Accueil Politique Une bombe sous le cul

Une bombe sous le cul

26
0
801

bombecul.jpgUne bombe sociale prête à exploser est placée sous le cul du Lider Mínimo et ça s’active chez les spécialistes en désamorçage. Les signes de reculades sont si visibles que même les esprits les plus timorés ont capté l’onde de trouille qui secoue le siège présidentiel.

Accroché aux accoudoirs, El Mínimo sue un max de grosses gouttes. C’est le salaire de la peur, Rolex en main.

La mobilisation du 4 septembre sur la politique sécuritaire et la très obscène surenchère gouvernementale qui a mobilisé dans les 50 000 manifestants à Paris a eu pour effet, malgré la « faible affluence », un arbitrage du Chef en personne. En désavouant son très dévoué séide, Brice Hortefeux, qui voulait retirer la nationalité française à tous ceux qui ne marchent pas au pas de l’oie, Mínimo tente l’apaisement sans trop perdre la face, puisqu’il reste fidèle à son discours de Grenoble, acte fondateur d’une pensée qui ne dit pas son nom.

A la veille de la mobilisation du 7 septembre contre le projet de loi sur les retraites c’est panique à l’Elysée : combien d’hirsutes dans la rue pour clamer une colère et exprimer une honte, celle d’un pouvoir tourné sur lui même et ne respirant que l’air d’un fantasme personnel ?

Déjà, sur la manifestation du 4 septembre, la guerre des chiffres aidant (50 000 d’un côté, 12 000 de l’autre) avait permis aux voix officielles de parader devant les caméras en minimisant l’importance. C’est tout juste s’ils ne criaient pas au triomphe d’une politique qui ne pense qu’à la peur, qui ne gouverne que par elle, qui ne tient que grâce au calendrier.

Qu’en sera-t-il ce 7 septembre ? Je n’en ai pas la moindre idée, mais une chose est indiscutable, ça tremble dans les chaussettes sous les lambris. La chose est d’autant plus inquiétante que les syndicats, assez tranquilles jusqu’à présent, semblent s’être donné le mot d’ordre pour, en rangs serrés, dans l’unité, aller écumer le bitume. Sur les presque 200 manifs prévues dans le pays – privé et public, main dans la main – le nombre avoisinera les un million cinq deux millions.

De quoi faire réfléchir celui qui ironisait sur la discrétion des grèves en France lors de ses meetings d’après élection !

Pour se faire une idée de l’ambiance au palais, il n’y a qu’à observer le tandem Guéant/Guaino, la main dans la main, bossant, labourant, re-bossant, pour tirer la mie du pétrin. C’est Tournez Manège version Bisounours. A en perdre son latin !

Dans l’urgence, paniqués, ils ont inventé dare-dare le « bouclier à deux vitesse ». Il est vrai que les idiots sont tellement idiots qu’un rien peut les séduire. Surtout le rien !  Seulement voilà, parfois un rien suffit à tout foutre en l’air !

Cette mobilisation est affaire de pompiers. Du coup, le gouvernement, affolé, balance des grosses ficelles. Allons-nous continuer à l’écouter ?

Une fois photographiés, les tricheurs, restent des tricheurs.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par lediazec
Charger d'autres écrits dans Politique

26 Commentaires

  1. remi begouen

    7 septembre, 2010 à 3:51

    Une insomnie me tire de mon lit pour…tomber sur le cul, avec ta bombe de beau billet d’humeur, l’ami! Je suis curieux de savoir où est cette ‘rue bombe-cul’, une belle plaque qui n’a pas l’air d’un canular !

    Répondre

  2. b.mode

    7 septembre, 2010 à 6:58

    Espérons que les gens vont se mobiliser. A mon taf, j’ai cru comprendre qu’on ne serait pas tres nombreux à faire grève… Les gens tombent dans une résignation et un fatalisme qui font froid dans le dos…

    Répondre

  3. lediazec

    7 septembre, 2010 à 9:43

  4. clomani

    7 septembre, 2010 à 10:17

    A écouter les J.T. d’hier, Sarko allait faire un cadeau aux manifestants anti-retraite d’aujourd’hui. Quel cadeau ? S’en laisser conter sur la pénibilité (avec aucun moyen d’évaluation de cette pénibilité… sauf un handicap physique. Et la pénibilité du stress des gens pressés comme des citrons, ça s’évalue comment ? Et l’impact sur la santé des horaires complètement décalés des précaires ?) !
    Quant à la manif de samedi, j’ai entendu Hortefeux le lendemain minimiser les chiffres, et surtout insister sur le fait que l’appel venait de 40 assoces et que, bon, pour 40 assoces, ça faisait peu (en prenant le chiffre parisien bien sûr) !
    Quant à cette déchéance de nationalité, je ne vois pas pourquoi elle serait juste pour quelqu’un qui a tué un représentant de l’ordre public et pourquoi elle ne s’appliquerait pas aux bavures policières, surtout celles provoquées par des cons de flics bourrés qui s’amusent avec leur arme (le frère d’un copain s’est fait dégommer comme ça au début des années 70 : flic bourré, le tué habitant à Argenteuil, 19 ans, d’origine bretonne et jeune homme tranquille). Plus sérieusement, pourquoi dire que la vie d’un flic vaut plus que celle d’une femme violée puis tuée par son mari ou son mec ou d’un enfant martyrisé par ses parents ?
    Pour moi, la vie d’un flic, c’est nib… comme la mienne, comme les nôtres.
    Mais bon, après tout, peut-être serais-je ravie d’être déchue de ma nationalité française puisqu’elle me fait de plus en plus honte… le seul problème, c’est que, sans papier, je ne pourrais même plus aller me réfugier à l’étranger… sauf à jouer les « sans papier » !

    Répondre

  5. clomani

    7 septembre, 2010 à 10:41

    J’ai plein d’amis dans le Sud-Est, qui auraient voulu aller manifester : mais leur région est en alerte orange et il leur est recommandé de ne pas sortir.
    Si le temps se met du côté de Sarko, où va-t-on ?

    Répondre

  6. Fifi d'Ardèche

    7 septembre, 2010 à 11:38

    C’est vrai! orages et pluies abondantes.Le nombre des manifestants devrait être multiplié par cinq (virtuellement) au moins, dans des conditions pareilles! Je veux dire que si, avec de pareilles conditions météo , il y a une grande participation, cel

    Répondre

  7. Fifi d'Ardèche

    7 septembre, 2010 à 11:43

    oups…problème , je ne sais pas d’où , Donc, si il y a une grande participation, cela voudra dire que les gens ne sont vraiment pas contents…

    Il pleut sur la France comme sur le coeur de Babelouest…Permettez-moi de m’associer à vous auprès de lui…

    Répondre

  8. remi begouen

    7 septembre, 2010 à 12:54

    Fifi – Merci de t’associer comme nous tous au deuil de Babelouest.
    Ici, en Estuaire de Loire, le temps a l’air de vouloir s’améliorer, pourvu que cela dure pendant la manif. Si on se prend une douche, je sais qu’un ami, artiste-peintre, dira que c’est un coup monté de ses deux ennemis, le Tsarko national et… le maire (PS) de Saint Nazaire !

    Répondre

  9. lapecnaude

    7 septembre, 2010 à 14:25

    En Aquitaine, on commence à déplorer une épidémie de suicides chez les forestiers … des gars de 50 à 60 ans qui n’arrivent plus à accepter la mise en coupe technocratique de leur métier. Ils sont là pour soigner, entretenir, faire pousser la forêt, pas pour que des services commerciaux de l’ONF viennent couper des arbres trop jeunes, déforester en quelques sorte pour raison de rentabilité, le stress est dit-on comparable à celui de France Télécom … du fric, vite et beaucoup, voilà ce que demande la bande de Sarko !

    Merci Fifi !

    Répondre

  10. toff de aix

    7 septembre, 2010 à 16:45

    Tout le monde dit que « deux millions de manifestants, et ce sera un succès.. »
    Permettez-moi de jouer les trouble fête et d’en douter. En janvier 2009 nous étions 3.5 millions dans la rue, et toupti Ier, aidé de son conseiller Soubie le déamorceur, a réussi à endormir les syndicats et la mobilisation en deux temps trois mouvements…; je me souviens que dans les cortèges de l’époque il y avait des gens qui manifestaient pour la première fois! Des ingénieurs du privé, des gars plutôt « à droite » de cinquante balais, bref un vrai potentiel de pouvoir embrayer sur quelque chose de plus grand… Résultat? Quelques « journées d’action » plus tard, et il n’y avait plus personne dans la rue, et juste quelques « mesurettes » sans effet lâchées par le pouvoir. ON S’EST FAIT BANANER.
    Tout est à refaire, et je pense qu’on prend le même chemin. Aller gueuler dans la rue c’est bien, mais une journée ne suffira pas. Et pas avec deux millions de manifestants hélas. Je trouve simplement que les français sont schizos : ils grognent tout le temps, 70% soutiennent les grèves, mais tout ça ne mène à rien de concret. Je pense que tout le monde crie victoire un peu vite, alors qu’on sait pertinemment que rien ne va changer si il n’y a pas un vrai sursaut populaire. Ils ne changeront RIEN à leur politique destructrice en 2012.

    Répondre

  11. toff de aix

    7 septembre, 2010 à 16:47

    pardon je voulais dire jusqu’en 2012…vous aurez rectifié par vous-même

    Répondre

  12. lediazec

    7 septembre, 2010 à 17:38

    @ Toff De Aix. Comme vous, nous ne sommes pas dupes quant à l’issue de ces manifestations. Ni à leur impact réel qu’elles auront sur les décisions du pouvoir. Sans être d’un pessimisme exacerbé, nous pensons (pas dupes) qu’il en faut plus, beaucoup plus, pour que les choses bougent réellement. Cela étant, on se doit de ne pas lâcher le morceau. En attendant mieux ou moins mal.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  13. remi begouen

    7 septembre, 2010 à 17:39

    Toff De Aix – Hélas d’accord avec ton point de vue pessimiste…’s'il n’y a pas sursaut populaire’. Je reviens, crévé, de la manif, sans doute la plus grosse à laquelle j’ai participé à St-Nazaire (depuis 23 ans). La manif n’est d’ailleurs pas achevée, mais ‘elle’ a eu la bonne idée de passer non loin de chez moi, j’en ai profité pour m’éclipser. Je sais bien que les 3/4 des manifestant(e)s ont fait ou feront de même, avant la dispersion devant la sous-pref, tout à l’heure… après au moins 5 km de ‘ballade’ orchestrée par de tonitruantes sonos des syndicats. L’essentiel est ailleurs. J’ai serré des dizaines de mains d’amis, baisé des dizaines de joues d’amies (je ne suis pas contre baiser des joues d’amis ni serrer des mains d’amies, mais il paraît que cela ne se fait pas… avant la révolution des moeurs ?). Ma pancarte, justement, en a fait sourire plus d’un(e). En deux couleurs de crayon-feutres, avec ma main ouverte copiée à la façon ‘SOS racisme’ pour en-tête, elle dit :
    ‘Touche pas à LA RETRAITE DE mon pote’. Suivi de ce commentaire : ‘la cour des riches et sa ‘bête-en-cour’ a trop de fric – Nous pas assez! – C’est grave docteur? – Prendre la pilule REVOLUTION ! (mot en très gros).
    Bien des camarades m’ont demandé le nom du toubib. Aux anars je réponadais Karl Marx, aux communistes Bakounine. En fait je pense plutôt à Paul Ariès…

    Répondre

  14. remi begouen

    7 septembre, 2010 à 17:48

    Le ‘réponadais’ n’est pas très beau: correction, ‘répondais’. Quant à taquiner les anars avec Marx et les cocos avec Bakounine, ça j’aime bien… en attendant Paul Ariès (ou autre) comme docteur-ès-révolution !

    Répondre

  15. b.mode

    7 septembre, 2010 à 17:56

    Belle et grande manif à Nantes (50 000 peut être) j’y ai fait acte de présence malgré les funestes évènements familiaux. mais d’accord avec toff, le patronat est déjà en train de sabler le champagne… A part la grève générale à durée indéterminée, je ne vois guère de solutions…

    Répondre

  16. babelouest

    7 septembre, 2010 à 18:00

    Bravo les copines et les copains, et merci pour vos marques d’affection. Je viens de rentrer de la cérémonie très intime. Pour le moment, çà va, et les chiffres des manifs échauffent le cœur. Pourvu que çà dure ! (l’esprit des manifs, et le moral)

    Répondre

  17. b.mode

    7 septembre, 2010 à 18:04

    Bises à toi Jean-Claude. Je te passerais un petit coup de fil demain… Si tu veux bien, évidemment ! ;)

    Répondre

  18. clomani

    7 septembre, 2010 à 18:08

    Beaucoup de monde à Paris, cortège dans deux avenues depuis République jusqu’à Bastille où ils devaient se réunir. Je suis remontée de Bastille à Temple… la manif avait déjà dépassé Bastille et était en route pour Nation lorsque j’ai commencé… arrivée à Temple, FO qui clôturait le défilé des syndicats et politiques (j’ai vu des élus Verts et le ballon du PS) n’avait pas encore démarré !
    On m’a remis un petit tract, que j’ai lu dans le métro, et dont je vous fais un copié-collé ci-après :
    « A) Pas de retraites, désertion à tous les échelons
    Au 1er mai dernier, on pouvait voir dans les rues de Paris une affiche du Front de Gauche, des mains ridées se retenant aux barreaux d’une prison « 40 ans d’incarcération, un point c’est tout ».
    Pourquoi partons-nous à la retraite ? Pour rester à la maison avec quelques centaines d’Euros par mois, à regarder la télé et à avaler des médocs. Pour finir jeté à la maison de retraite ou mourir pendant la canicule. Malgré tout, on trouve la retraite désirable parce que pendant 40 ans, on trime dans un boulot qui mange nos vies.
    En s’attaquant une fois de plus aux retraites, le gouvernement nous offre la possibilité d’exprimer notre haine du travail et de l’exploitation. Et pourtant tout sera fait pour que nous ne saisissions pas cette possibilité.
    Depuis des mois, la CGT Goddyear, qui s’est montrée si combative il y a plus d’un an, demande le blocage des flux de marchandise. Les directions syndicales préfèrent jouer le jeu des négociations à la baisse. Aujourd’hui, les Goodyear ne font pas grève car « un jour seulement pour faire une promenade de sante », ça ne sert à rien.
    Les perspectives ne sont pas de rester dans des revendications stériles, mais de tirer le maximum des patrons et du gouvernement -si possible qu’ils ne s’en remettent pas ! de développer des solidarités concrètes au sein des luttes et surtout tracer des routes qui sortent des compromis.
    B) Nous, petits branleurs, enfants perdus, resquilleurs et squatteurs, on a déjà réglé la question des retraites et croyez-moi, on s’en sort bien. On l’a pas fait avec le travail, on n’a même pas pensé aux syndicats ou aux partis. Il aurait falu être ben braves ou un peu troisième République. On occupe les maison des bourgeois, on tire dans les super-marchés, on fait des récups. Bref, on s’organise. Mais ne nous suffit pas.
    Les dispositifs marchands et policiers, la logique infâme du capitale, l’abjecte idéologie du travail et du progrès ipliquent pour être dépassées, la constitutio de conseils et le libre jeu des formes de vie entre elles. Conspirons hors du langage du pouvoir et de ses sbires pour l’émancipation sociale, subjective et objective.
    Il n’y a pas d’alternative dans le Capital, seulement dans sa liquidation ».

    Je pense qu’ils ont raison, les Goodyear. D’ailleurs j’aimerais bien qu’un journaliste « à la Trillat » aille faire un reportage sur ce qu’ils deviennent… comment justement ils se débrouillent.
    Parce qu’ils ont raison : il n’y a pas d’alternative au Capital !

    Répondre

  19. clomani

    7 septembre, 2010 à 18:33

    Tiens, au sujet de l’Erby du Jour, et son Manneken Piss… savez-vous qu’il existe une Janieke Piss à Bruxelles, dans une galerie ? Je l’ai vue de mes yeux. Aussi petite que son pendant masculin !

    Répondre

  20. lediazec

    7 septembre, 2010 à 18:42

  21. lediazec

    7 septembre, 2010 à 18:48

  22. lapecnaude

    7 septembre, 2010 à 19:49

    J’ai rencontré une avocate du barreau de Charente, qui m’a bien surprise en me disant qu’il faudrait une grève générale QUI DURE pour que cela soit efficace ! C’est un peu ce que Monsieur Tout Le Monde dit, il faudrait une bonne décison des syndicats pour lancer çà, les partis suivront. En campagne-dortoir, tout est mort !

    Répondre

  23. clomani

    7 septembre, 2010 à 19:51

    Ca c’est évident : avec une manif et un jour de grève tous les 3 mois, on n’est loin d’être arrivés !

    Répondre

  24. b.mode

    7 septembre, 2010 à 19:55

    Bah oui, c’est ce que j’ai dit au dessus ! biscotte la lutte armée, c’est pas dans l’ère du temps…

    Répondre

  25. clomani

    7 septembre, 2010 à 20:11

    Bon, alors ouverture des jités avec la bataille des chiffres… mais tout de même 40% de plus que la dernière fois en juin.
    Et demain, on tourne la page en attendant le prochain mouvement social…

    Répondre

  26. clomani

    9 septembre, 2010 à 9:05

    Bon, Gremetz ayant été molesté en fin de manif mardi soir, du côté de Nation, il va porter plainte.
    J’espère que ça sera une occasion de montrer comment fonctionne la police à la fin des manifestations !
    http://www.bellaciao.org/fr/spip.php?article106013

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Requiem pour un con

J’ai toujours éprouvé un sentiment bizarre devant les hommages rendus aux morts lors…