Accueil Politique Les mots de tête

Les mots de tête

20
0
496

brevitudes2.gif

Les chiffres, toujours les chiffres !

Les chiffres, c’est comme les mots. Les mots tordus. Les mots qu’on dit. Les mots qu’on tait. Les mots qu’on plie. Les mots à dire. Les mots à frire.

Les mots, ça fait rire, mais pas seulement. Ils sont durs à cuire. Prenez le Très Minime dans son palais. En ce moment il cuit ! Littéralement. A l’heure qu’il est, il ne sait plus par quel bout prendre le rouleau des statistiques qu’on lui présente. Il trépigne. Tape du poing. Menace le premier passant. Fulmine et, épuisé, s’effondre dans un fauteuil trop grand pour lui. Tout va mal. Rien ne s’enquille au bon endroit, ni au bon moment. Quelle mare ! Mais quelle mare !

chiffres.jpgComment faire pour traverser cet océan d’hostilité ? Il navigue à vue. Dans le bouillon, à défaut d’épouser la houle, son esquif prend l’eau. Lui, le très puissant, qui s’était affublé les services d’un très onéreux sondagier, un certain Patrick Buisson, célèbre pour ses chiffres et pour ses idées, afin de faire avancer la sondagite, confondant com, réalité et coût, ne comprends plus que dalle aux chiffres du jour : 70 % de français approuvent la mobilisation le 7 septembre prochain contre le projet sur les retraites. Si la vie est cruelle, l’insolence aussi. Ceci n’est pas un constat, ceci est une leçon.

Ce qui au départ pouvait se jouer sur un rien (l’âge légal de départ de 60 à 62 ans) s’est transformé en véritable fiasco. Lui, le roi de la « COM » doit désormais vivre avec ça. Tout va à la Woerth-comme- je-te-pousse !

La petite majorité de sondés qui, dans un premier temps, pouvait encore accepter, par couardise, de se faire enfler dans la ruelle sans oser aller à la gendarmerie la plus proche pour porter plainte, vient de franchir le cap pour rejoindre le camp de ceux qui n’ont jamais lâché le morceau, criant désormais avec la meute…

Les chiffres dont Le Minime est amateur lui frottent désormais  le nez sans égard.

Entre le plus et le moins, Sarko voit son nombre de points  sympathie chuter comme on saute à l’élastique sans élastique.

D’après le sondage Ifop du moment, les français trouvent la réforme qu’il propose injuste. Et pour cause, mon colon !

Sentant la magouille prendre le pas sur le droit, ni une ni deux, les indécis défilent ou vont défiler dans la rue contre les Fouquet’s !

Aujourd’hui, ils étaient 50 000 manifestants à Paris contre les mesures anti-Roms du gouvernement.

La pression monte ! Combien serons-nous le 7 septembre prochain ?

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

20 Commentaires

  1. b.mode

    5 septembre, 2010 à 6:09

    J’ai lu quelque part que Sarko se dopait toujours autant aux sondages et que ceux ci tendaient avaliser sa politique ultra sécuritaire… et qu’il était plus que jamais certain de gagner 2012… Curieux comme le sondage du parisien d’aujourd’hui contredit celui du figaro d’hier. Ceux du figaro lui sont toujours favorables. Quant à Hortefeux lui il évalue les manifestants d’hier à paris à 12000… cherchez l’erreur ! http://www.leparisien.fr/politique/sondage-le-parisien-aujourd-hui-en-france-sarkozy-et-fillon-rechutent-04-09-2010-1055268.php

    Répondre

  2. babelouest

    5 septembre, 2010 à 6:24

    Tous à pied contre ce gouvernement qui gère l’État comme un pied, soutenu par un parlement godillot, et par des journalistes lèche-bottes. A quand la mise en jambes d’une vraie équipe alternative, qui ne prenne pas par-dessus la jambe les problèmes de chômage et de précarité ?

    Répondre

  3. clomani

    5 septembre, 2010 à 8:22

    Je vous donne ci-après le résumé de l’émission proposée ce week-end par @si, sur les sondages justement :

    « On démarre par le gros morceau de cet été : l’étrange sondage IFOP paru dans Le Figaro le 6 août. Les sondés y plébiscitaient les mesures sécuritaires annoncées une semaine plus tôt par Nicolas Sarkozy à Grenoble. Nous y avons déjà consacré un article.

    Plusieurs critiques ont été adressées à ce sondage, notamment celle d’avoir été réalisé en plein été. L’argument est balayé par nos trois invités, Jean-Daniel Lévy rappelant même que CSA a réalisé un sondage pour l’Humanité le même jour, sur certains des mêmes thèmes, qui n’a essuyé aucune critique. Plus problématique : pourquoi ne pas avoir inclus une case « Ne se prononce pas » dans le sondage ? « En général, les sondeurs ne suggèrent pas la non-réponse, qui toujours possible », mais pas indiquée explicitement la plupart du temps, précise Jeanbart. « N’est-ce pas un biais terrible ? », s’étonne Daniel. Pas forcément, assure Lévy, qui explique que les catégories les plus populaires peuvent être tentées de se « réfugier » dans la non-réponse parce qu’elles pensent que leur opinion n’est pas légitime. Pour notre invitée blogueuse, il s’agit surtout de « forcer les gens à avoir un avis » (acte 1).

    Anomalie plus importante, relevée par exemple par legrandsoir.info, ou Dr Panel : les biais linguistiques. Les mots choisis par le sondeur et Le Figaro ont-ils influencé les personnes interrogées ? Il y est notamment question d’ »assassins » de policiers, ou de « contrôle par bracelet électronique » (l’expression « port d’un bracelet électronique » est plus neutre)… « On rentre vraiment dans la tambouille », se réjouit Daniel. Mais s’ils concèdent que tous les mots choisis sont des biais, les deux sondeurs contestent que le mot « assassin » pose problème, malgré sa forte « charge émotionnelle ». « Si on dit « auteur d’homicide », on prend le risque d’être mal compris », prévient Jeanbart. Des termes choisis qui font bondir Dr Panel : « La réalité, c’est que le poids du client est énorme dans la façon dont on formule la question. » Ce qu’avaient dit les Guignols de l’info dès le mois de mars, à leur façon. N’oubliez surtout pas de comparer leur fausse Une du Figaro avec celle qui est parue le 6 août… (acte 2)

    Face à la déferlante déclenchée par le Figaro, Marianne a décidé de réagir par un contre-sondage censé poser la bonne question : depuis huit ans qu’il s’en occupe, Nicolas Sarkozy a-t-il été efficace contre l’insécurité ? Réponse : 69 % des personnes interrogées « lâchent Sarkozy », jubile Marianne. Pourtant, Lévy, qui a réalisé le sondage, conteste totalement les soupçons de Daniel, qui imagine les responsables de Marianne commander à CSA « des questions pour qu’apparaissent au final des résultats négatifs sur Sarkozy »… Pour le patron des études politiques de CSA, il y a « une différence d’approche » entre son étude et celle du Figaro, plusieurs jours ayant passé, les personnes interrogées n’étaient plus « sous le coup de l’émotion » et les deux approches sont complémentaires (acte 3).

    Mais Dr Panel souligne qu’une question, formulée quasiment de la même manière dans les deux sondages, sur la déchéance de nationalité de personnes d’origine étrangère « portant atteinte à la vie de policiers » obtenait un soutien beaucoup moins fort dans Marianne que dans le Figaro. Pourquoi ? Elle avance une hypothèse : dans un sondage, la réponse à une question est toujours influencée par les questions qui précèdent. « Si vous posez d’abord des questions qui poussent à réfléchir sur le bilan de Nicolas Sarkozy, puis une question sur une mesure précise, les réponses seront sans doute moins favorables. », explique-t-elle. Et c’est le clash : Lévy dénonce un « propos quasiment injurieux », tant il estime « évident » que l’ordre des questions influence les réponses. Nous en avions d’ailleurs déjà établi une démonstration dans cet article (acte 4).

    Passons aux sondages politiques. Quel intérêt pour Le nouvel Observateur de publier un sondage « choc » montrant que Dominique Strauss-Kahn battrait Nicolas Sarkozy si le second tour de la présidentielle avait lieu aujourd’hui ? Les journalistes lui ont pourtant prêté beaucoup d’attention pendant l’université d’été du parti socialiste à La Rochelle… « Si on considère que cela va nous donner le résultat de dans 18 mois, c’est idiot bien sûr, rétorque le sondeur d’OpinionWay. Mais si on pense que le sondage va nous permettre de voir évoluer les positions des personnes interrogées jusqu’à l’élection, là, ça a un intérêt. » Et pour finir l’émission, regardez Eva Joly et Jean-Michel Aphatie se prendre les pieds dans le tapis à propos d’un sondage sur les « préférences » des Français sur le futur candidat Europe écologie à la présidentielle… (acte 5) »

    Personnellement, j’ai été sondée à 2 reprises (CSA et IFOP je crois)… une 1ère fois sur les candidats UMP à la mairie de Paris. Vous pensez bien que j’ai répondu n’importe quoi puisque je n’en avais rien à fiche; La seconde fois, c’était sur des bagnoles (commande d’un constructeur automobiliste français j’imagine)… voilà 40 ans que j’ai abandonné ma Dodoche parce que c’était impossible de conduire dans Paris ! Là, je n’ai eu de cesse d’expliquer au jeune homme qui me sondait que j’étais parmi les plus « anti-bagnoles » qui puissent exister en France. J’ai répondu du grand n’importe quoi (j’étais même infichue de prononcer plus de 2 marques de bagnoles sur le plan mondial !). Le sondage s’est terminé par une leçon (par moi-même) sur l’impact des bio-carburants sur les populations pauvres des pays du tiers-monde !
    Donc, du grand n’importe quoi !
    Comme disait Churchill, je ne crois que les statistiques que j’ai faussées moi-même !

    Répondre

  4. clomani

    5 septembre, 2010 à 8:28

    Petite précision sur la manif parisienne : certes, 50 mille, ça ne vaut pas les centaines de milliers de gens des manifs du XXe siècle !
    Mais hier, ce qui était à noter, c’était le nombre de gens venus hors assoce, hors partis politiques, hors syndicats… qui venus seuls, qui en famille, qui avec des amis, munis de leurs petits panneaux griffonnés à la hâte. Moi j’avais le mien fabriqué de mes petites mains :
    Coté face : NON AUX EXPULSIONS de ROMS, SANS-PAPIER, MIGRANTS puis en-dessous : liberté, égalité et fraternité.
    Côté pile : En groupe en ligue en procession
    En bannière en slip en veston
    Avec des gros des petits des durs
    Je suis de ceux qui manifestent.
    Jean Ferrat (1930-2010)
    Le côté pile a eu un franc succès !

    Répondre

  5. b.mode

    5 septembre, 2010 à 8:31

    Opinionway est une officine à la solde de l’UMP… A partir de là…

    Répondre

  6. lediazec

    5 septembre, 2010 à 8:59

    Rappel : toutes les rubriques sont donc en place, grâce à Bernard qui, après avoir bidouillé son modem, a retrouvé le chemin de Ruminances. Cuisine indienne en prime. C’est pas la classe, ça ?
    Cet aprem suite et fin des voyages au Maroc de Rémi.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  7. b.mode

    5 septembre, 2010 à 9:04

  8. b.mode

    5 septembre, 2010 à 9:10

    Pour filer la métaphore du fauteuil trop grand pour lui, c’est vrai que l’habit de président de la république est un costar mille fois trop grand pour le lider minimo. Il nage dedans comme un bébé qu’on aurait vêtu avec la veste en cuir de Schwarzeneger ! Et dire que quelques semaines après son intronisation, le prétentiard avait dit que c’était finalement assez facile d’être président ! Fantôche !

    Répondre

  9. lediazec

    5 septembre, 2010 à 9:18

    Je vais attendre le 9 septembre, date de sortie de « Le président des riches » pour me procurer ce libre Bernard.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  10. remi begouen

    5 septembre, 2010 à 9:33

    ‘Pour filer la métaphore du fauteuil trop grand’… il n’y a pas qu son costar mille fois trop grand pour le Minimo. Il y a aussi le ‘costar sur mesure’ que le peuple français lui prépare. Il va se prendre une sacrée veste… avant les élections de 2012, je l’espère !
    Clomani – Ton côté pile, avec Jean Ferrat, a eu un franc succès, dis-tu. Moi, je t’aime bien côté face aussi !!

    Répondre

  11. des pas perdus

    5 septembre, 2010 à 9:55

    j’ai bien peur que la pression fasse pschittttttttttttt ! L’histoire ne se répète pas dit-on, mais j’en ai bien peur pour les retraites.

    Répondre

  12. b.mode

    5 septembre, 2010 à 10:10

    La pression avant la mise en bière ? ;)

    Répondre

  13. babelouest

    5 septembre, 2010 à 10:25

    Pschhhhhitttt allo, Vichy ?

    Répondre

  14. clarky

    5 septembre, 2010 à 13:42

    le problème, c’est que tous les politricards gouvernent avec, ou en fonction, des chiffres, c’est selon.

    sarko mise sur le tout sécuritaire en espérant asseoir une crédibilité qui se barre en couilles en ce moment, tandis que nos chers camarades de la gauche au sens large se voient déjà à l’élysée…

    sauf que 2012 c’est presque aujourd’hui mais pas tout à fait, et qu’à trop crier victoire à l’avance on repart bien souvent la queue entre les jambes, demandez à jospin, lui qui était déjà président dans tous les sondages !

    tiens, j’y pense en passant, faudrait débaptiser la rue de rome à marseille pour la renommer rue des roms ! , je crois que gaudin ferait une attaque :)

    sinon, si vous voulez un truc vachement intéressant sur les chiffres y’a le très bon georges ifrah, « histoire universelle des chiffres », conséquente lecture mais putain de passionnante.

    Répondre

  15. b.mode

    5 septembre, 2010 à 13:44

    2012, un remake du mièvre et du tort tue, Lolo ? ;)

    Répondre

  16. clarky

    5 septembre, 2010 à 13:56

    putain j’en sais rien mon bernard, mais je sais que l’eau de la fontaine qu’on nous présentera en 2012 ne sera pas un excellent millésime biscotte la droite va nous la faire à l’envers une fois de plus, ici on n’a pas de ligue du nord mais c’est tout comme et, malgré tout, le populo aime qu’on lui dise que l’enfer c’est les autres…
    quant à la gauche, comprendre le parti susceptible de nous représenter, cet estimable ps, ben une fois revenue aux affaires, on peut lui faire confiance pour appliquer une politique de centre gauche, et je me régale déjà du spectacle fraternel qu’ils vont nous offrir lors de ces merdes de primaires, bon j’insiste pas, sinon je vais cracher mon venin à propos de l’autre folasse !!!!

    Répondre

  17. clomani

    5 septembre, 2010 à 15:50

    J’ai essayé de « tenir » devant ma télé tout à l’heure. Sur Canal, Hortefeux était interrogé par Anne-Sophie Lapix…
    Il est très préoccupé par le bonheur des Français qui veulent de la sécurité. Et en tout premier, Madame Lapix aborde le dernier sondage, où on voit que les Français ne sont pas du tout d’accord avec la politique d’expulsion des Roms. A ça, le rouquin bronzé donc débarrassé de son psoriasis répond … « mpffff, vous savez, ces sondages, on n’y comprend plus rien ». Lorsqu’ils ne vont pas dans le sens du gouvernement, ce ne sont que des machins mal ficelés auxquels on n’y pige rien ! Non mé… et le Brice d’enchaîner sur tous ces criminels (puisqu’on vient de parler des Roms)…
    Anne-Sophie a essayé de l’aiguillonner (elle est un peu plus douée que sa consoeur Arlette C. popur le faire), mais bon, le mal blanc reste droit dans ses bottes.
    Après 4 mn, n’en pouvant plus de regarder ce mec, j’ai zappé. Ca m’avait suffit !

    Répondre

  18. b.mode

    5 septembre, 2010 à 15:52

    Pas d’accord avec toi clo ! J’ai vu aussi l’émission ! Lapix joue à la fausse insolence mais c’est une complice malgré elle ! elle a laissé passer des trucs innommables ! elle ne mérite que l’opprobre !

    Répondre

  19. B.Pensant

    18 septembre, 2010 à 21:41

    Clarky a dit:
    5 septembre 2010 à 13:42
    tiens, j’y pense en passant, faudrait débaptiser la rue de rome à marseille pour la renommer rue des roms !

    C’est fait … depuis ce matin !

    Répondre

  20. B.Pensant

    20 septembre, 2010 à 23:07

    Sur mon site : quelques photos qui témoignent de ce (re)baptême …

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Toile d’araignée qu’on tisse dans le vide

Si quelque vil débris barre la voie humaine, Écartons de la main l’obstacle qui la g…