Pierrot y avait chopé le chantre mou et s’était mis à déblatérer du Proust. Nous, on était tellement à la masse qu’on pensait qu’il s’agissait d’une connerie genre versets sataniques ou fièvre du samedi soir, parce que l’autre se grisait dès qu’il voyait une queue de cheval ! Tu m’étonnes qu’il la ramène avec Proust.

Enfin bon, Pierrot sur ce coup, était notre seul sésame. Putain, tu lui disais ouvre-toi qu’il comprenait, de traviole, couvre-toi et filait fissa récupérer son anorak. Alors on l’avait drivé, entre bourrins on se comprenait. Malgré tout, cet atrophié du bulbe voyait des juments vertes partout, à lui tout seul c’était un tiercé dans le désordre ! Faut bien vous l’avouer maintenant, le Pierrot était notre David Vincent local. Aussitôt qu’un envahisseur pointait le bout de son nasal, y’avait puéril en la demeure.

A 6h45 ce matin là, la Franc-Comtoise, de ce qui me servait de cuisine, avait décidé de me les briser langoureusement. Bloquée qu’elle était la garce, une sorte de sciatique paralysante de l’horlogerie m’avait dit un de mes comparses encore plus mal en point que ma tocante en bois. Dans ces conditions de l’extrême, fallait lâcher du lest. C’est en sortant, furibard, pour aller faire pleurer le colosse dans la rosée encore présente, que je l’ai vu. Foutre bleu, qui c’est celui-là, qu’est ce qu’il veut, qu’est ce qu’il a, il a une drôle de tête ce mec là ! résonnait dans ce qui était censé être mon cerveau ! Il s’avançait, nonchalamment, vers moi faisant mine de ne pas prêter attention à ma dégaine. Mon cul ouais, où t’as vu qu’on remarque pas un type qu’a son froc au niveau des chaussettes et la queue en pleine séance d’oxygénation. Il ne me tendit pas la main ( l’hygiène de l’assassin je me suis dit ) et c’est tant mieux vu que je les avais déjà occupées à parfaire mon affaire de moeurs intimes.

« Bonjour mon brave, pourriez-vous m’indiquer l’accès le plus commode pour rejoindre la petite maison dans la prairie «  . Oh pute vierge, j’avais rien compris à sa façon de débiter. Je sais toujours pas si c’était l’accent, ou alors ma surdité qui avait conquis une nouvelle terre inconnue de ma monotonie. La journée venait de débuter et l’ami Ricoré avait une drôle de tronche…

Charger d'autres articles liés
  • Alerte prélèvements

    L’ouverture du courrier relève parfois de la crise de nerfs. En ce Mercredi 17 Novem…
  • Travail d’arabe.

    En ces périodes à gîter, où le badaud ivre se chope le spleen en moins de mauvais temps qu…
  • Police partout, justice nulle part !

    La France serait-elle devenue un état policier ? On peut aisément  se poser la question qu…
Charger d'autres écrits par clarky
Charger d'autres écrits dans Politique

15 Commentaires

  1. lediazec

    21 juillet, 2010 à 7:03

    Ah, la bonne nouvelle ! Les séries noises sont de retour, grâce à l’ami Clarky. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé est bien sûr volontaire main non prouvable. Qui n’a jamais entendu parlé un jour d’une Reine Magot lève le doigt !
    Une série Chéreau à mon coeur. Merci Lolo ! A suivre et à poursuivre… Évidemment !
    Dessin d’Erby, recette, et zique en vitrine.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. clarky

    21 juillet, 2010 à 12:21

    tié fou rodo, la bonne nouvelle c’est qu’on est les deux seuls à l’avoir lue ma merde :)

    faut croire qu »un billet sur les romanos qui n’ont rien à voir avec la dynastie russe, ou l’isère saccagée par les hordes de sauvageons aurait fait péter le conteur :)

    et dire que vous allez devoir vous farcir la suite…

    Répondre

  3. lapecnaude

    21 juillet, 2010 à 12:31

    TROIS, mais j’ai encore rien dit !

    Répondre

  4. remi begouen

    21 juillet, 2010 à 12:38

    Et de QUATRE… et c’est pas fini ! C’est pas que j’ai tout compris et approuvé, j’peux pas! Mais ça c’est du punch, du style, vas-y Clarky, pour la suite du même tonneau : c’est bien bien bien mieux que divers commentaires ça et là !…

    Répondre

  5. Didier Goux

    21 juillet, 2010 à 12:42

    Même moi, j’ai lu, c’est dire ! Et, du reste, si je puis me permettre : « Les Versets sataniques » sont un excellent roman, et non une merde…

    Répondre

  6. remi begouen

    21 juillet, 2010 à 12:43

    Cerise sur le gateau, cette phrase du jour qui renvoie au site de Bibi : un régal d’été !

    Répondre

  7. clarky

    21 juillet, 2010 à 12:52

    merde, on peut plus être tranquille 5 minutes ou bien, déconnez pas, je me félicitais déjà d’avoir le record du plus petit nombre de posts jamais réalisé sur rumi !!!

    pour les versets sataniques je plussoie didier, j’ai lu moi aussi, mais dans les tréfonds de mon sanctuaire cognitif, je récupère le peu de choses qu’il me reste histoire d’alimenter le bouzin.

    Répondre

  8. remi begouen

    21 juillet, 2010 à 14:16

    Salman Rushdie a écrit, entre autres fulgurances, ceci : ‘Le mélange, le fatras, un peu de ceci, un peu de cela, voilà comment la nouveauté vient au monde’.
    Je crois que cela s’applique bien aux ruminants (entre autres)…

    Répondre

  9. lediazec

    21 juillet, 2010 à 18:26

    Salut tout le monde. Journée bouclée. Tu vois Lolo, il ne faut pas désespérer, ce n’est pas aujourd’hui que tu battras mon record de commentaires pour une bafouille littéraire : 5 !
    Cela dit, j’attends la suite avec impatience. Qu’importe le nombre de commentaires, après tout ! Ce qui compte, c’est le nombre de lecteurs.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. lapecnaude

    21 juillet, 2010 à 20:00

    De ce côté là, rien à dire, j’imagine facilement la tête des lecteurs … « qu’est-ce à dire ? quoi ? tien, pleurer le colosse, j’connaissait pas, » quand au reste … à suivre.
    C’est beau, Clarky, c’est frais, c’est revigorant et c’est VIVANT !

    Répondre

  11. clarky

    21 juillet, 2010 à 23:09

    @ rodo
    t’as vu le compteur de la journée, on parle même plus de nombre mais d’une poignée :)
    m’enfin, comme dirait l’autre, je travaille le foncier en ce moment !

    @ françoise
    déconne pas avec ça pecnaude, t’as beau essayer, je te crois pas :)

    Répondre

  12. lapecnaude

    22 juillet, 2010 à 0:26

    @Clarky – Pourquoi tu rougis comme çà chaque fois que je t’écris ? Je confirme!

    Répondre

  13. b.mode

    22 juillet, 2010 à 9:42

    Goode niouzes Lolo is baque for summer feuilleton ! vivement la suite, martégal ! ;) The bitch boy !

    Répondre

  14. clomani

    22 juillet, 2010 à 9:51

    Bon, Clarky, c’est pas de bol… je suis sur un mini-ordi personnel qui est d’usage peu pratique et celui de mon beauf a non seulemment un clavier suisse mais des pannes d’écran !
    En plus, je profite de la montagne et du lac Léman… mais dès mon retour à Paname, je lirai ta prose avec délectation et ne manquerai pas de faire des commentaires… en plus, comme il y a des épisodes… hein… on a le temps…

    Répondre

  15. clomani

    24 juillet, 2010 à 17:28

    Lu le 1er épisode.. j’adore le style ;o)). Je passe au deuxieme…

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

J’aimerais tant voir Chiracuse

« J’aimerais tant voir Chiracuse« , c’est ce que semble …