Accueil Politique Les bains des Pâquis

Les bains des Pâquis

7
0
504

L’ami Jean Firmann nous fait l’honneur d’une visite. Plaisir :

En pleine rade, en pleine ville, rive droite à Genève, il existe depuis le début du 20e siècle des bains populaires A la fin des années 1980, des promoteurs goulus voulurent transformer cette presqu’île somptueuse en bains de luxe c’était compter sans le bon peuple qui en un référendum magistral décréta que ces bains resteraient ouverts à tous. Depuis, ça roule, ça baigne. C’est deux francs d’Helvète l’entrée. Des bains comme en Europe on n’en fait pas deux.
C’est au ras de l’eau, une vaste esplanade. Il y a au bout de la jetée un haut phare tout blanc. C’est au bout d’un lac beau comme un Baïkal.
C’est en pleine ville de banquiers. A trois encablures à peine panache le jet d’eau.
C’est ici que le Rhône sort du lac pour s’emboucher gourmand par la vallée du gros rouge jusques aux Saintes-Maries de Méditerranée et plus loin, franchies vers Gibraltar les colonnes d’Hercule rejoindre l’alexandrin parfait des houles de la mer océane.

bainsdepquis2.jpg

République libre des Bains

République éphémère République éternelle des Bains

Oui, nous sommes ici en République d’être peuple du ciel tendre sur nos têtes immense & doux, peuple humide des graviers peuple du lac en ses profonds murmures peuple des torrents arrachés des racines nous sommes ici en République de sentir
peuple mondé d’avoines rêches
peuple mondé de l’or rosé du sable
nous sommes en République d’aimer l’invention de vivre
et de porter au ciel par forte bise,
par grands vents d’ouest aux forges folles, nuages denses des enclumes
le chant roulant au miroir bleu des paquets d’eau
ô peuple satiné du soleil boule
béliers têtus de l’intense brûlure
nous sommes en territoire libre
peuple du haut phare blanc qui baisa d’un vrai baiser l’autre nuit franche
au front cendré le diamant pâle de la lune

Nous sommes ici en République d’entendre et de rêver
peuple des petits airs et des frissons violets courants sur l’eau
peuple du haut chant beau d’Adam d’Ève
nous sommes ici en République de sentir et d’animer
l’omoplate souple où Vulcain souda comme la paupière et le naseau parfait des ânes
l’aile furtive, l’aile efficace, l’aile somptueuse, l’aile battante des anges

La borne de pierre ocre pâle noyée
glorieusement sortie des eaux
la borne de pierre grenue créée aux six cents siècles des mers
sur ces grèves est maintenant posée

Qu’elle marque la splendeur d’êtrejazz007.jpg
qu’elle marque la farouche renouée de vivre
la joie d’aller franc de collier,
la joie d’aller par le monde nue tête
et la lumière aux yeux brûlés

Nous sommes de ce côté-ci en territoire fertile et libre
Nous sommes en République tendre d’oser.

L’essaim vibrant incendie le terrible silence du monde
les vuvuzelas sont des abeilles
comme le myosotis elles soufflent
qu’il ne faut pas oublier
debout le front de vivre
debout l’audace d’exister.

Jean Firmann
Lu au porte-voix de tôle
aux Bains des Pâquis le 27 juin 2010
pour marquer la création à la faveur d’une vieille borne trouvée au fond du lac
de la République Libre des Bains

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par ruminances
Charger d'autres écrits dans Politique

7 Commentaires

  1. babelouest

    1 août, 2010 à 8:13

    Im-pres-sion-nant. Un grand bravo. Et vive l’eau, le jet, et le lac tout autour.

    Répondre

  2. lediazec

    1 août, 2010 à 8:14

    Merci à l’ami Firmann de nous rappeler ici que la vie est poésie. Nous avons ajouté une illustration d’Erby pour l’accompagnement.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  3. b.mode

    1 août, 2010 à 8:16

    La Suisse a sa république des bains et nous celle de la douche… froide ! Enfin une république ou ce qu’il en reste…
    Merci au poète !

    Répondre

  4. clomani

    1 août, 2010 à 9:15

    Très beau !
    J’ignorais que les Pâquis existaient encore et que ça avait gardé son côté populaire…
    J’y allais en 69, en été, pour la pause déjeûner car je travaillais Quai du Mont-Blanc…
    Pour une fois, j’envie les Genevois ;o)) pour les Pâquis et pour Jean Firmann ;o).

    Répondre

  5. clomani

    1 août, 2010 à 10:17

    Phrase du jour tiré d’un commentaire à ne surtout pas louper.

    Répondre

  6. remi begouen

    1 août, 2010 à 11:30

    Très heureux de retrouver ta verve et ta lucidité poétique, l’ami !
    Pour l’anecdote : la dernière fois que j’ai été aux bains des Pâquis, je n’ai pas même payé les 2 ‘francs d’Hélvète’, c’était gratuit ! Et voici pourquoi. C’était je crois dans l’été 2005 et j’avais à faire en train le retour compliqué Briançon – Saint-Nazaire, auquel j’ai rajouté le détour d’une visite à Genève, revoir les lieux, espérer te revoir et, prioritairement, je l’avoue, me faire rembourser l’argent prêté à un ‘ami’ (hum !), qui ne fut pas au rendez-vous et qui court toujours… (tu parles d’un ami !). L’autre déception fut de ne pouvoir te joindre : tu avais à cette époque retrouvé ton beau pays de Gruyère, tu me l’appris plus tard.
    J’étais donc fauché et trouvait à dormir à ‘l’Armée du Salut’… C’est le genre d’établissement qui vous fout à la porte au petit matin, petit désagrément entre autres. Me voilà donc piéton dans le soleil levant, remontant la rive droite du Rhône… jusqu’aux Bains des Pâquis. Là, déception : c’est encore fermé ! Ouf, au moment de faire demi-tour, arrive un jeune couple qui franchit allègrement la simple chaîne portant la pancarte ‘fermé’ et m’incite à faire de même !
    C’est ainsi que, tous trois (car nous devîmes amis) avons vu le soleil ‘mettre le feu au lac’, spectacle matinal étonnant… Il y avait aussi un employé qui s’activait à ‘mettre propre et en ordre’ le bistrot des Bains, mais consentit volontiers à nous offrir (la caisse étant fermée) des cafés et des petits pains !… Deux heures plus tard, après baignade, repos et bavardages ‘à en refaire le monde’, je partais rejoindre à la gare Cornavin mon train de retour : Je passais la guérite d’entrée, où une gente dame me demanda si j’avais payé l’entrée. Je lui répondis d’un sourire : ‘bonne journée madame, moi je sors, je n’entre pas !’… : telle est ma dernière aventure genevoise, dans la ‘République des Bains des Pâquis’ que tu sais si bien honorer, l’ami. Mais, je n’ai pas renoncé à y revenir : cette fois je prends rendez-vous avec toi…aux Bains des Pâquis si tu veux !

    Répondre

  7. remi begouen

    6 août, 2010 à 16:11

    Pour information, Jean Firmann est un des principaux animateurs de l’association citoyenne genevoise ‘Viva La Musica’, qui, outre la musique, se soucie aussi d’autres formes de culture, arts plastiques ou poésie. Son adresse Internet :
    http://www.amr-geneve.ch

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Fric frasques

Erby Kezako Comment les petits porteurs de Natixis se sont fait avoir La justice ouvre une…