Accueil Politique L’épluche-mémoire

L’épluche-mémoire

30
0
1,057

brevitudes.gif

 (…) « Ce sont ces moments fantastiques où je ne trouve rien à faire. Aucune envie. Aucune idée. Quelques coups de téléphone donnés au hasard de l’agenda. Des répondeurs qui ne répondent pas. Des messages qu’on laisse sans grande conviction – en espérant que personne n’osera vous rappeler, vu le ton morne de votre voix. Des livres que vous reposez sur l’étagère en regrettant de les avoir sortis de leur sommeil. Il y a toujours des livres que l’on veut lire depuis longtemps et qu’on feuillette et qu’on repose en se disant la prochaine fois. Et le stylo et le papier qui sont au loin, hors de portée de la main. Il faudrait une énergie incroyable pour ramper jusqu’à eux. Ce serait mieux de dormir. Mais le sommeil ne vient pas. Il ne manquerait plus que ça. Ce serait trop facile. Ça nous empêcherait de remuer tout ce bordel, là-haut, dans la tête. Alors on contemple le désastre. Le nombre d’images qui se bousculent dans un cerveau, la nuit, on comprend pourquoi le monde tourne si mal. Pourquoi les gens se foutent sur la gueule. Tellement de choses à régler pour soi-même. La nuit, la vie est belle mais c’est le monde qui est foutu. Et ça recommencera demain. J’envie les gens qui savent exister. J’envie les gens qui profitent des secondes. Moi, je vois les minutes défiler à une telle vitesse sur le radio-réveil, que j’ai peur de me réveiller vieux. J’essaye de compter le temps, les yeux fixés sur le changement des chiffres quartz, mais j’ai toujours dix secondes de retard. La mort viendra par surprise, avec plusieurs années d’avance. Apprendre à compter plus vite. Chasser toutes les images. Pas moyen d’être seul. Les souvenirs vivent plus longtemps que nous. Je suis sûr qu’après la mort, ils continuent leur chemin. Peut-être qu’ils vont se loger dans la mémoire d’un autre. Il faudrait pouvoir les sortir un par un et les remercier. Ils nous foutraient peut-être la paix… » (…) R.B.

Malgré les initiales de cette signature, ce texte n’est pas de Rémi Begouen mais de Rémi Boulon. Un jeune homme (il pourrait être mon fils) qui a pris ce pseudonyme avant de connaître mon existence. Puis est venu faire ma connaissance, moins pour l’homonymie de nos initiales que parce qu’à l’époque, je m’essayais à créer une modeste maison d’éditions, maintenant abandonnée. Mais nous sommes devenus amis. Il était à cette époque nazairien, mais vit maintenant à Marseille, où il a fondé sa fantaisiste maison d’éditions ‘Nazéroued’. La fantaisie consiste par exemple, ici, de dater son achevé d’imprimer (qu’il tient à écrire ‘achevé d’imprimée’ !!) du 22 juillet 2016 : six ans d’avance sur sa mémoire épluchée !

avzeerby.jpgDans six ans ce sera un best-seller, sans doute… mais pour le moment l’œuvre est quasi-indisponible : 100 exemplaires… dont un qu’il m’a confié quelques jours, pendant sa visite à St-Nazaire et que je dois lui rendre bientôt : c’est celui destiné à sa grand-mère ! … Mais c’est avec son autorisation que j’ai reproduit pour Ruminances cette ‘bonne feuille’ parmi d’autres aussi belles, de ce roman ‘déjanté’ comme son sympathique auteur… Vous avez donc six ans à ruminer avant de lire l’intégralité de ‘L’épluche-mémoire’ ! Et, d’ici là, sachez que Rémi Boulon me confie qu’il s’estime être ‘neveu spirituel de René Fallet’, rien de moins ! 

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

30 Commentaires

  1. b.mode

    13 août, 2010 à 3:32

    Ah oui Fallet, le pote à Georges, l’inoubliable auteur du beaujolais nouveau est arrivé !!!

    Répondre

  2. babelouest

    13 août, 2010 à 4:09

    Excellent, nous attendrons donc six ans…… un univers en somme ! Un univers de secondes non pas sagement en file les unes derrière les autres, mais se bousculant comme des chalands le jour des soldes, des secondes malapprises, goguenardes, de vraies secondes bien de chez nous.

    Merci, Rémi, de nous avoir fait partager cet océan de secondes, celles qui font un pied de nez au lecteur.

    Répondre

  3. lediazec

    13 août, 2010 à 8:11

    Attendons. Attendons l’arrivée de ce futur grand. La lecture de son extrait dans la brévitude met en appétit.
    A ce propos, la colonne de droite est à jour : Erby, phrase, zique et boustifaille.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. clomani

    13 août, 2010 à 8:43

    Oui, Rémi, j’ai vraiment cru que c’était de toi…
    Pourrais-tu dire à ton ami que… 6 ans, c’est à la fois trop et pas assez.
    J’espère que tu nous tiendras au courant ;o).

    Répondre

  5. b.mode

    13 août, 2010 à 9:19

    Poitrine d’agneau soubise façon Françoise, la france tancée par l’Onu note mon r’né; pangloss écoute aux portes et les hippies s’éclatent sur fond de canned heat ! Non je n’ai pas bu, ce sont les nouveautés du jour…

    Répondre

  6. remi begouen

    13 août, 2010 à 12:37

    Un individu qui s’était présenté sous le pseudo de Rémi Boulon pour me faire lire ‘L’épluche-mémoire’ revient me voir ce matin et transcrit sur mon ordi un texte qu’il a écrit récemmment sous son vrai prénom (c’est à lui de le révéler s’il le souhaite) et que je vais proposer à une seconde ‘brévitude’ de l’énergumène !

    Répondre

  7. remi begouen

    14 août, 2010 à 1:45

    En réaction à la lecture du 1° commentaire de B-mode çi-dessus, l’ami Rémi Boulon me raconte l’anecdote suivante : René Fallet et Georges Brassens vont un jour visiter la librairie d’un ami à Marseille. Un client est là, qui s’exclame : ‘Hà! Georges Brassens ! … une dédicace !!!’ etc. Celui-ci répond, bougon : ‘Il y a erreur, je suis un sosie, déménageur parisien.’ Deux minutes plus tard, Réné Fallet qui s’est éclipsé au premier étage du copain libraire, a sauté par la fenêtre pour revenir par la porte, intervient : ‘Hé, Raymond! Ton camion gêne dans la rue! Il faut partir !!’
    J’ignore si l’anecdote est réelle ou sortie de l’imagination (fertile) du susnommé Boulon. Mais, comme le disait Blaise Cendrars (qui est notre grand-père mental commun) : ‘C’est vrai puisque je l’ai écrit’…….

    Répondre

  8. babelouest

    14 août, 2010 à 2:04

    Ah c’étaient de joyeux drilles ! Quelle équipe !

    Répondre

  9. olivier bourdic

    14 août, 2010 à 17:07

    messieurs les cons, bonjour ! Tous ces ragots ignobles et populistes sont colportés par un faux bardes anarcho-libertaires bien connu de nos services nazérouédiens. Attention, les gars (visiblement, plus de filles sur ce blog de machos !!!) : le dénommé Rémi Bégouen est un affabulaeur et usurpateur d’identités ! Nous le soupçonnons fortement (preuves à l’appui) d’être lui-même Rémi Boulon… (à suivre…) Signé : le comité déglingué d’anti-bruits et rumeurs de Nazéroued;son secrétaire :o livier bourdic

    Répondre

  10. b.mode

    14 août, 2010 à 17:11

    Eh bé, si je me doutais ! ;)

    Répondre

  11. lediazec

    14 août, 2010 à 17:13

    @ Olivier Bourdic, l’hyper-intelligent. Tellement intelligent qu’il brouille le pléonasme, pensant, sincèrement, s’adresser à des idiots : faut-il être… pour utiliser la formule « anarcho-libertaire » avec un tel aplomb. C’est comme si nous disions : Untel est un anarchiste-anarchiste. Yes !
    Pour le reste, vous verrez ça avec RB en personne.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  12. remi begouen

    14 août, 2010 à 17:59

    Le RB en personne va régler ce con-tentieux avec le RB d’occaz, Rémi Boulon, alias X Y Z et autres Azemour-Machin, bref avec Olivier Bourdic, ex-nazarien de Marseille redevenu nazarien le temps de nous foutre sa zone ‘nazeroued’ ici…
    Brèfle, B-mode et lediazec et autres ruminants, rassurez-vous : je ne suis pas l’auteur de ‘l’épluche-mémoire’, c’est lui ! na !!!
    Même qu’il y a une suite, un autre texte de cet Arsène Lupin en identités, susceptible d’être publié sur Ruminances, ok Rodolphe ?

    Répondre

  13. lediazec

    14 août, 2010 à 18:04

    @ Rémi. Il est en attente, ce vrai-faux-fou-rire. La semaine prochaine. Comme ça l’ami Bourdic repassera nous faire les civilités d’usage.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  14. remi begouen

    14 août, 2010 à 18:38

    Je redoute le pire (et le meilleur) à propos de ‘nous faire des civilités’, de la part de cet individu Olivier-etc. Je l’ai quitté tout à l’heure dans un bistrot : il a fait connaissance d’un gars de passage qui, au passage, lui a ‘machiné’ son ordi portable qui était déglingé. D’où le message qu’il a envoyé, entre deux bières. Puis il est allé sous la pluie ramasser un autre client qui s’était étalé dans la rue : il arrosait ses petits cafés du whisky d’un copain, alors que, sous anti-dépresseur, il y a forte incompatibilté… sans parler de la gueule du sympathique patron !
    Bref on s’amuse comme on peut ici, à la veille du 15 aôut !

    Répondre

  15. b.mode

    14 août, 2010 à 19:22

    BAH LES ENFANTS, reprenez vous ! c’est quoi ces histoires de pissotières ?

    Répondre

  16. lediazec

    14 août, 2010 à 19:29

    Puisque c’est comme ça, sachez que moi je n’ai que ça à dire :

    Frôlée par les ombres des morts
    Sur l’herbe où le jour s’exténue
    L’arlequine s’est mise nue
    Et dans l’étang mire son corps

    Un charlatan crépusculaire
    Vante les tours que l’on va faire
    Le ciel sans teinte est constellé
    D’astres pâles comme du lait


    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  17. remi begouen

    15 août, 2010 à 4:18

    Lediazec – Tu n’as que ça à dire, mais tu le dis très bien, même si on y entrave que couic… Va te rendormir après un tel poème aussi beau qu’abscon… ne reste plus qu’à reprendre une lecture pointue ou attendre le nouveau texte de Ruminances, surtout que mon ciel, ici, n’est pas constellé d’astres pêles comme du lait, mais couvert de nuages qui annoncent la pluie…

    Répondre

  18. la tigresse masquée

    29 août, 2010 à 21:31

    connaissant les deux comperes il ne font qu’un vous dis je !!!!

    Répondre

  19. remi begouen

    29 août, 2010 à 22:01

    ô Tigresse Masquée ! Ton masque doit être bien mal en place pour ne pas à voir qui est qui, et nous confondre ! Est-ce que j’ai la gueule d’un Boulon, moi ?… Et qui es-tu, sous ton masque ? Une panthère noire ? Un gros baraqué ? Je redoute le pire et attend le meilleur…

    Répondre

  20. la tigresse masquée

    22 septembre, 2010 à 1:17

    ce n’est que du bon remi !! et si tu savais ??? mais à quoi bon ! je vous aime tout les deux et c’est là l’essentiel !!!! et un jour j’enleverai mon loup.

    Répondre

  21. la tigresse masquée

    22 septembre, 2010 à 1:22

    quant à toi remi boulon ! je rêve d’une chose : que tu sois mon geolier !!!!!!!!! et je pourrai dire enfin : LE BEAU GEOLIER NOUVEAU EST ARRIVE !!!! fallet pas me chercher :) ))

    Répondre

  22. bourdic

    23 septembre, 2010 à 13:15

    Oh maille god-ness !!! nous voilà pris en chasse par une tigresse !! Mon bon Bégouen, si tu ne veux pas être dévoré tout cuit dans ton jus, il va falloir augmenter la cadence et mettre tes pas dans les miens !! Ou bien, ton joli petit cul septuagénaire va sentir la caresse affamée de la Tigresse masquée ! Comme toi, mon zami, je la soupçonne d’être burnée car, et tonton fallet ne le savait que trop, aucune femme au monde n’est capable d’avoir autant d’esprit… Tigresse, ma jolie, ton trait d’humour est savoureux et j’ai ri de bon coeur (ce qui, par les temps qui courent, etc, etc…) ! Compte sur moi pour t’en-geôlier, te cage-olé, et un peu plus si d’affinités ! Puissé-j’être présent quand ton loup tombera accompagné du reste…

    Répondre

  23. la tigresse masquée

    29 septembre, 2010 à 23:05

    quel loup stic ce bourdic !!!!!!!! quel tripo(r)teur !!! serais tu adepte de l’amour baroque ?? si c’est le cas viens dans ma bulle et je te servirai de la soupe aux choux les pieds dans l’eau !! A paris au mois d’aout en banlieue sud-est ou à Pigalle !! soit mon braconnier odieux et je serai ton idiote !!! puisque tout se passe sous la grande ceinture ce ne sera pas perdu !!!!

    Répondre

  24. la tigresse masquée

    30 septembre, 2010 à 6:58

    la nuit portant…jarretelles et conseil !juste pour dire @ toi remi (bout long ou pas ) redoute surtout le meilleur !! quant à bourdic « aucune femme au monde n’est capable de tant d’esprit  » je dis : revois ton jugement!!! fallecrate !!! peut etre n’en aurai tu jamais rencontré ???? !!!

    Répondre

  25. lediazec

    30 septembre, 2010 à 7:15

    @ La Tigresse. Si jamais tu le croises (Bourdic, bien sûr)griffes-lui la goule !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  26. la tigresse masquée

    6 octobre, 2010 à 16:30

    @ Lediazec ! serai tu jaloux ?! je ne sais pas si je le croiserai un jour ce bourdic !!! mais si çà arrive on se reconnaitra c’est sur !!!! quant au begouen : ça rumine sec

    Répondre

  27. olivier bourdic

    11 octobre, 2010 à 0:46

    (Ça devient chaud par ici, ma rolpa !)
    Lediazec et Tigresse, vous combattez en vain / Sur ma goule, monsieur Zec, jamais griffe ne tint / Tigresse, Maquée ou pas, donne-moi ton adresse / Et je jure sur Fallet de passer à la caisse / A la caise-role bien sûr et je prendrai mesure / De ton corps, tes paroles et tes jolies blessures / Quand je pense qu’un Rémi, nazaire de Bégouen / M’avait invité li me promettant du lien / De l’engag’ment poli dans le poli Litique / Alors qu’horreur ici, on baise en place publique !

    Répondre

  28. La tigresse masquée

    13 octobre, 2010 à 16:35

    Bourdic !! y a un hic / En ce lieu ?? On biaise surtout / Quoique!!! on peut militer en pensant à son minou / Gymnastique cérébrale / Supplice de tantale ! oui!! j’ai soif de tes maux et de tes mots / Mon adresse ? mais je te sens encore trop maladroit/ Et René en resterait pantois / Etre mon maitre-etalon / pour mesurer mon corps ? / alors sache / dors ! et dejà ! que je suis pleine de vallons et de plaines ainsi qu’une source sans craindre les déboires !! oui ! fermes les yeux…et épluches ta mémoire !!!

    Répondre

  29. b.mode

    13 octobre, 2010 à 17:23

    Arf René est dans la place !Cachotier l’erby !!! ;)

    Répondre

  30. Dabubz

    3 novembre, 2010 à 12:18

    J’ai connu un Boulon autrefois, c’était à Castorama, je crois. Il était pris de vent, à cause d’une choucroute périmée. Depuis, je pense à lui dès je sens la suave odeur de ce plat alsacien. C’est devenu ma madeleine de Prout.
    De temps en temps, il faut lui serrer la vis à l’ami Boulon, bien lui répéter que le destin d’une bouteille entamée n’est pas forcément d’être consommée dans l’heure, surtout quand celle-ci se fait noire, n’est-ce pas Azemour ?
    Pauvre de moi, je n’avais pas fini le manuscrit de l’Epluche-mémoire. C’était il y a longtemps, si longtemps, nous étions jeunes et beaux…me le pardonneras-tu ? En ce temps-là, j’avais 20 ans, à défaut d’être Arménien, et perdu dans les brumes de cet âge. Toi, mon Boulic, tu avais le bourdon, mais déjà ce je-ne-sais-quoi de fierté et de malice dans l’oeil, comme seuls peuvent l’afficher ceux qui roulent en R5 (couleur blanc cassé, comme le reste). A défaut d’être à l’époque le « fils » du Bégouen, tu nous chantais « la fille du bédouin ».

    Je te le jure, cette fois-ci, j’achèverai ma lecture.

    Alors, ma Bourique, nous partirons jusqu’à Quiberon, ou mieux, mon Boulon, nous visiterons Hoëdic…mais par contre il est hors de question de te laisser vider mes whiskeys hors-d’âge et mes bières de garde comme un vulgaire gougnafier! Ce n’est pas le rosé dont tu t’imbibes quand tu croises ton camarade d’initiales!

    Allez, viens mon frère, cela n’est rien, retrouve les terres de tes ancêtres, amène à nouveau ta fantaisie à Méan-Penhoët !

    bBz

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Parlez-moi d’amour … ?

‘Parlez-moi d’amour et dites-moi des choses tendres’… Il y a pires rengaines de chan…