Accueil Politique Le Maître de L’oubli – Michel Arbatz

Le Maître de L’oubli – Michel Arbatz

21
0
783

arbatz.jpg

Le très talentueux Michel Arbatz est un tendre. Son dernier livre a été publié en octobre 2008 dans l’excellente maison d’éditions ‘Le temps qu’il fait’ sous le titre : ‘Le maître de l’oubli’. Et ce maître est son père, de 35 ans son aîné. Il en fait le portrait au travers d’un long dialogue imaginaire avec lui, car – dans le triste naufrage de la grande vieillesse – ce père, qu’il a si longtemps quitté, est devenu non seulement solitaire mais surtout ‘taiseux’. Ceci lorsque son fils, enfin, revient vers lui, se dévoue à lui… Et, à défaut de lui faire raconter son itinéraire de militant communiste, le reconstitue… et surtout le compare au sien, de militant communiste : deux générations bien différentes, celle des années 45 à 69, puis celle des années 65 à 85, la première pro-soviétique, la seconde pro-chinoise, puis vite libertaire… Mais, attention, ce n’est là que prétexte, via de bien savoureuses anecdotes de vie, à méditer :

« Il te reste l’humour, le ton, quelques proverbes. Ne pas aborder les questions pratiques, le cours administratif des choses qui soulève en toi la haine accumulée par les années de pauvreté. Un semblant de sagesse, donc, qui nous convient, dans le moment, à tous les deux. (…) La mémoire se retire comme la mer, laissant de grandes mares entre les bancs de sable où se reflète un passé minéral, toujours plus elliptique, plus compacté, plus allusif. Tu te comprends toi-même à demi-mot, une seule expression couvre un chapitre entier de ton existence. »

J’ai écouté Michel Arbatz vers 1978 à Saint-Brieuc et à Guingamp… comme chanteur, talentueux. Nous avions chacun ‘viré la cuti’ du maoïsme mais ne nous connaissions pas. J’étais dans le public de la fête du ‘Canard de Nantes à Brest’, dont il était l’un des invités. Ce courageux journal régional ‘post-68’ se lançait ainsi avec succès (… et sombra après la victoire de Mitterrand aux Présidentielles, racheté par le PS pour devenir une feuille de choux illisible, passons !).

disquearbatzpochette.jpgJ’y avais acheté deux disques 33 t. de Michel… et c’est avec eux en main, que j’ai vraiment fait connaissance, en mars 2009, d’Arbatz : à l’occasion de la sortie de ce livre, il animait une ‘soirée bavarde’ à la belle librairie nazairienne ‘La Voix au Chapitre’. Il fut ravi de revoir ces vieilles pochettes (‘Je ne les ai plus moi-même !’) et de m’entendre fredonner ‘Abiyoyo’, refrain d’une de ses chansons, qui faisait rire ma fille Anna après sa classe de maternelle… et continue de la faire rire lorsqu’elle me rend visite aujourd’hui !

J’appris surtout, dans cette soirée bavarde, que Michel Arbatz avait vécu à Saint-Nazaire des années militantes très tumultueuses, dont son livre parle avec un humour décapant (en s’adressant toujours à son père… et comparant leurs langues de bois !). Et j’appris aussi que nous avions amis communs de son âge(60)ou du mien(70), ici, où Michel a laissé de si bons souvenirs !… Mieux, Michel s’est mis à chanter et à jouer de la guitare à Saint-Nazaire, ce qui lui permettra de ‘continuer le combat’, en artiste engagé… de père en fils ! Car voici ce qu’il écrit à ce sujet :

« Le matin, il t’arrive de te lever très tôt, vers cinq heures, après une nuit d’insomnie et tu chantes, de cette voix encore timbrée et pas tremblante, qui est le baromètre de ton moral, arpentant en pantoufles et de ton pas fêlé l’appartement. Leurs chants sont plus beaux que les hommes, et plus longue est leur vie, dit Nazim Hikmet. Je n’aime pas les chants que tu chantes, mais ils ont la vie longue, et il me plaît que tu chantes encore. Tous ces hymnes martiaux de ‘la sociale’, ces marches remplies d’ennemis du prolétariat, de revanche, de victoires, de lâches et de tyrans. Et ceci dès le matin, au petit jour : ta vieille voisine proteste. ‘C’est une conne, dis-tu, elle ne comprend rien à l’art’(…) Chanter a été ton viatique. »

Il est impossible de résumer les péripéties rocambolesques, chevaleresques, et du fils et du père, qui se font échos émouvants, jusque dans leurs errements à la Don Quichotte. Et d’ailleurs, le père a vibré en 36 à la guerre d’Espagne… puis le fils a milité avec Félix, un vieil espagnol rescapé de cette horreur : ce sont des pages truculentes, qu’il faudrait citer en entier, comme les pages sur le passé de l’ouvrier communiste que fut son père, juif tunisien… un temps tenté par ‘les kibboutz de gauche’ d’Israël, avant de devenir, à Paris, ‘un dur du PCF’… Y compris à Prague  après la répression soviétique de 68. Là, son fils facétieux l’imagine croisant l’ex-héros communiste, Zatopek, déchu de sa célébrité de champion pour avoir critiqué cette répression… et devenu célébré éboueur du coin !

Michel évoque avec éloquence son éducation prolétarienne à Saint-Nazaire par de vieux militants qui furent auteurs de très dures grèves locales de 1955. Transmission de la vraie culture ouvrière. Tout comme ici s’est fait plus tard l’éducation prolétarienne par les récits de grèves nazairiennes sauvages de 1967, préfiguration de Mai-68.

Parmi ces contacts si divers, Michel évoque même, avec ironie, un certain Gaby Cohn-Bendit, le frère aîné de Dany : il l’appelle Gaby Belle-Icône !

Voilà : ce récit fourmille tant que je peux en faire 5 ou 6 articles… Autant vous inviter à le découvrir in extenso !

Image de prévisualisation YouTube

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par Rémi Begouen
Charger d'autres écrits dans Politique

21 Commentaires

  1. lapecnaude

    19 septembre, 2010 à 4:31

    Arf, l’Erby du jour, quel brio !

    Répondre

  2. babelouest

    19 septembre, 2010 à 4:31

    Tu es intarissable, Rémi, comme la fontaine de Jouvence, comme un Niagara tumultueux, comme un Menekenpis en pleine action sur les bôrgeois. Puisses-tu continuer à l’infini à nous répandre cette verve féconde.

    Répondre

  3. lediazec

    19 septembre, 2010 à 7:26

    Très belle note de lecture. Merci à Bernard pour la mise en page. N’oubliez pas la colonne de droite, riche d’actualité.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  4. remi begouen

    19 septembre, 2010 à 7:49

    Merci de la belle mise en page, et des liens. Je viens d’en apprendre beaucoup sur Michel Arbatz ! Et, y ayant trouvé son adresse mail, je vais l’informer de cet article : je souhaite qu’il y réagisse…
    Petit défaut ‘Don Don Quichotte’ : y en a un de trop !
    Je regrette un peu que la photo que j’avais envoyée, du Michel Arbatz très barbu-chevelu des années 75 ne soit pas parue : elle vient d’une pochette de disque 33 t. que j’avais apportée à cette ‘soirée bavarde’ et Michel s’était bien marré de ne plus se reconnaître : ‘Qu’est-ce que je suis devenu moche!’…

    Répondre

  5. lediazec

    19 septembre, 2010 à 7:51

    Elle est en lien, Rémi. A hauteur de : « J’y avais acheté deux disques 33 t. de Michel… »

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  6. babelouest

    19 septembre, 2010 à 8:18

    Super la photo ! J’ai l’impression d’avoir à nouveau 20 ans.

    Répondre

  7. Laetsgo

    19 septembre, 2010 à 9:44

    Et voilà ! Encore un activiste dont je n’avais jamais entendu parlé…ta note donne envie d’en savoir plus !!!

    Répondre

  8. Fifi d'Ardèche

    19 septembre, 2010 à 10:58

    Diplômé de philosophie, soudeur à l’arc, .., j’aime cet éclectisme et, écoutant son interview, beaucoup d’humilité, de modestie…L’accompagnement à la guitare vif, enjoué,qui pour moi, rappelle le style New-Orléans mais je ne suis pas spécialiste , les thèmes de ses chansons sont d’actualité, traités avec un réalisme élégant et humoristique…Merci de me le faire connaître,Rémi.

    Répondre

  9. remi begouen

    19 septembre, 2010 à 18:10

    Bizarre : je suis sûr avoir ce matin remercié Lediazec de l’ajout de la photo des années 1975, de la suppression de la répétition ‘Don Don’… et je félicitais même Babelouest de rajeunir. Je n’en trouve pas trace çi-dessus. Où est passé ce message ? En commentaire d’un autre article ? J’ai cherché en vain. Dans l’enfer de Bill Gates : la poubelle ? Je n’ai pas le mot de passe pour y aller voir !

    Répondre

  10. b.mode

    19 septembre, 2010 à 18:18

    @rémi Trou du cul d’idée ! C’est moi qui est rajouté la photo de ton chevelu. Mais quant à ton message, je n’y ai pas touché ! foi de boeuf !

    Répondre

  11. lapecnaude

    19 septembre, 2010 à 18:42

    Rémi : rouge ou rosé ?

    Répondre

  12. remi begouen

    19 septembre, 2010 à 21:20

    Lapecnaude – Je ne suis pas sûr de comprendre ton message subliminal : ‘rouge ou rosé?’… Si tu veux insinuer que j’étais pompette dès 9 ou 10 heures du matin, au point de ne plus savoir envoyer un message, tu as tort. J’étais à jeun, quand même !
    Depuis, j’ai bu du rosé, c’est vrai. Au bistrot La Bretonne, en compagnie imprévue de l’ex-’gazelle du Maroc’ de passage par ici… pour précision. Pour préciser encore, j’ai depuis bu du rouge, aussi… Mais sans être bourré, la preuve. Maintenant, tu fais peut-être allusion à autre chose, mais à quoi ? Entre rouge et rosé, merci de nous répondre, dans ce cas !

    Répondre

  13. Laetsgo

    19 septembre, 2010 à 23:05

    @remi : je l’ai lu ton message ! Le rouge ou le rosé ne sont pas en cause…
    Encore un complot d’unblog….grrrrr

    Répondre

  14. lediazec

    20 septembre, 2010 à 10:27

    Bravo à Rémi. Article repris en lien ici http://camarade.over-blog.org/article-le-maitre-de-l-oubli—michel-arbatz-57326825.html
    Finalement, le lien conduit vers une page erreur. Faut attendre que cela soit rétabli.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  15. b.mode

    20 septembre, 2010 à 10:45

  16. lediazec

    20 septembre, 2010 à 10:47

    Chez moi ça ne fonctionne pas Bernard. Ca doit venir de ma bécane peut-être.

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  17. b.mode

    20 septembre, 2010 à 10:49

    Non chez moi non plus en fait ! :oops: c’est curieux parce que la page est sur le site http://camarade.over-blog.org/

    Répondre

  18. lediazec

    20 septembre, 2010 à 10:51

    Là, ça marche !

    Dernière publication sur Kreizarmor : Place Vendôme, haut lieu de l'indécence

    Répondre

  19. remi begouen

    20 septembre, 2010 à 11:44

    Chez moi ça marche pas. Je suis passé par le lien sur le site. Mais, déception, il n’y a aucune présentation du ‘kamarade’, un simple renvoi à Ruminances, c’est déja ça !

    Répondre

  20. babelouest

    20 septembre, 2010 à 12:13

  21. babelouest

    20 septembre, 2010 à 12:16

    Voilà. Après « l’oubli », il y a 3 tirets, et Overblog en avale deux. Ce qui rend le lien inopérant.

    Répondre

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Voyages au Maroc (partie 4)

Au bout du monde (partie 2) (Essai paru sous le nom de «EL CAROSSA», en avril 1999, suite …