Accueil Politique Les Misters de Paris – partie 2

Les Misters de Paris – partie 2

16
0
125

Les Misters de Paris - partie 2 dans Politique images3.vignetteCa cognait déjà méchamment ce matin, mais parait que le soleil donne la même couleur aux gens, gentiment. Je remballais dare-dare mon matos intime avant que l’autre n’ait des envies de passer à l’attaque.

- » Pardonnez moi, mais je suis un peu dur de la feuille, j’ai pas saisi votre patronyme ! »

- » Permettez moi. Je suis le Comte Patrice de Mastre, digne descendant du mondialement connu Joseph de Mastre. »

- » Connais pas tout le monde, désolé. Le seul Joseph que j’arrive encore à imprimer c’est celui qu’a engrossé la Marie sans même l’effleurer. Vous cherchez quoi de beau matin ??!!??  si c’est la RN 13 c’est un peu plus loin après la route de l’au-delà. Vous pouvez pas la louper. »

- » Plaît-il ? Non Non, je suis ici pour affaires. Ma démarche est de nature strictement professionnelle, et mon désir le plus ardent, de me rendre auprès de madame Bettenlong. »

Tiens donc, la vieille carne fricotait avec les tiers-mondains maintenant, et ta démarche ducon, j’en n’ai rien à cirer, d’ailleurs fais gaffe où tu marches l’aristo, ici c’est barjoland.

- » Si c’est Liliane que vous cherchez, vous la trouverez chez elle. La grande bicoque là-haut. Elle sort plus de son palace ! »

A peine lui avais-je indiqué où trouver la vieille, qu’il mit les adjas. Ca puait l’embrouille cette histoire. Fallait impérativement réunir le conclave des convexes. Ici les angles on les arrondissait pas, ils étaient saillants, alors on allait faire dans la mustang saillie…

Par chez nous, le téléphone portable devait peser dans les 100/150 kg, même que ça s’appelait une cabine téléphonique. C’était mon bureau personnel, je me sentais quelqu’un d’autre quand la tonalité crépitait dans mon oreille à moitié flinguée.

- » Allô Wilson, ramène ta piquette et passe prendre le toubib et le boucher. » étais-je en train de vociférer dans le combiné.

Aussitôt dit, aussitôt défaits, les 3 lascars déboulèrent dans ma cave, prêts à se rebiffer comme jamais. Wilson posa sa gnôle, hautement accidentogène,  sur la paillasse dédiée à nos expériences empiriques. Quant à la théorie, le boucher se chargerait tôt ou tard de nous la réciter après 3 verres de ce nectar du diable. Le premier verre me pris par surprise, un coup au foie à te réveiller un mort.

- » Bon les gars, on a de l’intrigant dans les parages. Ce matin, une particule a demandé à voir la banque de France pendant qu’il me reluquait le petit Jésus. Je sais pas trop ce qu’il a en magasin, mais il est pas venu jusqu’ici juste pour voir la vieille cavaler en déambulateur. »

- » Et pierrot, t’oublies qu’il fait des ménages chez la reine Magot «   me lança le boucher.

- » Bordel, c’est vrai ! Et toi toubib, t’as toujours tes entrées quand l’autre part en vrille du carafon !! « 

Le toubib n’était pas vraiment médecin, tout juste un rebouteux, ascendant charlatan, officiant le plus souvent dans la mise à mort du saint cochon.

- » Faut qu’on fasse un plan sa mère ! «  je perlais de tous les côtés, pire qu’un glaçon posé sur un fourneau.

- » Implant mammaire ??!!??, pour Liliane ??!!??, tu trouves pas qu’elle est un peu vieille pour ce genre de coquetterie «   me lança le toubib frit. J’attaquais mon cinquième verre de tord-boyaux, mon billet en poche pour une divine mise en orbite autour du mont de Venus.

- » Toubib, d’accord t’es le seul ici à avoir ton certificat d’études, mais putain qu’est ce que tu peux être con quand même !  » J’avais la pénible sensation que je perdais le contrôle de la situation…

- » J’ai le plan du cadastre si tu veux. »  Putain, Wilson venait de se torcher à lui tout seul une bouteille entière de ses fumeuses décoctions, il était prêt à dégoupiller une gonade à tout moment ! « Tu sais le plan avec des numéros dans de drôles de cases, je m’en sers pour jouer au loto avec le toubib et… »

- » Ferme ta gueule Wilson, parce que toi des cases je peux te dire qu’il t’en manque et pas qu’un peu. Mais bordel aqueux, on vous a bercés trop près du mur quand vous étiez minots, je vois que ça, ou alors vous avez été finis à la pisse ! »

Je savais même plus ce qu’on foutait dans ma cave, des éponges échouées à même le sol et moi sauvagement agrippé à la bouteille de kiravi.
Dans pas longtemps ça allait devenir le moulin de la galette, parce que je voyais bien que nos estomacs n’aspiraient qu’à se soulager.

- » Françoise qu’elle s’appelle, Françoise !!! »   pierrot venait de se vautrer la gueule dans le minuscule escalier de la cave, et c’est maintenant que je me rendis compte qu’on allait devoir le grimper ce putain d’escalier !
« Elle m’a parlé pendant que j’astiquais le parquet. Elle m’a dit que sa mère était aux gabonais absents question cervelet, qu’elle n’avait plus tous ses moyens et que y’avait risque de magnitude 9 sur l’échelle de riches terres. »

Malheureusement, le pire ne se fit pas attendre très longtemps. Wilson entonna Lola accompagné, en lamineur, par le boucher. Quant au toubib, il en était déjà au fa do dans un portugais impeccable. La séance émétique venait de commencer, même Pierrot, bien qu’à jeun, s’empressa de participer à notre petite réunion d’acolytes anonymes.

- » Françoise tu dis qu’elle s’appelle la môme ? Tu sais si cette petite est comme l’eau, si elle est comme l’eau vive, parce que si elle bettencourt comme un ruisseau, va falloir qu’on se biture au Mississippi Groenland dorénavant, histoire que tout devienne limpide… »

- » T’inquiète frérot, j’ai installé un mouchard chez la vieille, pendant que je procédais à la remise en état de son parquet ! »  lâcha Pierrot dans un dernier râle.

Charger d'autres articles liés
  • Alerte prélèvements

    L’ouverture du courrier relève parfois de la crise de nerfs. En ce Mercredi 17 Novem…
  • Travail d’arabe.

    En ces périodes à gîter, où le badaud ivre se chope le spleen en moins de mauvais temps qu…
  • Police partout, justice nulle part !

    La France serait-elle devenue un état policier ? On peut aisément  se poser la question qu…
Charger d'autres écrits par clarky
Charger d'autres écrits dans Politique

16 Commentaires

  1. lediazec

    23 juillet, 2010 à 7:46

    Osera-t-on un commentaire aujourd’hui devant cette suite de mystères ? Quelle importance, puisqu’elle danse et fait danser. Elle fait réfléchir aussi.
    Je file au turbin. Bonne journée à tous.
    Merci Lolo !
    Zique, plat du jour, Erby, phrase, tout est oK.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  2. b.mode

    23 juillet, 2010 à 9:13

    Toute ressemblance avec des personnages ayant existés est purement fortuite ! te bile pas sur les réactions Lolo tout le monde est en vacances mais encore une fois bravo pour ce feuilleton de l’été ;)

    Répondre

  3. remi begouen

    23 juillet, 2010 à 9:44

    Chic! Les Pierds-Nickelés sont de retour pour de nouvelles Zaventures Up to date !
    Nous, pendant ce temps à Saint-Nazaire, on a les misters qu’on peut : y a du poulet épars et sans doute concentré aux Chantiers Navals, vu que le p’tit chef suprême y est en visite ce matin. Pourvu qu’il grêle !

    Répondre

  4. Droldidé

    23 juillet, 2010 à 9:58

    Humm!!! Un régal Clarky! Du coup je me suis précipité sur la partie oigne que j’avais loupé. Vivement la suite!

    Répondre

  5. lapecnaude

    23 juillet, 2010 à 12:46

    Faut dire que se raccrocher au kiravi, c’est le fin du fin. L’intrigue commence, on halète déjà, on frissonne de trouille : qu’y a-t-il en haut des escaliers ?

    Répondre

  6. lapecnaude

    23 juillet, 2010 à 17:11

    Gaffe, si l’on en crois la légende russe, l’eau vive, c’est l’eau de jouvence, elle est capable de te retaper ta vieille incamante en moins de deux, faut surtout pas pas qu’elle s’en approche.
    Mais qu’est-ce que je viens foutre dans ce bordel, moi, en plus je connais pas de Gogol, pas plus que de Mainobanier !

    Répondre

  7. lediazec

    23 juillet, 2010 à 18:04

    Hop ! C’est Babelouest, je suis sur le clavier de Rodo….
    Toujours en vancances ! Bonjour à tous !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  8. lapecnaude

    23 juillet, 2010 à 18:15

    Bisous Babel, pas trop mouillé ? A force de blablater tous les deux, faites pas sauter le toit de la cambuse hein ?

    Répondre

  9. laetSgo

    23 juillet, 2010 à 18:41

    ah ! chouette ! encore un feuilleton d’été, et encore mieux que celui, classique, que nous égrainent lémédia, depuis le 6 juin ! Toujours admirative devant ta prose, Clarky ! du bonheur en mots !
    ça va bien tout le monde sinon ? pas du tout présente ces derniers temps cause minots déchainés à longueur de journée…ça use !

    Répondre

  10. clarky

    23 juillet, 2010 à 18:47

    mais ou est donc or ni car agua françoise, fille de liliane…

    la suite sera comme le début, sans trop me fouler et ce ne sont pas les commentaires qui m’inquiètent mais le conteur, quitte à me répéter :)

    bon séjour chez rodo, babel.

    Répondre

  11. clarky

    23 juillet, 2010 à 18:50

    ah laet, plaisir de te revoir, enfin te relire quoi ;)

    les minots pour plus les entendre y’a un truc, le bac supérieur du freezer…

    Répondre

  12. laetSgo

    23 juillet, 2010 à 18:57

    plaisir de te lire aussi Clarky ! pb avec le bac du freezer : ils sont trop grands, ça rentre pas…faudrait que je les coupe en morceaux et ça ferait désordre dans ma cuisine…et pis bon, ils ont leurs bons côtés quand même :-) ))
    dis donc les paroles que tu cites dans le part 1, c’est de qui ? je connais mais je sais plus…(gainsbourg ? qui c’est çuilà blabla)
    je viens de faire de la pub pr les 2 épisodes sur touitteur, désolée, ça va fausser tes stats (peut-être…ou pas !)

    Répondre

  13. clarky

    24 juillet, 2010 à 15:09

    désolé laet, j’avions point vu ton dernier post !

    euh, je viens de relire en accéléré la partie 1 (erf, ça m’a piqué les yeux :) ) pour retrouver ma débilité profonde et la citation voulue…
    si tu parles de qui c’est celui là c’est de pierre vassiliu, petit moustachu à la bonne bouille ;)

    pour les stats te bile pas, elles sont comme moi, à la ramasse :)

    sinon, j’ai bu ce midi, enfin ce 13h00 plutôt, un petit pinot blanc de par chez toi, une merveille, bien frais un régal, contrastant à merveille avec cette chaleur et cet enfoiré de mistral qui s’est levé…et bizarrement ça crame dans le coin dès que le vent se lève comme dirait loach !!!

    Répondre

  14. clomani

    24 juillet, 2010 à 17:37

    Moi j’aime bien ces Tontons Flingueurs reloaded…
    J’attends la suite avec impatience… et ne fais rien pendant ce temps… lundi, je me remets à l’exotisme si possible sans touristes.
    Une grosse bise à Babel… et à Rodo en espérant que la pluie va s’arrêter. Ici, on a eu de la bonne pluie hier et la nuit d’avant… juste de quoi arroser les prairies et les jardins, et là on dirait que le soleil pointe son nez. Ah, autre chose : à midi, j’ai bu du vin du Jura… puis me suis « finie » au Sainteny ;o)).
    Vivement la suite… allez Clarky, allez Clarky allez…

    Répondre

  15. clarky

    25 juillet, 2010 à 1:10

    merci clo ;)

    et dire que ces tontons là sont largement inspirés de potes de fac, saint charles marseille pour ne pas la citer, et qui ont fait une brillante carrière dans la chimie orga eux, moi j’ai juste mal tourné !

    mais bon, les soirées avec eux c’était cake chose :)

    Répondre

  16. clomani

    26 juillet, 2010 à 10:03

    Clarky, si tu veux t’inspirer… y’a Slate.fr qui a imité une page fesse-bouc pour parler de l’affaire Bettencourt, c’est génial…
    http://www.slate.fr/story/24971/facebook-eric-woerth-bettencourt

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

L’impotent…c’est la rose.

L’éloge de la paresse bat son plein, mame prend les devants en essayant d’endi…